Total rachète Saft pour se développer dans le stockage d'électricité

Le groupe pétrolier Total a annoncé avoir lancé une offre d'acquisition de 950 millions d'euros sur le fabricant français de batteries Saft. Pourquoi une telle acquisition ?


L'électricité : une stratégie d'avenir pour Total

Logo Total

Cela faisait quelques semaines que le groupe pétrolier affichait son ambition de déployer ses activités dans l'électricité, notamment depuis l'ouverture de sa nouvelle division "Gas renewables and power" annoncée le 21 avril dernier. Cette démarche s'inscrit plus généralement dans une stratégie de diversification dans les énergies vertes, initiée en 2011 lors du rachat de SunPower, acteur majeur dans la fabrication de panneaux solaires.

C'est pourtant un nouveau métier que le géant du pétrole tente d'apprivoiser. Son PDG le formulait récemment, [NDLR : dans une interview livrée au journal Les Echos] en ces termes : "Il nous faut intégrer le défi du changement climatique, et l’évolution du mix énergétique qui va en découler : les prévisions de lAgence internationale de l’énergie montrent que la part du pétrole va baisser, au profit du gaz et des renouvelables », expliquait Patrick Pouyanné. « Notre objectif n’est pas de devenir électricien. [...] Mais nous devons comprendre les marchés électriques en nous positionnant sur certains éléments de la chaîne de valeur.»

Si le groupe a déjà franchi une étape lors de l'acquisition de SunPower dans le domaine de l'énergie solaire, il affiche désormais une nouvelle ambition dans celui du stockage de l'électricité produite par le solaire et l'éolien. Le challenge de l'entreprise pétrolière est de stocker la production de ces deux énergies renouvelables afin de la redistribuer en fonction de la demande. Les batteries solaires constituent aujourd'hui une épineuse question sur laquelle se sont déjà penchés d'illustres groupes tels que Tesla Motors, Schneider Electric ou RWE.

Un projet approuvé par Saft

Logo Saft

L'offre de Total vise la totalité des actions de Saft pour la somme de 36,5 euros par action. Une OPA approuvée à l'unianimité par le conseil de surveillance de Saft. Pas étonnant lorsque l'on sait que le plan valoriserait le fabricant de batteries à hauteur de neuf fois son excédent brut d'exploitation de 2015.

Mis à jour le