Un conseiller spécialisé pour vos démarches au

09 73 72 73 00 Rappel gratuit

Energie : Shell à l'assaut du marché de l'électricité

Leader dans le domaine des hydrocarbures, Shell envisage de se lancer sur le marché mondial de l'électricité.

Géant pétrolier anglo-néerlandais, après une diversification de ses activités dans le gaz, Shell souhaite se lancer dans l'électricité. Il envisage même de devenir le "numéro 1 mondial" dans le domaine en misant sur les énergies vertes.

Shell, leader du marché en 2030 ? 

Marteen Wetselaar, directeur "gaz et nouvelles énergies" de Shell est convaincu que l'électricité s'est transformée en un secteur "plein d’opportunités". L'ambition du groupe est donc de se positionner comme "la plus grosse société électrique de la planète" sur le marché d'ici 2030. Un pari très ambitieux, sur dix ans, que Shell souhaite relever en investissant toujours plus dans les énergies renouvelables. 

Les énergies vertes, une stratégie de développement pour Shell 

Si l'entreprise, en matière de RSE, souhaite diviser par deux son empreinte carbone à horizon 2050, et de 20 % en 2035, les énergies vertes sont également une manière pour Shell de se maintenir sur le long terme. En effet, le pétrole, en tant qu'énergie fossile, est une ressource chaque année plus rare. Si l'on en croit la British Petroleum Company, il reste à peine plus de 50 ans de stocks de pétrole dans le monde. Dès lors, Shell doit entamer sa transition énergétique pour survivre

C'est sans doute la raison pour laquelle, Shell souhaite se diversifier et a annoncé vouloir investir entre un et deux milliards de dollars tous les ans dans les énergies vertes. Elle a d'ailleurs commencé, puisqu'à titre d'exemple, elle a déjà a signé un partenariat avec Google, sur des cerfs-volants éoliens, le mois dernier. 

Les nouvelles pratiques de consommation énergétique, une opportunité pour Shell

Pour réussir à atteindre ses objectifs, Shell compte sur les nouveaux modes de production et de consommation. Notamment, il souhaite travailler sur les problématiques d'autoconsommation photovoltaïque. Comme le fait savoir Marteen Wetselaar, "nous pensons que le secteur sera beaucoup plus décentralisé : les gens auront une batterie en sous-sol, des panneaux solaires sur leur toit et ils voudront que nous les aidions à optimiser tout ça". Le groupe envisage donc de proposer un véritable accompagnement sur les énergies vertes. 

Par ailleurs, il en va de même sur les pratiques nouvelles de mobilité propre. En cela, Shell s'intéresse aussi au développement des voitures électriques. En effet, il pense à l'avenir de ses stations-services, qui pourraient, demain, fournir une alternative aux carburants, par le biais de l'électricité. C'est pourquoi, le groupe a, par exemple, racheté l'entreprise de bornes de recharge électriques NewMotion. 

L'électricité, un secteur qui attire toujours plus d'acteurs

Shell est loin d'être le seul géant du pétrole à vouloir s'insérer sur le marché de l'électricité. Total, pétrolier français s'est déjà fait une place sur le marché avec Total Spring, mais également en rachetant l'an dernier Direct Energie, premier fournisseur alternatif français. 

En outre, il est indéniable de constater que la grande distribution s'y intéresse. En effet, on peut noter que l'arrivée en 2017 de GreenYellow (Groupe Casino) sur le marché s'est suivie de celle de Leclerc, en 2018, avec une volonté de fournir aux consommateurs français des offres d'électricité low-cost

Enfin, autre secteur en quête de diversification : les télécoms. Au vu de certaines annonces faites par le PDG du groupe, Stéphane Richard, il est possible de penser qu'Orange, à son tour, proposera des offres d'électricité. L'entreprise dispose d'ailleurs déjà d'activités liées à l'énergie en Pologne et dans quelques pays d'Afrique. 

Créé le