Comparaison des prix du gaz en Europe : qui paye son gaz le moins cher ?

appel gratuit

️⚠️ Dites STOP aux augmentations du prix du gaz !

Profitez d'un prix du gaz 15% moins cher et un prix bloqué pendant toute la durée du contrat en appelant un conseiller Selectra.

09 73 72 73 00 OU
Notre plateforme téléphonique est actuellement fermée
logo Happ-e

Selectra recommande Happ-e by Engie pour le gaz naturel

Je souscris
gaz europe
Le prix du gaz naturel dans l'Union européenne peut varier du simple au triple.

Malgré l'ouverture à la concurrence du marché du gaz naturel dans l'Union européenne, les prix du gaz varient encore du simple au triple entre les États membres... On notera en outre que les pays d'Europe de l'est, du fait de leur situation géographique et économique, se démarquent avec des prix bien inférieurs à ceux de l'ouest.


Les prix du gaz pour les particuliers en Europe

L’Union Européenne a entamé, à partir du milieu des années 1990, une réforme importante de son secteur gazier. Le but ? Atteindre un marché unique du gaz avec plus de concurrence, notamment à travers l’interopérabilité des réseaux et le développement des échanges entre les États membres. Depuis la libéralisation du marché du gaz naturel en 2007, tous les consommateurs européens peuvent - en théorie - choisir leur fournisseur et profiter des avantages de la concurrence. Mais en pratique, tous les États membres n'ont pas encore franchi cette étape ; et libéralisation n'est pas toujours synonyme de baisse des prix.

Des prix du gaz en France en moyenne plus chers que dans les autres pays d'Europe

dépenses gaz

Au 1er semestre 2021, le prix moyen du gaz naturel dans l'Union européenne pour les particuliers s'est établi à 0,064 € TTC par kWh selon les données d'Eurostat. La France garde des tarifs légèrement plus élevés que la moyenne européenne, avec un prix du kWh de gaz à 6,8 centimes en moyenne. L'Hexagone se classe ainsi au 17ème rang européen, et dans la moyenne basse des pays de l'ouest du Vieux continent.

  • Les pays d'Europe centrale et orientale (PECO) sont globalement les moins chers de l'Union européenne, même si l'on note que le Luxembourg et le Royaume-Uni s'en tirent particulièrement bien pour des pays riches.
  • Parmi les pays les plus chers pour le gaz en Europe, on retrouve notamment les Pays-Bas et la Suède avec des prix beaucoup plus élevés que la moyenne européenne et près de quatre fois plus élevés que les pays les mieux lotis.

Les prix du gaz vont exploser cet hiver, protégez-vous dès maintenantPour trouver des offres de gaz moins chères, vous pouvez contacter gratuitement un conseiller Selectra au ☎️ 09 73 72 73 00. Il analysera votre profil de consommation et votre type de logement (surface, nombre d'équipements, localisation, etc.) pour estimer vos factures avec des fournisseurs moins chers.

Quel est le pays le moins cher d'Europe pour le gaz ?

Le pays d'Europe dans lequel le coût du gaz naturel est le moins cher pour les particuliers est la Géorgie, avec un prix du kWh moyen de 0,012€ TTC. Notons par ailleurs que ce grand pays d'Europe de l'est est également l'un des pays d'Europe les moins chers pour l'électricité. Elle est suivie de très près par la Turquie et la Moldavie.

Selon Eurostat, en 2020, 7,4% des ménages européens étaient en situation de précarité énergétique. Dans certains pays, ce sont 35% des particuliers qui n'arrivent pas à régler leurs factures de gaz et/ou d'électricité.

Zoom sur...le marché du gaz naturel en Roumanie Après les Pays-Bas et le Royaume-Uni, la Roumanie est le troisième producteur de gaz naturel dans l'Union européenne. En 2014, le pays a produit 11,4 milliards de m3 de gaz naturel couvrant près de 75% de sa consommation annuelle. Pendant longtemps, le pays a freiné la libéralisation de son marché de l'énergie, ce qui lui a valu de nombreux rappels à l'ordre de la Commission européenne. En Roumanie, le système des tarifs réglementés de gaz pour les particuliers a vocation à disparaître d'ici 2021. En France, la fin des tarifs réglementés du gaz a été annoncée pour 2023 par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

Les prix du gaz naturel pour les professionnels dans l'Union européenne

Au deuxième semestre 2021, le prix du gaz naturel dans l'Union européenne pour les professionnels et industriels s'est établi en moyenne à 0,037 € HT par kWh. La France fait partie des pays les plus chers d'Europe pour le gaz pour les professionnels, avec un niveau proche de la Hongrie et de la Lettonie.

  • Les professionnels allemands sont particulièrement chanceux puisqu'ils bénéficient du prix du gaz naturel pour professionnels parmi les moins chers d'Europe.
  • La Lituanie, le Danemark et la Suède sont les trois pays dans lesquels les factures de gaz sont les plus élevées pour les professionnels, avec des prix beaucoup plus élevés que la moyenne européenne.

Comment expliquer les écarts de prix du gaz naturel en Europe ?

Les pays proches de la Russie favorisés

On note globalement que les pays proches de la Russie ont des prix moyens moins élevés que le reste de l'Europe. Cela s'explique par le fait que l'énergie a beaucoup moins de chemin à parcourir pour atteindre les foyers et les entreprises de ces pays. Or l'approvisionnement et l'acheminement représentent la grande majorité du coût du gaz naturel.

Aussi, la Russie a à cœur de garder des relations étroites avec ses proches voisins, qui faisaient encore partie de l'URSS il y a plusieurs décennies. L'approvisionnement en gaz naturel, vital pour ces pays à l'hiver rigoureux, est donc un levier géostratégique de première importance. C'est d'ailleurs pour cette raison que les tensions ont débuté et que la guerre en Ukraine a éclaté.

Peu de pays producteurs en Europe

puits extraction

Les premières découvertes importantes de gisement de gaz naturel en Europe datent des années 1950 et 1960. La Norvège (qui n’appartient pas à l’Union Européenne), les Pays-Bas, le Royaume-Uni (et dans une moindre mesure l’Allemagne, l’Italie et la France) commencent alors à produire du gaz naturel pour la consommation domestique et l’exportation. Cependant, la dépendance de l'Union européenne vis-à-vis de pays tiers augmente rapidement tandis que sa production décline. Aujourd'hui, la Russie est le premier fournisseur de gaz naturel en Europe, devant la Norvège. Or, plus le nombre d'exportateurs est limité, plus la sécurité de l'approvisionnement de l'Union européenne est menacée.

C'est d'ailleurs pour cette raison que les pays d'Europe commencent à investir dans le développement du biogaz. Les filières locales de biométhane grandissent à un rythme exponentiel, puisqu'il permettra à terme de réduire leur balance commerciale et leur dépendance vis-à-vis du gaz naturel russe, algérien, norvégien et des pays du Golfe.

L'impact des taxes sur la facture de gaz en Europe

Dans certains pays, à l'instar du Danemark ou des Pays Bas, les taxes sur le gaz et prélèvements alourdissent particulièrement la facture des ménages et représentent jusqu'à la moitié des factures. A l'inverse, elles sont très basses hors TVA dans d'autres pays comme la Hongrie, la Grèce ou encore la Belgique.

En France, les taxes représentent environ un tiers des factures, et cette proportion va s'agrandir dans les prochaines années avec la très forte hausse planifiée de la TICGN.

Contrats de long terme, économie et géopolitique

Pour s'approvisionner, les fournisseurs peuvent faire appel aux marchés de gros ou signer des contrats de long terme avec les entreprises extractrices de gaz. Ils ont une durée pouvant aller jusqu'à 30 ans, afin d'assurer aux deux parties des garanties de longue durée. De manière générale, les prix du gaz dépendent de l'économie et de la géopolitique. En effet, les prix du gaz sont encore souvent indexés sur la parité entre la monnaie locale et le dollar, mais aussi sur le cours du pétrole.

Ainsi, la situation économique et financière d'un pays aura un impact sur les prix du gaz. De la même façon, des tensions entre deux pays ou dans une région exportatrice de gaz naturel fera augmenter les prix du gaz.

Politiques européennes pour le en gaz naturel

Des monopoles publics au marché européen du gaz

Dans la plupart des pays européens, le secteur gazier s’est organisé à partir des années 1950 autour de compagnies nationales publiques, détentrices de monopoles de droit ou de fait d’importation : Engie (ex Gaz de France) en France, British Gas au Royaume-Uni, ENI en Italie, Distrigas en Belgique, Gasunie aux Pays-Bas. Mais il est désormais loin le temps des monopoles. Depuis l’ouverture du marché à la concurrence en 2007, les Européens ont accès à une multitude de fournisseurs d'énergie.

drapeau européen

La politique européenne de l'énergie a pour principaux objectifs :

  • d'assurer la disponibilité de l'énergie, en quantité suffisante et à des prix abordables ;
  • de garantir la sécurité de l'approvisionnement énergétique dans l'Union européenne ;
  • de promouvoir l'interconnexion des réseaux énergétiques ;
  • de faciliter le bon fonctionnement du marché de l'énergie.

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a proposé en juillet 2014 la mise en place d'une Union européenne de l’énergie. En novembre 2015 a été remis le premier rapport sur l’état de l’union de l’énergie. Parmi les éléments figurant dans ce rapport a été adoptée une proposition de règlement sur les statistiques relatives aux prix de l'électricité et du gaz naturel. Une fois adopté, ce règlement devra permettre d’améliorer les statistiques européennes sur les prix de l'énergie.

Evolution de la demande de gaz en Europe

L’UE devrait voir sa population stagner d’ici à 2030, et son activité économique croître faiblement. Les efforts de l’UE en matière d’efficience énergétique devraient contribuer à faire diminuer la demande de gaz naturel, et donc les prix du gaz naturel. Au contraire, la part du gaz naturel dans la consommation d’énergie primaire devrait passer de 24,1% en 2005 à 30,1% en 2030 (d’après Eurogas), en raison de l’augmentation de la consommation de gaz pour la production d’électricité.

De nombreux pays très dépendants des autres énergies fossiles (charbon) pour leur production d’électricité, comme l’Allemagne ou le Danemark, devraient en effet remplacer leurs centrales au charbon par des centrales au gaz, beaucoup moins émettrices de gaz à effet de serre.

Au total, la demande de gaz naturel en Europe devrait donc rester très stable (post-COVID), en raison des effets contradictoires de l’amélioration de l’efficience énergétique et de l’augmentation de la production d’électricité à partir de gaz naturel.

Mis à jour le