Tarifs de l'électricité : des prix "stabilisés" en 2020 selon François de Rugy

François de Rugy
Afin de stabiliser les prix, le ministre veut faire changer le mode de calcul du tarif bleu de l'électricité.

Suite à l'augmentation des tarifs réglementés de vente (TRV) de l'électricité de 5,9% au 1er juin, le gouvernement cherche des pistes pour endiguer de nouvelles hausses. Au micro d'Europe 1 ce lundi, François de Rugy, ministre de la Transition Ecologique et Solidaire a fait de nouveau savoir sa volonté de changer les modes de calculs des TRV. Une méthode qui, selon lui, permettrait de stabiliser les prix de l'électricité en 2020. 

Une nouvelle méthode de calcul discutée à l'Assemblée nationale 

A l'occasion de l'examen du Projet de loi Energie-Climat dans l'Hémicycle, "nous allons modifier le mode de calcul des tarifs de l'électricité", a expliqué le ministre. Décidé lors de la Loi NOME en 2010, la méthode de calcul n'a jamais évolué. Or, selon François de Rugy, ce système engendrerait des "hausses presque mécaniques en fonction des prix de marché". C'est pourquoi, il souhaite aujourd'hui repenser l'équation en se basant sur le coût de l'électricité produite par les centrales nucléaires en France.

"Si EDF et ses concurrents ont accès à cette électricité nucléaire à coût fixe, de limiter toutes les hausses sur facture des consommateurs" expose-t-il. Dès lors, on peut imaginer que la stratégie du gouvernement sera de remonter le plafond de l'Accès régulé à l'Energie Nucléaire Historique (ARENH). Ce dispositif impose en effet à EDF de vendre à la concurrence jusqu'à 25% de son énergie nucléaire, soit 100 TWH, à un tarif de 42€/ MWh. Jusqu'en 2016, le plafond n'avait jamais été atteint puisque les fournisseurs alternatifs se fournissaient sur les marchés de gros. Or, les cours des marchés de gros ont augmenté, incitant les fournisseurs à revenir vers l'ARENH. La demande des fournisseurs, fin 2018, étant équivalente à 130 TWh, ils ont donc dû acheter beaucoup plus cher le volume manquant. Mécaniquement, les prix se sont reportés sur les factures des consommateurs. En relevant le plafond, le gouvernement assure donc, en théorie, des prix plus stables. 

Un prix stabilisé ou à la baisse ? 

Pour autant, il ne s'engage pas sur une baisse des prix "je ne veux pas faire de fausses promesses" a ajouté le ministre.  Pour lui, cette chute n'interviendra qu'à condition que les "coûts de production baissent". Difficile à croire, au regard de l'évolution des coûts de la maintenance du parc nucléaire français, vieillissant. 

Vers une seconde augmentation de l'électricité en août 2019 ? 

Mais le changement, s'il intervient, aura lieu en 2020. Dès lors, les TRV de l'électricité pourraient augmenter de nouveau en aout afin d'indexer les tarifs d'acheminement (TURPE) sur l'inflation. Pour faire passer la pilule, Jean-François Carenco, Président de la Commission de régulation de l'Énergie (CRE) a annoncé vouloir la "limiter à 1%". Une légère augmentation certes, mais qui continue à faire augmenter la facture d'électricité des ménages évaluée par l'INSEE à 960 euros par an en moyenne

Changer d'offre pour pallier les hausses

Si les nouvelles méthodes de calcul restent floues, la hausse du tarif bleu d'EDF est probable. Dès lors, afin de ne pas voir sa facture augmenter et même faire des économies sur le long terme, il peut être intéressant de changer de fournisseur d'électricité et d'opter par exemple pour une offre à prix fixes, à l'instar de la gamme Astucio du fournisseur eni ou de l'offre Ajust de Engie. Elles vous permettront de mieux anticiper votre budget en fin de mois et d'éviter les mauvaises surprises sur les factures. 

Mise à jour le