Hausse du prix des carburants : quelles conséquences pour les ménages ?

En France, 80 % des volumes vendus dans les stations-service correspondent à du gazole. Son prix augmentera de 7 centimes par litre au 1er Janvier 2019.

Malgré la colère des Français, une nouvelle augmentation des taxes sur les carburants sera appliquée à partir du 1er janvier 2019. Le prix du litre devrait être majoré de 6 à 7 centimes pour le diesel et de 3 à 4 centimes pour l'essence. Une mesure qui aidera la France à s'engager davantage dans la "transition écologique" selon Bruno Le Maire, ministre de l'Economie. Bien qu'en faveur de l'environnement, ces nouvelles taxes se conjugent avec une augmentation des cours du pétrole. Un coup dur pour le porte-monnaie des ménages puisque le prix du litre de diesel était porté à 1,51 € la semaine dernière, en moyenne. Un prix qu'il n'avait pas atteint depuis l'an 2000. Pourquoi une telle augmentation ? Et quelles conséquences à court et long termes pour les Français ?

Une augmentation des taxes pour financer la transition énergétique

Répondant au coup de gueule de Jacline Mouraud, automobiliste bretonne, la nouvelle secrétaire d'Etat Emmanuelle Wargon fait savoir : "Nous augmentons progressivement les taxes sur l'essence et sur le diesel pour aller vers une meilleure transition énergétique et climatique".   

En effet, l'augmentation de la taxe intérieure sur la consommation de produits énergétiques (TICPE) devrait rapporter 37, 7 milliards d'euros de recettes au gouvernement, si l'on en croit le projet de loi de finances pour 2019. Une somme qui devrait être allouée au financement "de la transition écologique qui est indispensable. Nous finançons la prime à la conversion, le crédit d'impôt pour les cuves à fioul", a expliqué le Bruno Le Maire.  

Jugeant "la conversion du parc automobile nécessaire", il rappelle que ces rentrées fiscales serviront également à maintenir la prime à la conversion. Il explique enfin négocier avec les constructeurs pour en multiplier par deux le montant. Selon lui toutefois, "doubler la prime ne suffit pas. Elle doit concerner les véhicules d'occasion et de petit cylindré, y compris à moteur thermique, qui polluent moins. L'hybride rechargeable ou l'électrique, cela restera trop cher pour certains Français".

Malgré les mécontements grandissants, le ministre de l'Economie demeure certain que "les Français sont prêts pour la conversion écologique". C'est pourquoi "la hausse ne sera pas suspendue. Il n'y aura pas de moratoire. On ne suspend pas la transition écologique" a-t-il martelé sur BFMTV. 

Les carburants : des produits taxés et de plus en plus chers

Le carburant reste l'un des produits les plus taxés en France. Si l'on en croit la chaine LCI, les taxes constituent environ 60% du prix du baril. Cette nouvelle augmentation des taxes impactera donc forcément le pouvoir d'achat des Français. Une donnée qu'Emmanuelle Wargon essaye de tempérer sans grand succès "on parle de 4 centimes par litre d'essence, de 7 centimes par litre de diesel. Tout le reste c'est l'augmentation du prix des carburants". Une hausse qui se traduira par une augmentation au minimum de 3,5 euros pour un plein de 50 litres pour les moteurs diesel en 2019. Sans compter que cette taxe sera revue à la hausse annuellement jusqu'en 2022

Par ailleurs, cette flambée des prix sera majorée par les variations des cours du pétrole. Un élément dont est conscient le Président de la République qui fait savoir que "la hausse du prix à la pompe qu'on constate aujourd'hui est liée à 70 % à celle des cours du pétrole". 

Quelles conséquences annexes ?Cette nouvelle augmentation ne concerne malheureusement pas que les automobilistes. Les prix du gaz sur les marchés de gros étant, en autre, indéxés sur les prix du baril, le gaz naturel devrait donc continuer à augmenter. Dès lors, il convient d'opter pour une offre moins chère pour un abonnement à prix fixe par exemple, pour ne pas voir sa facture de gaz naturel exploser. Par ailleurs, les ménages se chauffant au fioul domestique risquent également de voir leur facture d'énergie augmenter drastiquement. Ainsi, il convient surement à l'approche des périodes de grand froid de remplacer sa chaudière et/ou d'entamer des travaux de rénovation énergétique. Des aides d'Etat sont mises en place pour aider à financer les chantiers

Des blocages prévus sur les routes le 17 novembre

En réaction à cette mesure, les automobilistes baptisés les "gilets jaunes" bloqueront l'Hexagone le 17 novembre prochain. Les blocages se tiendront sur les routes, sur des autoroutes comme l'A8, l'A9, l'A6 ou l'A5 mais aussi à la périphérie des grandes villes comme Paris, Toulouse, Lyon, Marseille et sur les rocades des villes plus petites comme Rouen, Arras, Beauvais, Clermont-Ferrand ou encore Montauban. 

La grande distribution tire son épingle du jeu

Face à la colère, les supermarchés Carrefour et Leclerc ont fait savoir ce lundi matin qu'ils commercialiseraient le carburant à prix coûtant. "Dans un contexte de tension forte sur le pouvoir d'achat des ménages, les hypermarchés du groupe Carrefour se mobilisent pour le porte-monnaie des Français", met en avant Carrefour dans un communiqué de presse. Une promotion qui se tiendra jusqu'au 17 novembre (hors GPL et superéthanol E85).

Leclerc jouera les prolongations, l'opération durera jusqu’au 30 novembre. Interrogé sur France Info, Michel-Edouard Leclerc, PDG du groupe, a expliqué sa démarche : "Il faut savoir choisir son camp. Celui qui tire la croissance c'est le consommateur. Cette grogne est légitime, on l'entend et il faut y répondre."

Mise à jour le