Un conseiller spécialisé pour vos démarches au

09 73 72 73 00 Rappel gratuit

Actualités - La politique de l'énergie

Du fait de son extrême importance dans la vie de tous les jours des ménages et des entreprises, l'énergie reste un marché fortement contrôlé par les pouvoirs publics. Analyse de l'impact économique et social des lois et décrets français et européens sur l'électricité et le gaz.

Pour décarboner l'énergie, Butagaz financera un projet de protection des forêts au Zimbabwe.

Afin d'aller vers toujours plus de stratégie environnementale, Butagaz fournisseur historique de bouteilles de gaz se lance dans l'achat de crédit carbone. Il va en ce sens plus loin que les offres de gaz vert, d'électricité verte et de pellets de bois renouvelables qu'il propose déjà.

Alors que les Etats membres de l'Union européenne tardent à rendre leur devoirs, de nombreuses ONG appellent à la justice climatique via une pétition.

Comme lors de la COP 24, l'Europe ne semble pas briller par sa convergence sur ses engagements climatiques. En effet, malgré les relance de Maroš Šefčovič, vice-président de la Commission européenne en charge des questions relative à l'énergie, les pays membres de l'Union n'ont pas tous rendu leur copie concernant leur plan énergie climat 2050.

En prenant en compte la facture finale, toutes taxes comprises, les taxes représentent en fait un gros tiers du total. La France est loin d'être le pays le plus taxé sur les factures d'électricité puisque c'est par exemple 52% au Portugal, 54% en Allemagne et 69% au Danemark.

Dans un article publié le mercredi 9 janvier 2018, le Canard Enchaîné a dénoncé une "électricité plombée à 54% par les taxes" et un "prix du kWh [qui ne] représente (...) que 25% de la fortune réglée par l'abonné". Selectra décortique ce que représentent les taxes sur les factures mais aussi ce qu’elles financent pour que chacun puisse se faire son opinion.

C'est une petite bouffée d'énergie pour le pouvoir d'achat des ménages. Afin de calmer les colères et les tensions liées aux gilets jaunes et à leurs revendications, le gouvernement a décidé de faire un geste sur le chèque énergie. Cette aide, destinée aux foyers les plus modestes et en situation de précarité énergétique a donc été revue à la hausse.

Mi-novembre dernier, le Premier ministre Edouard Philippe annonçait plusieurs mesures dont une extension des bénéficiaires du chèque énergie. Suite à l'annulation de la hausse des taxes sur le carburant, il a confirmé que certaines mesures n'étaient plus d'actualité.

Une mesure qui ne "s'imposait plus"

C'est ce qu'a affirmé Matignon ce mardi en annonçant l'abandon de l'extension du chèque énergie à deux millions de bénéficiaires supplémentaires.

Trois ans après la COP 21, la COP 24 organisée en Pologne à Katowice, devait amener à réviser à la hausse les objectifs fixés par l'accord de Paris. En effet, s'il on en croit le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), même en respectant les politiques nationales en matière de transition écologique la planète devrait subir un réchauffement climatique de 3°C à horizon 2100.

François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire

Début décembre, afin de calmer la colère des "gilets jaunes", le gouvernement annonçait la création d'un moratoire sur la hausse des prix de l'énergie et un gel de l'évolution des tarifs de l'électricité et du gaz. Pour rendre cela possible, le Premier ministre Edouard Philippe, a appelé le fournisseur historique de gaz Engie à procéder à une opération de couverture portant sur les volumes de ventes aux tarifs réglementés des mois de février à juin 2019.

Les gilets jaunes manifestent depuis le 17 novembre contre l'augmentation des taxes sur les carburants.

Suite à la montée des manifestations des "gilets jaunes" dans tout l'Hexagone et notamment à Paris, le Premier ministre Edouard Philippe, a fait quelques annonces afin d'apaiser les tensions. Entre autres, il a fait savoir que les tarifs de l'électricité et du gaz n'augmenteraient pas avant mai 2019. 

La centrale de Cruas en Ardèche pourrait être fermée à horizon 2035.

La Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) présentée ce mardi se pose comme la nouvelle feuille de route en matière énergétique de la France. Une occasion pour Emmanuel Macron, de faire connaître ses futures mesures concernant le nucléaire, question polémique depuis plusieurs mois. Ces annonces ne semblent pas séduire l'opposition et les associations environnementales.

Pages