compensation carbone

Compensation Carbone : agir sur ses émissions de gaz à effet de serre

Mis à jour le
min de lecture

La compensation carbone, ou neutralité carbone, est une approche visant à réduire l'impact des émissions de gaz à effet de serre sur le climat. Elle implique la réduction, la capture ou l'élimination d'une quantité équivalente de dioxyde de carbone de l'atmosphère, afin de compenser les émissions générées par les activités humaines. Concrètement, le mécanisme implique l'achat de "crédits carbone", via le financement de projets de diminution des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Qu’est-ce que la compensation carbone ?

Tout le monde, du particulier à l’État en passant par l’entreprise, produit du dioxyde de carbone (CO2) qui est rejeté dans l’air – que ce soit pour se chauffer, manger, utiliser des machines ou se déplacer. Ce CO2 contribue à augmenter le volume des gaz à effet de serre (GES), principaux responsables du réchauffement climatique.

ESTIMER ET RÉDUIRE LE BILAN CARBONE DE SON ENTREPRISE !

Selectra dresse votre comptabilité carbone et peut également compenser vos émissions. Contactez notre pôle professionnels et grands comptes au 06 33 85 51 98 (Devis en ligne gratuit) ou envoyez-nous un email à l'adresse [email protected]. La ligne téléphonique est ouverte entre 8h et 21h du lundi au vendredi, entre 8h30 et 18h30 le samedi et entre 9h et 17h le dimanche. Découvrez également l'offre Entreprise Engagée pour le Climat pour participer à un monde plus vert.

Principes de la démarche pour l'environnement

La compensation carbone consiste à équilibrer, voire neutraliser une quantité d'émissions de gaz à effet de serre (GES) émises dans l'atmosphère en finançant des programmes d'évitement ou de séquestration. Les projets de compensation reposent souvent sur des programmes, partout dans le monde, de reforestation, de préservation des écosystèmes ou de développement des énergies renouvelables.

En effet, les émissions de GES ne sont pas localisées dans l’atmosphère : une fois produites, elles ne concernent pas un endroit précis du globe, mais bien l’ensemble de notre planète. Elles contribuent au réchauffement climatique mondial. De la même façon, chaque émission compensée ou évitée en un certain lieu participe de manière globale à l’atténuation du réchauffement climatique.

On appelle crédit carbone chaque tonne de CO2e (CO2 équivalent) ainsi compensée ou évitée.

Qu'est-ce-qu'une taxe carbone ?

La taxe carbone (ou écotaxe) est une taxe environnementale qui touche les émissions de dioxyde de carbone. Prélevée sur le prix de vente d'un produit ou d'un service, elle se calcule sur la base du prix de la tonne de CO2 fixé par le gouvernement. Plus les émissions de gaz à effet de serre sont éleveés, plus le montant de la taxe augmentera.

La compensation carbone volontaire VS obligatoire

Compenser ses émissions de CO2 pour les États ou certaines entreprises, revêt une obligation de résultat que n’ont pas à tenir les particuliers par exemple. On distingue ainsi la compensation carbone de la compensation obligatoire :

La compensation carbone volontaire

Le marché de la compensation carbone volontaire n’est soumis à aucune obligation. Le particulier ou la petite/moyenne entreprise peut ainsi faire le choix de mettre en place des actions de développement durable efficaces en achetant un nombre d’unités carbone – les crédits carbone - qui correspondent à un volume de CO2e à compenser. Par la suite, ces crédits carbone serviront à financer des programmes de réduction des émissions ou de stockage de GES.

Une démarche volontaire de compensation CO2 n'a de sens que si des mesures sont prises pour réduire les émissions de CO2 de l'entreprise. Cette action compensatoire n'aura lieu que lorsque les mesures de réduction des émissions auront atteint leurs limites et qu'une intervention ultime sera nécessaire pour limiter les émissions dites "incompressibles".

La compensation carbone obligatoire

La compensation carbone obligatoire s’inscrit dans une convention institutionnelle à laquelle sont soumis les États signataires du protocole de Kyoto et des entreprises. La compensation obligatoire est un mécanisme qui impose aux entités émettrices de gaz à effet de serre de compenser leurs émissions en investissant dans des projets de réduction ou d'absorption équivalente de carbone.

Ce processus vise à réduire l'impact environnemental en maintenant un équilibre entre les émissions produites et celles neutralisées. Ces mesures sont conçues pour aligner les activités économiques avec les objectifs de réduction des émissions de carbone et de protection de l'environnement à l'échelle mondiale. Comme exemple de compensation carbone entreprise, on peut citer le CORSIA – le programme visant à la réduction des émissions de CO2 dans l’aviation internationale. Depuis 2021, chaque compagnie aérienne a ainsi l’obligation d'acheter des crédits carbone sur un marché d’échanges.

Qu’est-ce que le protocole de Kyoto ?

La première prise de conscience de l’impact des activités humaines sur le climat a lieu lors du protocole de Kyoto en 1997, au cours duquel 172 pays ratifient un accord international visant à réduire leurs émissions de GES. Ainsi, pays industrialisés et grandes entreprises sont dans l’obligation de respecter des quotas de CO2 soient la quantité maximale annuelle de CO2 à ne pas dépasser.

alternative text

Compensez vos émissions carbone à partir de 2,99€/mois

Luttez contre le réchauffement climatique en soutenant un projet environnemental avec Selectra

alternative text

Notre call center est fermé

Demandez à vous faire rappeler pour compenser votre empreinte carbone.

Réduire son empreinte carbone en changeant ses habitudes de consommation

empreinte co2

Compenser ses propres émissions de gaz à effet de serre peut permettre à chacun de mieux comprendre son propre impact et de changer ses habitudes de consommation. Mais par où commencer ? En effet, pourquoi compenser si nos comportements restent inchangés ? Des éco-gestes au quotidien peuvent être mis en place pour faire des économies d'énergie : utiliser une énergie renouvelable pour chauffer son logement, réduire considérablement sa consommation de viande, ou encore éviter l'avion.

On peut donc agir directement sur son environnement proche et participer à la transition énergétique. Lors des déplacements, on peut choisir le covoiturage par exemple ou opter pour le vélo pour les trajets de quelques kilomètres. Dans le cas de trajets plus longs, mieux vaut privilégier le train à l’avion.

Combien consomme une voiture électrique ?

Tout savoir sur la consommation énergétique d'une voiture électrique.

Faire le choix d’une alimentation plus durable permet également d'agir de manière significative sur ses émissions de GES : limiter sa consommation de viande en la remplaçant par des protéines d’origine végétale est essentiel pour limiter les émissions de méthane produites par la rumination des mammifères (bœuf, porc, mouton, ect.).

Très souvent, adopter un mode de vie plus sobre est plus sain pour son corps et son logement. C'est également synonyme de diminution des dépenses, et donc de réduction des factures d'énergie.

Pourquoi compenser ses émissions de GES ?

Le mode de vie des sociétés industrielles, les modes de consommation et les gestes de chacun ont un impact majeur sur nos écosystèmes. Par conséquent, il est aujourd'hui vital d'adopter une réelle démarche en faveur de l'environnement.

Tri des déchets, diminution de la consommation d’énergie, ou encore achat de produits locaux ; les actions de réduction sont nombreuses, mais réduire à zéro ses émissions de GES est impossible via la seule limitation de ses consommations. Le GIEC estime que limiter le réchauffement climatique à 1,5°C d'ici à 2050 nécessiterait au moins un maximum de 2 tonnes d'émissions par personne et par an. En 2022, l'empreinte carbone d'un citoyen français est estimée à 9,2 T CO2.

La compensation carbone volontaire permet, en complément d’actions de réduction concrètes, de prendre conscience de son impact environnemental.

appel gratuit

Quiz : combien de tonnes de CO² émettez-vous chaque année ?

Découvrez votre impact carbone en moins de 5 minutes.

Comment compenser ses émissions de gaz à effet de serre ?

La compensation carbone volontaire est une démarche simple. Explications.

alternative text

Compensez vos émissions carbone à partir de 2,99€/mois

Luttez contre le réchauffement climatique en soutenant un projet environnemental avec Selectra

alternative text

Notre call center est fermé

Demandez à vous faire rappeler pour compenser votre empreinte carbone.

Qu’est-ce que c’est la neutralité carbone ?

Point central de la COP21 (accord de Paris sur le climat), la neutralité carbone est un état d’équilibre à atteindre entre les émissions de GES d’origine anthropique dans l'atmosphère et leur absorption par les puits de carbone. La neutralité carbone sera ainsi atteinte lorsque différence entre la quantité de GES émise dans le monde et la quantité de GES séquestrée par les puits de carbone sera égale à zéro. On parle alors d’un objectif zéro émission nette (Zen).

Pour réduire notre impact sur l’environnement, il faut donc réduire nos émissions de GES à échelle mondiale, mais également contrebalancer nos émissions dites incompressibles.

Un bilan carbone pour évaluer ses émissions

Il convient pour toute personne ou entreprise sensible aux questions environnementales de dresser un bilan de ses émissions de GES. L'ADEME propose des outils d’évaluation à destination des particuliers, des entreprises et des organisateurs d’événements pour les accompagner dans la réduction de leurs émissions. On peut citer par exemple :

  • Pour le particulier – le coach carbone qui permet d’estimer la production de GES de son mode de vie (logement, transport, alimentation etc.) ;
  • Pour l'entreprise – le bilan carbone – qui permet de relever les postes qui émettent le plus de GES et de s’orienter vers des axes d’amélioration ;
  • Pour les organisateurs d’événements – l’outil ADERE qui permet de faire un auto-diagnostic et d’avoir des pistes pour créer un événement plus orienté vers l’éco-responsabilité.

Il est aussi possible de faire le calcul de ses émissions via un calculateur mis en place par Selectra :
 

CALCULER MON BILAN CARBONE

Compenser ses émissions en passant par une association

Atteindre le zéro émission nette est quasiment impossible, malgré toute la bonne volonté et l’implication que l’on peut y mettre. Toutefois, il existe des solutions de compensation carbone, telles que le recours à une association, un opérateur spécialisé ou à une ONG. Ces acteurs du marché de la compensation carbone volontaire sont variés et inégaux dans les projets de compensation qu’ils défendent – tant par rapport :

  • Aux critères de sélection des projets ;
  • Aux méthodes de calcul des émissions de GES retenues pour compenser les émissions des acheteurs ;
  • Aux méthodes de suivi pour évaluer les émissions CO₂ effectivement évitées.

Malgré la variété des projets et des acteurs présents sur le marché, certains labels et standards sont des gages de qualité vers lesquels il est possible de se tourner.

Les projets de compensation carbone

Concrètement, comment et sur quoi peut-on s’engager pour que sa démarche de compensation ait du sens ? On peut citer parmi les projets solidaires les plus populaires, la compensation carbone plantation arbre.

Selon l'ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie), la compensation carbone volontaire peut concerner trois différents types de projets :

arbres plantés

La plantation d’arbres à travers le monde est-elle donc une solution viable contre le réchauffement climatique ? Beaucoup de réserves sont émises sur le sujet, notamment le fait qu’il faudrait planter un nombre monumental d'arbres pour arriver à compenser les émissions de CO2 de chaque être humain. Sans compter les risques liés aux écosystèmes qui pourraient être menacés en cas de plantations massives d’arbres, ce qui serait complètement contre-productif.

Cependant, il existe des projets de compensation porteurs d’objectifs réalisables, comme dans les pays en voie de développement avec le reboisement de zones menacées. Notons que ces projets améliorent nettement l'empreinte écologique des pays qui en bénéficient, puisque cela permet dans le même temps d'augmenter le nombre de ressources naturelles et de réduire les émissions de GES.

Le principal autre type de projet financé est le remplacement de centrales à charbon par de l'énergie solaire, hydraulique ou éolienne. En effet, le charbon est le mode de production d'électricité le plus polluant, alors que les panneaux photovoltaïques et les éoliennes sont des solutions d’énergies renouvelables qui n'émettent pas directement de carbone.

Enfin, les consommateurs sont invités à choisir de l'électricité décarbonée. Le mix énergétique français est en très grande majorité décarbonée, toutefois il dépend du nucléaire, une source d'énergie non renouvelable, qui n'est pas sans danger et dont le traitement des déchets radioactifs ne présente pas de solution viable.

Pour participer au développement des énergies renouvelables, le consommateur peut donc faire le choix de passer à une offre d'électricité verte. Par ailleurs, il existe désormais des offres de biométhane et de gaz compensées carbone pour se chauffer tout en limitant son impact sur la planète. Ci-dessous, le top 5 des fournisseurs d'électricité et de gaz les moins chers au 14 juillet 2024 :

⚡ Qui est le meilleur fournisseur d'électricité verte en option base ?
Fournisseurs d'électricité verte Nom de l'offre Budget annuel - TTC Économies sur le Tarif Réglementé d'électricité Prix de l'abonnement TTC Prix du kWh TTC
La Bellenergie
PRUDENCE
🔐 Des prix bloqués !
📣 Selectra Score : A
Budget annuel estimé
1277 €
Vous gagnez
384 €
150.39 € 0.1878 €
OHM Énergie
HYPER ECO FIXE
🔐 Des prix bloqués !
📣 Selectra Score : B
Budget annuel estimé
1297 €
Vous gagnez
364 €
166.85 € 0.1883 €
Mint Énergie
ONLINE & GREEN
🔐 Des prix bloqués !
📣 Selectra Score : B
Budget annuel estimé
1298 €
Vous gagnez
363 €
168.24 € 0.1883 €
Ekwateur
ELECTRICITÉ 100% VERTE PRIX FIXE
🔐 Des prix bloqués !
📣 Selectra Score : B
Budget annuel estimé
1300 €
Vous gagnez
360 €
197.99 € 0.1837 €
Alterna
ÉLECTRICITÉ VERTE 100% FRANÇAISE
🔐 Des prix bloqués !
📣 Selectra Score : A
Budget annuel estimé
1322 €
Vous gagnez
339 €
165.58 € 0.1927 €

*Tarifs € TTC à jour du 14/07/2024. Budget calculé et économies estimées par rapport au tarif de référence pour une consommation annuelle de 6000 kWh en option base (6 kVA)

🔥 Qui est le meilleur fournisseur de gaz vert ?
Fournisseurs de gaz vert Nom de l'offre Budget annuel - TTC Économies sur le Prix Repère Gaz Prix de l'abonnement TTC Prix du kWh TTC
TotalEnergies
VERTE FIXE GAZ
🔐 Des prix bloqués !
📣 Selectra Score : B
Budget annuel estimé
103 €
Vous gagnez
11 €
102.94 € 0.1351 €
Mint Énergie
BIOGAZ CLASSIC
⚖ Des prix indexés !
📣 Selectra Score : B
Budget annuel estimé
112 €
Vous gagnez
3 €
111.8 € 0.1316 €
OHM Énergie
CLASSIQUE GAZ
📣 Selectra Score : D
Budget annuel estimé
116 €
Votre surcoût est de
1 €
115.68 € 0.151 €
Alterna
BIOGAZ ZEN 1 AN
🔐 Des prix bloqués !
📣 Selectra Score : C
Budget annuel estimé
125 €
Votre surcoût est de
11 €
124.92 € 0.1474 €
Dyneff
MON CONTRAT SEREIN 100% VERT
🔐 Des prix bloqués !
📣 Selectra Score : C
Budget annuel estimé
134 €
Votre surcoût est de
20 €
134.08 € 0.1576 €

*Tarifs € TTC à jour du 14/07/2024. Budget calculé et économies estimées par rapport au tarif de référence pour une consommation annuelle de unique kWh (classe de consommation B2i)

Résiliation de son contrat d'énergie : comment faire ?

La résiliation de son contrat d'électricité ou gaz est complètement gratuite et s'effectue à tout moment. Pour cela, il faut contacter son fournisseur d'énergie, ou effectuer la démarche en ligne.

Certifications carbone et labels de qualité

Pour aider les particuliers et les entreprises à faire le tri entre « le bon grain et l’ivraie » parmi la liste des acteurs du marché de la compensation, il existe des certifications et des labels de qualité – de véritables labels carbone. Sur le marché volontaire, où il n’existe pas de réglementation rigoureuse comme sur le marché obligatoire, ces labels sont de véritables balises pour qui est en recherche d’exigences et de garanties sur la réalisation des projets de compensation.

S’inspirant des labels du marché obligatoire (certifications Kyoto), on peut les classer en deux catégories :

  1. Les labels qui suivent un standard dans le suivi, le montage et le contrôle des émissions de CO2 évitées. Les plus connus sont Gold Standard (GS) et Voluntary Carbon Standard (VCS) ;
  2. Les labels de montage de projet qui ne s’assurent que du suivi du projet en lui-même sans vérification des émissions de CO2 évitées.

Le marché carbone : une solution au réchauffement climatique ?

argent

Le marché du carbone constitue-t-il une solution face aux enjeux du changement climatiques ?

Le marché de conformité VS marché volontaire

Il n’existe pas un marché dans la finance verte, mais deux marchés du carbone – réglementaire et volontaire – ayant leurs propres caractéristiques :

  • Le marché obligatoire ou de conformité : il s'adresse aux signataires du protocole de Kyoto. Les crédits carbone sont issus de quotas alloués à chaque État en fonction de leurs émissions de dioxyde de carbone. Il s’appuie également sur deux mécanismes, le mécanisme de développement propre (MDP) et la Mise en Œuvre Conjointe (MOC) qui permettent aux États signataires de compenser leurs émissions de CO2 via des programmes de compensation (échanges de crédits carbone). Les projets sont moins nombreux du fait d’une sélection plus rigoureuse et de critères plus restrictifs. Au niveau européen, on peut citer le marché SCEQE (Système communautaire d’échange de quotas d’émission) qui vise à réguler les émissions de CO2 des entreprises dans le secteur énergétique.
  • Le marché volontaire : il ne revêt aucune obligation de labels ni de certification, ni aucune règle dans la fixation du prix du crédit carbone. Ce marché est donc libre et les projets de compensation plus nombreux. Il s’adresse aussi bien aux particuliers qu’aux entreprises. Le marché volontaire reste marginal face au total des volumes échangés – conformité et volontaire confondus – le marché de conformité étant prépondérant.

Prix du carbone en 2024

Sur le marché réglementé – comme le marché carbone européen SCEQE – le prix tonne carbone a explosé après quelques années de stagnation – passant de 4,38 €/tonne en 2017 à environ 100 € de la tonne courant 2022-2023. Depuis 2024, il connait une forte baisse et se fixe aux alentours de 60 €/tonne.

D'après le graphique ci-dessus, le prix du carbone dans le système EU Allowance est de 69,42 € par tonne au 12/07/2024 .

Sur le marché volontaire, chaque organisme privé ou association fixe librement le prix des crédits carbone en l’absence d’un marché global comme pour le marché réglementé. Il conviendra de bien se renseigner sur les frais inhérents à la gestion du projet et ceux effectivement affectés au projet.

Critiques et réserves sur la compensation du carbone

La compensation carbone est-elle un outil inefficace ? Une question qui mérite de se pencher au plus près des actions de la compensation carbone volontaire.

La controverse autour de la compensation carbone émerge de préoccupations liées à son efficacité réelle, à la double comptabilisation, à l'addition et à la permanence des réductions d'émissions. Certains craignent que la pratique ne permette de reporter les efforts nécessaires pour réduire directement les émissions à la source, en encourageant une dépendance à des solutions compensatoires.

De plus, la sélection de projets de compensation peut être sujette à controverse en raison de leurs potentiels impacts environnementaux et sociaux négatifs. Il y a également des inquiétudes quant au déplacement des responsabilités, où les pays industrialisés pourraient compter sur les réductions d'émissions dans d'autres régions pour compenser leurs propres émissions élevées.

Enfin, le manque de réglementation et de normes claires pour les projets de compensation alimente la méfiance, car cela peut conduire à des pratiques peu transparentes et peu fiables. Dans l'ensemble, la controverse reflète les débats plus larges sur la manière la plus efficace de lutter contre le changement climatique, avec des voix en faveur d'une réduction directe des émissions et d'autres soulignant le rôle potentiellement temporaire de la compensation carbone.