Nucléaire

Le nucléaire en France en 2024 : production, avantages et risques

Mis à jour le
min de lecture

Impossible de parler d'électricité en France sans aborder la question du nucléaire. Source de production des trois quarts de l'électricité française, le nucléaire est incontournable dans le mix énergétique français. En 2024, l'Hexagone comporte 18 centrales nucléaires et 56 réacteurs à REP (eau sous pression). Quel avenir pour le nucléaire en France ?

À RETENIR SUR LE NUCLÉAIRE EN FRANCE :

  • L’énergie nucléaire est la principale source de production d’électricité en France (70 % environ d'après le mix énergétique) ;
  • En 2023, la France comptabilise 18 centrales nucléaires sur lesquelles sont implantés 56 réacteurs à REP (eau sous pression) ;
  • Au total, une centrale comporte de 2 à 6 réacteurs nucléaires ;
  • Selon le bilan électrique RTE de 2022, la production nucléaire française recule d'environ 30 % par rapport à la moyenne de ces vingt dernières années (279 TWh produits en 2022).

Situation du nucléaire en France en temps réel

Quelle est la situation du parc nucléaire français actuelle ?

La France dispose d'une grande force énergétique grâce à son parc nucléaire. Elle comporte 56 réacteurs sur 18 sites, soit une capacité énergétique de 63 GW. Les réacteurs sont d'ailleurs répartis par niveau de puissance :

  1. 32 réacteurs d'une puissance de 900 MW ;
  2. 20 réacteurs d'une puissance de 1300 MW ;
  3. 4 réacteurs avec une puissance de 1450 MW.

En temps normal, l'ensemble des réacteurs fonctionnent à pleines ressources. Mais il peut arriver que la production d'électricité soit obstruée, voire totalement arrêtée, et ce pour diverses raisons.

Actuellement, au 23 avril 2024 la production d'électricité en France est de
936 GWh
soit 67.9 % de la production d'énergie totale française

De façon plus imagée par un graphique, voici l'actuelle situation de la disponibilité du parc nucléaire français :

Etat des réacteurs nucléaires français au 23/04/2024.

Combien de réacteurs nucléaires sont à l'arrêt en France en 2024 ?

À l'heure actuelle, on compte 34 réacteurs fonctionnant parfaitement en France. Le nombre de réacteurs nucléaires partiellement disponibles s'élève à 18 et 4 réacteurs sont à l'arrêt.

Trois couleurs informent de la disponibilité ou non-disponibilité des réacteurs :

🟩Vert : Le réacteur est opérationnel à 100 %
🟧 Orange : Le réacteur n'est pas disponible à 100 %
🟥 Rouge : Le réacteur est à l'arrêt

Disponibilité des réacteurs nucléaires en France
Réacteurs nucléaires disponibles
Réacteurs nucléaires disponibles à 100 %
Réacteurs nucléaires partiellement disponibles
Réacteurs nucléaires partiellement disponibles
Réacteurs nucléaires à l'arrêt
Réacteurs nucléaires à l'arrêt
34184

Dernière mise à jour : 23 avril 2024 - Source RTE

L'arrêt d'un réacteur est-il forcément prévu ?

Les raisons d'arrêt de réacteurs sont variées et ne sont pas toujours prévues. Il existe deux types d'indisponibilités pour un réacteur :

  • Maintenance programmée : il s'agit de l'arrêt de réacteur le plus commun. Le réacteur complet ou en partie est mis à l'arrêt tous les 12 ou 18 mois pour être rechargé en combustible. De plus, il y a une obligation d'inspection technique tous les 10 ans, durant laquelle l'ensemble du réacteur est entièrement à l'arrêt ;
  • Maintenance forcée : ce type d'arrêt survient lors d'événements internes et/ou externes imprévus. Par exemple, la cause d'une maintenance forcée peut être liée à une panne, à des mouvements sociaux ou aux conditions météorologiques.

Pour plus de précisions, le tableau ci-dessous répertorie l'état de disponibilité de chaque réacteur français en temps réel, actuellement au 23 avril 2024 :

État des réacteurs nucléaires français et planning de redémarrage des centrales nucléaires

CentraleRéacteurPuissanceEtatDébut de la maintenanceFin de la maintenance
BELLEVILLE 1 1310 MW disponible - -
BELLEVILLE 2 1310 MW disponible - -
BLAYAIS 1 910 MW disponible - -
BLAYAIS 2 910 MW disponible à 195 MW 21/04/2024 22/04/2024
BLAYAIS 3 910 MW disponible - -
BLAYAIS 4 910 MW indisponible 03/02/2024 22/04/2024
BUGEY 2 910 MW disponible - -
BUGEY 3 910 MW indisponible 11/11/2023 06/06/2024
BUGEY 4 880 MW indisponible 09/03/2024 13/06/2024
BUGEY 5 880 MW disponible - -
CATTENOM 1 1300 MW indisponible 13/04/2024 05/06/2024
CATTENOM 2 1300 MW disponible - -
CATTENOM 3 1300 MW indisponible 09/04/2024 02/05/2024
CATTENOM 4 1300 MW indisponible 16/02/2024 12/08/2024
CHINON 1 905 MW indisponible 07/02/2023 15/05/2024
CHINON 2 905 MW disponible - -
CHINON 3 905 MW disponible - -
CHINON 4 905 MW indisponible 17/02/2024 12/05/2024
CHOOZ 1 1500 MW disponible - -
CHOOZ 2 1500 MW indisponible 23/02/2024 12/06/2024
CIVAUX 1 1495 MW disponible à 1380 MW 04/04/2024 26/04/2024
CIVAUX 2 1495 MW disponible - -
CRUAS 1 915 MW disponible - -
CRUAS 2 915 MW disponible - -
CRUAS 3 915 MW disponible - -
CRUAS 4 915 MW indisponible 13/04/2024 08/07/2024
DAMPIERRE 1 890 MW disponible à 745 MW 05/04/2024 18/05/2024
DAMPIERRE 2 890 MW indisponible 03/02/2024 28/04/2024
DAMPIERRE 3 890 MW disponible - -
DAMPIERRE 4 890 MW disponible - -
FLAMANVILLE 1 1330 MW disponible - -
FLAMANVILLE 2 1330 MW indisponible 23/02/2024 18/06/2024
GOLFECH 1 1310 MW disponible - -
GOLFECH 2 1310 MW disponible - -
GRAVELINES 1 910 MW disponible - -
GRAVELINES 2 910 MW disponible - -
GRAVELINES 3 910 MW disponible - -
GRAVELINES 4 910 MW indisponible 20/01/2024 03/08/2024
GRAVELINES 5 910 MW disponible - -
GRAVELINES 6 910 MW indisponible 05/04/2024 16/05/2024
NOGENT 1 1310 MW disponible - -
NOGENT 2 1310 MW disponible - -
PALUEL 1 1330 MW indisponible 20/04/2024 22/04/2024
PALUEL 2 1330 MW indisponible 02/02/2024 10/05/2024
PALUEL 3 1330 MW disponible - -
PALUEL 4 1330 MW disponible - -
PENLY 1 1330 MW disponible - -
PENLY 2 1330 MW disponible à 1200 MW 13/04/2024 03/07/2024
ST ALBAN 1 1335 MW disponible - -
ST ALBAN 2 1335 MW indisponible 08/03/2024 23/04/2024
ST LAURENT 1 915 MW disponible - -
ST LAURENT 2 915 MW disponible - -
TRICASTIN 1 915 MW disponible - -
TRICASTIN 2 915 MW disponible - -
TRICASTIN 3 915 MW disponible - -
TRICASTIN 4 915 MW indisponible 19/01/2024 31/07/2024

Qu'est-ce qu'un arrêt de tranche ?

On appelle un "arrêt de tranche" un arrêt de la production d'un réacteur nucléaire.

Importance de l’énergie nucléaire en France

Le nucléaire représente trois quarts de la production d’électricité française, ce qui est particulièrement élevé au regard du mix énergétique mondiale,

 Quelles sont les centrales nucléaires les plus récentes ? En France, les centrales nucléaires les plus récentes sont Chooz (Nord-Est), entrée en service en 2000, et Civaux (Centre), active depuis 2002. En 2024, le réacteur nucléaire Flamanville devrait également voir le jour. Toutefois, son ouverture est retardée à cause de la complexité des systèmes de sécurité liés à cette nouvelle technologie.

Le nucléaire : énergie majoritaire en France

Les premiers réacteurs nucléaires arrivent de manière un peu timide dans la France des années 1950. Dans les années 1970, suite au premier choc pétrolier et à la montée des tensions au Moyen-Orient, le gouvernement français fait le choix d'accélérer les choses : le président de l'époque, Valéry Giscard-d'Estaing lance alors une vaste politique du tout nucléaire.

L'idée étant de faire de la France une puissance énergétique indépendante. Le plan Messmer, mis en place à cette époque, prévoit la construction de 3 réacteurs par an. C'est grâce à ce programme que la France se dote des 56 réacteurs qu'elle possède aujourd'hui et qu'elle devient le pays le plus nucléarisé au monde.

La place du nucléaire dans le mix énergétique français

Graphique : Selectra - Source : Chiffres clés de l'énergie - Édition 2023 - Ministère de la Transition Énergétique

D'après le rapport d'activité 2022 RTE, la part du nucléaire au sein du mix énergétique français est de 63 %, soit 279 TWh produits. En comparaison à la moyenne de ces vingt dernières années, il est possible de constater un recul d'environ 30 %.

Représentant environ 70 % de la production électrique en France, le nucléaire est donc essentiel dans le mix énergétique. Les centrales nucléaires permettent une production constante de l'électricité. Pratique pour une source d'énergie non stockable, contrairement au gaz naturel. Elle permet de pallier l'intermittence des énergies renouvelables, plus propres, mais moins constantes. Cependant, on observe ces dernières années un recul du nucléaire au profit des énergies renouvelables. C'est le cas partout dans le monde, où l'on constate une corrélation entre la baisse du nucléaire et la hausse des énergies vertes dans le mix énergétique.

Le mix énergétique mondial La première source de production d'électricité dans le monde est les énergies fossiles (gaz, pétrole et charbon), qui représentent près de 80 % de la production mondiale. Ces énergies, particulièrement polluantes, ne sont pas remises en question par la montée en puissance de l'électricité verte. Le renouvelable ne semble affecter que le nucléaire. Certains pays s'appuient même sur le charbon pour sortir du nucléaire et passer au tout-renouvelable. C'est le cas de l'Allemagne.

Avantages et inconvénients du nucléaire

Si le nucléaire est la première source de production d'électricité dans le monde, ce bien qu'il comporte de nombreux avantages. En revanche, ce n'est pas une énergie parfaite.

Les pour et les contre du nucléaire en France
Avantages du nucléaireInconvénients du nucléaire
  • Une énergie qui n'émet pas de gaz à effet de serre ;
  • Une production relativement peu couteuse et disponible toute l'année ;
  • Des centrales dont la capacité de production s'adapte aux besoins de la population ;
  • Une ressource qui permet à la France d'être indépendante et de ne pas avoir à importer son électricité.
  • Des déchets nucléaires qu'on ne sait toujours pas recycler ;
  • Des ressources en uranium limitées (énergie nucléaire non-renouvelable) ;
  • Un problème de sécurité croissant ;
  • Coût important du grand carénage des centrales nucléaires.

Tradition française de l’atome

L’atome a une place relativement importante dans le cœur de générations d’ingénieurs et de scientifiques français. La voie est ouverte au début du XXe siècle avec la découverte de la radioactivité par Henri Becquerel, Marie Curie et son époux, Pierre. L'élan est soutenu par une forte volonté gouvernementale au sortir de la Seconde Guerre mondiale de développer à la fois le nucléaire militaire et le nucléaire civil. C'est dans cette optique qu'est fondé de Commissariat à l'énergie atomique (CEA), présidé par Frédéric Joliot-Curie. Les ingénieurs français et les technocrates, passés par l'École des Mines ou encore Supélec, sont fortement influencés par cette culture de l'atome qui se transmet de génération en génération.

Avenir du nucléaire en France

L’avenir de la filière nucléaire est régulièrement remis en question. Coût des nouvelles générations de centrale, impact environnemental, questions de sécurité, etc. : le futur du nucléaire en France touche soulève de nombreuses interrogations.

EPR : nouvelle génération de centrales nucléaires

Quand on parle de l’avenir du nucléaire, on ne peut pas passer à côté des EPR. Il s’agit de la nouvelle et troisième génération de centrales nucléaires : les réacteurs pressurisés européens ou european pressurized reactor (d’où EPR). Les EPR ont été conçus et développé par Orano (ex-Areva) dans les années 1990-2000. Ils avaient pour objectifs initiaux d’améliorer la sûreté et la rentabilité des centrales nucléaires.

Or les premiers chantiers en Norvège et en France, à Flamanville, ont accumulé des années de retard. Le délai de construction avait été estimé à 4 ans et demi. Les chantiers, respectivement lancés il y a 10 et 8 ans, ne sont toujours pas terminés. Un troisième projet d’EPR en Europe a pourtant été lancé, à Hinkley Point en Angleterre.

Ces retards font grossir les rangs des détracteurs de l’EPR. Alors que cette troisième génération était censée être plus sûre et plus économique, les chantiers actuels ont engendré des coûts plus importants que prévus et le retard de livraison s’explique par des problèmes de sécurité difficiles à résoudre.

Grand carénage des centrales nucléaires

Les réacteurs nucléaires qui alimentent aujourd'hui la France en électricité sont vieux de plusieurs décennies (en moyenne 30,5 ans) et 15 réacteurs ont même dépassé les 35 ans. Ce programme de grand carénage vise à prolonger la vie des centrales nucléaires actuelles. En effet, ces dernières ont une espérance moyenne qui se situe entre 25 et 35 ans.

Une fois le programme de carénage terminé, elles pourront fonctionner pendant 60 ans. Cependant, la Cour des comptes a jugé que le coût du projet avait été largement sous-estimé par EDF : elle estime qu'il faudra dépenser 100 milliards d'euros pour financer ce projet pharaonique, contre les 55 milliards avancés par EDF. Certains détracteurs estiment qu'au-delà du coût faramineux du grand carénage, cela n'améliorera pas réellement la sécurité des centrales. Ils avancent en général une autre solution : sortir du nucléaire.

Vers une sortie du nucléaire ?

Le mouvement anti-nucléaire remonte à la fin des années 1970, soit quelques années seulement après le tournant tout-nucléaire pris par Valéry Giscard-d’Estaing. Un des premiers événements marquants dans l’histoire de mouvement anti-nucléaire est l’affaire Plogoff. À la fin des années 1970, un petit village d’irréductibles bretons réussit à faire échouer le projet de construction d’une centrale nucléaire dans le petit village de Plogoff.

Mais c’est surtout la catastrophe de Tchernobyl en 1986 qui popularise les idées anti-nucléaires. Selon l’OMS, jusqu’à 4000 personnes ont été tuées par la catastrophe. L’ONG Greenpeace avance le chiffre de 200 000 cancers développés suite à l’explosion de la centrale. Toujours est-il qu’en France, à partir des années 1980, aucune nouvelle centrale nucléaire n’est construite.

Le débat autour de la sortie du nucléaire a été relancé en 2011 avec la catastrophe de Fukushima. Suite à un séisme et un tsunami, le système de refroidissement de la centrale nucléaire japonaise tombe en panne. Les réacteurs 1, 2 et 3 entrent en fusion alors que la piscine du 4ᵉ surchauffe.

Si le président français de l’époque, Nicolas Sarkozy, ne remet pas en question la part du nucléaire dans le mix énergétique national, de plus en plus d’associations et de personnalités politiques demandent une sortie du nucléaire. Ils estiment que l’opération de grand carénage des centrales n’est pas suffisant pour garantir la sécurité des installations. L’association Négawatt propose par exemple un scénario de sortie du nucléaire reposant sur trois piliers : la sobriété, l’efficacité énergétiques et le recours aux énergies renouvelables. Ce scénario s’est retrouvé dans les programmes de certains des candidats à l’élection présidentielle de 2017.

Comment fonctionne une centrale nucléaire ?

Le principe de l’énergie nucléaire repose sur la fission d’atome d’uranium, un matériau radioactif. Elle entraîne une production de chaleur qui transforme l’eau en vapeur et entraîne une turbine. C’est le même principe de fonctionnement qu’une centrale au charbon, au gaz ou au pétrole, les émissions de CO2 en moins.

La fission se produit dans le réacteur de la centrale. Elle fait grimper la température de l’eau jusqu’à 320ºC. L’eau, mise sous pression pour qu'elle ne bout pas, passe par un premier circuit fermé, puis un second où elle se transforme en vapeur d’eau. C’est cette vapeur qui actionne la turbine et produit de l’électricité. L’eau est ensuite refroidie au contact de l’air dans un troisième circuit.

En dehors de ces trois circuits, il existe d’autres infrastructures essentielles au bon fonctionnement de la centrale, comme les piscines de stockage de l’uranium usagé. Elles sont régulièrement pointées du doigt comme le point faible des centrales en termes de sécurité.

Que faire des déchets nucléaires ? La question du traitement des déchets nucléaires est régulièrement mise sur le devant de la scène. Début 2018, c’est le projet de site d’enfouissement des déchets de Bure qui a beaucoup fait parler de lui dans les médias. En effet, le problème des déchets nucléaires est qu’ils sont bien encombrants. Radioactifs, non recyclable, ils sont stockés, en sous-sol ou en sub-sol, mais aucune solution ne semble faire consensus.

Acteurs du nucléaire français

Il existe un grand nombre d’acteurs qui interviennent dans la filière du nucléaire en France. Pouvoirs publics, exploitants et industries privées, associations, le secteur du nucléaire est quadrillé par différents types d’organisation qui participent à son fonctionnement.

Acteurs privés de la filière nucléaire

EDF et le nucléaire en France

siege edf

EDF est le maître d’ouvrage et l’exploitant des 78 réacteurs, dont 56 sur le territoire français. EDF est donc à la fois producteur et fournisseur d’électricité. Au niveau de la production de l’électricité nucléaire, EDF est donc en position monopolistique en France, puisqu’elle gère l’intégralité du parc nucléaire national.

Orano (ex-Areva)

Areva, rebaptisée Orano en 2018, est une multinationale française du nucléaire. Ses activités touchent à de nombreux aspects de la filière nucléaire :

  • Extraction de l’uranium ;
  • Concentration ;
  • Raffinage
  • Conversion et enrichissement de l’uranium ;
  • Fabrication d’assemblage de combustibles nucléaires ;
  • Transport des combustibles nucléaires ;
  • Traitement des combustibles nucléaires usés ;
  • Démantèlement nucléaire ;
  • Gestion des déchets radioactifs.

Acteurs publics de la filière nucléaire

Le nucléaire est aussi une énergie régie par des acteurs publics, qui encadrent la filière ou participent à l’innovation et à la recherche.

L’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN)

Parmi les acteurs publics de la filière, le plus incontournable est l’Autorité de Sûreté du Nucléaire (ASN). C’est l’entité qui assure les missions qui touchent à la sécurité nucléaire, à la radioprotection et à l’information des citoyens. Ces missions s’articulent autour de trois piliers :

  • Réglementation : l’ASN contribue à l’élaboration de la réglementation du nucléaire en France. Elle émet un avis sur les projets de décrets, de circulaires, de directives et d’arrêtés ministériels ;
  • Contrôle : l’ASN veille au respect des règles de sécurité et des prescriptions ;
  • Information : l’ASN informe les publics, en particulier en situation d’urgence.

Depuis 2006, elle agit indépendamment du gouvernement, même si elle est rattachée au Ministère de l’Environnement et de la transition énergétique. Elle est composée d’un collège de 5 commissaires :

  • 3 commissaires sont nommés par le président de la République ;
  • 1 commissaire est choisi par le président du Sénat ;
  • Le dernier commissaire est désigné par le président de l’Assemblée nationale.

L’ASN est à l’origine de la création de l’Association des autorités de sûreté nucléaire des pays d’Europe de l’Ouest (WENRA), qui regroupe pas moins de 17 pays européens.

Les opérateurs de recherche

Parmi les opérateurs de recherche les plus importants, il y a le Commissariat à l’Énergie Atomique. Le CEA, créé à l’initiative du général de Gaulle, est un organisme public de recherche. Placé sous la tutelle des ministres de l’Énergie, de la recherche, de l’industrie et de la défense, le CEA mène des projets de recherche sur le nucléaire civil et le nucléaire militaire. En parallèle des activités de recherche, le CEA contribue à la compétitivité de la France et aux transferts des connaissances.

Moins connue et plus récente, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA). En effet, la gestion des déchets nucléaires est un vrai défi. L’ANDRA travaille sur la conception et l’exploitation des centres de stockage. Elle réalise des études et des recherches sur l’entreposage et le stockage en couche géologique profonde, la collecte, le transport et la prise en charge des déchets radioactifs. Elle a également pour mission de recenser l’ensemble des matières et des déchets radioactifs sur l’ensemble du territoire.

Autres acteurs publics du nucléaire

D’autres acteurs institutionnels interviennent dans le secteur du nucléaire. Plusieurs ministères et secrétariats généraux sont concernés comme :

  • Le Ministère en charge de l’énergie ;
  • Le Ministère en charge des Affaires Étrangères ;
  • Le Secrétariat Général aux Affaires européennes ;
  • Le Ministère en charge de l’Économie et de l’Industrie ;
  • Le Ministère de la Défense ;
  • Le Ministère de la Transition écologique.

Il existe aussi d’autres organes nationaux concernés par le nucléaire comme :

  • L’Association Nationale des Comités et Commissions Locales d’Information (ANCCLI) ;
  • La Commission nationale d’évaluation (CNE) ;
  • Le Conseil politique nucléaire (CPN) ;
  • Le Conseil stratégique de la filière nucléaire (CSFN) ;
  • Le Haut Comité pour la Transparence et l’Information sur la Sûreté (HCTISN) ;
  • L’Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques.
  • Lors d'une maintenance de réacteur ;
  • Lors d'un incident technique ;
  • Lorsque la demande devient fortement inférieure à la production, le prix de l'électricité passe alors dans les négatifs ;
  • Lors d'un épisode de canicule, l'eau est cessée d'être utilisée pour ne pas réchauffer davantage les fleuves. L'eau étant utilisée pour refroidir les réacteurs, une hausse trop forte des températures dans un environnement naturel pourrait entrainer des défaillances dans l'écosystème.

Questions sur le nucléaire

Quel est le coût d'1 MWh d'électricité nucléaire avec EDF ?

D'après la CRE, le prix de production de l’électricité nucléaire est de 60,70 € par mégawattheure, pour la période 2026-2030. Pour la période 2031-2035, celui-ci atteindra 59,10 € et 57,30 € en 2036-2040.

Notons que ces chiffres ont été publiés à la demande du Gouvernement, afin de connaître le coût de production de l’électricité nucléaire EDF.

Qu'est-ce qu'un SMR ?

Les SMR, ou Small Modular Reactors (petits réacteurs modulaires) sont une sorte de réacteur compact avec une puissance allant de 50 et 500 MW. Cette alternative peut être fabriquée en usine et a l'avantage de réutiliser le combustible usé de la filière nucléaire actuelle. En somme, le développement de SMR permettrait à la France d'être moins dépendante de l’uranium importé.

Quel est le facteur de charge de l'énergie nucléaire en France en 2023 ?

Par définition, le facteur de charge du réacteur nucléaire est le rapport entre l’énergie électrique produite tout au long d'une année et l’énergie produite par le réacteur si celui-ci avait fonctionné à pleine puissance pendant cette même période.

Également nommé facteur de disponibilité, celui-ci était de 65 % en 2023 selon la RTE (contre environ 80 % en temps normal). Ce faible chiffre serait lié au grand carénage, le programme visant à rallonger la durée de vie des réacteurs.

Comment l'uranium 235 est-il utilisé comme combustible dans les réacteurs ?

L'uranium est un métal radioactif qui doit être extrait et transformé pour être utilisé en tant que combustible. Celui-ci est fissile et doit être enrichi en uranium 235 afin de pouvoir ensuite être transformé en poudre noire, puis en pastille. Celle-ci libère autant d'énergie qu'une tonne de charbon et permet ensuite de faire fonctionner le réacteur.

Les gisements d'uranium 235 se situent majoritairement en Australie, USA, Canada et Afrique du Nord. Il existe quelques gisements en France (dans le Limousin), toutefois ceux-ci sont bientôt épuisés. Par ailleurs, 96% du combustible peut par la suite être réutilisé, après passage dans une usine de retraitement.

Questions sur l'arme nucléaire

Quels pays ont l'arme nucléaire ?

Les pays disposant de l'arme nucléaire sont :

  • La Chine ;
  • La Corée du Nord ;
  • Les États-Unis ;
  • La France ;
  • L'Inde ;
  • Israël ;
  • Le Pakistan ;
  • La Russie.

Pays classés par ordre alphabétique

Qu'est-ce que l'Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire ?

L'Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire a pour but de protéger la population et l'environnement de dangers provenant de la radioactivité. Il s'agit d'un organisme d'intérêt public situé en Belgique.

Qu'est-ce que le 26 septembre ?

Le 26 septembre est la journée internationale pour l'élimination totale des armes nucléaires, mise en place par les Nations Unies.

Le seul moyen d’éliminer le risque nucléaire est d’éliminer les armes nucléaires. Œuvrons ensemble pour, une fois pour toutes, bannir des livres d’histoire ces engins de destruction.

António Guterres, secrétaire général des Nations Unies