Un conseiller spécialisé pour vos démarches au

09 73 72 73 00 Rappel gratuit

France : une électricité trop "taxée" selon le PDG d'EDF

Ampoules
Les taxes représentent en France plus du tiers de la facture d'électricité

Jean-Bernard Lévy, PDG d'EDF renouvelé dans ses fonctions lors de l'assemblée générale le 16 mai, a exposé les raisons de la future hausse de 5,9% du tarif bleu de l'électricité en juin. Interviewé au micro d'Europe 1, pour lui, les taxes sur l'électricité y sont pour beaucoup. Selectra décrypte pour vous cet entretien. 

Une hausse de presque 6% décidée par les autorités publiques

Après avoir subi un gel pendant l'hiver, les tarifs réglementés de l'électricité repartent franchement à la hausse pour augmenter de 5,9% au 1er juin. Il s'agit là d'une décision prise par le gouvernement suite à une recommandation de la Commission de régulation de l'énergie (CRE). Comme le souligne le PDG d'EDF"ces tarifs sont fixés par le gouvernement selon des lois qui calculent comment l'électricité doit être payée". En cela, il souhaite faire comprendre aux consommateurs que ce n'est donc pas le fournisseur historique, EDF, qui est responsable de la hausse. 

Une facture plombée par les taxes

D'ailleurs, pour lui, l'Etat est d'autant plus responsable de cette augmentation du fait des taxes importantes qui pèsent sur la facture d'électricité. "Je rappelle que quand on paye une facture d'électricité, on paye plus du tiers de taxes. C'est comme si on avait une TVA à 55 %", met-il en avant. Et effectivement, les taxes n'ont fait que monter ces dernières années. En 2016, les taxes représentaient 35% de la facture d'énergie, alors qu'elles en constituaient 26% en l'an 2010. Pour une facture annuelle de 960 euros en moyenne, leur montant est donc d'environ 336 euros. 

C'est pourquoi, Jean-Bernard Lévy invite le gouvernement à faire baisser les taxes sur l'énergie. "Aujourd'hui, on souhaite favoriser le décarboné comme l'électricité plutôt que le fossile et pourtant on taxe beaucoup l'électricité. C'est un sujet délicat mais il faudrait peut être réfléchir à moins taxer l'électricité puisqu'elle n'émet pas de dioxyde de carbone" explique-t-il.

Le nucléaire, garant d'une stabilité des prix de l'électricité ? 

La France n'est pourtant pas le seul pays à voir le prix de l'électricité grimper en flèche. Pourtant la hausse est minorée du fait du nucléaire si on en croit le PDG. "Partout en Europe les prix de l'essence et du charbon, qui conduisent à calculer le prix de l'électricité, ont augmenté et partout en Europe les prix de l'électricité sont en hausse de 8 à 10 %. En France, c'est 6 %. C'est beaucoup je le reconnais, mais c'est un peu moins grâce au nucléaire qui est un facteur de stabilisation car il ne dépend pas des prix du charbon", argue Jean-Bernard Lévy.

Et en effet, le nucléaire reste pour l'instant une énergie plutôt bon marché. Comme le fait savoir l'IFRAP, la Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques, "aucun mode de production renouvelable ne peut concurrencer le nucléaire historique pilotable et vendu 42 euros par Mwh aux concurrents d’EDF". Grâce au système de l'Accès régulé à l’énergie nucléaire historique (Arenh) EDF est dans l'obligation de vendre à la concurrence jusqu'à 25% de son électricité d'origine nucléaire, soit un seuil de 100 térawattheures par an. Ce dispositif permet de mettre en place la concurrence dans de meilleures conditions pour les fournisseurs alternatifs. Ces derniers peuvent également acheter l'électricité sur les marchés de gros. Malheureusement si les tarifs pratiqués étaient avant plus avantageux, ils sont augmentés ces derniers temps, obligeant les opérateurs à opter pour l'électricité d'EDF. Par "effet domino", les prix ont eux aussi subi une hausse. 

Cependant, si le nucléaire n'est pas cher aujourd'hui, il risque de le devenir sur le long terme du fait du démantèlement des centrales nucléaires et de l'entretien du parc, l'atome s'avère de moins en moins rentable. Si l'on en croit l'iFrap "pour dédommager les actionnaires de la fermeture prématurée de chaque centrale nucléaire, l’État devra verser des dédommagements aux actionnaires d’EDF." A elle seule, la fermeture de la centrale de Fessenheim, aura un coût de "646 millions de taxes supplémentaires pour les Français" d'après l'Ifrap. C'est sans compter les retards et les allongements de budget de l'EPR de Flamanville. Un argument qui permet à François de Rugy, Ministre de la transition écologique et solidaire de répondre à Jean-Bernard Lévy "les coûts de l'électricité en France ont dérivé depuis des années pour un certain nombre de raisons", notamment du fait de l'entretien du parc nucléaire français. "L'endettement d'EDF est là pour le démontrer : plus de 35 milliards d'euros de dettes. Aujourd'hui EDF s'endette car elle n'arrive pas à couvrir ses coûts de productions avec ses recettes" explique-t-il. 

EDF : un coût salarial important

Toujours pour répondre au chef d'entreprise, le ministre ajoute que "les coûts salariaux d'EDF sont plus élevés que ceux d'autres entreprises d'énergie." Sans compter que selon lui, "tous les ans, la Cour des comptes dénonce le fait que les salariés d'EDF ne payent que 10 % du prix de l'électricité""Peut être que le PDG d'EDF pourrait changer cela" attaque-t-il. Une polémique qui n'a pas beaucoup de sens puisque l'Etat est encore actionnaire majoritaire à 83,66% d'EDF. 

Comment minimiser l'impact de la hausse de l'électricité sur les factures ? 

Loin des polémiques et en attendant certaines réformes, les consommateurs peuvent d'ores et déjà réaliser certaines économies sur leurs factures. Ils peuvent notamment changer de fournisseur d'électricité et opter pour une offre plus adaptée à leur besoin. En comparant les offres d'électricité, ils peuvent faire baisser leurs factures parfois jusqu'à 200 euros par an. Au vu de l'évolution du marché, il peut être intéressant pour eux de se tourner vers des offres à prix fixes. Ainsi, ils seront plus à même de prévoir le budget à allouer à la facture à la fin de chaque mois. Pour les clients soucieux de l'environnement, il est possible de choisir une offre d'électricité verte low-cost, les énergies renouvelables étant de plus en plus rentables

Créé le