Menu

+7,45% en juillet, +3,25% en octobre : les tarifs du gaz vont-ils cesser d'augmenter ?

Le tarif de référence du gaz augmente à nouveau de 3,25% en moyenne au 1er octobre.

La nouvelle était encore à confirmer et c'est désormais chose faite. Annoncée lundi dernier par le Figaro, l'augmentation des tarifs réglementés du gaz naturel pratiqués par Engie et les entreprises locales de distribution (ELD) vient d'être validée par la Commission de régulation de l'énergie (CRE). Elle sera finalement de 3,25% en moyenne. 

Une hausse qui diffère selon les usages

L'augmentation ne sera pas la même pour tous les consommateurs. En effet, elle dépend de l'utilisation que chacun fait du gaz. Les foyers chauffés au gaz seront les plus pénalisés avec 3,3% d'augmentation. Les usagers du gaz de cuisson verront quant à eux leur facture réévaluée de +1%, tandis que ceux utilisant la cuisson et le chauffage subiront une hausse aux alentours de 2%

Des nouvelles hausses à prévoir en 2018 et 2019

Cette dernière hausse en date est loin d'être une exception. Depuis six mois consécutifs, les tarifs réglementés du gaz naturel ont littéralement flambé, sous l'effet de la hausse des matières premières. Le cours du baril de Brent est en effet passé de 67$ en début d'année à plus de 80$ en cette fin septembre, sous l'effet d'une baisse de la production chez certains pays exportateurs. Des augmentations qui pénalisent 4,5 millions de ménages encore abonnés aux tarifs réglementés.

Cette tendance a toutes les chances de se prolonger jusqu'à l'hiver, du fait que les fluctuations du baril de pétrole s'appliquent toujours aux tarifs réglementés du gaz avec un délai de quelques mois. En sus, l'arrivée de la période de chauffe, en accentuant la demande en hydrocarbures, devrait aussi contribuer à tirer les prix du gaz à la hausse.

Malgré les augmentations régulières, il n'est pas impossible de stabiliser voire de faire baisser sa facture d'énergie. Pour cela, il convient de comparer les offres proposées par des fournisseurs alternatifs et notamment celles qui garantissent des prix fixes sur une durée donnée. En effet, elles permettent aux consommateurs de mieux prévoir leur budget alloué au gaz. Certains fournisseurs, comme eni, proposent même des offres à prix fixes révisables uniquement à la baisse à la date anniversaire du contrat.

Vers une suppression des tarifs réglementés

Les tarifs de références sont amenés à disparaitre conformément au droit de l'union européenne. Un amendement de la loi Pacte, discutée au Parlement vise à les supprimer. Leur arrêt est prévu au 1er juillet 2023, sous réserve d'une ordonnance émise par le gouvernement. Une nouvelle qui réjouit les nouveaux opérateurs de ce marché qui s'y préparent chacun à leur manière via des offres vertes de gaz, des offres de gaz low-cost, etc. 

Mise à jour le