Linky : arnaque ou bon plan de Ségolène Royal ?

Mardi 20 mai, Ségolène Royal, ministre en charge de l'énergie et de l'environnement, a déclaré souhaiter l'accélération du déploiement du compteur Linky qui reste pourtant controversé. Arnaque ou bon plan ?

« Il faut aller plus vite » Ségolène Royal

Le compteur intelligent Linky

La ministre de l'Ecologie et de l'Energie a déclaré « je souhaite accélérer l'objectif, il faut aller plus vite », à l'occasion de l'inauguration d'un centre témoin d'ERDF consacré aux réseaux intelligents.

Toutefois, la ministre a souligné le fait qu'elle ne souhait pas s'immiscer dans l'appel d'offres en cours. En 2013, ERDF a en effet débuté un appel d'offres. Il porte sur la livraison de quelque 3 milliions de compteurs linky qui seront mis en place d'ici à 2016. En lice, Itron, Segemcom ou encore Landis+Gyr.

Un compteur "intelligent"

Les 35 millions de compteurs linky seront installés d'ici à 2020. Amélioration-phare : ils permettront de connaître les consommations des foyers en temps quasi réel. A la clé, finies les facturations basées sur des estimations et les trop-perçus, souvent critiqués par les consommateurs : les Français pourront être facturés à la consommation réelle.

Un compteur critiqué

Au-delà de cette amélioration en termes de facturation, les tenants du compteur Linky pensent que ce compteur va permettre aux Français de mieux optimiser leurs consommations d'électricité. Cependant, le nouveau compteur d'ERDF, le principal gestionnaire du réseau de distribution d'électricité français, est toutefois au centre d'un débat autour de son coût et de la confidentialité des informations qu'il récoltera.

Dans le rapport d'information sur l'évaluation de la politique énergétique et climatique française, publié la semaine dernière, Jean Jacques Guillet (député UMP) et François de Rugy (député EELV) ont d'ailleurs critiqué le nouveau compteur. En effet, le compteur ne devrait donner d'information en temps réel à l'usager que via un abonnement spécifique. L'ADEME et l'UFC Que choisir s'étaient déjà fait l'écho de cette limite importante. Le rapport parlementaire explique ainsi qu'« en dépit de grands espoirs suscités en raison du potentiel informatif élevé du dispositif, (...) il faut développer l’accès du consommateur à l’information afin de l’inciter à effectuer des économies d’énergie [et que] les compteurs Linky gagneraient à offrir de nouvelles solutions technologiques comme le pilotage des usages à distance ».

En septembre dernier, l'association de consommateur révélait par ailleurs que les ajustements de puissance tarifaire, consécutifs à la généralisation du compteur Linky, pourraient rapporter 724 millions d'euros à ERDF, en contradiction avec l'objectif affiché de gratuité de la mise en place de Linky.

Plus généralement, certains consommateurs craignent que la généralisation de Linky, qui permet de connaître la consommation au jour le jour de chaque lieu de consommation raccordé au réseau, ne soit un moyen supplémentaire d'espionner les individus et ne porte ainsi atteinte à la vie privée.

Mise à jour le