Comment faire baisser ses factures d’électricité et de gaz ?

Notre plateforme téléphonique est actuellement fermée
Total Direct Energie

Selectra recommande l'offre Online

Je souscris en ligne
homme avec factures
Nos conseils et astuces pour réduire ses factures d'électricité et de gaz.

Les factures d'électricité et de gaz enflent d'année en année et écrasent le pouvoir d'achat des ménages. Mais certains ont décidé d'agir pour en prendre le contrôle. Nous sommes partis à la découverte de leurs méthodes en excluant les économies de bouts de chandelle pour ne vous donner que 15 conseils efficaces et à effet immédiat sur votre pouvoir d'achat.


1. Se chauffer à la température idéale

Thermostat
Contrôler la température de chaque pièce est un gage d'économies.

Le chauffage est souvent le premier poste de consommation énergétique, loin devant la cuisson, l'eau chaude sanitaire, l'électroménager, l'éclairage et les technologies. C'est pourquoi, pour économiser l'énergie, mieux vaut chauffer au plus près de ses besoins réels.

Il faut aussi penser à couper ou réduire au maximum le chauffage dans les pièces où on ne vit pas. Le couloir ou les toilettes en sont deux exemples : il ne sert à rien de les chauffer à outrance. Enfin, des températures plutôt basses assurent un meilleur sommeil, tout en permettant de faire des économies.

L'ADEME recommande des températures variables d'une pièce à l'autre de l'habitation :

  • 19°C dans les pièces à vivre ;
  • 21°C dans la salle de bain ;
  • 16°C dans les chambres ;
  • et une baisse de 3 degrés dans toutes les pièces la nuit (hors chambres).

Pour réguler la température de façon localisée, il faudra installer des robinets thermostatiques.

 

Source : ADEME

Réduire la température de 1°C permet de réaliser en moyenne 7% d'économies sur la facture de chauffage. Une bonne raison de mettre un pull !

2. Programmer ou régler son chauffage à distance

Pour éviter les gaspillages d'énergie, programmer et planifier la température de son logement est un atout non négligeable. C'est possible en posant un thermostat connecté et/ou programmable et ainsi abaisser la température durant les périodes d'inoccupation pour ne chauffer qu'en sa présence.

Il est possible de programmer différemment chaque jour de la semaine et donc la réguler spécialement pour le week-end et la nuit par exemple. Les fonctions de régulation de ces thermostats permettent de diminuer jusqu'à 20% sa consommation d'énergie. Il existe différents types de thermostats pour réguler la température de son logement, à différents coûts.

Le thermostat d'ambiance

C'est le système le plus ancien. Celui-ci n'est pas programmable, il permet seulement de faire varier la température de consigne. Peu coûteux, la prise en main est instantanée.

Si on occupe la maison en fonction d'horaires fixes, on peut utiliser la programmation horaire de sa chaudière pour réduire la température quand on n'est pas là, et amorcer un retour à la température normale une demi-heure avant son retour. Si on quitte la maison pour une période prolongée, il ne faut pas forcément couper le chauffage. Dans le cas d'une absence de moins de 48h, il est plus efficace de réduire la température à 10°. Cela permettra de réduire l'effort de chauffage lors de son retour pour retrouver une température idéale.

Le thermostat d'ambiance programmable

Si celui-ci fonctionne comme le précédent, il permet de réduire la température à certains moments de la journée. Sa prise en main est rapide, son coût est généralement compris entre 50 et 200€.

Le thermostat connecté

nest smartphone

Depuis son smartphone, sa tablette ou son ordinateur, il est possible de paramétrer son chauffage à distance de n'importe où et n'importe quand à partir du réseau Wifi. Il est souvent possible de programmer la température de certaines zones de son logement, et facilement.

C'est un outil très efficace, son coût tourne généralement entre 150€ et 250€ et permet d'économiser une centaine d'euros au minimum chaque année s'il est bien utilisé.

Les trois principales offres de thermostat connecté en France sont :

3. Optimiser la diffusion de la chaleur des radiateurs

radiateur en fonte
L'obstruction des radiateurs et calorifères électriques par des objets empêche la chaleur de circuler dans le logement, libérez-les pour profiter correctement de votre chauffage

Pour pouvoir chauffer une pièce efficacement, les radiateurs doivent disposer de suffisamment de place autour d'eux afin d'assurer la circulation de l'air. Il faut donc éviter de poser des objets dessus, ou de positionner des meubles devant, car ceux-ci vous absorber l'énergie thermique et empêcher la diffusion de la chaleur.

Il faut penser également à entretenir les radiateurs, en les dépoussiérant deux fois par an, et en les purgeant une fois par an au moment de leur entrée en service au début de l'hiver, afin d'en vider les bulles d'air.

L'air contenu dans les radiateurs gêne la circulation de la chaleur dans les canalisations et crée des dysfonctionnements dans l'ensemble du réseau de chauffage. Un conseil à appliquer également pour sa chaudière, qu'il est obligatoire de faire entretenir annuellement par un professionnel.

4. Utiliser la source d'énergie la moins chère à votre disposition pour se chauffer

Le chauffage représente généralement près de 60% de sa consommation d'énergie. Pourtant, la facture de chauffage passe du simple au double selon l'énergie utilisée. Seulement, bien des consommateurs l'ignorent :

  • Beaucoup ont une cheminée à foyer ouvert et gagneraient à y mettre un poêle à foyer fermé, plus efficace pour se chauffer ;
  • Beaucoup de consommateurs sont chauffés à l'électricité alors que leur logement est raccordable au réseau de gaz naturel. Si c'est un logement de moyenne ou grande taille, le raccorder au gaz et y faire les travaux nécessaires peut s'avérer intéressant car le prix du kWh est bien moins élevé que pour l'électricité. L'investissement de départ est toutefois plus élevé et entraîne la création d'une installation plus complexe que le chauffage électrique. Il faut en effet acheter une chaudière gaz (comptez 1000€ au minimum) et créer un réseau de tuyaux pour la relier aux radiateurs.

Notre guide sur quelle énergie la moins chère pour se chauffer.

5. Entretien annuel de la chaudière

Chaudière
L'entretien de la chaudière est obligatoire une fois par an.

La révision de la chaudière est une obligation légale qui permet, indépendamment de l'aspect sécuritaire de la démarche, de réaliser 8 à 12% d'économies sur sa consommation d'électricité et de gaz. Elle doit être réalisée par un professionnel pour garantir un chauffage sûr et efficace.

Une chaudière entretenue régulièrement aura de plus une durée de vie potentiellement bien plus longue. A contrario, une chaudière mal entretenue a beaucoup plus de chances de présenter des dysfonctionnements et ainsi de moins bonnes performances. De plus, il est préférable de ne pas prendre le risque d'une émission de monoxyde de carbone en trop forte quantité.

Seul un entretien permettra de détecter ce type d'émission, d'où l'intérêt de le faire chaque année. Des appareils mal entretenus, bouchés ou privés d'une ventilation optimale sont en général à l'origine du problème. Mieux vaut donc prévenir que guérir pour éviter une éventuelle intoxication.

6. La bonne température pour le chauffe-eau

Nous recommandons de régler la température d'eau chaude dans sa chaudière à 55°C ou 60°C. Cette température est suffisante pour limiter le développement des bactéries pathogènes, tout en évitant l'entartrage et en préservant le confort domestique. Par ailleurs, plutôt que des bains, il faut privilégier les douches : alors qu'une douche ne consomme que 30 à 60 litres, un bain consomme entre 150 et 200 litres - soit 3 à 5 fois plus !

Si les tuyaux d'eau chaude circulent dans des zones froides telles que des pièces non chauffées, on peut les équiper de gaines en mousse afin de réaliser des économies substantielles.

7. Cuisiner économiquement

Marmite

Le gaz est l'énergie idéale pour cuisiner. Bonne nouvelle, dans la cuisine également, quelques bonnes pratiques permettront de réduire sa consommation :

  1. Raviver la flamme de ses brûleurs : une flamme jaune signifie un manque d'oxygène. Un simple nettoyage des brûleurs permet de la rendre à nouveau bleue ;
  2. Lorsque on fait bouillir de l'eau dans une casserole, penser à la préchauffer dans une bouilloire avant de transvaser ;
  3. Mettre le couvercle pour faire bouillir l'eau quatre fois plus vite : utiliser des couvercles sur ses casseroles afin d'augmenter la rapidité de la cuisson. Cela permet également de réduire de 20% la consommation d'énergie ;
  4. Eteindre les plaques électriques quelques minutes avant la fin de la cuisson ;
  5. Mijoter ses plats à la marmite. Plus épaisse, la marmite permet une meilleure diffusion de la chaleur qu'une simple casserole ;
  6. Le micro-ondes est beaucoup plus énergivore qu'un four traditionnel : il consomme cinq fois plus d'énergie ! Il faut l'utiliser surtout pour les cuissons rapides ou pour réchauffer ses plats ;
  7. Ne pas préchauffer son four de façon automatique : la plupart des cuissons ne nécessitent pas de préchauffage. Conserver cette habitude pour la préparation des gâteaux ou pains. On a également tendance à ouvrir la porte du four pour suivre le déroulement de la cuisson. A chaque ouverture, le four perd 20% de sa chaleur et augmente ainsi le temps nécessaire à la cuisson. Utiliser plutôt la lampe interne du four ;
  8. Dans le domaine des plaques de cuisson, les plaques à induction permettent une économie de courant de 30% par rapport aux surfaces vitro-céramiques, et de 50% par rapport aux plaques classiques, car les aliments chauffent plus rapidement ;
  9. Equiper sa cuisine d'un robinet avec mousseur-aérateur : il permet de consommer deux fois moins de litres d'eau par minute pour un même débit, grâce à un système mélangeant l'air et l'eau.

8. Prendre soin de vos appareils de froid

Un réfrigérateur consomme presque 400 kWh par an en moyenne, tandis que le congélateur en consomme en moyenne 550 kWh. De ce fait, le froid représente facilement le premier poste de dépense sur sa facture électrique, hors chauffage et eau chaude.

Ces appareils ont de plus une tendance à consommer encore plus, s'ils ne sont pas utilisés correctement. Idéalement, le frigo doit être réglé à une température comprise entre 2,7 et 4 degrés ; pour s'en assurer, on peut s'équiper d'un thermomètre pour réfrigérateur.

ouverture d'un frigo

Ne laissez pas trop longtemps ouvertes les portes de votre réfrigérateur et de votre congélateur

Positionner intelligemment son réfrigérateur et son congélateur : les appareils de froid n'aiment ni le voisinage du four ou du radiateur, ni l'ensoleillement direct. Il faut aussi les dégivrer régulièrement car un appareil givré consomme beaucoup plus d'électricité. Dès que le givre atteint 3 mm d'épaisseur, il est donc essentiel d'entretenir son appareil, sous peine de voir sa consommation augmenter de 30 %. Ce réflexe permet d'économiser environ 30 € par an, pour un appareil combiné (réfrigérateur + congélateur).

Enfin, il faut garder à l'esprit que pour produire du froid, ces appareils embarquent des circuits qui rejettent également beaucoup de chaleur. Afin de faciliter son évacuation et permettre une aération efficace, laisser suffisamment de place entre l'appareil et le mur. Il faut donc veiller à ce que l'air circule bien autour de lui : en prévoyant un espace d'au moins 10 cm au-dessus de l'appareil et derrière lui, cela évite des surconsommations importantes. Penser enfin à dépoussiérer les sorties d'air tous les six mois.

Source : ADEME

9. Lave-linge, sèche-linge, lave-vaisselle : à utiliser à bon escient

Selon l'ADEME, le nombre de cycles de lave-vaisselle a augmenté sur ces dernières années pour passer de 3,1 à 4,1 par semaine, car on le fait tourner plus souvent sans le remplir complètement. Comme pour le lave-linge et le sèche-linge, le premier facteur de consommation d'électricité tient bien sûr dans la fréquence d'utilisation. Le sèche-linge, en particulier, consomme en moyenne deux fois plus d'énergie que le lave-linge, et il est donc indiqué de faire sécher son linge manuellement quand c'est possible.

Ces systèmes ont connu des améliorations sur les dernières années, qui permettent d'économiser de l'électricité à chaque usage. On le dit rarement mais faire tourner ses machines de linge à l'eau froide est très efficace et permet de faire l'économie de 50%. Les nouveaux produits pour lave-linge permettent aujourd'hui de laver son linge efficacement à basse température. Or un cycle à 30° consomme trois fois moins d'énergie qu'un lavage à 90°... Du côté des lave-vaisselle, activer le mode « éco » permettra à l'appareil de consommer moins d'eau, et d'économiser ainsi 25% d'électricité en moyenne.

Ceux qui ont les heures creuses doivent s'assurer que leur ballon d'eau chaude est bien programmé pour fonctionner en heures creuses et que les appareils électroménagers sont bien préférentiellement utilisés en heures creuses.

10. Utiliser intelligemment les heures creuses pour l'électricité

Si vous êtes au double tarif, pensez à lancer vos appareils pendant les heures creuses, quand le prix de l'électricité est sensiblement plus faible par rapport au tarif simple (Base). Les plages horaires des heures creuses dépendent de votre localisation et peuvent s'étendre sur le début d'après-midi et la nuit, ou seulement la nuit, pour une durée de 8 heures au total. Pour connaître vos heures creuses, vous pouvez vous reporter à votre facture d'électricité.

Les foyers qui n'utilisent pas l'électricité pour le chauffage et l'eau chaude n'ont pas intérêt à choisir l'option heures creuses car ils y perdraient dans la plupart des cas. Cette option tarifaire n'est rentable qu'à partir d'une consommation en heures creuses d'environ 40% sur sa consommation globale. Changer l'option tarifaire de son compteur permet, dans ce cas, de faire des économies non négligeables sur sa facture d'électricité.

11. N'acheter plus que des appareils électroménagers et ampoules à faible consommation d'énergie

Outre le caractère écologique d'une telle démarche, s'équiper en appareils électriques à faible consommation permet de réduire efficacement sa facture d'électricité annuelle. La multiplication ces dernières années des appareils électroménagers, audiovisuels et high-tech dans nos foyers n'arrange pas cette hausse de la consommation d'électricité et ainsi la réduction de notre pouvoir d'achat. A l'achat, vérifiez bien l'efficience énergétique des appareils électriques.

Pour 80% des Français, la consommation d'énergie des appareils électroménagers est le deuxième facteur le plus important après le prix dans la décision d'achat. Pour repérer les appareils économes, vous pouvez vous fier à l'étiquette énergie, qui est obligatoire pour un grand nombre d'entre eux. Les économies d'énergie réalisables avec des appareils des classes plus élevées (A+++ ou A++) sont frappantes. La classe A+++ signale les appareils qui consomment de 20 à 50% d'énergie de moins qu'un appareil classé A (la classe la plus faible actuellement sur le marché).

Vous possédez des appareils classés en dessous de la classe A ? Sautez vite renouveler votre gamme d'appareils, les économies d'énergies sont réelles et vos appareils plus performants. Cela est d'autant plus vrai pour les appareils très énergivores (Sèche-linge, ampoules, appareils de froid (Réfrigérateur et congélateur)). Selon l'Ademe, sur la durée de vie des équipements, l'économie peut aller jusqu'à 3000€ sur les factures d'électricité.

Enfin, les luminaires et ampoules présentent aussi une forte marge d'économie, en investissant dans des ampoules basse consommation. Les ampoules fluocompactes, par exemple, permettent de réaliser 75 à 80% d'économies d'énergie par rapport aux anciennes ampoules à incandescence, avec en prime une durée de vie 6 à 7 fois supérieure. Par ailleurs, évitez d'allumer vos lumières trop souvent, notamment quand l'éclairage naturel est possible. Placez donc intelligemment vos meubles pour pouvoir profiter d'un éclairage non artificiel. Les économies d'énergie peuvent aller jusqu'à une heure d'éclairage par jour, ce qui n'est pas anodin.

Nettoyez vos ampoules de temps en temps ! Elles seront de ce fait bien plus efficaces et cela vous évitera peut-être l'utilisation de plusieurs lampes pour y voir clair.

12. Salle de bain : réduire vos factures en adoptant un comportement plus économe

  • Guetter les gouttes. Un robinet qui goutte, c'est 35 000 litres d'eau consommés pour rien chaque année.
  • Réduisez l'humidité dans votre logement en aérant la salle de bain après votre douche ou votre bain.
  • Si prendre des bains est agréable, cela consomme aussi trois fois plus d'eau qu'une simple douche.
  • Pour votre douche, utilisez un pommeau limitant le débit d'eau et un stop douche, permettant de conserver la température lorsque vous activez le bouton "stop" et que vous réenclenchez le pommeau.

13. Réduire le prix du kWh : changer de fournisseur

Depuis 2007 et l'ouverture des marchés de l'électricité et du gaz à la concurrence, alléger sa facture d'énergie annuelle n'a jamais été aussi simple. Oubliez les tarifs réglementés des fournisseurs historiques EDF / Engie (GDF-Suez) et changez de fournisseur ! Si l'idée de passer à une offre d'un fournisseur alternatif (Total Direct Energie, Eni, Plüm Energie...) ne vous inspire pas confiance, voici trois points qui devraient vous rassurer :

  • C'est simple et rapide : un coup de téléphone de 10 minutes et plus rien à faire.
  • C'est sans risque : l'énergie (gaz/électricité) reste la même, seul le prix change. Aucune intervention technique n'est nécessaire, ni aucune coupure. Le réseau historique ENEDIS/GRDF continuera de prendre en charge la distribution de l'énergie. Le changement de fournisseur n'impacte ainsi que le prix.
  • C'est sans frais et sans engagement. En effet, aucun frais ne peut vous être réclamé pour le seul motif que vous choisissez de changer de fournisseur d'énergie.

Si peu de Français osent encore sauter le pas, leur nombre ne cesse de croître. Ainsi, selon la CRE, si près de 30% des nouveaux contrats d'électricité ont été souscrits à des fournisseurs alternatifs, ils en représentent plus de 60% pour le gaz. Pour vous aider à vous y retrouver dans la jungle des offres d'énergie, voici un tableau récapitulatif des plus compétitives d'entre elles pour le gaz et l'électricité.

Offres d'électricité moins chères

Sélection de fournisseurs d'électricité moins chers en Septembre 2020
Offre Souscription Avantages
Logo Total Direct Energie
Offre Classique
09 74 59 44 87
Les économies et la qualité de service
Offre avec conseils personnalisés pour réduire sa consommation
5% de réduction sur le prix du kWh HT par rapport au tarif bleu
Un service client primé 8 fois consécutives
logo mint energie
100% Online & Green
09 74 59 46 30
Me faire rappeler
Participer au développement de l'électricité verte
100% d'électricité verte d'origine française
2 arbres plantés en Haïti pour chaque souscription
Prix du kWh HT 17% moins cher que le tarif bleu
logo happ-e
Happ-e électricité
09 74 59 40 27
Me faire rappeler
Profiter des outils en ligne
Offre internet avec 7% la 1ère année seulement de réduction sur le prix du kWh HT par rapport au tarif réglementé d'EDF
Filiale d'Engie

Offres de gaz moins chères

Sélection de fournisseurs de gaz naturel en Septembre 2020
Offre Souscription Avantages
Logo Total Direct Energie
Offre Classique
09 74 59 44 87
Choisir la sécurité
Offre avec conseils personnalisés pour réduire sa consommation
5% de réduction sur le prix du kWh HT par rapport au tarif réglementé
eni
Astucio eco
09 74 59 12 86
Rappel gratuit
Eviter les hausses de prix
Prix du gaz fixe pendant 3 ans
Prix révisable uniquement à la baisse à chaque date d'anniversaire du contrat
vattenfall
Gaz Eco
01 86 26 47 81
Rappel gratuit
Du gaz 100% compensé carbone
Prix variable qui permet de profiter des baisses
Prix du kWh HT 10% moins cher que le tarif réglementé

Vérifiez aussi votre éligibilité au chèque énergie. Son attribution (normalement automatique) dépend de vos revenus mensuels qui ne doivent pas excéder un certain plafond. Ils permettent d'obtenir un rabais sur la facture annuelle pouvant atteindre plusieurs centaines d'euros, et ce quel que soit le fournisseur.

Participer à un achat groupé d'énergie pour faire baisser votre facture avec des milliers d'autres consommateurs

Si vous vous sentez perdus dans le choix d'une offre d'énergie, vous pouvez toujours participer à un achat groupé d'énergie. L'idée de base est la suivante : En réunissant un maximum de consommateurs, il est possible de négocier un prix avec les fournisseurs. Plus les consommateurs sont nombreux, plus la remise sur le prix peut augmenter, et ainsi diminuer la facture annuelle d'énergie. L'inscription est simple (remplissage d'un court formulaire sur Internet) et n'engage à rien, c'est seulement après négociation auprès des fournisseurs que vous serez informé d'une offre spéciale à tarif de groupe. Libre à vous par la suite d'accepter l'offre ou de la refuser.

14. Surveiller l'étanchéité des portes et fenêtres

Les ouvertures représentent environ 15% des déperditions d'énergie dans une maison, et une part nettement plus significative en appartement. Pour réduire les pertes de chaleur, pensez à fermer systématiquement les volets de vos fenêtres la nuit, et envisagez d'investir dans des rideaux isolants. Ces deux bonnes pratiques vous permettront de réduire vos déperditions d'énergie de 15 à 30%.

Pour aller plus loin, faites le tour de votre habitation pour repérer les portes et fenêtres donnant sur l'extérieur ou sur des pièces non chauffées (véranda, hall d'entrée, garage...), puis allez vous équiper au magasin de bricolage. Sur les fenêtres, vous pouvez investir dans des joints à coller en mousse ou en plastique, ou des joints à fixer en métal ou silicone. Pour les portes, préférez des baguettes de porte, des plinthes ou tout simplement des coussins pour bas de porte.

Pour autant, veillez à l'étanchéité de l'habitation ne signifie pas qu'il faut cesser d'aérer. Pour conserver un environnement sain et renforcer la sensation de chaleur, il est recommandé d'ouvrir les fenêtres en grand au moins dix minutes par jour, ce qui permet d'évacuer l'humidité. Le mieux est bien sûr d'aérer en journée, quand les températures sont plus clémentes. En revanche, la nuit, en hiver, fermer les rideaux ou les volets permet de conserver la chaleur accumulée dans la journée. L'utilisation de bourrelets devant les portes d'entrées permet également de maintenir la chaleur.

De façon à conserver la chaleur au maximum, laissez vos rideaux ouverts dans toutes les pièces de jour et refermez-les à la tombée de la nuit l'hiver : les rayons solaires chauffent le logement la journée. A l'inverse, laissez-les fermés la journée l'été et réouvrez-les le soir afin de laisser la chaleur s'échapper.

Enfin, ne négligez pas l'isolation de votre logement : si ces travaux coûtent relativement cher, leur rendement est indéniable et permet d'éviter la perte de chaleur de diviser sensiblement vos dépenses de chauffage. Un logement bien isolé gagne 25% de chaleur en plus.

15. Couper les appareils en mode veille

four microondes

C'est aujourd'hui l'un des principaux postes de gaspillage énergétique, tant les appareils équipés d'un mode veille sont devenus nombreux. On en compte entre 15 et 50 par foyer, et la consommation globale de ces appareils a augmenté de 30% sur les dix dernières années.

Le coin hi-fi et les appareils multimédia, en particulier, sont de plus en plus nombreux à disposer d'une connexion permanente à internet, ce qui implique un mode veille très friand en énergie. Même un lecteur DVD standard, qui consomme en moyenne 23 kWh par an, consomme sur cela 15 kWh en mode veille. C'est moins connu, mais de nombreux appareils de petit électroménager disposent eux aussi d'une veille, même si elle est parfois invisible. C'est le cas des appareils programmables, tels que le four à micro-ondes, la machine à café, la machine à pain...

Pour couper court aux consommations en mode veille, une solution radicale est de débrancher tous ces appareils, mais elle s'avère fastidieuse à l'usage. C'est pourquoi il est plus judicieux de connecter les appareils d'une même pièce à une multiprise dotée d'un interrupteur, que l'on pourra désactiver en quittant la pièce. Si l'on ne veut pas s'occuper de couper l'interrupteur à chaque fois, on peut même investir dans des prises coupe-veille à brancher en amont de la multiprise. Lorsqu'on éteint les appareils, la prise bloque l'arrivée de courant automatiquement..

Mis à jour le