Baisse du Gaz : explication des diminutions du prix du gaz 2024

Mis à jour le
min de lecture

En France, le prix du gaz naturel a baissé avec la disparition du Tarif Réglementé et l'apparition du Prix Repère de la CRE. Avec la fin du bouclier tarifaire sur le gaz, il peut être attendu que le prix du gaz subisse des baisses au cours de l'année 2023. Le prix du kWh de gaz est actuellement à 0.0898 €/kWh pour une consommation de 13000 kWh par an et en Zone 1.

Quelles baisses du prix du gaz en 2023 et 2024 ?

Fin du Tarif Réglementé du gaz : quel impact sur la facture du consommateur ?

Le Tarif Réglementé du gaz a été supprimé au 1ᵉʳ juillet 2023. Afin de remplacer le rôle de référence de ce tarif, la CRE publie chaque mois son Prix Repère de Vente de Gaz.

Par ailleurs, le prix du kWh proposé en juillet était en dessous de l'ancien Tarif Réglementé. Il a pu notamment être observé une diminution de 23 % sur l'option B1, par exemple. Cela peut être observé sur le graphique ci-dessous :

Abonnement mensuel en € TTC et prix du kWh en centimes d'euros TTC pour une consommation de 13000 kWh par an - À jour en mai 2024

Qu'en est-il des anciens clients au Tarif Réglementé du gaz ?Les abonnés n'ayant pas souscrit à une autre offre ont été automatiquement redirigés vers l'Offre Passerelle, dont il est possible de se désabonner gratuitement. Dans le cadre de la recherche d'une offre moins chère, il est d'ailleurs possible de contacter Selectra au ☎️ 09 73 72 73 00 (lundi-vendredi 7h-21h, samedi 8h30-18h30 et dimanche 9h-17h)

Quand le prix du gaz a-t-il baissé ?

Le tableau ci-dessous permet de suivre les baisses du prix du kWh du Prix Repère de la CRE :

Baisses du Prix Repère CRE TTC en 2024
JanvierFévrierMarsAvrilMaiJuinJuillet
- 4 %- 1,40 %- 5,7 %- 5,4 %+ 1,71 %+ 2,24 %+ 12,25 %

Il peut être observé que l'année 2024 commence avec une diminution du Prix Repère CRE, passant à 0,099 €/kWh. Il est à rappeler qu'en décembre 2023, son prix était presque au niveau des tarifs réglementés du gaz avant qu'ils ne soient supprimés.

Toutefois, cette diminution théorique n'est pas constatée par les consommateurs. En effet, janvier 2024 voit s'augmenter la taxe de l'accise sur les gaz naturels, qui passe de 8,37 €/MWh à 16,37 €/MWh. Les contrats indexés sur le Prix Repère Gaz ne voient donc aucune augmentation ou diminution puisque l'augmentation de la taxe complète la baisse prévue par la CRE, tandis que les contrats à prix fixes observent une augmentation de 8 €/MWh soit 0,08 €/kWh.

En février, l'augmentation de l'accise sur les gaz naturels a été également compensée par la nouvelle diminution du prix du kWh du Prix Repère Gaz, qui perd 1,40 %.

En mars, le prix du kWh du Prix Repère Gaz passe à 0,0929 €/kWh et diminue de - 5,7 % en moyenne pour les consommateurs se chauffant au gaz, puis de - 5,4 % en avril avec un prix de 0,0879 €/kWh. La CRE note qu'entre décembre 2023 et mars 2024, les prix sur le marché du gaz ont atteint des niveaux relativement bas et informe que le Prix Repère moyen a diminué de 9 % depuis décembre 2023.

Pour le mois de mai 2024, le Prix Repère Gaz subit une légère hausse de 1,71 % en passant à 0,0894 €/kWh. C'est également le cas en Juin, où le Prix Repère Gaz passe à 0,0914 €/kWh soit une augmentation de 2,24 %.

Le prix du gaz connait une de ses plus forte hausse en juillet 2024, avec 12,25 %. Le prix du kWh passe donc à 0,10261 € et le prix de l'abonnement passe de 21,43 €/mois à 23,12 €/mois.

Baisses du Prix Repère CRE TTC en 2023
JuilletAoûtSeptembreOctobreNovembreDécembre
Création du Prix Repère CRE + 2,1 %- 2,24 % + 13,46 % + 4,93 %  + 6,36 %

Il peut être observé que jusqu'à juin 2024, le prix du kWh du Prix Repère de la CRE a légèrement baissé en septembre.

Cependant, il peut être constaté que malgré la baisse de septembre, les chiffres d'octobre font état d'une hausse du prix du kWh 13,46 %. Novembre se poursuit également sous le signe d'une hausse de près de 5 %, suivi par décembre et son augmentation de 6,36 %.

Il est possible de consulter la grille tarifaire du Prix Repère de la CRE au 12 juin 2024 ci-dessous :

Grille tarifaire de l'offre Prix Repère Moyen de Vente de Gaz par CRE TTC
CRE
0 - 6000 kWh/an 6000 - 300 000 kWh/an
Abonnement (€/an) 102.96 € 257.16 €
Zone 1 (€/kWh) 0.1126 € 0.0898 €
Zone 2 (€/kWh) 0.1126 € 0.0904 €
Zone 3 (€/kWh) 0.1126 € 0.0911 €
Zone 4 (€/kWh) 0.1126 € 0.0917 €
Zone 5 (€/kWh) 0.1126 € 0.0923 €
Zone 6 (€/kWh) 0.1126 € 0.0929 €

Prix en € TTC du Prix Repère Moyen de Vente de Gaz de la CRE à jour au 12/06/2024

Faire baisser davantage sa facture de gaz dès ce mois de juin 2024!Faites appel gratuitement aux experts Selectra pour trouver une offre moins chère, qui vous convienne. Le changement de fournisseur de gaz se fait sans coupure et ne demande aucune démarche particulière de votre part, puisque le nouveau fournisseur s'occupe de tout gratuitement. Plus d'informations en contactant Selectra au 09 73 72 73 00 (lundi-vendredi 7h-21h, samedi 8h30-18h30 et dimanche 9h-17h).

Le prix du gaz va-t-il baisser en 2024 ?

Le prix du gaz ne devrait pas poursuivre ses baisses en 2024. Tout d'abord, la taxe de l'accise sur les gaz naturels a été relevée à 16,37 €/MWh en janvier 2024, même si les consommateurs aux contrats indexés au Prix Repère l'ont peu ressenti, le prix du kWh de gaz ayant diminué à cette période.

Les prix pourraient également subir une augmentation en juillet 2024. La CRE et GRDF ont proposé une hausse du tarif d'utilisation des réseaux de 27,5 %, ce qui pourrait représenter entre 26,5 € et 90 € de plus sur la facture annuelle d'un consommateur moyen utilisant le gaz pour sa cuisson et eau chaude et d'un consommateur moyen se chauffant au gaz.

Quand le prix du gaz aurait-il baissé sans bouclier tarifaire ?

En 2023 et sans la présence du bouclier tarifaire, les consommateurs auraient pu constater une diminution du prix du gaz en janvier 2023 puis mars 2023. À noter que le bouclier tarifaire sur le gaz a été suspendu au 1ᵉʳ juillet 2023.

Baisses du Tarif Réglementé du gaz TTC en 2023 sans le gel des tarifs
JanvierFévrierMarsAvrilMaiJuinJuillet
- 16,2 % -- - 26,1 % --  --  --  Fin du TRV Gaz et du bouclier tarifaire sur le gaz

Tout savoir sur les baisses de l'année 2023 (hors bouclier tarifaire)

Le prix du gaz aurait dû baisser de 26,1 % en mars 2023

Chaque mois, la CRE publiait un barème tarifaire du Tarif Réglementé du gaz tel qu'il aurait été sans la présence du bouclier tarifaire.

D'après la publication de la CRE, le Tarif Réglementé de gaz aurait subi une diminution de 26,1 % TTC et 27,5 % HT, sans la présence du bouclier tarifaire. Néanmoins, il aurait été 15,9 % (TTC comprise) supérieur aux tarifs actuels limités par le bouclier tarifaire. 

Le prix du gaz aurait dû baisser de 16,2 % en janvier 2023

Selon la CRE, qui publie chaque mois l'évolution du Tarif Réglementé du gaz sans gel tarifaire, le prix du gaz aurait été abaissé de 16,2 % TTC (16,9 % HT).

Cependant, entre janvier 2022 et janvier 2023, une augmentation des tarifs de 60,9 % TTC aurait été remarquée si le bouclier tarifaire n'était pas en place.

Évolution prix du gaz depuis 10 ans

Sur le graphique suivant, il est possible de suivre les évolutions du prix du gaz depuis 2006. On y constate globalement une augmentation générale du prix du gaz, malgré les baisses ponctuelles survenues sur la période.

Source : Selectra

Qui décide de l'évolution des tarifs du gaz pour les particuliers ?

Dans le cadre de la libéralisation du marché de l'énergie, la Commission de Régulation de l'Energie a été créée. Son objectif est d'assurer l'ouverture du marché en s'assurant que les acteurs respectent bien les règles mises en place. Il s'agit d'une autorité publique indépendante du Gouvernement, des fournisseurs historiques et des fournisseurs alternatifs.

Depuis la fin de l'année 2015, c'est elle qui propose les tarifs réglementés de l'électricité d'EDF et des anciens tarifs réglementés du gaz d'Engie. Cependant, c'est le Gouvernement qui décide des prix et donc d'appliquer ou non ses recommandations. Par exemple, durant la crise énergétique, le Gouvernement ne suivait pas les recommandations de la CRE et les consommateurs ont pu être protégés par le bouclier tarifaire. À noter que le Conseil d'état peut intervenir dans la décision du gouvernement et imposer d'accepter les propositions tarifaires de la CRE.

Comment sont décidées les baisses des prix du gaz ?

Il existe une formule tarifaire des prix du gaz, que la CRE suit scrupuleusement. Les principaux facteurs regardés sont :

  1. l'évolution du cours du gaz sur la Trading Region France (le Point Échange Gaz) ;
  2. les coûts de transport et de stockage du gaz, ainsi que les coûts marketings et la marge du fournisseur.

Tous les mois, la CRE analyse ces données pour fixer une partie du prix des consommations de gaz naturel pour le mois suivant. Or cela ne compose qu'environ un tiers du prix final de l'énergie. Il faut ensuite ajouter les coûts d'acheminement du gaz (transport par Teréga et GRTgaz puis distribution par GRDF) et les diverses taxes sur le gaz pour donner le prix TTC.

Une solution pour moins dépendre des fluctuations des différents cours de bourse est de développer le gaz vert en France. Une étude menée par l'ADEME, GRDF et GRTgaz avance que la France, si elle investissait suffisamment dans la recherche et le développement des gaz verts, et plus largement la transition énergétique, pourrait être indépendante en gaz d'ici 2050.

Comment profiter des baisses de prix du gaz ?

Les prix du gaz de ville diffèrent chez tous les fournisseurs de gaz. Le Tarif Réglementé est seulement commercialisé par Engie, le fournisseur historique sur le réseau GRDF. Ainsi, il est tout à fait possible de faire des économies sur ses factures de gaz ; pour cela, bien choisir son offre de gaz est essentiel tout comme se renseigner sur le meilleur fournisseur de gaz.

Avoir des prix fixes ajustables à la baisse

Afin de profiter de la baisse du gaz, il est nécessaire de bien choisir son offre. Les offres de gaz à prix fixes et ajustables à la baisse restent la meilleure option afin de bénéficier de la baisse du prix du gaz sans subir une éventuelle hausse du gaz. Ce type d’offre permet de bénéficier d’un prix fixe qui n’augmente pas en cas d'augmentation du prix du gaz. À l’inverse, toute baisse du prix du gaz est appliquée à la date anniversaire du contrat, permettant ainsi de réduire ses factures d’énergie.

Ci-dessous peuvent être observées les offres à prix fixes les moins chères :

🔥 Qui est le meilleur fournisseur de gaz fixe ?
Fournisseurs de gaz fixe Nom de l'offre Budget annuel - TTC Économies sur le Prix Repère Gaz Prix de l'abonnement TTC Prix du kWh TTC
Eni
STABILITÉ GAZ
🔐 Des prix bloqués !
📣 Selectra Score : C
Avis clients Eni : 1.7/5

Budget annuel estimé
1477 €
Votre surcoût est de
12 €
280.6 € 0.089 €
Ekwateur
GAZ NATUREL 15% BIOGAZ FIXE
🌿 Offre verte !
🔐 Des prix bloqués !
📣 Selectra Score : C
Budget annuel estimé
1571 €
Votre surcoût est de
106 €
377.23 € 0.0888 €
EDF
☎️  3404
AVANTAGE GAZ 2 ANS
🔐 Des prix bloqués !
📣 Selectra Score : C
Avis clients EDF : 1.8/5

Budget annuel estimé
1609 €
Votre surcoût est de
144 €
241.44 € 0.1017 €
Sowee
 Souscrire en ligne
GAZ PRIX FIXE 3 ANS
🔐 Des prix bloqués !
📣 Selectra Score : B
Budget annuel estimé
1614 €
Votre surcoût est de
149 €
257.18 € 0.1009 €
Alterna
05 49 60 54 58
GAZ ZEN 1 AN
🔐 Des prix bloqués !
📣 Selectra Score : C
Budget annuel estimé
1671 €
Votre surcoût est de
206 €
276 € 0.1037 €

*Tarifs € TTC à jour du 12/06/2024. Budget calculé et économies estimées par rapport au tarif de référence pour une consommation annuelle de 13450 kWh (classe de consommation B1)

Favoriser une offre indexée sur le Prix Repère CRE

Il est possible de profiter des baisses du prix du gaz en souscrivant une offre indexée au Prix Repère de la CRE. En effet, elles suivent les recommandations de prix données tous les mois par la CRE et ainsi, si cette dernière propose un tarif plus bas que le mois précédent, celui-ci se verra retranscrit directement sur la facture du particulier. 

Pour en savoir plus sur les offres indexées sur le Prix Repère de Vente du Gaz de la CRE, il est possible de se reporter au tableau ci-dessous :

🔥 Qui est le meilleur fournisseur de gaz indexé ?
Fournisseurs de gaz indexé Nom de l'offre Budget annuel - TTC Économies sur le Prix Repère Gaz Prix de l'abonnement TTC Prix du kWh TTC
TotalEnergies
OFFRE SPÉCIALE GAZ
⚖ Des prix indexés !
📣 Selectra Score : B
Budget annuel estimé
1383 €
Vous gagnez
82 €
257.18 € 0.0837 €
Gaz de Bordeaux
05 56 79 41 41
GAZ RÉF
⚖ Des prix indexés !
📣 Selectra Score : B
Budget annuel estimé
1430 €
Vous gagnez
35 €
251.28 € 0.0876 €
EDF
☎️  3404
AVANTAGE GAZ OPTIMISÉ
⚖ Des prix indexés !
📣 Selectra Score : C
Avis clients EDF : 1.8/5

Budget annuel estimé
1443 €
Vous gagnez
22 €
238.32 € 0.0896 €
Happ-e
 Souscrire en ligne
HAPP-E OFFRE GAZ
⚖ Des prix indexés !
📣 Selectra Score : B
Budget annuel estimé
1453 €
Vous gagnez
12 €
273.77 € 0.0877 €
Mint Énergie
BIOGAZ CLASSIC
🌿 Offre verte !
⚖ Des prix indexés !
📣 Selectra Score : B
Budget annuel estimé
1487 €
Votre surcoût est de
22 €
257.18 € 0.0914 €

*Tarifs € TTC à jour du 12/06/2024. Budget calculé et économies estimées par rapport au tarif de référence pour une consommation annuelle de 13450 kWh (classe de consommation B1)

Baisses du prix du gaz entre 2018 et 2022

Les baisses du prix du gaz en 2022

Baisses du Tarif Réglementé du gaz TTC en 2023 sans le gel des tarifs
JanvierFévrierMarsAvrilMaiJuinJuilletAoûtSeptembreOctobreNovembreDécembre
- 16,2 % -- –16,7 % - 2,8 % --  -16,7 % -1,49 %---- --  -5 % -17 %

Le prix du gaz a été gelé en 2022Depuis le 30 septembre 2021, le prix du gaz s'est retrouvé gelé via un bouclier tarifaire, et ce durant toute l'année 2022. Autrement dit, durant toute cette année, le prix du gaz n'a connu ni baisse, ni hausse et est resté bloqué à son niveau d'octobre 2021.

Durant la présence du bouclier tarifaire, la CRE a partagé tous les mois le barème tarifaire du TRVG, Tarif Réglementé de Vente du gaz naturel, tel qu'il aurait été sans la mise en place du gel tarifaire.

Le prix du gaz aurait dû baisser de 17 % en décembre 2022

Concernant le mois de décembre 2022, si le bouclier tarifaire n'était pas instauré, le TRVG aurait été réduit de 17,6 % (17 % TTC) en comparaison au mois de novembre 2022 (sans gel tarifaire).

En tout, depuis le 1ᵉʳ octobre 2021, le prix du Tarif Réglementé de Vente du Gaz aurait subi une augmentation moyenne de 135,4 % HT, soit 122,1 % TTC.

Le prix du gaz aurait dû baisser de 5 % en novembre 2022

En novembre 2022, le TRVG aurait subi une baisse de 5,2 % HT (5 % TTC) par rapport au mois d'octobre 2022 (sans gel tarifaire).

Cependant, en prenant en compte le prix du gaz sans gel tarifaire depuis le 1ᵉʳ octobre 2021, cela aurait représenté une augmentation moyenne de 185,6 %.

Le prix du gaz aurait dû baisser de 1,49 % TTC en juillet 2022

La CRE avait prévu une baisse moyenne de 1,49 % des TRVG théoriques par rapport aux TRVG qui auraient été en vigueur depuis le 1ᵉʳ juin 2022 en l’absence de gel tarifaire.

En l’absence du gel tarifaire, selon la CRE, les tarifs réglementés de vente de gaz HT auraient augmenté de 51,3 %, via l’effet majeur de la hausse des coûts d’approvisionnement en gaz naturel constatée depuis octobre (qui ont, eux, augmenté de 48,44 %).

Les tarifs réglementés du gaz auraient dû baisser de 16,7 % TTC en juin 2022

Au 1ᵉʳ juin 2022 et selon le calcul de la CRE, le prix du gaz aurait dû enregistrer une baisse moyenne de 16,7 % TTC.

Il faut néanmoins nuancer cette baisse hypothétique puisque, sans le bouclier tarifaire sur le gaz naturel, le TRV de gaz au 1ᵉʳ juin aurait quand même été supérieur de 48,7 % TTC par rapport à son niveau au 1ᵉʳ octobre 2021.

Les tarifs réglementés du gaz auraient enregistré une baisse moyenne de 2,8 % TTC en avril 2022

Au 1ᵉʳ avril 2022, si la formule en vigueur au 31 octobre s’était appliquée, le prix du gaz aurait enregistré une baisse moyenne de 2,8 % TTC par rapport au barème théorique de mars 2022.

Le niveau moyen du prix du gaz au 1ᵉʳ avril 2022 aurait été supérieur de 35,3 % TTC par rapport à son niveau en octobre 2021.

Le prix du gaz aurait dû baisser de 16,4 % TTC en mars 2022

Au 1ᵉʳ mars 2022 et selon le calcul de la CRE, le prix du gaz aurait enregistré une baisse moyenne de 16,4 % TTC.

Toutefois, sans blocage des prix du gaz, le TRV de gaz au 1ᵉʳ mars aurait tout de même été supérieur de 39,2 % TTC par rapport au 1ᵉʳ octobre 2021.

Les baisses du prix du gaz en 2021

Baisses du Tarif Réglementé du gaz TTC en 2023 sans le gel des tarifs
JanvierFévrierMarsAvrilMaiJuinJuilletAoûtSeptembreOctobreNovembreDécembre
-- -- -- -1,4 % --  --  ------ --  --  -- 

Pas de baisse du prix du gaz entre mai et octobre 2021

La tendance à la baisse du prix du gaz n'a pas duré longtemps car dès mai 2021 ce dernier s'est remis à augmenter. En effet, le mois de mai a été marqué par une légère augmentation de 1,1 %. Elle a été causée par la hausse des coûts d'approvisionnement subie par Engie.

Le mois de juin a confirmé la tendance de manière plus prononcée cette fois avec une hausse de 4,4 %.

Il n'y a pas eu de baisse du prix du gaz en juillet 2021, loin de là, puisque ce dernier a enregistré une hausse exceptionnelle de 9,96 %.

Août 2021 n'a pas été non plus synonyme de réduction du prix du gaz : + 5,3 % HT en moyenne par rapport à juillet 2021.

Les augmentations se sont poursuivies en septembre avec une hausse de 8,7 % et en octobre 2021 avec une augmentation de 12,6 %. Le prix du gaz au TRV n'avait jamais été aussi haut depuis janvier 2015.

-1,4 % sur le prix du gaz en avril 2021

Première baisse du prix du gaz sur l'année 2021 en avril. Le Tarif Réglementé du gaz HT a baissé de 4,1 % en moyenne par rapport à mars 2021. Cette baisse pour le mois d’avril s’est expliquée par une moindre demande en gaz naturel liée à la remontée des températures ainsi que par la baisse des prix du gaz naturel liquéfié en Asie et en Europe.

Pas de baisse du prix du gaz entre janvier et mars 2021

Aucune baisse n'a été remarquée pour le prix du gaz au 1ᵉʳ janvier 2021 mais une légère hausse de 0,2 % en moyenne. Une fois encore, cette augmentation a été due à la hausse des coûts d'approvisionnement d'Engie.

Bien que le terme de lissage se poursuive jusqu'en février 2021, il n'a pas eu d'impact sur l'évolution des tarifs en ce 1ᵉʳ janvier.

Ce fut également le cas pour le mois de février 2021 : la hausse des coûts d'approvisionnement d'Engie a été causée par la vague de froid en Asie de l'Est et la forte demande qui en a découlé. Résultat : une hausse de 3,5 %.

Le mois de mars 2021 n'a pas non plus été synonyme de baisse pour le prix du gaz puisque celui-ci a continué d'augmenter, de manière encore plus forte cette fois (+5,7 %).

Les baisses du prix du gaz en 2020

Baisses du Tarif Réglementé du gaz TTC en 2020
JanvierFévrierMarsAvrilMaiJuinJuilletAoûtSeptembreOctobreNovembreDécembre
- 16,2 % -- - 26,1 % --  --  --  ----- 26,1 % --  --  -- 

Hausses de prix d'août à décembre

Après plusieurs mois de baisses de prix sur le gaz, entre août et décembre 2020, les consommateurs ont dû subir cinq augmentations :

  • En août, elle était de 1,3 % ;
  • Au 1er septembre elle était de 0,6 % en moyenne ;
  • Au 1er octobre elle était de 4,7 % ;
  • Au 1er novembre elle était de 1,6 % ;
  • Au 1er décembre elle était de 2,4 %.

Ces hausses de tarifs sont dues à une augmentation des coûts d'approvisionnement d'Engie. Ceux qui ont subi la plus grosse hausse sont ceux qui se chauffaient au gaz avec :

  • +0,7 % sur la facture en septembre ;
  • +5,9 % en octobre ;
  • +1,7 % en novembre ;
  • +2,5 % en décembre.

Une légère baisse en juillet annonçant une hausse

La CRE a annoncé que le prix du gaz baisserait en moyenne de 0,3 % en juillet 2020. Ce taux était bien moins haut que les mois précédents car il était impacté par le terme de lissage mis en place par la CRE.

Avec la crise sanitaire due à la COVID-19, le prix du gaz a totalement chuté la première moitié de l'année 2020 et la CRE s'est donc attendue à ce qu'il augmente aussi fortement à l'approche de l'hiver. Pour éviter d'impacter les consommateurs, la CRE avait donc mis en place un lissage qui permettait d'étaler la future hausse de prix sur plusieurs mois.

-2,8 % sur le prix du gaz au 1ᵉʳ juin

Au 1ᵉʳ juin 2020, le Tarif Réglementé du gaz a diminué de 2,8 % HT en moyenne, soit -0,13 euro par kWh, causé par une baisse des coûts d'approvisionnement d'Engie. Cela représentait 0,7 % de diminution pour les consommateurs au tarif Base, 1,5 % pour ceux au tarif B0 et 2,9 % pour ceux qui utilisent le gaz pour leur chauffage.

Nouvelle baisse en mai 2020

Au 1ᵉʳ mai 2020, le prix du gaz a de nouveau connu une chute due encore une fois à la baisse des coûts d'approvisionnement d'Engie. Cette fois-ci, on a enregistré 1,3 % de baisse moyenne : -0,3 % pour le tarif Base (cuisson), -0,7 % pour le tarif B0 (eau chaude) et -1,3 % pour le tarif B1 (chauffage).

Le mois de mai fut le 5ᵉ mois consécutif de baisse de tarif du gaz. Depuis le 1ᵉʳ janvier 2020, la baisse cumulée des tarifs était de -23,2 %. Les clients avec une offre de gaz à prix indexé ont donc réalisé des économies en cette moitié d'année. Ceux qui disposent d'une offre à prix fixe en revanche n'ont pas pu profiter de ces baisses de prix.

4,4 % de baisse moyenne au 1ᵉʳ avril

Puisque les coûts d'approvisionnement d'Engie ont encore baissé, le prix du gaz a diminué de nouveau au 1ᵉʳ avril 2020. À noter que cette baisse était aussi due à la situation actuelle en France et dans le monde : la pandémie du Coronavirus. En effet, le marché du pétrole était en pleine crise et cela se répercutait sur le prix du gaz naturel.

Concrètement, pour les consommateurs de gaz, le prix baissera de la façon suivante dès le 1ᵉʳ avril :

  • -1,1 % pour ceux qui utilisent le gaz pour la cuisson ;
  • -2,5 % pour ceux qui utilisent le gaz pour la cuisson et l'eau chaude ;
  • -4,6 % pour les consommateurs de gaz pour le chauffage.

Au total, depuis le 1ᵉʳ janvier 2020, le Tarif Réglementé du gaz a baissé de 22,2 %.

Le prix du gaz connaît une baisse de 4,6 % en mars

Comme les mois précédents, le mois de mars se caractérise par une baisse du prix du gaz de 4,6 %. C'est aussi le mois où l'application du terme de lissage se termine. En d'autres termes, l'article 2 de l'arrêté du 27 juin 2019 avait fixé une évolution modérée du prix du gaz de la période allant de juillet 2019 à mars 2020. Ce lissage permettait de ne pas impacter trop lourdement les consommateurs.

Pour en revenir au Tarif Réglementé du gaz, la baisse moyenne de 4,6 % au 1ᵉʳ mars se déclinait de la façon suivante :

  • -1,2 % pour le tarif Base (cuisson) ;
  • -2,7 % pour le tarif B0 (cuisson et/ou eau chaude) ;
  • -4,8 % pour le tarif B1 (chauffage et éventuellement eau chaude et/ou cuisson) ;
  • -5,6 % pour le tarif B2i (petite chaufferie).

Nouvelle baisse en février avec 3,3 %

Un mois après une baisse de 0,9 %, le prix du gaz a encore diminué au 1ᵉʳ février 2020 avec une réduction moyenne de 3,3 %. Là encore, cette baisse de tarif s'est expliqué par une baisse des coûts d'approvisionnement d'Engie. De façon plus détaillée, la facture des clients évoluera de la façon suivante :

  1. Lorsque le gaz est utilisé pour la cuisson uniquement : -0,9 % ;
  2. Gaz utilisé pour la cuisson et l'eau chaude : -2 % ;
  3. Gaz utilisé pour le chauffage : -3,5 % ;
  4. Gaz utilisé pour une petite chaufferie : -4 %.

Les plus gros consommateurs ont donc été les plus impactés par cette baisse de prix.

-0,9 % sur le prix du gaz dès janvier 2020

L'année 2020 a débuté par une bonne nouvelle pour les consommateurs de gaz. En effet, au 1ᵉʳ janvier 2020, le prix du gaz a baissé de 0,9 %. Cette diminution a résulté de la baisse des coûts d'approvisionnement du fournisseur historique de gaz, Engie.

Les baisses du prix du gaz en 2019

L'année 2019 a observé de nombreuses baisses du gaz en France. Après une année 2018 marquée par de nombreuses et fortes hausses, les 4,2 millions de consommateurs particuliers ayant un contrat chez Engie au Tarif Réglementé ont vu leur facture de gaz diminuer au cours de l'année 2019. Cette tendance à la baisse du prix du gaz est notamment due au mouvement des “Gilets Jaunes” qui proteste contre la hausse des prix, particulièrement celle des carburants. À noter que le Gouvernement avait annoncé qu'il n'augmenterait pas les prix de l'énergie d'ici le mois de juin.

Pourquoi les prix n'ont pas augmenté au premier semestre 2019 ?

Le Gouvernement a opéré de lisser les prix du gaz en 2019 en empêchant la TICGN (gaz) (aujourd'hui accise des gaz naturels) et la CSPE (électricité) (aujourd'hui accise de l'électricité) d'augmenter. Mais surtout, il s'est opposé à la hausse des Tarifs Réglementés du gaz au cours du premier semestre de 2019.

Pour remarque, les prix du début d'année étaient à un niveau équivalent à leurs niveaux déjà très élevés de 2014, mais pas encore ceux de la fin de l'année 2012 et de l'année 2013.

Le tableau ci-dessous récapitule les différentes baisses de l'année 2019 :

Baisses du Tarif Réglementé du gaz TTC en 2019
 JanvierFévrierMarsAvrilMaiJuinJuilletAoûtSeptembreOctobreNovembreDécembre
Baisse du prix du gaz
avec lissage
-- -- -- --  --  --  - 6,8 %- 0,5 %- 0,9 %- 2,4 % --  -- 
Baisses du prix du gaz
sans lissage
-- -- -- --  --  -- - 12,6 %- 2,5 %---- --  -- 

À remarquer que la baisse du prix du gaz a été moins forte que prévu, car sans ce mécanisme de lissage, la baisse du prix gaz aurait dû être de -12,6 % ! L'objectif visé par la CRE était de réduire les hausses du prix du gaz au cours de l'hiver en les anticipant. Au passage, ce nouveau calcul a toujours respecté la couverture des coûts d'Engie.

Quelle est ma zone tarifaire de gaz  ?Retrouver la zone tarifaire du gaz de sa commune.

Nouvelle baisse du prix du gaz de 2,4 % HT au 1ᵉʳ octobre 2019

Le mois d'octobre 2019 a connu une nouvelle diminution du prix du gaz de 2,4 % HT en moyenne. Une baisse qui a résulté de l'application de la formule tarifaire relative aux tarifs réglementés de gaz naturel Engie, définie dans l’arrêté du 27 juin 2019.

On a pu constater ainsi une baisse cumulée des tarifs du gaz en France de 13,3 % HT depuis 2015.

Baisse du prix du gaz de 0,9 % HT en septembre 2019

Après une diminution des tarifs réglementés de gaz naturel d'Engie en août 2019, on a pu observer une nouvelle baisse des prix du gaz de 0,9 % HT le 1ᵉʳ septembre 2019, soit 0,81 % TTC.

Explications : bien que les coûts d’approvisionnement d’Engie aient augmenté entre le 1ᵉʳ août et le 1ᵉʳ septembre de 0,03 c€/kWh, cette hausse a été largement compensée par le dispositif de lissage mis en place par les pouvoirs publics quelques mois plus tôt. Ce dispositif visant à limiter les fortes variations des prix du gaz a ainsi impacté à la baisse les tarifs réglementés de vente d’Engie de -0,08 c€/kWh au 1er septembre 2019.

Baisse du prix du gaz de 0,5 % août 2019

La première moitié de l'année 2019 a été marquée par plusieurs mois de diminution des prix du gaz, tendance qui s'est poursuivie avec une nouvelle diminution du prix du gaz au 1ᵉʳ août 2019. Les tarifs réglementés d’Engie ont ainsi baissé de 0,5 % par rapport au tarif appliqué depuis le 1ᵉʳ juillet 2019. Cette nouvelle évolution a été le résultat de l'application de la formule tarifaire relative aux tarifs du gaz Engie définie par l'arrêté du 27 juin 2019.

Baisse des prix du gaz de 6,8 % juillet 2019 en France

La Commission de Régulation de l'Energie a annoncé une baisse du gaz de 6,8 % le 1ᵉʳ juillet 2019, dans la lignée des diminutions de prix appliquées au cours des mois précédents. Cette évolution du prix du gaz s'est expliquée par une baisse des cours du gaz naturel à l'échelle mondiale sur la fin de l’année 2018.

Les baisses du prix du gaz en 2018

Voici un tableau des évolutions des tarifs réglementés du gaz naturel observés au cours de l'année. Depuis la mensualisation des évolutions il y a cinq ans réalisée dans le but de lisser la hausse du gaz, jamais les prix n'avaient augmenté autant de fois la même année. En contrepartie, très peu de baisses ont pu être constatées cette année-ci.

Baisses du Tarif Réglementé du gaz TTC en 2023 sans le gel des tarifs
JanvierFévrierMarsAvrilMaiJuinJuilletAoûtSeptembreOctobreNovembreDécembre
-- -- -3 %- 1,1 % -- -------- -- --- 2,4 %

Comment expliquer la baisse des prix du gaz de fin 2018 ?Dans les faits, les prix du gaz dépendent fortement du taux de conversion entre le dollar et l'euro, et le cours du pétrole. Or, on observe une forte baisse de ce cours depuis plus d'un mois.