Un conseiller spécialisé pour vos démarches au

09 73 72 73 00 Rappel gratuit

Scission d'EDF : vers une augmentation des tarifs de l'électricité ?

Si la scission d'EDF se produit, le prix de l'électricité nucléaire augmentera. Les énergies pourraient donc devenir une solution pour réaliser des économies.

Suite au vote de la loi Energie Climat, la France devra présenter à Bruxelles son intention de séparer en deux les activités d'EDF. Quelles seraient les modalités de ce projet ? Que changerait cette scission, si elle intervenait, pour les consommateurs ? L'équipe de Selectra fait le point avec vous. 

Le projet "Hercule" : kézako ? 

Annoncé en filigrane lors de l'assemblée générale d'EDF par Jean-Bernard Lévy, le PDG du groupe, Hercule est le nom du projet qui vise à séparer en deux les différentes activités d'EDF. Il permettrait de créer, d'une part, un "EDF bleu" comprenant les activités nucléaires, la production d'électricité hydroélectrique et le transport de l'électricité sur les lignes à haute tension (RTE). D'autre part, les activités d'énergies renouvelables, ainsi que la distribution (Enedis) et EDF Outremer, seraient, quant à elles, réunies dans un "EDF Vert". 

Cette séparation offrirait à EDF la possibilité d'"isoler financièrement le risque nucléaire", d'après une source du groupe. En effet, entre le coût du grand carénage, la maintenance du parc nucléaire, et les retards de calendrier et les allongements de budget de l'EPR de Flamanville, le nucléaire français apparaît dans une mauvaise passe. 

Concurrence et Union européenne

EDF est une entreprise qui appartient encore en majorité à l'Etat français, qui en est actionnaire à 83,7 %. Dès lors, la France se doit d'informer Bruxelles de cette scission. En effet, les institutions communautaires jugent que les tarifs régulés de vente (TRV) de l'électricité sont un frein à la concurrence. Dès lors, malgré la libéralisation du marché de l'énergie en 2007, pour continuer de vendre l'électricité au tarif bleu, les pouvoirs publics doivent bénéficier de dérogations de la part de l'Union européenne. 

Vers une hausse du prix de l'électricité nucléaire ? 

Afin d'obtenir les bonnes grâces des institutions européennes, le gouverment français doit proposer une solution "gagnant-gagnant". Si EDF accepte de séparer ces activités, l'entreprise souhaite pouvoir relever le prix du MWh d'électricité nucléaire, déterminé via le mécanisme de l'Accès régulé à l'électricité nucléaire historique (Arenh). Fixé à 42€ le MWh, pour répondre aux éxigences de concurrence, EDF est obligé de vendre 100 TWh d'électricité nucléaire aux fournisseurs alternatifs. Un système qui garantie une certaine stabilité des prix de l'électricité. 

Or le mix énergétique de la France est dominé à 71% par le nucléaire en matière de production d'électricité. Dès lors mécaniquement les TRV de l'électricité devraient monter entrainant aussi les prix des offres de marché proposées par les fournisseurs alternatifs

Comment se prémunir de cette future envolée des prix ? 

Le choix de la fourniture en électricité d'un logement doit s'anticiper. Face à cela, pour ne pas subir une hausse de leur dépenses en énergie, les consommateurs peuvent se tourner vers des offres d'électricité verte low-cost. De plus en plus rentable, les énergies renouvelables peuvent aujourd'hui aider les Français à faire des économies sur les factures d'électricité.  

Mise à jour le