Energie : le rachat de Direct Energie par Total rebat-il les cartes de la concurrence ?

Toujours dominé par EDF et Engie, le marché français de l'énergie est de plus en plus concurrentiel. Le rachat de Direct Energie par Total pourrait bien redistribuer les cartes.

Depuis l'ouverture à la concurrence du marché de l'énergie en 2007, on compte 23 fournisseurs d'électricité et 10 de gaz selon le comparateur de Selectra. Le marché, toujours fortement dominé par les opérateurs historiques EDF et Engie, est suivi de près par le troisième fournisseur français Direct Energie et l'italien ENI. Toutefois le rachat de Direct Energie par le groupe Total pourrait rebattre les cartes. 

Les fournisseurs historiques : toujours premiers mais en perte de vitesse

Plus de 10 ans après l'ouverture à la concurrence, les opérateurs historiques continuent à dominer le marché. En effet, EDF dispose de 82% de parts de marché sur le segment de la fourniture d'électricité aux particuliers. Il en va de même pour le gaz, où Engie détient de 74% des parts de marché. Pourtant, bien que la moitié des consommateurs français ignorent toujours qu'il est possible de quitter les opérateurs historiques, le vent commence à tourner en faveur des nouveaux opérateurs.

Alors qu'ENI vient d'annoncer avoir passé la barre du million de clients en France, EDF perd quant lui plus de 100.000 clients chaque mois. Par ailleurs, en rachetant le troisième fournisseur du secteur, Total pèse désormais 7% du marché français de l'électricité et ne compte pas s'arrêter là. Le géant pétrolier a en effet dévoilé son ambition de contrôler 15% du marché d'ici 2022, soit l'équivalent de presque six millions de clients. 

Un marché très inégal 

Bien que largement dominé par les quatre géants : EDF, Engie, Total-Direct Energie et ENI, le marché reste très concurrentiel. Les petits opérateurs commencent à tirer leur épingle du jeu. Ils cherchent à innover en proposant des offres plus vertes comme ekWateur ou en se rapprochant de leurs clients comme Butagaz, qui vient d'ouvrir sa première boutique multi-énergie à Béziers.

La grande distribution l'a bien compris et entre à son tour dans l'arène. Le groupe Casino, via Cdiscount, a intégré le marché l'an dernier et Leclerc, qui a récemment obtenu les autorisations nécessaires pour devenir fournisseur, devrait bientôt également y prendre part.

Total : nouveau Free de l'énergie ?

L'entrée de Total fait écho à celle de Free sur le marché des offres mobile en 2012. Cette entrée marquait un véritable tournant sur le marché des offres mobile. A l'instar de Free, l'entrée de Total sur le marché de la fourniture d'électricité et de gaz suite au rachat du fournisseur belge Lampiris en 2016 bouleversait le monde de l'énergie. Mais ce n'est pas la seule opération marquante pour le pétrolier.

Après avoir créé sa marque Total Spring, le groupe rachetait pour 1,5 milliards d'euros d'actifs d'Engie dans l'activité amont du GNL en novembre dernier, marquant ainsi sa volonté de s'imposer également en tant que concurent de taille sur le marché du gaz.

Le rachat de Direct Energie positionnera bientôt le groupe comme premier concurrent des fournisseurs historiques. Un concurrent de poids qui pourrait bien réellement redistribuer les cartes.

La concurrence : quelles conséquences pour les consommateurs ? 

Pour l'heure, du fait du maintien des tarifs réglementés de l'électricité et du gaz, les prix n'ont que peu fluctué. En comparant bien les offres, il reste néanmoins possible d'économiser jusqu'à 200 euros annuels sur sa facture d'énergie. Déjà programmée, la fin des tarifs réglementés devrait permettre de casser les prix. Les opérateurs historiques pourraient alors perdre davantage de clients.

Mise à jour le