Chèque énergie bois : quels bénéficiaires et quel montant ?

Chèque énergie bois

Annoncé quelques semaines auparavant, les contours du nouveau chèque énergie bois se dessinent. Vendredi dernier, le Parlement a par ailleurs adopté un nouveau paquet d’aides de 2,5 milliards d’euros - dans le cadre du Projet de loi de finances rectificatif - dont 230 millions d’euros bénéficieront aux Français qui se chauffent au bois. Comment cette nouvelle aide fonctionnera t-elle ?


7,5 à 8 millions de Français chauffés au bois

Ce samedi 27 novembre, dans les colonnes du Parisien, le Ministre délégué chargé des Comptes publics, Gabriel Attal est revenu sur les nouvelles orientations du gouvernement, évoquant notamment la question du chèque énergie bois. Parmi le paquet de mesures adoptées, une enveloppe de 230 millions d’euros a en effet été débloquée, à destination des Français qui se chauffent au bois.

Une aide plus que jamais nécessaire, compte tenu de la hausse de prix de cette énergie pourtant sollicitée par environ 7,5 à 8 millions de Français, selon un rapport de 2019 du Comité national pour le développement du bois. À en croire l’Agence de la transition écologique (Ademe), la France est le premier pays européen utilisateur de bois énergie, essentiellement grâce au chauffage domestique, et les ambitions autour du bois ne s’arrêtent pas là :

“Première source d’énergie renouvelable utilisée en France, le bois doit fortement contribuer aux objectifs climatiques et énergétiques du pays avec, comme ambition, de porter à 9,5 millions le nombre de logements chauffés au bois d’ici à 2023 et à 10,2 à 11,3 millions en 2028, à consommation de bois constante.”

Une énergie jusqu’à lors attractive. Selon une étude de l’Ademe, en 2017, un particulier qui se chauffait au bois payait en moyenne entre 48 et 78 €/MWh pour un appareil à bûches (poêle, chaudière, insert) et entre 73 et 103 €/MWh pour un appareil à granulés. Il fallait en revanche compter entre 84 et 154 €/MWh pour un chauffage au gaz ou à l'électricité.

De 350 euros la tonne l'an dernier à 900 euros

Depuis, la donne a changé. Avec la hausse des prix de l’énergie, les particuliers ont été nombreux à se ruer vers les bûches de bois et autres pellets. En 2020-2021, la demande française en bois s'élevait à 1,8 million de tonnes, pour l'hiver 2022-2023 elle atteint le nombre faramineux de 2,4 millions de tonnes de bois, selon les estimations de la Fédération française des combustibles. Une augmentation de la demande qui ne va pas sans une nette hausse du prix du bois. En septembre dernier, un consommateur déclarait au micro de 20 minutes :

“C’est simple, j’avais acheté ma palette 265 € la tonne en septembre 2021 et là, le même fournisseur me la vend 850 €.”

De leur côté, “les granulés sont passés de 350 euros la tonne l'an dernier à entre 700 et 900 euros au début de l'automne”, estime Frédéric Plan, le délégué général de la Fédération Française des Combustibles, Carburants & Chauffage (FF3C).

Une aide allant de 50 à 200 euros sur le bois

Un coup de pouce bienvenu, donc, pour les presque 8 millions de Français chauffés au bois, qui pourront bénéficier de cette nouvelle aide d'État, allant de 50 à 200 euros, sous conditions de revenus, pour laquelle les demandes seront ouvertes à partir du 22 décembre. À cette date il conviendra donc de se connecter sur le site chequenergie.gouv.fr a précisé Gabriel Attal :

“Il suffira de se connecter sur le site chequenergie.gouv.fr et de rentrer son numéro de télédéclarant et sa facture. Pourront y accéder les Français qui gagnent jusqu'à 2 260 euros pour une personne seule et jusqu'à 4 750 euros pour un couple avec deux enfants. L'aide ira de 50 à 200 euros.”

Un plafond maximum donc pour pour pouvoir prétendre à ce chèque énergie bois :

  • 2 260 euros de revenu mensuel maximum pour une personne seule ;
  • 4 750 euros de revenu mensuel maximum pour un couple avec deux enfants.

Il est à noter que d'autres aides sont disponibles afin de soutenir les ménages face à l'explosion des prix de l'énergie. On compte notamment le chèque énergie exceptionnel, allant de 100 à 200 euros, qui sera quant à lui versé d'ici la fin de l'année à quelque 12 millions de ménages. Un guichet est également ouvert depuis novembre pour un chèque allant de 100 à 200 euros, destiné aux foyers les plus modestes se chauffant au fioul et n'ayant donc pu bénéficier du bouclier tarifaire mis en place pour l'électricité et le gaz. Celui-ci devrait bénéficier à environ 1,6 million de ménages.

Mis à jour le