eolien en France

Éolien en France : développement, réglementation et production en 2024

Mis à jour le
min de lecture

L'éolien est une source de production d'énergie électrique en plein essor en France. En 2023, la production éolienne a atteint un niveau record, soit un total de 50,7 TWh, dont 48,7 TWh de production d'éolien terrestre et 1,9 TWh de production offshore. En France, l'éolien se classe donc au 3ᵉ rang des filières de production, devant les centrales à gaz. Cette énergie renouvelable permet de limiter le recours aux centrales à combustion fossile, et donc d'agir en faveur de la transition énergétique.

État des lieux de l'éolien en France

Les chiffres clés de l’éolien en France

QUELQUES CHIFFRES À RETENIR SUR L'ÉOLIEN EN FRANCE

  • 2ᵉ énergie renouvelable en production d’électricité française ;
  • 50,7 TWh d’électricité produite en 2023 ;
  • 10,8 % de la consommation électrique française au premier semestre 2023 ;
  • 1ᵉʳ employeur du secteur des énergies renouvelables électriques dans l'Hexagone ;
  • Au 1ᵉʳ semestre 2023, 59 nouvelles installations raccordées en France, soit une puissance de 1 084 MW.
éoliennes au dessus des nuages

Actuellement, en ce 15 juillet 2024, la production journalière provenant d'éoliennes en France s'élève à 19 GWh.

Avec une capacité éolienne de près de 37,9 TWh en 2022, la France est à la 3ᵉ place du podium européen de l’éolien selon l'EurObserv'ER 2023, derrière l'Allemagne (125,97 TWh) et l'Espagne (62,705 TWh). D'après RTE, la production éolienne a atteint un niveau record en 2023, avec un total de 50,7 TWh.

Où en est la France dans les énergies renouvelables ?

Pour atteindre les objectifs de réduire à 50 % de la part du nucléaire dans la production d’électricité française d’ici à 2025 (contre 77 % en 2015), la fermeture de certaines centrales nucléaires est évoquée. Une alternative qui devrait aller de pair avec une accélération du développement des énergies renouvelables.

Graphique : Selectra - Source : Chiffres clés de l'énergie - Édition 2023 - Ministère de la Transition Énergétique

Le pourcentage d'énergies renouvelables dans la consommation primaire d'électricité en 2022 est d'environ 14 %. Cette proportion devrait atteindre 40 % de la production électrique à l'horizon 2030, selon le ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires et le ministère de la Transition énergétique. Depuis les années 70, la quantité d’électricité renouvelable produite n’a connu qu’une faible progression, tandis que l’électricité nucléaire a pris une place conséquente depuis le début des années 1980. La même année, la proportion de nucléaire dans la consommation globale d’électricité s’élève à 36 %, contre 16 % pour le gaz naturel.

Développement de la filière éolienne en France

Pour aboutir aux objectifs fixés de réduction du nucléaire et d’augmentation de la filière renouvelable, une programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) est instaurée. La première PPE, fixant les objectifs pour 2018 et 2023 n'est, à ce jour, toujours pas arrêtée, mais le document préparatoire de cette nouvelle programmation fut présenté au comité de suivi de la loi, le 19 novembre 2015. Ses objectifs sont les suivants : au sein des trois principales filières renouvelables, la priorité se porte sur l’éolien et le solaire. La puissance installée devra passer du simple au double, d’ici à 2023. Le développement le plus remarquable sera celui de l’éolien offshore, avec une puissance installée multipliée par 12 d’ici à 2023, pour arriver à 3 GW.

En 2024, les objectifs les plus récents de la PEE sont les suivants :

La part des énergies renouvelables devra être équivalente à plus de 33 % de la consommation finale brute d’énergie en 2030. À cette date, les énergies renouvelables devront représenter :

  • 40 % de la production d’électricité ;
  • 38 % de la consommation finale de chaleur ;
  • 15 % de la consommation finale de carburant ;
  • 10 % de la consommation de gaz.

Pour rappel, l'Hexagone a pour objectif d'atteindre la neutralité carbone en 2050.

À jour en mars 2024 - Source : Ministère de la Transition Écologique et RTE - Graphique : Selectra

L'éolien en Europe

éoliennes crépuscule

Au sein du classement européen en part d’énergies renouvelables, la France est passée, entre 2005 et 2021, de la 11ᵉ à la 14ᵉ place, en passant notamment par la 16ᵉ place en 2014, tant pour le mix électrique que pour le mix énergétique français. D'où la nécessité d'une planification écologique en France, afin qu'elle reprenne un rôle de leader dans ce qui sera l'un des principaux challenges du XXIᵉ siècle.

Les 5 premiers pays producteurs d'électricité d'origine éolienne sont l'Allemagne avec 125,3 TWh, l’Espagne, 62,7 TWh, la France, 37,9 TWh, la Suède, 33 TWh, et enfin les Pays-Bas avec 21,2 TWh. (Source : Baromètre Éolien - EurObserv'ER, mars 2022)

Données en TWh de la production brute d'électricité d'origine éolienne - Source : EurObserv'ER, 2023 - Graphique : Selectra

Le retard de l’éolien français en Europe

Réunies à Paris les 13 et 14 septembre 2016 pour le septième colloque annuel organisé par l’association qui les représente (France énergie éolienne), les entreprises françaises de l’éolien envient le climat plus favorable d’outre-Rhin. En Allemagne, le contexte éolien est porté par une volonté politique affirmée et des industries dynamiques. Le groupe Siemens va absorber avec son concurrent espagnol, le groupe Gamesa, ainsi qu’Adwen, filiale commune au groupe Areva spécialisée dans l'éolien en mer.

La transition énergétique n’est pas si naturelle au pays du nucléaire. Notons toutefois que la production éolienne a atteint un niveau record en 2023, avec une production égale à 50,7 TWh. Par ailleurs, la production thermique fossile détient son plus bas niveau depuis 2014. Nous pouvons en déduire que la majorité des Français saisit l’utilité de l’éolien, mais ces derniers restent encore frileux quant à son impact sur les paysages de l’Hexagone.

À quoi ressemble le parc éolien français et européen ?

La croissance de l'éolien en Europe et en France

hélices éolienne

L'Europe détient environ 33 % de la capacité éolienne mondiale, avec 141,7 GW installés (dont plus de 10 GW en France). Avec une puissance de plus de 10 300 MW, la France possède le 3ᵉ parc européen, derrière l’Allemagne et l’Espagne. Notons par ailleurs que les investissements dans la filière éolienne devraient atteindre 23 Mds d’euros d’ici à 2030. En Europe, l’année 2015 fut celle de tous les records pour l’Allemagne, avec près de 6 000 MW de nouvelles installations, dont 2 300 MW d’éolien en mer.

En 2022, la puissance du parc allemand s’élève ainsi à 66 206,0 MW, dont 8 129,0 d'éolien maritime. Avec 29 042,9 MW, l'Espagne gagne la seconde position. Sur le plan des MW installés en 2022, la France est à la troisième place du podium européen, avec 1 974,0 MW installés cette année-là sur un total de 20 698,0 MW. La Suède prend ensuite la suite du classement avec une puissance éolienne globale de 14 585,0 MW, dont 2 469,0 MW installés en 2022.

En 2022, la production d’électricité éolienne estimée dans l'Union européenne à 27 est de 419,5 TWh. Quant à la puissance nouvellement installée en 2022, celle-ci est de l'ordre de 15 GW, dont 963 MW d’éolien en mer (source : EurObserv’ER).

Objectifs 2020 du Paquet Energie-Climat pour l'éolien en Europe

L’Union européenne s'était fixée l’objectif de porter la part des énergies renouvelables (EnR) à 20 % de sa consommation finale d’énergie d'ici à 2020. Chaque État membre s’est vu attribuer un objectif distinct, calculé en fonction de la part des EnR dans la consommation du pays en 2005, ainsi que de son PIB par habitant.

D’un pays à l’autre, les plans d’actions ont été variables :

  • Entre 10 % et 19 % d’EnR de la consommation nationale d’énergie en 2020 : avec 10 % Malte représente l’objectif le moins élevé de l’UE, on trouve également, le Luxembourg, la Belgique, Chypre, la Hongrie, la République tchèque, les Pays-Bas, la Slovaquie, la Pologne, le Royaume-Uni, la Bulgarie, l’Irlande, la Grèce, l’Italie et l’Allemagne ;
  • Entre 20 % et 25 % : la Croatie, l’Espagne, la France, la Lituanie, la Roumanie, l’Estonie et la Slovénie ;
  • Entre 26 % et 35 % : le Danemark, le Portugal et l’Autriche ;
  • Plus de 35 % : la Finlande, la Lettonie et la Suède (49 %, objectif le plus élevé de l’UE).

Dans le cas de la France, l’objectif était d'atteindre une part de 23 % d'EnR d’ici à 2020. Cet objectif était plus important que celui d’autres pays, tels que l’Allemagne (18 %). Chaque pays était par ailleurs libre dans le choix des sources renouvelables qu’il souhaite privilégier dans le cadre de ce plan.

Dès 2012, trois États membres dépassaient déjà leurs objectifs. Il s’agissait de la Bulgarie, de l’Estonie et de la Suède. Trois autres pays avaient atteint leurs cibles à 95 % : il s’agissait de la Roumanie, la Lituanie et l’Autriche.

Quels objectifs pour la France après 2020 ?

La France a pour objectif d'atteindre 33 % d'énergie renouvelable dans son mix énergétique (répartition des différentes sources d'énergie consommée) d'ici à 2030.

Promouvoir la place de l’éolien en France

Affirmer l’éolien comme une source majeure d’énergie

Le développement de l’éolien, comme l'ensemble des énergies renouvelables, bénéficie d’un soutien public, dans la mesure où le déploiement des équipements ne pourrait pas se faire sur le seul critère de compétitivité. Le soutien public aux filières renouvelables est primordial dans le soutien et l’accompagnement technologique et économique de ces dernières ; un soutien public remplissant une fonction de facilitateur, pour la levée des différents verrous techniques et économiques et la réduction de coûts technologiques.

éoliennes tracteur

Pour le secteur électrique, l’enjeu est de permettre une intégration au marché optimale, ainsi que d’assurer un système électrique nécessaire à leur développement. La France a fait le choix d’une politique encadrée des énergies renouvelables, afin d’assurer un développement harmonieux. L’éolien et l’ensemble des énergies propres permettent de limiter la pollution de l’air, mais aussi la réglementation des installations qui utilisent la biomasse en termes d'émissions de particules. À l’avenir, l’énergie éolienne s’intégrera aisément dans les pays dont le mix électrique s’appuie essentiellement sur les énergies fossiles.

Source d’énergie intermittente, le caractère variable de l’éolien sera compensé par la grande disponibilité des centrales à gaz ou à charbon, en dépit de leur impact environnemental plus néfaste. Pour les pays dont la structure de production énergétique s’appuie essentiellement sur des sources moins simples à contrôler, l'intégration de l’énergie éolienne sera plus complexe. La France, avec ses nombreux réacteurs, entre dans ce cas de figure.

Du parc éolien terrestre au parc offshore

En 2023, l'éolien terrestre représente 48,7 TWh de la production totale (9 TWh de plus qu'en 2022), tandis que l'offshore (en mer) représente un total de 1,9 TWh. L’éolien maritime va ainsi devoir relever plusieurs défis clefs afin de pouvoir exploiter au mieux son potentiel :

D’un point de vue économique, l’éolien offshore doit gagner en compétitivité. Les coûts du kWh sont, à ce jour, deux fois supérieurs à ceux de l’éolien onshore. Une diminution considérable du coût des structures des éoliennes participera à une baisse des coûts d’investissement.

eoliennes offshore

Sur le plan technique, les structures de support devront être repensées. Les structures actuelles ne permettent pas d’installer des éoliennes mesurant plus de 25 m de profondeur : une contrainte qui limite l’utilisation des éoliennes à des eaux proches des côtes. Autres défis d’avenir : la maintenance et le raccordement des éoliennes au réseau électrique. En effet, les éoliennes offshores sont difficilement accessibles. Les exercices d’hélitreuillage sur éolienne mobilisent quotidiennement des équipes de maintenance. Autre challenge, la pose de câbles sous-marins, à laquelle s’ajoute un cadre réglementaire encore flou dans les dispositions de raccordements au réseau terrestre.

L’éolien offshore est donc un enjeu logistique de premier plan. Les pales des plus grandes éoliennes ont un diamètre de près de 120 m, qu’il s’agit de fixer à une hauteur de 100 m au milieu de la mer. Un défi grandissant puisque le développement de turbines offshore de 10 MW, augmentera, à terme, la taille des éoliennes. L’éolien offshore, source d’énergie d’avenir, doit surmonter un certain nombre de challenges, techniques, commerciaux et logistiques d'ici à 2020.

Quel avenir pour l'éolien en France ?

L'énergie éolienne a un avenir prometteur en France. Grâce à son immense littoral et la grandeur de son pays, l’Hexagone dispose du second meilleur potentiel en Europe en termes d'énergie éolienne. Les avancées techniques renforcent la compétitivité de cette source d'énergie. Cependant, l'électricité éolienne reste une énergie intermittente : elle ne pourra donc jamais subvenir seule aux besoins en électricité des français, d’où la nécessité de la coupler avec d'autres types d'énergies renouvelables comme l'énergie l'hydraulique par exemple. D’hypothétiques progrès sur le stockage de l'énergie permettront peut-être d’envisager de nouveaux usages.

L'énergie éolienne est une énergie d’avenir en France, mais pour l'heure, cette technologie ne peut constituer une alternative unique au remplacement de la production d'énergie polluante, notamment de l'énergie nucléaire, prépondérante en France. L’avenir de l'éolien est donc largement conditionné par le renforcement des investissements nationaux et européens.

appel gratuit

Quiz : combien de tonnes de CO² émettez-vous chaque année ?

Découvrez votre impact et votre devis compensation carbone en moins de 5".

❓ FAQ

Quelle est la part de l'éolien en France ?

D'après les calculs SDES (Chiffres clés des énergies renouvelables - édition 2023), l'éolien représente 12 % de la production primaire d'énergie renouvelable en 2022. Cette même année, la production au sein de l'Hexagone représente un total de 326 TWh.

Où sont situées les éoliennes en France ?

En France, les parcs éoliens sont situés dans des régions aux conditions favorables, comme les Hauts-de-France, la Bretagne, les Pays de la Loire, ou encore le Grand Est.

Qui gère les éoliennes en France ?

En France, le principal exploitant éolien est ENGIE, avec plus de 1.335 MW si l'on compte également ses filiales et participations (ENGIE Green, La Compagnie du vent, etc.). Ensuite, nous retrouvons EDF-Énergies nouvelles et EnergieTeam. De manière plus générale, les éoliennes sont encadrées par le Ministère de la Transition Écologique et de la Cohésion des Territoires.