La transition énergétique, enjeu majeur du XXIème siècle

Economisez jusqu'à 200€/an sur votre facture d'électricité/gaz

Nos conseillers vous répondent  

Notre plateforme téléphonique est actuellement fermée

Nous recommandons l'offre Directe

 
Aujourd'hui la transition énergétique est un enjeu majeur pour les pouvoirs publics et les acteurs du marché de l'énergie.

La transition énergétique est un mouvement en plein essor depuis de nombreuses années. Cependant, le grand public n’entend parler de ce terme qui désigne une modification des modes de productions et de consommations d’énergie que depuis quelques temps. Comment ce mouvement a-t-il évolué à l’ère des énergies propres et des mouvements écologiques ?

Les énergies renouvelables aux portes de notre quotidien

La France se dote petit à petit des infrastructures et systèmes nécessaires à un quotidien bercé par les énergies vertes et renouvelables. Où en est le territoire en matière d’innovation et quelle est la mentalité des Français vis-à-vis de cette révolution des énergies et des modes de consommation ?

Les énergies renouvelables ont le vent en poupe

Une production en forte hausse

éolienne dans un champ

La production primaire d’énergies renouvelables est en hausse chaque année. Son évolution reste cependant imprévisible, notamment parce que la production d’énergie verte dépend en partie des conditions climatiques de l’année concernée. La filière produisant la plus grande quantité d’énergie renouvelable dans le monde est aujourd’hui la filière du bois-énergie, suivie par l’hydraulique, les biocarburants ainsi que les pompes à chaleur. De nombreux autres modes de production existent en France mais ils restent à l’heure actuelle relativement faibles face à ces quatre filières. On constate une incroyable progression de toutes les filières de production d’énergie renouvelables en France entre 2004 et 2010, période de véritable prise de conscience. Les objectifs de production et de consommation d’énergies renouvelables fixés pour 2020 par la France ne seront malheureusement pas atteints à temps mais les statistiques et les différents relevés montrent que les filières s’en approchent fortement. Bien que la France ne soit pas leader de la production d’énergies vertes en Europe, elle reste un exemple à suivre, derrière la Suède, la Finlande ou encore le Danemark.

En France, les fournisseurs passent au vert- Les offres d'électricité verte en France ;
- Les offres de gaz vert en France.

Une communication accrue autour de ce mouvement

Cette prise de conscience et ces efforts permanents pour rester dans la course aux énergies renouvelables et favoriser la transition énergétique ne sont pas le fruit du hasard. De très nombreux acteurs se mobilisent pour informer le grand public et communiquer autant que possible. Dès la mise en place de la loi de transition énergétique, une campagne gouvernementale a notamment vu le jour pour inciter les citoyens à adopter les bons gestes et le comportement adéquat. Figurent dans cette campagne d’informations des détails relatifs à un crédit d’impôts lors de l’éco-rénovation d’un logement, au tri des déchets ménagers, à des avantages financiers lors de l’achat d’un véhicule électrique ou encore à la participation à un projet collaboratif local impliquant les énergies vertes.

De nombreuses personnalités politiques ou issues d’autres milliers n’hésitent d’ailleurs pas à prendre la parole pour défendre ces initiatives. C’est par exemple ce que Mélanie Laurent a proposé en 2015 avec son film Demain, où son équipe et elle parcourent le monde pour observer l’avancée de la transition énergétique avant de revenir en France pour faire le bilan de leur propre pays.

Logements verts et éco-quartiers

Des habitations écologiques et à énergie positive en forte augmentation

écologie

Parmi les mesures en vogue depuis quelques années, les éco-quartiers et habitats verts ou respectueux de leur environnement rencontrent un franc succès, notamment sur le territoire français. Les bâtiments étaient en effet l’un des principaux points noirs de la loi sur la transition énergétique. Ils représentent à eux seuls plus de 40% de la consommation d’énergie en France. Au-delà des nombreuses infrastructures à rénover, c’est surtout lors de la construction de nouveaux bâtiments que la loi sur les énergies vertes pourra être appliquée. Les travaux de performances énergétiques concernant les particuliers seront d’ailleurs favorisés courant 2017 grâce à un carnet numérique de suivi et d’entretien du logement.

Certains bâtiments à énergie positives ont par ailleurs déjà vu le jour et se positionnent comme les précurseurs d’une révolution dans le monde de la construction. Ces infrastructures et autres habitats ou bâtiments administratifs ont la capacité de produire plus d’énergie qu’ils n’en consomment, et de distribuer l’excédent sur le réseau électrique ou de le vendre à des fournisseurs d’énergie pour rembourser leurs installations parfois coûteuses.

Des impacts sur l’économie à différents échelles

La mise en place de la 3e révolution industrielle

Ce schéma nous permet d’entrevoir ce que nous réserve le futur des énergies renouvelables et de la transition énergétique : la troisième révolution industrielle. Ce grand principe énoncé par l’économiste américain Jeremy Rifkin et annoncé depuis de nombreuses années est sur le point de voir le jour à une échelle nationale et non plus à l’échelle d’un éco-quartier comme c’est actuellement le cas dans quelques pays leaders de ce domaine. Très bientôt, nos maisons, immeubles d’habitation, bureaux et autres bâtiments gouvernementaux ou industriels seront à même d’être auto-suffisants en matière de production d’énergie.

Ils pourront alors vendre ou échanger leur excédent d’énergie sur un réseau similaire à l’internet que nous connaissons aujourd’hui, pour financer son entretien, rembourser le coût de ses infrastructures ou rémunérer certains de ses employés. Chaque lieu et chaque bâtiment va progressivement se transformer en une mini-centrale, capable de produire, de stocker et de consommer intelligemment sa propre énergie, produite sur place et respectueusement vis-à-vis de l’environnement et de la nature.

Les nations se fixent des objectifs ensemble

COP 21 et autres traités

cop 21

La France s’est fixée des objectifs précis à atteindre dans un premier temps en 2020 pour évaluer les capacités du territoire, puis sur une plus grande échelle avec de nouveaux objectifs fixés pour 2030. Les calculs établis pour 2020 ne seront pas respectés mais les résultats indiquent que la France n’est pas loin du compte. Au niveau européen et au niveau international, des initiatives sont aussi en cours, notamment via l’organisation et la participation de très nombreuses nations à des évènements médiatiques tels que la COP21, conférence sur le climat ayant eu lieu à Paris en 2015.

Le bilan de cette conférence de plusieurs jours reste contesté à l’heure actuelle, mais le simple fait que des milliers de personnes se soient réunis pour débattre et tenter de faire avancer les choses en faveur d’un monde plus respectueux où les énergies renouvelables auraient une place légitime prouve que les mentalités évoluent. L’un des accords les plus connus dans le monde relatif aux émissions de gaz à effet de serre reste le protocole de Kyoto, qui avait vu naître la mise en place d’un accord dont l’objectif était de réduire de 5% les émissions de six gaz à effet de serre entre 2008 et 2012.

Les résistances contre la transition énergétique

Malgré l’efficacité et la rentabilité avérée de la transition énergétique ainsi que les nombreux avantages apportés par les énergies renouvelables et la croissance verte, une forte partie de la population reste encore convaincue que changer de mode de vie n’est pas nécessaire. Souvent à cause de la désinformation mais parfois aussi par déni de la vérité, ces personnes sont convaincues que notre mode de consommation actuel est adapté à nos besoins et qu’il n’est nullement nécessaire de tendre vers un système plus sain et plus respectueux.

Les climato-sceptiques

Déni du besoin de la transition énergétique

Avec les dernières élections américaines, le public a pu assister à un véritable effet boule de neige de ce qu’est le climato-scepticisme. En effet, le nouveau président des Etats-Unis ne s’est pas gêné pour tenir des propos allant contre tout ce que la communauté scientifique internationale essaye de démontrer : les énergies fossiles et notre façon de les consommer nuisent gravement à notre planète et ce, de manière exponentielle depuis maintenant plus de 120 ans.

L’élection du 45e président américain a d’ailleurs eu de graves conséquences sur de très nombreux rapports scientifiques et données touchant ce domaine. Ce dernier a purement et simplement ordonné la destruction de très nombreuses enquêtes traitant du réchauffement climatique et proposant des alternatives ou alertant la population. Des rapports complets ont disparu des sites internet d’administrations américaines. Le plan d’action de lutte contre le réchauffement climatique a quant à lui été supprimé du portail internet de la Maison Blanche le jour même de l’investiture du nouveau président. Ces actions survenues directement après l’accès du 45e président des Etats-Unis au pouvoir vont de paire avec la signature de traités autorisant la relance du projet Keystone XL, un oléoduc controversé que l’ex-président Obama avait réussi à enterrer.

Aux Etats-Unis comme en France, des relations en monde politique et lobbys des énergies fossiles permettent parfois de passer de tels accords, qui peuvent sembler irréalistes à l’heure de la transition énergétique.

Les lobbys des énergies fossiles

L’industrie du pétrole

pipeline dans la nature

L’industrie du pétrole dispose en France de son propre syndicat professionnel. Chaque année, ce comité regroupant les plus grands acteurs du secteur se réunit autour d’un thème particulier pour échanger sur les solutions de demain. Le dernier thème en date ayant d’ailleurs fait débat était “la place des hydro-carbures dans la transition énergétique”.

Le gaz de schiste

Au cœur de différents scandales depuis une dizaine d’année, le gaz de schiste dispose d’un lobby important, notamment au sein du Sénat et de l’Assemblée Française. En effet, des sénateurs tentent de faire passer certains amendements relatifs à l’exploration et à l’exploitation de tels hydro-carburants. Face à eux, des opposants ainsi que des écologistes veillent à ce que de telles lois ne puissent être validées de peur des abus qu’ils impliqueraient.

Les centrales nucléaires

centrale nucléaire

Les centrales nucléaires sont l’un des puzzles les plus complexes à résoudre pour valoriser la transition énergétique et favoriser les énergies renouvelables. Vieilles de plusieurs dizaines d’années et souvent difficiles à démanteler, elles représentent un fort pourcentage de l’énergie consommée en France comme dans d’autres pays d’Europe. Il est alors difficile pour les défenseurs de la croissance verte de faire face à de tels mastodontes, qui n’hésitent pas à évoquer les failles de sécurité et l’absence de fiabilité de ces infrastructures ayant mal vieilli pour faire valoir la transition énergétique.

Une transition difficile mais évidente

Vers quel avenir tendons-nous ?

Nous nous dirigeons inexorablement vers une ville et un mode de vie parcourus de réseaux intelligents et exclusivement alimentés par le biais d’énergies issues de la transition énergétique. Cependant, il est important que chacun se prépare à cette transition qui s’effectuera sur le long terme. Bientôt, nos modes de transports, nos habitats ainsi que nos infrastructures publiques accueilleront des systèmes permettant de produire et de stocker la technologie nécessaire à la transition énergétique à laquelle nous assisterons prochainement. Il est donc important de s’informer quant à l’évolution de ce mouvement.

Quelques sites pour s’informer

Pour ne pas se laisser dépasser par la rapidité des découvertes et l’évolution permanente des normes et autres lois entourant la transition énergétique, il peut être utile de consulter quelques sites internet de temps à autre. Dans un premier temps, le site du ministère de l’environnement est une excellente ressource en matière d’informations, de nouvelles lois et de données relatives aux énergies de la transition énergétiques. D’autres acteurs du numérique sont aussi la pour informer la population sur les dernières avancées et innovations en matière d’énergies vertes, tels que le site actu-environnement permet de se tenir informé via des articles souvent courts et fréquemment mis à jours.

Mise à jour le