Menu

Electricité et gaz : le gouvernement annonce un gel des tarifs tout l'hiver

Les gilets jaunes manifestent depuis le 17 novembre contre l'augmentation des taxes sur les carburants.

Suite à la montée des manifestations des "gilets jaunes" dans tout l'Hexagone et notamment à Paris, le Premier ministre Edouard Philippe, a fait quelques annonces afin d'apaiser les tensions. Entre autres, il a fait savoir que les tarifs de l'électricité et du gaz n'augmenteraient pas avant mai 2019. 

Le tarif bleu de l'électricité ne sera pas revalorisé à la hausse

La Commission Régulation de l'Energie (CRE) avait prévu une augmentation de l'électricité dès février 2019 qui devait être validée par le gouvernement ce mois-ci. Face aux violentes manifestations et blocages des "gilets jaunes", et afin de chercher une sortie à la crise, le gouvernement n'appuiera finalement pas les recommandations de la CRE. Les factures d'électricité des ménages ne devraient donc pas augmenter, ou, en tout cas, pas avant le mois de mai 2019. Un mesure qui devrait ravir les 80% de foyers français toujours abonnés au tarif réglementé de l'électricité pratiqué par EDF.  

Le tarif réglementé du gaz lui aussi gelé

Comme pour l'électricité, le gaz sera lui aussi maintenu à un prix stable, en tout cas pour les abonnés au tarif réglementé. Il s'agit là d'une bonne nouvelle pour le porte-monnaie des consommateurs qui a subi une hausse conséquente du gaz (+20% en un an), non-compensée par la baisse de 2,4% du début du mois. 

Automobile : quid de la hausse des taxes sur les carburants ?

Concernant la hausse des taxes sur les carburants, le gouvernement choisit la voie du moratoire. Une victoire, tout du moins provisoire, dans les revendications des "gilets jaune", puisqu'il s'agit bien là de l'annonce qui a mis le feu aux poudres. Dès lors, la montée des taxes sur le gazole et sur l'essence fera l'objet d'un débat, s'il on en croit le Premier Ministre. Plus globalement, des concertations locales qui auront lieu entre le 15 décembre et le 1er mars viseront à lancer un débat public sur les impôts. 

La réforme du contrôle technique provisoirement suspendue

Le nouveau contrôle technique, plus lourd, devait entrer en application l'an prochain. Le gouvernement fait également marche arrière là-dessus. Il bénéficiera donc d'un report de mise en oeuvre pendant six mois et devrait être révisé pour être rendu moins compliqué que prévu. 

En apparence, il y aura donc moins de perte de pouvoir d'achat pour les Français. Toutefois, bien que ces annonces et ces rétropédalages du gouvernement aillent dans le sens des "gilets jaunes", la non-mise en place de ces mesures engendre donc un manque à gagner de 2,8 milliards d'euros pour le gouvernement. Dès lors, ils seront probablement reportés sur d'autres impôts ou prélèvements. 

Mise à jour le