Compteurs communicants : quelle situation ailleurs en Europe ?

Le déploiement des compteurs intelligents a lieu partout en Europe. Comment sont-ils accueillis au-delà de nos frontières ?

La France est loin d’être le seul pays à installer des compteurs communicants comme Linky. La plupart de nos voisins européens sont également concernés et le déploiement de compteurs nouvelle génération va bon train en Europe. En plus de constituer un progrès important pour la transition énergétique, l'arrivée de ces compteurs est souvent accompagnée de nouvelles offres et services innovants pour les consommateurs.

En mars 2018, 9 millions de compteurs Linky étaient déjà installés en France, soit plus d'un quart des 35 millions prévus d’ici 2021. Aussi appelés compteurs "intelligents" dans le langage courant ou ailleurs en Europe, ils sont chez nous source de nombreuses polémiques. Si plusieurs aspects, tels que la nocivité des appareils ou la protection des données personnelles inquiètent, c'est avant tout l'utilité réelle pour les Français qui est questionnée. À quoi servent vraiment les compteurs intelligents pour les usagers ? Pour en savoir plus, Selectra a mené l'enquête sur leur déploiement dans plusieurs pays d'Europe, où les avantages pour les consommateurs sont parfois déjà visibles.

Compteurs communicants : que retenir des différentes expériences européennes ?

deploiement compteurs intelligents europe

De nouvelles offres innovantes mais encore trop peu nombreuses

Les nouvelles offres adaptées aux fonctionnalités des compteurs communicants semblent l’aspect le plus innovant et le plus intéressant pour les consommateurs. Les compteurs communicants permettent en effet le relevé de la consommation électrique à l'heure, automatiquement transmis au fournisseur d'électricté. Ces derniers peuvent alors proposer des tarifs plus flexibles, déjà mis en place chez plusieurs de nos voisins européens.

3 principaux types d’offres nouvelles se dégagent :

  • les offres proposant des prix variables heure par heure, offrant un maximum de flexibilité au consommateur. Si ce dernier est suffisamment bien informé des variations de la journée, il peut alors anticiper et programmer sa consommation au mieux afin de profiter des prix les plus bas de la journée ;
  • les offres avec des plages horaires de plus en plus personnalisables qui affichent des tarifs réduits : heures creuses flexibles, plusieurs plages par jour, plusieurs niveaux de réduction, etc. ;
  • les offres affichant certains jours à tarifs réduits (spécial WE, un jour gratuit par semaine, etc.), voire des offres adaptées aux saisons.

A ce titre, l’Espagne, où désormais même le tarif régulé de l'électricité est horaire, propose déjà de nombreuses innovations. Les offres proposées par les fournisseurs Iberdrola et Endesa sont particulièrement intéressantes pour les consommateurs (plages horaires ou jours de réductions personnalisables, taux de réduction variable, etc.). L'Autriche est également très novatrice, notamment avec les offres flexibles du fournisseur aWATTar et ses prix horaires variant en fonction de la météo. Ces nouvelles offres laissent entrevoir de réelles économies pour les consommateurs.

Enfin, l'arrivée des compteurs communicants pourrait aussi entraîner l'apparition d'offres prépayées comme au Royaume-Uni. Les compteurs nouvelle génération permettent de mettre en place de telles offres beaucoup plus facilement car ils sont techniquement compatibles avec ce fonctionnement. Certains pays, comme l'Italie, envisagent de proposer bientôt ce type d'offres aux consommateurs.

Néanmoins, il faut admettre que les offres et services associés aux compteurs communicants n’ont été que peu anticipés par les fournisseurs et restent encore peu nombreux. À moyen et long termes, on devrait voir apparaître de nouvelles offres dans le catalogue des fournisseurs et donc des économies réelles pour les consommateurs. Mais aujourd’hui les offres innovantes se font attendre et l'insuffisance de services proposés pour optimiser sa consommation rend le déploiement des compteurs communicants peu attrayant pour les ménages.

Des économies réelles… à condition que l'information soit accessible !

L'autre aspect très positif de l’installation de ces compteurs réside dans l’accès à une meilleure information pour les usagers et donc à une meilleure maîtrise de leur consommation.

Sur ce point, la Grande Bretagne est immanquablement un exemple à suivre. La mise à disposition gratuite d’écrans déportés par la plupart des fournisseurs d’énergie afin de suivre sa consommation en temps réel (en kWh et même en livre sterling !) est en effet un vrai succès : 82% des britanniques disposant de ce dispositif affirment le consulter régulièrement et prendre des mesures pour réduire leur consommation.

Néanmoins, force est de constater que les compteurs communicants n’induisent pas d’économies d’énergie si les particuliers ne se l’approprient pas et ne modifient pas leur comportement. En France, seuls 1,5% des usagers de Linky auraient aujourd'hui créé un espace client sur le site d'Enedis afin de suivre leur consommation. Enedis ne cesse pourtant de rappeler que cela est possible et même recommandé pour utiliser le boitier vert à bon escient. À nouveau, les initiatives concrètes pour une meilleure maîtrise de sa consommation se font attendre dans de nombreux pays européens, bien que les espaces de suivi en ligne et applications dédiées semblent se développer en temps et en heure.

Comment se déroule l'installation chez nos voisins européens ?

Chaque pays d'Europe est tenu de déployer des compteurs communicants, en accord avec le Troisième Paquet Energie européen adopté en 2009. Aujourd'hui, 22 pays des 28 pays membres de l'UE ont d'ores et déjà commencé l'installation de "smart meters", ou compteurs intelligents. Mais l'avancement et l'étendue de ces déploiements varient beaucoup selon les situations. 3 pays ont par contre déjà terminé leur mise en place : l'Italie, la Finlande et la Suède. L'union Européenne prévoit que d'ici 2020, 200 millions de compteurs communicants seront installés en Europe chez 72% des consommateurs d'électricité, représentant un investissement estimé à 45 milliards d'euros.

Pour décider de l'installation de compteurs intelligents, chaque pays européen a du effectuer une évaluation coûts / bénéfices. Les pays ayant une évaluation positive sont alors tenus de déployer de nouveaux compteurs (objectif fixé à 80% d'implémentation d'ici 2020). Or, ce n'est pas le cas pour tout le monde ! La complexité des marchés de l'énergie dans certains pays a rendu des évaluations mitigées ou négatives, freinant l'installation des nouveaux compteurs en Europe.

Le déploiement des compteurs intelligents en Europe
Le déploiement des compteurs intelligents en Europe (source : Commission Européenne)

Par ailleurs, dans certains pays, les compteurs intelligents soulèvent également quelques interrogations. Mais dans la plupart des cas, leur implémentation, parfois avancée, permet d’ores et déjà de réelles améliorations pour les consommateurs.

Italie : une technologie d'avance pour les pionniers européens

compteur intelligent italie
Le déploiement de la deuxième génération de compteurs intelligents a débuté en 2017 ; et plus d'un million sont déjà installés.

Le marché a été libéralisé très tôt en Italie par le décret Bersani en 1999. L’acteur historique, Enel, est encore aujourd’hui le principal gestionnaire de la distribution d’électricité avec sa branche e-Distribuzione qui dessert 85% du territoire en électricité.

Suivant cette libéralisation du marché, l’installation des premiers compteurs communicants a également été très précoce puisqu'elle a démarré dès 2001 avec le programme Telegestore initié par Enel. Depuis 2011, 99% de la population italienne possède ainsi un compteur communicant. Mais ces compteurs, installés il y a déjà plus de dix ans pour la plupart, sont déjà en phase de remplacement.

En tant que principal distributeur, e-Distribuzione est en charge de la maintenance et du remplacement du parc de compteurs. En juin 2017, ce dernier a lancé alors le programme “Open Meters” pour l’installation des compteurs intelligents deuxième génération. 1 million de compteurs nouvelle génération sont déjà en place, et le déploiement devrait atteindre 41 millions d’ici les quinze prochaines années.

La première vague d’installation de compteurs intelligents en Italie s’est effectuée à la charge des distributeurs d’électricité. Les coûts ont ensuite été progressivement répercutés sur les factures d’électricité des particuliers via les taxes de distribution. Le coût des compteurs deuxième génération, estimé à 4,3 milliards d’euros, sera lui aussi répercuté dans les taxes.

Comme en France, les compteurs sont la propriété des distributeurs d’électricité. Ces derniers sont alors souvent installés à l'extérieur des foyers pour faciliter les interventions techniques des distributeurs, dont leur remplacement. Néanmoins, les usagers reçoivent une lettre de notification de la part d’e-Distribuzione et il est possible de refuser leur installation, surtout si l’ancien compteur est encore fonctionnel et âgé de moins de 15 ans. L’installation de ces compteurs, même de deuxième génération, n’est pas accompagnée de réactions particulières à leur égard et est plutôt bien acceptée par la population.

Concernant les avancées permises par ces compteurs intelligents, l'installation de la première génération a permis aux consommateurs de bénéficier d’offres tarifaires variées (notamment des plages temporelles d'heures creuses plus flexibles), ou encore d’agir sur leur compteur à distance grâce au principe de la télégestion.

Par contre, les fournisseurs d’électricité italiens ne proposent pour l’instant pas d'offres particulières et adaptées aux compteurs intelligents. Cela est notamment du au fait que les fonctionnalités des compteurs première génération concernaient moins le développement de nouveaux services pour les consommateurs que l’amélioration du réseau, la tarification plus précise et l’accès à des informations de consommation plus nombreuses pour les consommateurs. Mais le déploiement en cours des compteurs deuxième génération devrait permettre le développement prochain d’offres spécifiques, proposant des tarifs horaires ou des offres prépayées.

Espagne : déjà plusieurs offres innovantes proposées aux particuliers

En Espagne, l’idée des compteurs intelligents est apparue en 2009. Leur implémentation à débutée en 2011 et devrait se terminer fin 2018. Chaque fournisseur d’électricité possède son propre modèle de compteur nouvelle génération et est en charge de l’installer gratuitement.

compteur intelligent espagne
L'installation des compteurs intelligents en Espagne devrait être terminée fin 2018.

A la différence de la France, ces compteurs sont loués par les consommateurs, sur le même principe qu’une box internet. Les compteurs intelligents sont d'ailleurs loués à un prix supérieur que pour les compteurs classiques : 0,51 € / mois pour les anciens compteurs analogiques contre 0,81 € / mois pour les nouveaux compteurs communicants (monophasés) ou 1,36 € / mois (triphasés).

Les consommateurs peuvent repousser l’installation de ces compteurs intelligents, mais elle sera rendue obligatoire à partir du 31 décembre 2018. Par ailleurs, les fournisseurs envoient souvent une lettre pour prévenir qu’ils pourraient finir par couper l’électricité si l'installation est refusée.

La plupart des espagnols n’a pas exprimé d’opinion particulière quant à ces nouveaux compteurs : il n’y a eu ni action collective ni action politique notable à leur encontre. 

En revanche, l’arrivée de ces compteurs intelligents a entraîné plusieurs transformations sur le marché de l’électricité, notamment vis-à-vis des tarifs réglementés dont le mode de calcul a changé :

  • avant 2014, le tarif réglementé de l’électricité était le Tarifa de Último Recurso (TUR), négocié entre les producteurs et les fournisseurs tous les trimestres lors de ventes aux enchères. Mais les producteurs étant également fournisseurs pour la plupart, les prix étaient souvent entendus à l’avance… ;
  • après 2014, le Precio Voluntario al Pequeño Consumidor (PVPC) a été mis en place avec un fonctionnement adapté aux compteurs intelligents : le prix réglementé du kWh d'électricité change toutes les heures et est décidé un jour à l’avance par la REE (Red Eléctrica de España) en fonction de l’anticipation de l’offre et de la demande et des prix sur le marché de gros.

Le prix réglementé du kWh d’électricité a alors tendance à être plus cher aux heures où la demande est forte, et moins cher lorsque la demande est faible. Le relevé détaillé et en temps réel des compteurs intelligents permet alors la facturation heure par heure.

La plupart des gens n'est pourtant pas au courant du PVPC, et ceux qui le sont ont tendance à souscrire à une offre de marché, considérées comme plus stables et lisibles (il n’est en effet pas nécessaire de se connecter tous les jours pour connaître le prix de son électricité heure par heure le lendemain).

Pour les 50% d’espagnols qui ne sont pas au régime des tarifs réglementés (PVPC), certaines nouvelles offres de marché spécialement dédiées aux compteurs intelligents sont alors apparues.

Le fournisseur historique Iberdrola propose ainsi cinq offres dédiées, dont :

  • un choix libre de 8h d’heures creuses dans la journée (soit d’affilée, soit 2x4h) ;
  • un prix spécial la nuit ou les WE ;
  • un prix spécial pour l’été ou l’hiver ;
  • ou encore une offre similaire au PVPC.

Le fournisseur Endesa propose quant à lui cinq offres “Tempo” adaptées aux compteurs intelligents, notamment :

  • un choix libre de 2h gratuites par jour ;
  • un choix libre d'un jour gratuit dans la semaine ;
  • un prix spécial la nuit ;
  • une offre proposant des réductions supplémentaires et progressives si plus de 50% d'électricité est consommée en heures creuses.

Par ailleurs, beaucoup d’offres de fournisseurs ont été améliorées par des interfaces clients permettant de suivre sa consommation sur internet et parfois même avec une application dédiée. Il est alors possible de suivre précisément sa consommation par mois, semaine, jour, voire même à l'heure.

Autriche : plus de flexibilité au service de l'électricité verte

En Autriche, plus de cent distributeurs d’électricité et de gaz se répartissent sur différentes régions de desserte (un distributeur par région). Ce sont eux qui sont responsables du réseau électrique et donc de l’installation des compteurs intelligents.

compteur intelligent autriche
Plus de cent distributeurs d'électricité devraient installer les compteurs intelligents d'ici 2022.

Le déploiement de ces derniers a débuté en 2012 et 95% des utilisateurs devraient en être équipés d'ici 2022. En novembre 2017, seulement 10% des foyers étaient équipés, avec de fortes disparités entre les régions. Néanmoins, une forte hausse de l’équipement est à prévoir mi-2018 quand le distributeur de la région de Vienne commencera à équiper ses foyers.

Leur installation est gratuite, mais les distributeurs compenseront le coût de ces installations par une augmentation des différentes taxes sur les compteurs et sur le transport de l’énergie (l’équivalent du TURPE français).

Les autrichiens ne peuvent pas refuser l’installation de ces compteurs mais peuvent en revanche refuser leurs fonctions intelligentes (la transmission automatique des données par exemple).

La plupart des autrichiens ignorede ces installations ou ne s’y sont pas intéressés. Quelques interrogations sont néanmoins apparues concernant l’usage et la protection des données personnelles ainsi que les risques de piratage des compteurs. Les inquiétudes vis-à-vis des radiations et des risques pour la santé restent très minimes.

Parmi les plus de 140 fournisseurs qui se partagent ce marché de l’électricité régionalisé, certains proposent déjà des offres adaptées aux compteurs communicants.

Par exemple, le jeune fournisseur aWATTar s’est ainsi spécialisé dans les prix flexibles dédiés aux compteurs intelligents, en fonction des conditions météorologiques et la quantité d’énergie renouvelable disponible. En effet, lorsqu’il y a beaucoup de soleil ou de vent, la quantité d’énergie solaire et éolienne augmente et les prix chutent à la bourse de l'électricité (EPEX-SPOT).

capture ecran awattar
Capture d'écran de l'interface du fournisseur autrichien aWATTar, détaillant les variations de prix heure par heure en fonction de l'électricité solaire et éolienne disponible.

Avec son offre HourlyCap par exemple, les prix heure par heure sont alors calculés entre autre en fonction de prévisions météorologiques précises et les tarifs sont réduits lorsque beaucoup d’énergie solaire et éolienne sont disponibles. Selon aWATTar, certains consommateurs regardent avec attention les prévisions météorologiques afin de planifier leurs grosses consommations d’électricité (comme charger une voiture électrique par exemple). Ce fournisseur propose aussi un tarif variable heure par heure et d'autres offres plus classiques, pour une consommation flexible au maximum.

Energie AG, un fournisseur historique autrichien, propose quant à lui des offres disposant d’heures creuses de 19h à 7h ou encore des tarifs plus bas les weekends. Si elles ne diffèrent pas beaucoup des heures creuses classiques (à la différence des plages horaires), ces offres permettent en revanche aux clients d’Energie AG de coupler leur compteur communicant à des enceintes intelligentes comme Amazon Alexa et ainsi de demander à haute voix combien ils ont consommé d’électricité sur une période donnée.

Royaume-Uni : un suivi de consommation hi-tech

Suite à une ouverture à la concurrence opérée dès 1990, le marché britannique de l’énergie est l’un des plus matures d’Europe. Les tarifs réglementés y ont disparu et il existe plusieurs centaines de fournisseurs d’énergie différents, dont six principaux qui totalisent 80% des parts de marché (souvent appelés les "Big 6"). Par ailleurs, les fournisseurs de gaz et d’électricité ne sont pas séparés car les britanniques raisonnent en “fournisseurs d’énergie”. Tous les fournisseurs proposent ainsi les 2 énergies.

compteur intelligent royaume-uni
D'ici 2020, plus de 40 millions de compteurs intelligents seront installés au Royaume-Uni.

Le déploiement des compteurs intelligents à débuté en 2013 au Royaume-Uni et devrait s'achever en 2020. 10 millions d'entre eux étaient installés fin 2017, couvrant 25% des particuliers. Chaque fournisseur est en charge d’installer les compteurs intelligents de ses clients. L’installation est néanmoins régulée par le Gouvernement Britannique et le Office of Gas and Electricity Markets (OFGEM - le régulateur énergétique britannique).

L’installation de ces compteurs est gratuite et sans engagement pour les clients, ce sont les fournisseurs qui sont en charge de financer leur déploiement (évalué entre 11 et 12 milliards de £). Officiellement, ces installations ne seront pas répercutées sur les taxes, bien que certains craignent tout de même une augmentation des factures.

Ces nouveaux compteurs n'étant pas produits par un constructeur tiers, il existe autant de modèles que de fournisseurs. Mais ces derniers ont tous le même fonctionnement et restent utilisables lors d'un changement de fournisseur, quel que soit leur design. Par ailleurs, le comptage de l’électricité et du gaz est très souvent effectué par un seul et même compteur intelligent, puisque les contrats comprennent électricité et gaz.

Globalement, les britanniques n'expriment aucune crainte au regard de la santé ou la protection de la vie privée, hormis quelques exceptions. Il est néanmoins possible de refuser l’installation de ces compteurs, mais très peu le font. 

Les offres d’énergie ont été très peu impactées par l’arrivée des compteurs intelligents. En effet, la majorité des offres en Grande Bretagne affiche des prix fixes sur 1 ou 2 ans. D’autres offres affichent des tarifs variables susceptibles d'évoluer mensuellement, mais les compteurs communicants n’ont pour l'heure pas entraîné l’apparition d’offres plus flexibles. En revanche, les offres prépayées sont courantes au Royaume-Uni. Elles permettent de proposer aux consommateurs d'acheter en avance une certaine quantité d'énergie qu'il n'est pas possible de dépasser. Pour bénéficier de ce type d'offre, il convenait avant l'arriver des nouveaux compteurs d'installer un modèle de compteur prépayé adapté, dans lequel une carte prépayée pourvait être insérée. Les compteurs intelligents facilitent aujourd'hui ces offres prépayées car le compteur n'a plus besoin d'être remplacé. Plus de 6 millions de britanniques fonctionnent avec ce système.

affichage consommation royaume-uni
Des tablettes de suivi de la consommation sont fournies gratuitement avec la grande majorité des compteurs intelligents.

Par ailleurs, la quasi-totalité des compteurs intelligents est accompagnée d’une tablette portable affichant les informations de consommation, fournie elle aussi gratuitement aux usagers. Ils sont alors reliés au wifi des foyers et permettent de visualiser sa consommation en kWh et même en livre sterling ! Cet affichage permet aux utilisateurs de suivre leur consommation en temps réel et les incite bien souvent à la réduire. Des applications mobiles sont également régulièrement proposées. Selon un rapport de Smart Energy GB, 82% des possesseurs de ces écrans affirment suivre leur consommation régulièrement et prendre des mesures pour réduire leurs consommations !

Enfin, les compteurs intelligents permettent de faciliter les démarches de changement de fournisseur. En plus de mettre fin aux factures basées sur la consommation estimée, le relevé du compteur n’est plus nécessaire au moment du changement de fournisseur et toutes les informations sont envoyées numériquement au nouveau fournisseur.

Ailleurs en Europe

Avec l’Italie, la Suède est le seul pays européen à avoir finalisé l’installation d’une première génération de compteurs intelligents (5,3 millions de compteurs en 2009, financés par les taxes de distribution de l’électricité ainsi que par les ressources des distributeurs). Dans ce pays, et comme en Italie, la relève des compteurs est alors automatique et effectuée à distance. Le déploiement de la deuxième génération de compteurs est également au programme, bien qu’il n’ait pas encore démarré.

En Allemagne, la situation est moins claire car ce pays a réalisé une évaluation coûts / bénéfices partiellement négative. Son marché de l’électricité est en effet autrement plus complexe qu’en France avec plus de 1000 fournisseurs et 800 distributeurs d’électricité différents. Par ailleurs, les compteurs sont achetés et détenus par les propriétaires en Allemagne. La généralisation de compteurs communicants reviendrait alors entre 15 et 20 milliards d'euros aux Allemands, somme largement supérieure à la moyenne européenne. Ceci explique la position floue de l’Allemagne concernant leur déploiement.

Au Portugal enfin, pays ayant effectué une étude bénéfice / coût restée sans conclusion, l'installation des compteurs intelligents se situe aujourd’hui dans une “zone grise”. L’Etat portugais n’a pas encore légiféré sur le sujet ni fixé d’objectif, mais le distributeur national EDP Distribuição a initié depuis 2013 l’installation de compteurs intelligents. 1,3 million de compteurs étaient en service fin 2017, pour un objectif de 60% d’équipement en 2020 et 100% en 2022 (4 millions de compteurs). Par ailleurs, le distributeur portugais, en partenariat avec Huawei et Janz CE, teste également une nouvelle génération de compteurs intelligents communiquant via un réseau mobile spécifique pour les objets connectés (le réseau NB-IoT) et non via la technologie CPL. Il s'agit là d'une première en Europe. Ce test est pour l’instant effectué actuellement sur 100 foyers de Lisbonne.

Et en France ?

A des fins de modernisation des réseaux et de meilleure information des usagers, l'installation de compteurs communicants est également en marche en France. Ce déploiement est même inscrit dans la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte de 2015 à la suite de la directive Européenne (2009/72/CE).

compteur intelligent france
D'ici 2021, 35 millions de compteurs Linky seront déployés dans toute la France par Enedis.

Le déploiement des 35 millions de compteurs communicants Linky a ainsi débuté en 2015. C’est Enedis (ex ERDF), le distributeur d’électricité français qui assure 95% de la distribution. La fabrication des compteurs Linky est assurée par six fabricants différents, dont deux français. L’installation n'est pas facturée aux clients, mais elle représente un coût de 5,4 milliards € assumé seul par Enedis d’ici 2021. Un système de “différé tarifaire” devrait ensuite entraîner l’augmentation des taxes de distribution de l'électricité (CTA) à partir de 2021. Mais les économies normalement réalisées grâce aux compteurs communicants devraient entraîner un coût totalement neutre pour les usagers.

Le refus de l'installation des compteurs Linky n’est pas prévu dans la loi car les compteurs appartiennent aux collectivités locales, qui en concèdent la gestion et la maintenance à Enedis. Mais de nombreux recours ont été déposés pour modifier la loi et les réactions anti-Linky sont nombreuses. La première journée de manifestation anti-Linky a même été organisée le 5 mai dernier.

Les offres dédiées aux compteurs Linky arrivent pourtant peu à peu sur le marché français. EDF et Engie ont par exemple lancé des offres spéciales “weekends”, proposant des réductions en fin de semaine. Le fournisseur Direct Energie a lui lancé les “heures super creuses” proposant 50% de réduction par rapport au prix du kWh en heures pleines, la nuit entre de 2h à 6h.

Par contre, le compteur Linky pèche vis-à-vis de l'accès aux informations de consommation. Le compteur lui-même ne permet que de lire son index de consommation (= la consommation totale en kWh) mais ne procure pas d'informations plus précises. Enedis propose pourtant un espace client sur internet pour suivre sa consommation de manière plus précise, mais seuls 1,5% des usagers auraient aujourd'hui ouvert un compte. Et surtout, cette information parle de kWh mais pas d'euros, ce qui n'est pas très parlant. Pour visualiser sa consommation en euros et au jour le jour, il faut que les fournisseurs d'électricité aient accès aux informations de consommation et donc que les usagers acceptent de partager leurs données. De nombreux fournisseurs proposent alors des espaces clients et applications dédiées pour suivre sa consommation.

Un affichage déporté pour les ménages précaires ?Un affichage déporté avec la consommation électrique exprimée en euros devait être fourni gratuitement aux ménages précaires à partir du 1er janvier 2018. Mais le projet a pour l'instant été repoussé d'un an afin de fixer le cadrage financier.

Pourquoi avons-nous besoin de compteurs communicants ?

Quand on aborde la question de la transition énergétique, on pense en premier lieu aux énergies renouvelables et aux modes de production respectueux de l'environnement : solaire, éolien, biogaz, etc. Pourtant, migrer du non-renouvelable au renouvelable n'est qu'un seul des aspects de la transition énergétique ! L'autre pilier fondamental concerne pourtant la réduction de la consommation d'énergie. Mais paradoxalement, cet aspect nous est bien moins familier alors qu'il nous concerne directement ! Cet objectif passe notamment par :

  • la modernisation des réseaux électriques ;
  • la diminution de la consommation globale d’énergie grâce au changement de nos modes de vies.

Les compteurs communicants et leur installation entrent dans ce cadre. Ils sont en effet un élément fondamental pour atteindre ces objectifs.

Moderniser les réseaux pour moins consommer avec les Smart Grids

reseau electrique
Les réseaux électriques se transforment en Smart Grids.

La grande particularité du marché de l’électricité est qu’il fonctionne uniquement en flux tendu. Le stockage de l’électricité étant pour l’instant marginal et onéreux, la production d’électricité doit correspondre à tout instant à la puissance appelée par les consommateurs.

Or, cet équilibre est très précaire et les pics de consommation sont difficiles à satisfaire : ils coûtent cher et utilisent souvent des sources polluantes. Par ailleurs, de nouveaux usages émergent comme l’autoproduction et l’autoconsommation d’électricité, ou encore l’essor des voitures électriques. De leur côté, les producteurs intègrent de plus en plus d’énergies renouvelables qui sont intermittentes (éolien, solaire, etc.).

Mieux anticiper la consommation et la production est nécessaire pour faciliter cet équilibre et ne pas avoir à produire de l'électricité en urgence lors des pics de consommation. C’est ici qu’interviennent les Smart Grids, ces réseaux électriques intelligents qui reposent sur un principe phare : favoriser la circulation d’information entre les fournisseurs d’électricité et les consommateurs, dans les 2 sens, pour ajuster le flux d’électricité en temps réel.

Les compteurs communicants interviennent alors comme composante cruciale des Smart Grids. Contrairement aux anciens compteurs, ils sont bidirectionnels et permettent la remontée les informations de consommation en temps réel sur le réseau électrique. Cela permet une meilleure réactivité de la production électrique ou encore le contrôle à distance du déclenchement de certains appareils électriques, comme les chaudières ou les climatiseurs, permettant d'élater les consommations et d'éviter les pics. Enfin, cela permet d'optimiser les flux d'électricité sur le réseau, et donc de faire des économies d'énergies.

Diminuer la consommation grâce à l’accès à l’information

suivi consommation en ligne
Suivre sa consommation régulièrement permet de mieux la maîtriser.

Un des objectifs européen de la transition énergétique est la diminution par 2 de la consommation d’électricité d’ici 2050. Si cet objectif ambitieux passe forcément par une meilleure efficacité énergétique des équipements (logements, etc.), il nécessite aussi une diminution intrinsèque de notre consommation individuelle d’électricité ! Et ici encore, les compteurs communicants sont d'une aide précieuse : en permettant aux usagers de prendre conscience de leurs niveaux de consommation grâce aux informations qu'ils transmettent en temps réel, une meilleure maîtrise de la consommation est possible.

Moins consommer simplement grâce à l'information, vraiment ?Une étude réalisée par le CNRS en 2012 montre que les familles ayant un accès à leurs informations détaillées de consommation réalisaient jusqu'à 23% d'économies d’énergie.

Par ailleurs, les fonctionnalités des compteurs communicants permettent aux fournisseurs d'électricité de proposer de nouvelles offres incitatives beaucoup plus flexibles, motivant les consommateurs à décaler leur consommation aux heures où l’électricité est la plus disponible et donc la moins chère et la plus écologique.

Méthodologie

Pour réaliser cet article, Selectra s'est basé sur l’expertise de ses équipes réparties en Italie, en Autriche, en Espagne, en Belgique ou encore au Portugal. En plus d'une recherche documentaire sur la situation européenne concernant les compteurs intelligents, les équipes de Selectra de chaque pays ont permis la remontée d'informations précieuses telles que le ressenti des populations face au déploiement des compteurs et l'évolution de leurs habitudes de consommations.

Mise à jour le