Energie hydraulique

Énergie Hydraulique : définition, avantages et inconvénients en 2024

Mis à jour le
min de lecture

L’énergie hydraulique est issue de la force et du mouvement de l’eau (rivières, chutes d’eau, vagues, courants marins) et permet de produire de l’électricité renouvelable. En 2022, les centrales hydroélectriques françaises ont produit 11 % de la production métropolitaine, soit 49,6 TWh. L’hydroélectricité représente plus de la moitié (53 %) de la production d’électricité verte en France et est la seconde source de production électrique derrière le nucléaire.

LES CHIFFRES CLEFS SUR L'ÉNERGIE HYDRAULIQUE :

  • La filière hydraulique est la deuxième source d’électricité française, avec une capacité raccordée de 25 734 MW ;
  • L'hydroélectricité est la première parmi les sources d’électricité renouvelable ;
  • La région Auvergne-Rhône-Alpes concentre plus de 44 % du parc hydraulique français (11 403 MW) ;
  • La région Occitanie représente quant à elle plus de 20 % du parc hydraulique national (5 296 MW) ;
  • La filière a produit 44,4 TWh d’électricité renouvelable en 2022, soit une diminution de 23 % par rapport à celle de l’année 2021 pour cause de sécheresse ;
  • Les objectifs nationaux 2023 concernant la filière de l'hydroélectricité sont atteints à hauteur de 99,3 %

Qu'est-ce que l’énergie hydraulique ?

C'est quoi l'énergie hydraulique et à quoi sert-elle ? L’eau est l’élément de vie par excellence : pour sa fonction vitale pour les êtres humains, mais également par son formidable potentiel de production d’énergie.

Définition de l’énergie hydraulique

Hydrolique ou hydraulique ?

O écrit bien "hydraulique" ! Toutefois, on écrira "hydroélectricité" et non pas "hydrauélectricité".

L’énergie hydraulique utilise la force cinétique des déplacements de l’eau sous toutes ses formes (chutes d’eau, courants des rivières et autres cours d’eau) pour produire de l’énergie. Ce processus est une manifestation indirecte de l’énergie solaire et de la force de gravité de la Lune dans le cycle de vie de l’eau : l’énergie solaire provoque des vapeurs d’eau des océans et des mers, qui se transforment en nuages et sont poussés au gré du vent pour se transformer en pluie et neige qui viennent alimenter les lacs, rivières, mers et océans. Ainsi, c’est la conjonction de plusieurs sources d’énergies renouvelables qui participent indirectement à la production d’énergie hydraulique.

La force de l’eau est utilisée depuis l’Antiquité via les moulins à eau pour fournir de l’énergie mécanique - directe i.e sans autre transformation – pour la fabrication du papier ou moudre le grain, puiser de l’eau, etc.

L’avènement de l’ère industrielle au 19ᵉ siècle voit les premières utilisations de l'énergie hydraulique par le biais de barrages, produite par les chutes d’eau dans des centrales hydrauliques.

Ce sont les premières expérimentations de la transformation d’une énergie renouvelable – l’énergie hydraulique – pour en faire une énergie électrique via des centrales hydroélectriques. Cette filière – qualifiée de houille blanche – prend un essor fulgurant au début du 20ᵉ siècle, encouragé par le développement du réseau d’électricité en France.

Qui est le premier producteur d'hydroélectricité en France ?

Le fournisseur historique d'électricité EDF est aussi le premier producteur hydraulique dans l'Hexagone. Concrètement, il exploite environ 400 des 600 barrages français.

Comment fonctionne l’énergie hydraulique ?

barrage hydraulique

L’énergie hydraulique renouvelable peut être comparée à l’énergie éolienne sur son mode de fonctionnement. L’eau produit un mouvement qui actionne des turbines dont le déplacement en continu - et sous la pression de la force de l’eau - permet de produit de l’énergie.

La pression de l’eau est essentielle dans le processus de production de l'énergie hydraulique, puisque plus elle est importante, plus le mouvement sera rapide et important.

Cette énergie est ensuite utilisée directement dans un processus de production mécanique (le cas des moulins à eau utilisés en agriculture par exemple) ou indirectement, dans un processus plus important pour produire une seconde énergie telle que l’énergie électrique.

Transformer l’énergie hydraulique en électricité, c’est possible ?

Quelle est la place de la filière hydraulique en France et dans le monde ? Quelles sont les différentes installations hydrauliques et les perspectives de développement possibles ?

La filière de production hydroélectrique en France

Actuellement, en ce 25 février 2024, la production journalière hydraulique en France s'élève à 203 GWh

L’énergie hydroélectrique et sa filière de production représente près de 14 % de la production d'électricité dans le monde, ce qui en fait la 3ᵉ source de production d’énergie électrique au niveau mondial derrière une énergie fossile telle que le charbon (36 %) et le gaz (22 %).

Source : https://www.edf.fr/groupe-edf/espaces-dedies/investisseurs/performances…

L’énergie hydraulique en France a subi un net recul de sa production depuis le 20ᵉ siècle, puisque dans les années 1950, 56 % de la production d’électricité était issue de l’énergie hydraulique. Elle peine aujourd’hui à trouver sa place face au parc nucléaire, dont la filière de production représente près de 63 % de la production d’électricité contre 11 % pour la filière hydraulique (chiffres issus du rapport d'activité RTE - 2022).

Toutefois, l’énergie hydraulique renouvelable en France a encore de grands potentiels d’exploitation.

lac de rétention d'un barrage hydraulique

Son pourcentage de production reste bien en dessous de certains de ses voisins européens ou dans le monde. À l’image de pays comme la Norvège ou la Suisse, avec respectivement 58 % et 92 % de la production électrique en provenance de ressources hydrauliques.

Prenons le cas de la Chine et du barrage des Trois-Gorges, situé le Yangzi Jiang. Celui-ci s’étend sur plus de 2335 mètres de longueur, 185 mètres de hauteur et est doté de deux centrales hydrauliques. Depuis 2014, il détient le record mondial de production d'énergie hydraulique avec 22 500 MW : il s'agit de la plus grande centrale hydroélectrique au monde. Notons toutefois qu'en 2023, la production hydroélectrique en Chine a connu une baisse drastique de 107 TWh.

En comparaison, le potentiel de production d’énergie hydroélectrique en France est de 50 à 75 TWh par an. Un score moins important certes, mais qu’il faut relativiser face aux différentes installations disponibles et possibles de mettre en place.

production hydraulique 2022

Production hydraulique par région - Source RTE (Panorama des énergies renouvelables 2022)

L’énergie hydroélectrique a besoin d’un ensemble d’installations qui fonctionne de façon optimale pour produire de l’électricité. En France, plus de 600 barrages sont utilisés pour produire de l’électricité. En France, l’exploitation de l’énergie hydraulique passe en majorité par les centrales de lacs et les centrales au fil de l’eau.

Les centrales de lacs offrent un grand potentiel de production, notamment en cas de pics de consommation. Elles peuvent de fait mobiliser de grandes ressources, dans un délai très court (9000 MW en quelques minutes). Ces centrales ont un fonctionnement simple et sont composées :

barrage
  1. De barrage dont le rôle consiste à bloquer l’écoulement naturel de l’eau, de la retenir et de la stocker ;
  2. De conduites d’eau par un ensemble de tuyaux permettant d’orienter l’écoulement de l’eau artificiellement vers la centrale hydraulique située en contrebas du barrage ;
  3. De centrale hydraulique où l’eau est acheminée à un point précis pour faire tourner des turbines. Entraînées par la force de l’eau, les turbines font tourner un alternateur qui produit le courant électrique alternatif ;
  4. De transformateur, utilisé pour gérer la tension du courant électrique alternatif afin qu’il soit transportable via les lignes à très hautes tensions.

L’eau utilisée n’a pas subi de transformation proprement dite et est exempte d’émissions de CO2. Elle réintègre le cycle de vie de l’eau pour être réutilisée lors de prochaines phases de production d’énergies hydrauliques.

Une centrale hydroélectrique permet de moduler sa production en fonction de la demande de consommation énergétique. Ceci grâce à son réservoir d’eau qui permet d’ajuster à la hausse comme à la baisse la puissance électrique produite.

L’énergie hydraulique peut être utilisée dans d’autres types d’installations, comme les centrales au fil de l’eau.

Fonctionnement d'une centrale hydraulique

Exactement à la manière des moulins à eaux, la force de l'eau fait tourner une turbine. Celle-ci va faire tourner un alternateur qui va générer un courant électrique alternatif. La puissance de cette énergie dépendra de la force avec laquelle l'eau fait tourner la turbine (plus précisément de la hauteur de sa chute mais aussi du débit d'eau).

Les différents modes d’utilisation de l’énergie hydraulique

barrage hydraulique

Plusieurs types d’installations permettent de produire l’énergie hydroélectrique :

  • Les centrales de lacs que l’on vient d’aborder ;
  • Les centrales au fil de l’eau qui produisent de l’hydroélectricité, mais sans utilisation de barrages, et donc de possibilité de stocker l’eau. Basées sur le cours de rivières ou de grands fleuves, elles fournissent de l’énergie de consommation de base, dite au fil de l’eau ;
  • Les petites centrales hydrauliques (PCH) dont la puissance est inférieure à 10 MW ;
  • Les stations de transfert d’énergie par pompage ou STEP, qui permettent de pomper des volumes d’eau pendant les périodes de basse consommation et de les utiliser pendant les pics de consommation. On dit que les STEP permettent de stocker l’énergie électrique.

À côté de ces quatre grandes installations hydrauliques, nous retrouvons d’autres types d’installation qui exploitent l’énergie produite par l’eau : les centrales marémotrices et hydroliennes (entre autres) qui utilisent les mouvements de l’eau issus des mers et océans pour produire de l’énergie électrique. Ces énergies renouvelables sont appelées les énergies marines.

Le cas des énergies marines

Les énergies marines, ou énergies bleues, représentent un formidable potentiel de développement pour la filière des énergies renouvelables en France ou dans le monde. Celles-ci peuvent participer à la transition énergétique en cours ; mais encore faut-il que les intérêts grandissants pour cette énergie renouvelable se concrétisent par des réalisations industrielles à grandes échelles.

Il faudra pour cela trouver la maîtrise des mouvements des océans et des mers, ce qui est loin d’être facile.

Nous pouvons citer les installations potentielles suivantes :

  • Les centrales marémotrices qui utilisent l’énergie marémotrice - i.e le mouvement de l’eau produit par la gravité de la Terre et de la Lune - pour produire de l’électricité ;
  • Les hydroliennes qui utilisent des turbines exploitant les courants marins ;
  • Les fermes houlomotrices – ou fermes à vagues - qui utilisent le mouvement des vagues ;
  • L’utilisation de l’énergie thermique des mers ou énergie hydrothermique issue de la différence de températures entre les eaux de surface et les eaux profondes.

L’impact de l’énergie hydraulique

La production d’électricité à partir de l’énergie hydraulique offre de multiples atouts, mais aussi certains effets négatifs, comme tout type de production exploité à l’échelle industrielle (ex : les mines de charbon, les gisements de gaz, l’exploitation du pétrole, etc.). Ces conséquences néfastes peuvent-elles enrayer le potentiel de développement de la filière des énergies hydrauliques ?

Quels sont les avantages et les inconvénients de l’énergie hydraulique ?

Les principaux avantages de l'énergie hydraulique sont les suivants :

  • L’hydroélectricité est issue d’une source d’énergie verte ;
  • L’énergie hydraulique n'émet pas de gaz à effet de serre, elle préserve donc la planète du réchauffement climatique ;
  • Elle ne produit pas de déchets – contrairement à l’énergie nucléaire qui en produit un certain nombre à hauts potentiels toxiques ;
  • L’énergie hydraulique permet de réguler les pics de consommation d’électricité survenant en hiver, par exemple, grâce à ses réservoirs de stockage et de pallier ainsi à des coupures de réseau intempestives ;
  • L’énergie verte est de plus accessible à un coût abordable sur le moyen-long terme ;
  • Les centrales hydroélectriques participent au développement économique et touristique des zones d’habitations où elles sont implantées.

À l'inverse, voici quelques impacts négatifs de cette énergie :

  • L’énergie hydraulique suppose la construction d’installations de barrages avec un fort impact sur les écosystèmes environnants. La faune et la flore de ces cours d’eau sont directement affectés par la construction d’une retenue d’eau artificielle – avec la disparation de certaines espèces animales ;
  • Idem pour la construction de réseaux de lignes électriques qui donnent lieu généralement à d’autres constructions, telles que des routes et l’installation de poteaux ;
  • La construction des infrastructures hydrauliques prend de la place et est souvent à l’origine de déplacements de populations ;
  • Les zones d’exploitation de l’énergie hydraulique sont limitées à des endroits montagneux. Or, la plupart de ces zones sont déjà exploitées et dotées de centrales de lacs. Cette limitation réduit le développement de cette énergie renouvelable et de fait l’augmentation de sa part dans le mix énergétique français. Problématique, lorsqu’on sait les intentions du gouvernement de réduire la production d’électricité issue du parc nucléaire de 50 % d'ici à 2050 et le recours aux énergies fossiles de 30 % d'ici à 2030 ;
  • La production hydroélectrique demande de lourds investissements de capitaux ;
  • L’énergie hydraulique est soumise aux aléas climatiques et peut représenter une source de production d’énergie électrique instable. En cas de sécheresse, les cours d’eau se réduisent et de fait sa force motrice de l’eau également.

Quelles solutions pour limiter les effets négatifs de cette énergie renouvelable ?

Pour limiter leurs impacts, les centrales hydroélectriques doivent répondre à des obligations légales, que l’on peut retrouver dans la loi sur l’eau et les milieux aquatiques (Lema) du 30 décembre 2006. Cette Loi fixe un cadre législatif au regard des enjeux environnementaux et écologiques :

  • Les cours d’eau doivent être maintenus à un débit minimum – débit réservé – afin de garantir la préservation de la vie et son développement ;
  • Les déplacements des espèces devront être préservés par l’installation de passes à poissons, notamment pour les poissons migrateurs en périodes de reproduction ;
  • De même, certains cours d’eau ne sont pas propices à l’exploitation d’une centrale hydraulique, car ils sont de véritables réserves naturelles pour des espèces de poissons ;
  • De manière générale, toute faune sauvage doit être préservée et des dispositions prises à leur égard par les exploitants des centrales hydrauliques ;
  • L’après-barrage doit être aussi considéré. La démolition d’un barrage libère une eau lourde en sédiments souvent toxiques ;
  • L’eau détournée pour être exploitée par les turbines doit retrouver le lit du cours d’eau en aval. Le cycle de l’eau doit être respecté.

L’avenir de la filière hydraulique en France et dans le monde

La filière d’énergie hydroélectrique représente pour la France environ 11 % de la production d’électricité globale en 2022. Cela en fait la première source renouvelable d’électricité utilisée dans l’Hexagone et la seconde derrière l’énergie nucléaire dans le mix énergétique.

Source : Rapport d'activité 2023 RTE - Graphique : Selectra

L’ensemble du parc hydroélectrique représente près de 20 % de la puissance électrique totale en France pour une capacité de production électrique « moyenne » de 12 % par an. Pourquoi moyenne ? L’énergie hydraulique renouvelable est fortement dépendante des conditions hydrologiques, ce qui engendre de fortes disparités d’une année sur l’autre et peut représenter un fort handicap pour développer la filière.

Toutefois, le dernier panorama de l’électricité renouvelable paru en décembre 2022 dresse un état des lieux nuancé, avec de forts objectifs pour la filière hydraulique et l’ensemble des filières d’énergies renouvelables en France (éolien et solaire en tête).

On note ainsi dans ce rapport la forte croissance de la puissance de production électrique du parc éolien terrestre (20,6 GW de production) et solaire (9.2 GW). Et, la stabilisation de la filière hydraulique (25,7 GW). Cette dernière garde sa position de leader, mais quel est son avenir en France ?

La filière hydraulique possède de nombreux atouts – modulable, stockage, zéro émission de CO2, renouvelable – cependant elle est limitée par son parc de production. Si celui-ci a atteint ses pleines capacités, les énergies marines, elles, en sont encore au début de leur exploitation. Les promesses de développement viendront-elles de là pour atteindre la part de 30 % des énergies renouvelables en France pour 2030 et faciliter la transition énergétique ?

Les objectifs quantitatifs et orientations fixés par la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE) à atteindre pour la filière hydraulique sont :

  1. D’augmenter la production d’hydroélectricité jusqu'à atteindre 100 GW en 2028 (option basse) ;
  2. De préserver la flexibilité de production de l’énergie hydroélectrique, tout en intégrant de nouvelles énergies renouvelables ;
  3. Continuer à concilier les enjeux environnementaux (tels que la réduction de l'empreinte écologique) et la production d’énergie renouvelable ;
  4. Continuer le développement de la filière hydroélectrique par un système d’appels d’offres ;
  5. Développer les STEP pour augmenter la capacité de stockage d’énergie.

Si la filière hydraulique se développe à plus grande échelle, celle-ci viendra également dans le reste du monde. Au niveau mondial, la filière hydraulique représente près de 20 % de la production d’électricité et son potentiel global est loin d’être exploité.

Pierre-Louis Viollet, directeur du département de Recherche et Développement d’EDF affirme que les regards doivent se tourner vers le continent africain, l’Asie, la Russie et l’Amérique du Sud (source : article Pour la Science).

Au niveau mondial, la production annuelle est de l'ordre de 3 000 twh, alors que l'on pourrait produire près de 9 000 twh de façon rentable.

Pierre-Louis Viollet, Directeur du Département R&D EDF

Il sera même possible d'atteindre 14 600 TWh si l’on investit en masse sur la construction de nouvelles installations, soit près de 75 % de la consommation d’électricité mondiale !

Les offres d’électricité issues de l’énergie hydraulique

Les offres d’électricité verte des fournisseurs d’énergie ne sont pas toutes à 100 % issues de la filière hydraulique.

Certains le font, à l’instar de Electricité de Provence ou Energies d’Ici, mais la plupart proposent un mix d’énergies renouvelables (éolien, solaire et hydraulique), comme Enercoop.

Néanmoins, toutes les offres d’électricité verte sont certifiées par des Garanties d’Origine, par lesquelles le fournisseur d’électricité s’engage à injecter sur le réseau l’équivalent en électricité verte de ce qui a été consommé par le client.

⚡ Qui est le meilleur fournisseur d'électricité verte en option base?
Fournisseur d'électricité verte Nom de l'offre Budget annuel - TTC Économies sur le tarif EDF Abonnement annuel - TTC Prix du kWh - TTC
Alterna
05 49 60 54 58
ÉLECTRICITÉ VERTE 100% LOCALE
🔐 Des prix bloqués !
Budget annuel estimé
2688€
Vous gagnez
608€
165.58€ 0.2018€
La Bellenergie
PRUDENCE
🔐 Des prix bloqués !
Budget annuel estimé
2733€
Vous gagnez
563€
152.54€ 0.2064€
Mint Énergie
ONLINE & GREEN
⚖ Des prix indexés !
Budget annuel estimé
2733€
Vous gagnez
563€
152.52€ 0.2064€
La Bellenergie
CONSTANCE
🔐 Des prix bloqués !
Budget annuel estimé
2756€
Vous gagnez
540€
176.47€ 0.2064€
La Bellenergie
GARANCE
🔐 Des prix bloqués !
Budget annuel estimé
2792€
Vous gagnez
504€
212.42€ 0.2064€

*Tableau à jour du 25/02/2024. Budget calculé pour une consommation de 12500 kWh par an à Lyon en option base (6 kVA) .

❓ FAQ

Comment fabrique-t-on de l'énergie hydraulique ?

L’énergie hydraulique est fabriquée à partir du déplacement naturel (ou artificiel) d’un volume d’eau. Concrètement, l’eau se déplace et entraîne un transfert de masse, qui lui-même génère de l’énergie mécanique. Ensuite, cette dernière peut être convertie en électricité verte. Notons par ailleurs que plus l'eau se déplace vite ou en grande quantité, plus il y a d'énergie produite.

Quels sont les trois principaux types de barrages hydrauliques ?

Voici les trois formes de barrages hydrauliques qui existent en 2024 :

  1. Le barrage poids : constitué de béton ou de pierre, ce type de barrage est vertical et incliné. Il oppose toute sa masse à la pression de l'eau ;
  2. Le barrage-voûte : utilisé pour des vallées étroites, il permet de reporter la pression de l'eau sur les rives ;
  3. Le barrage à contreforts : permet de reporter la pression de l'eau vers le sol, grâce à l'aide de contreforts. Notons que ce type de barrage s'avère particulièrement léger.

Quelle est la part de l'hydroélectricité dans la production électrique française ?

À l'heure actuelle, le 25 février 2024, la part de la production de l'hydroélectricité représente 14.8 % de la production d'énergie française.

L'hydroélectricité est la seconde source de production électrique après le nucléaire, mais également la première source d'électricité renouvelable en France.

Avec environ 25,7 GW (gigawatts) installés en France métropolitaine, l'Hexagone détient l’un des plus grands parcs hydroélectriques en Europe : environ 20 % de la puissance électrique totale installée.

Production hydraulique en France : quelles capacités ?

L'énergie hydraulique dépend directement des conditions hydrologiques et fluctue donc d’une année à l’autre. Ainsi, la part de l’hydroélectricité dans le mix électrique se mesure plutôt par le productible, soit la production maximale annuelle sans arrêts (maintenance, etc.) dans des conditions hydrologiques moyennes. Notons que le productible annuel est d’environ 67 TWh (térawattheure).

Par ailleurs, les capacités sont différentes suivant le type d’installation :

Répartition du parc et de la production moyenne en fonction des types d’installations
 Puissance installée totale (GW)Production totale (TWh)
Fil de l'eau6,730
Éclusées4,110
Lac10,315
STEP4,64

Ministère de Transition Écologique et de la Cohésion des Territoires - octobre 2023

La France peut-elle construire de nouveaux barrages hydroélectriques ?

La question de la production d’électricité d’origine hydraulique est centrale en 2023. Alors que la France produit environ 13 % de son électricité à partir de centrales hydroélectriques, les experts s'interrogent sur la possibilité d'augmenter cette production.

Une étude a donc été mise en place par le ministère de la Transition énergétique, afin d'actualiser le potentiel hydroélectrique de la France pour 2022. Celle-ci projette de :

  • Créer des nouveaux barrages en sites vierges (653 MW) ;
  • Optimiser ou d’augmenter la puissance des centrales hydroélectriques existantes, autorisées ou concédées (512 MW) ;
  • Équiper des seuils existants via un rehaussement (368 MW) ;
  • Turbiner le débit réservé (3 MW).

Si tout ce potentiel théorique était développé, la puissance installée du parc hydroélectrique français augmenterait alors de 5,6 %. Notons par ailleurs que les régions montagneuses sont celles ayant le plus de potentiel, telles que l'Auvergne-Rhône-Alpes et l'Occitanie.