Un conseiller spécialisé pour vos démarches au

09 73 72 73 00 Rappel gratuit

Baisse du Prix du Gaz en Janvier 2019 en France de -1,90%

Annonce

Réduisez vos factures de gaz !
Comparez les fournisseurs et profitez d'un prix du gaz jusqu'à 15% moins cher

 

Notre plateforme téléphonique est actuellement fermée

Nous recommandons l'offre Directe

 
Le début de l'hiver sera doux au niveau des prix du gaz, puisqu'une baisse de 1,9% a été annoncée pour le 1er janvier.

Les prix du gaz aux tarifs réglementés d'Engie baisseront de 1,9% au mois de janvier 2019. Après sept mois de hausse de suite des prix du gaz observée pour les millions de clients du fournisseur historique de gaz naturel en France, et l'une des plus fortes jamais observées depuis la mensualisation des évolutions des prix du gaz en 2013, cette baisse est bienvenue pour le pouvoir d'achat des Français.

Quelle est la baisse des prix du gaz en janvier ?

Du 1er au 31 janvier 2019, les consommations de gaz naturel des 4,2 millions de consommateurs particuliers ayant un contrat chez ENGIE au tarif réglementé seront facturées en moyenne 1,9% moins cher HT que pendant le mois de décembre. Elle fait suite à une première baisse très attendue le mois précédent, alors même que l'année 2018 a été marquée par de nombreuses et fortes hausses. Les prix de ce début d'année sont à un niveau équivalent à leurs niveaux déjà très élevés de 2014, mais pas encore ceux de la fin de l'année 2012 et de l'année 2013.

C'est une bonne nouvelle pour les consommateurs et le Gouvernement, qui avait annoncé qu'il n'augmenterait pas les prix de l'énergie d'ici le mois de juin. Pour rappel, le mouvement des Gilets jaunes a commencé à prendre de l'ampleur en novembre 2018, suite à une fronde contre la hausse de ces prix. Malgré les annonces du Président de la République faites dimanche 10 décembre concernant la CSG pour une partie des retraités et la prime d'activité pour une partie des salariés au SMIC, il n'est pas certain que cela soit suffisant pour les manifestants, qui ont des revendications plus larges.

Prix du gaz de ville aux tarifs réglementés d'Engie TTC en  
Classe de consommation Abonnement annuel Consommations en kWh
Zone 1 Zone 2 Zone 3 Zone 4 Zone 5 Zone 6
cuisson
Cuisson
             
eau sanitaire
Eau sanitaire
             
chauffage
Chauffage
             

Le détail de la baisse dévoilée pour janvier par la CRE est le suivant :

  • de -0,6% pour ceux cuisinant au gaz :
  • de -1,2% pour ceux qui chauffent également leur eau au gaz ;
  • de -2% pour ceux dont les chauffages fonctionnent au gaz.

Pour avoir une idée, la baisse de décembre de -2,4% avait été de :

  • de -0,8% pour ceux cuisinant au gaz :
  • de -1,5% pour ceux qui chauffent également leur eau au gaz ;
  • de -2,4% pour ceux dont les chauffages fonctionnent au gaz.

Au mois de novembre, la hausse très forte observée avait été de :

  • de +1,9% pour ceux avec la cuisson au gaz :
  • de +3,6% pour ceux avec l'eau chaude sanitaire au gaz ;
  • de +6% pour ceux chauffés au gaz.

Gel des prix du gaz en 2019

Le mouvement des Gilets jaunes a démarré suite à un ras-le-bol fiscal, touchant plus particulièrement les carburants. Après plusieurs semaines de luttes, le Premier ministre a annoncé un gel des tarifs réglementés d'EDF et d'Engie, de février à juin 2019 :

Ni les tarifs de l’électricité, ni ceux du gaz n’augmenteront durant la concertation et donc durant l’hiver qui s’annonce.

Edouard Philippe, premier Ministre Français, le 04/12/2018.

Le Gouvernement est en effet en mesure de bloquer les prix de l'énergie s'il le souhaite. Pour cela, il dispose de deux leviers : la fiscalité et les tarifs réglementés. Ainsi, alors que la TICGN (gaz) devait augmenter au 1er janvier et qu'une hausse de la CSPE (électricité) aurait pu être engagée, il n'en sera rien au cours du premier semestre de l'année. Cela ne veut toutefois pas dire que ces deux taxes, représentant chacune à elles seules déjà plus de 10% du montant des factures TTC des ménages français. Pour ce qui est du tarif réglementé, son évolution est décidée par la Commission de Régulation de l'Energie, comme nous l'expliquons plus en détail dans la suite de l'article. Mais le Gouvernement peut s'opposer ou freiner une hausse, comme il l'avait fait entre le 1er octobre et le 31 décembre 2011 pour le gaz et entre le 1er novembre 2014 et le 31 juillet 2015 pour l'électricité. Or a chaque fois, la décision avait été invalidée par le Conseil d'Etat, et un rattrapage avait été facturé aux consommateurs par la suite. Pour éviter cela, le Gouvernement compte sur la baisse des cours du pétrole et a fait quelques demandes au groupe Engie pour baisser ses coûts :

Pour assurer la stabilité de ses coûts d’approvisionnement au-delà du mois de janvier, le gouvernement a ainsi demandé à Engie de procéder, d’ici à la fin du mois de décembre 2018, à une opération de couverture portant sur les volumes de ventes aux tarifs réglementés des mois de février à juin 2019. Cette opération conduira à la suspension, pour ces cinq mois, de la formule d’évolution des tarifs réglementés d’Engie actuellement utilisée.

Communiqué du ministère de l'Energie, le 17/12/2018.

La demande a été entendue par le groupe, comme l'a confirmé sa directrice générale sur France Inter trois jours plus tard :

Ce que nous faisons en ce moment, c'est de décomposer tous les paramètres et travailler sur chacun d'entre eux - changer les régulations quand il faudra les changer - pour qu'ils ne soient pas amenés à remonter de façon automatique dans les mois qui viennent.

Isabelle Kocher, le 20/12/2018.

Le 28 décembre 2018, le Gouvernement a détaillé la baisse des tarifs réglementés du gaz pour le premier semestre 2019 pour les foyers chauffés au gaz :

  • - 0,73% en février ;
  • = en mars ;
  • - 1,91% en avril ;
  • - 0,6% en mai ;
  • - 0,45% en juin.

Cette décision doit encore être validée par la CRE, avant qu'un premier arrêté soit publié au début du mois de juillet. Alors que l'hiver vient de débuter, il s'agit d'une bonne nouvelle pour plusieurs millions de foyers Français qui se chauffent au gaz de ville. C'est aussi la preuve que les pouvoirs publics peuvent encore influer sur les variations des prix de l'énergie, en demandant à une entreprise qu'elle détient majoritairement de travailler en ce sens. Cela ne devrait néanmoins plus être possible dans quelques années, puisque l'Etat a l'intention de se désengager d'Engie, et les tarifs réglementés du gaz seront supprimés en 2023.

Comment expliquer la baisse des prix du gaz de fin 2018?

Plus que la raréfaction des ressources naturelles, ce sont les tensions géopolitiques et financières entre les pays producteurs et consommateurs de gaz naturel qui sont à l'origine des évolutions des prix du gaz. Dans les faits, les pris du gaz dépendent fortement du taux de conversion entre le dollar et l'euro, et le cours du pétrole. Or on observe une forte baisse de ce cours depuis plus d'un mois.

Faire baisser davantage sa facture de gaz dès ce mois-ci !Faites appel gratuitement aux experts Selectra pour trouver une offre moins chère, qui vous convienne. Le changement de fournisseur de gaz se fait sans coupure et ne demande aucune démarche particulière de votre part, puisque le nouveau fournisseur d'occupe de tout gratuitement. Plus d'informations au 09 73 72 73 00 ( ).

Qui décide de l'évolution des tarifs du gaz pour les particuliers ?

Dans le cadre de la libéralisation du marché de l'énergie, la Commission de Régulation de l'Energie a été créée. Son objectif est d'assurer l'ouverture du marché en s'assurant que les acteurs respectent bien les règles mises en place. Il s'agit d'une autorité publique indépendante du Gouvernement, des fournisseurs historiques et des fournisseurs alternatifs. Depuis la fin de l'année 2015, c'est elle qui fixe directement les tarifs réglementés de l'électricité d'EDF et du gaz d'Engie. Le Gouvernement peut théoriquement avoir le dernier mot, mais le Conseil d'Etat veille et a déjà dans le passé annulé des décisions du Gouvernement contraires aux recommandations de la CRE. Il est donc contre-productif pour l'Etat de freiner les hausses des prix de l'énergie, puisqu'elles seront in fine bien reportées sur les factures des clients.

Comment sont décidées les hausses et baisses des prix des consommations ?

Il existe une formule tarifaire des prix du gaz, que la CRE suit scrupuleusement. Les principaux facteurs regardés sont :

  1. le cours du baril de pétrole ;
  2. la cotation sur le marché de gros TTF ;
  3. les contrats futurs sur la Trading Region France ;
  4. le taux de change entre dollar américain et euro.

Tous les mois, la CRE analyse ces données pour fixer une partie du prix des consommations de gaz naturel pour le mois suivant. Or cela ne compose qu'environ un tiers du prix final de l'énergie. Il faut ensuite ajouter les coûts d'acheminement du gaz (transport par Teréga et GRTgaz puis distribution par GRDF) et les diverses taxes sur le gaz pour donner le prix TTC.

Une solution pour moins dépendre des fluctuations des différents cours de bourse est de développer le gaz vert en France. Une étude menée par l'ADEME, GRDF et GRTgaz avance que la France, si elle investissait suffisamment dans la recherche et le développement des gaz verts, pourrait être indépendante en gaz d'ici 2050.

Comment faire pour éviter les hausses des factures de gaz ?

Les prix du gaz de ville diffèrent chez tous les fournisseurs de gaz. Le tarif réglementé est seulement commercialisé par Engie, le fournisseur historique sur le réseau GRDF. Ainsi, il est tout à fait possible de faire des économies sur ses factures de gaz ; encore faut-il bien choisir son offre de gaz.

Avoir des prix du gaz bloqués

Il existe une multitude d'offres de gaz à prix bloqué. Elles garantissent un tarif HT de l'abonnement et des consommations qui n'évoluera pas pendant une durée établie contractuellement. Selon nos calculs, un foyer ayant souscrit une telle offre en novembre 2017 payerait 21% son gaz HT qu'un foyer au tarif réglementé en novembre 2018. Pour les gros consommateurs, cela représente une différence de plusieurs centaines d'euros sur l'année.

Sélection d'offres de gaz de ville à prix fixe en  
Nom du fournisseur Nom de l'offre Caractéristiques Estimations
Logo eni eni Astucio planète Prix fixe   ans et révisable à la baisse. L'équivalent carbone de toutes les consommations sont compensées. 09 87 67 54 33
Logo total-spring Total spring gaz fixe Prix fixe 1 an avec - % sur le prix du kWh. Une réduction similaire sur l'électricité verte. 09 75 18 77 00
Logo engie Engie gaz ajust 3 ans Prix fixe 3 ans et révisable à la baisse. 09 87 67 94 10

Opter pour des offres non indexées sur le tarif réglementé

La plupart des fournisseurs décident d'établir leurs tarifs en fonction des tarifs réglementés, qui ont ainsi une véritable fonction de marqueur de prix sur le marché de détail français. Pour autant, certains décident eux-mêmes de leurs prix, avec leurs propres critères, pour proposer des offres souvent moins chères et parfois même plus innovantes.

Sélection d'offres non indexées -  
Nom du fournisseur Nom de l'offre Caractéristiques Estimations
Logo ekwateur ekwateur Prix compétitif et fixe 1 an quand le client le souhaite, depuis son espace client. 5% à 100% de biométhane selon le choix du client. 09 87 67 16 74
Logo butagaz Butagaz naturel Prix fixe 1 an avec  % sur le prix du kWh à la souscription. 09 74 59 22 27

Quelle a été l'évolution des prix du gaz au cours de l'année 2018 ?

Voici un tableau des évolutions des tarifs réglementés du gaz naturel observés au cours de l'année. Depuis la mensualisation des évolutions il y a cinq ans réalisée dans le but de lisser les hausses, jamais les prix n'avaient augmenté autant de fois la même année.

Evolutions mois après mois moyennes HT des tarifs réglementés du gaz en 2018
Mois Evolution
Janvier +2,3%*
Février +1,3%
Mars -3%
Avril -1,1%
Mai +0,4%
Juin +2,1%
Juillet +7,45%
Août +0,2%
Septembre +0,9%
Octobre +3,25%
Novembre +5,9%
Décembre -2,4%
Mise à jour le