EDF et Engie (ex-GDF Suez) préparent leur transition énergétique

EDF et Engie tournent le dos au charbon. En quelques mois, les fournisseurs historiques français ont allié paroles et actes pour démontrer leur volonté de produire de l’énergie propre, en s’inscrivant pleinement dans le cadre de la transition énergétique.


Depuis plusieurs mois, à grands coups d’annonces, les fournisseurs historiques français, EDF et Engie (ex-GDF Suez), poursuivent leur mue vers une production d’énergie sans charbon. A quelques encablures de la COP21, les deux énergéticiens français se positionnent comme les champions de l’énergie bas-carbone.

Aux Etats-Unis, les producteurs français jouent la carte verte

Le siège d'Engie. L'énergéticien français vend ses centrales à gaz nord-américaines

La tour Engie à la Défense. L'énergéticien français va vendre ses centrales à gaz nord-américaines.

Le 19 octobre, selon La Lettre de l’Expansion, Engie a signé un mandat de cession pour ses centrales à gaz nord-américaines avec Bank of America - Merrill Lynch. Le producteur français compte actuellement plus de 13 000 mégawatts de capacité électrique sur le continent américain, dont 1000 MW générés par des sources renouvelables. 

EDF a conclu le 20 octobre un accord avec l’entreprise américaine Procter & Gamble (P&G). Le premier producteur mondial d’électricité fournira l’énergie nécessaire à tous les sites de fabrication de produits P&G de soin du linge et de la maison, commercialisés entre autres sous les marques Mr. Propre et Febreze. L’électricité vendue par EDF à P&G sera uniquement d’origine éolienne, grâce à un parc d’une puissance de 123 MW construit en 2016 dans le comté de Cooke, au Texas. 

Les Français champions des énergies renouvelables

Par ces choix stratégiques, les fournisseurs historiques français confirment leur volonté de tourner le dos à la production d’énergie à l’aide de combustibles fossiles et notamment de charbon. La signature du contrat Procter & Gamble positionne EDF comme l’un des plus importants producteurs d’électricité décarbonné aux Etats-Unis, quand la vente des centrales à gaz d’Engie vient affirmer la volonté du groupe d’investir dans les énergies vertes. 

En 2015, Engie devient plus propre

Des panneaux solaires. Engie investit massivement dans l'énergie photovoltaïque.

Engie a racheté début juillet le français Solairedirect, spécialiste de l'énergie photovoltaïque.

L’ex-GDF Suez a d’ailleurs fait de nombreuses avancées sur le sujet depuis plusieurs mois. Récemment introduit à l’indice Dow Jones Sustainability Index (DJSI) World et Europe, qui réunit les entreprises les plus attentives au développement durable, Engie a multiplié les acquisitions dans le secteur du service à l’énergie : la start-up Advanced Microgrid Solutions (AMS), spécialisée dans le stockage d’électricité en batterie, le groupe australien de solutions énergétiques (chauffage, climatisation, etc.) TSC Group Holdings, ou encore Solairedirect, entreprise française du secteur photovoltaïque. Une transition économique à marche forcée vers la production d’énergie renouvelable et la réduction de la consommation énergétique. Le 15 octobre dernier, Gérard Mestrallet, patron du groupe, a même annoncé l’abandon de tous les projets de construction de centrales à charbon lancés dans le monde ces dernières années par Engie, sous la pression du gouvernement français

Les objectifs “bas-carbone” d’EDF

Le siège d'EDF, qui veut devenir le champion de l'électricité bas-carbone.

Le siège d'EDF à Paris. Le groupe veut vendre ses centrales à flamme en Europe pour réinvestir dans le nucléaire et les énergies vertes.

Doubler notre parc européen d’énergie renouvelable et français, en 2030. Jean-Bernard Lévy, PDG d'EDF, le 22 septembre 2015.

EDF n’est pas en reste. Depuis quelques semaines, le PDG Jean-Bernard Lévy mène une importante campagne médiatique, affirmant que son entreprise veut devenir le champion de l’énergie bas-carbone. “L'objectif est de doubler notre parc européen [d’énergie renouvelable, ndlr], et français, en 2030, c’est-à-dire passer de 28 gigawatts (GW) à plus de 50 GW”, a récemment déclaré le patron de l’électricien français. Et EDF a joint la parole aux actes : outre son accord avec P&G, il a mis sous revue stratégique ses actifs européens de production d’énergie d’origine fossile. Il consolide par ailleurs sa stratégie autour de l’EPR, technologie qui ne contribue pas au réchauffement climatique. Un tiers de ses investissements pour les prochaines années seront consacrés aux énergies vertes

La France veut donner l’exemple pour la COP21

Le président français François Hollande présidera la COP21 en décembre prochain.

Le président de la République François Hollande. La France multiplie les démonstrations de volontarisme dans la lutte contre le réchauffement climatique.

A quelques semaines de la COP21, la grande conférence sur le climat qui se tiendra au Bourget du 30 novembre au 11 décembre, le calendrier des deux fournisseurs historiques n’a rien d’anodin. Le gouvernement français se veut leader dans la lutte contre le réchauffement climatique et doit montrer qu’il a les mains propres pour cela. La série de très médiatiques annonces d’EDF et et Engie sont autant d'excellents arguments pour Paris, qui pourra ainsi affirmer qu’aujourd’hui, en matière de climat, la France donne l’exemple
 

Mis à jour le