François de Rugy : qui est le nouveau ministre de l'Ecologie ?

François de Rugy succède à Nicolas Hulot au poste de Ministre de la Transition écologique et solidaire.

Suite à la démission de Nicolas Hulot le 28 août, le poste était à pourvoir. C'est chose faite aujourd'hui. François de Rugy, Président de l'Assemblée nationale vient d'être nommé Ministre de la Transition écologique et solidaire par le gouvernement.

Un écologiste "réformiste"

Pronant une écologie "réformiste" et "constructive", François de Rugy avait quitté en 2015 le parti Europe Ecologie Les Verts à qui il reprochait de prendre un virage trop à gauche. Candidat en 2017 aux primaires de gauche, il avait refusé de soutenir Benoit Hamon dans sa victoire et avait alors apporté son soutien à Emmanuel Macron.

Le choix de François de Rugy n'est donc pas très étonnant. Il avait d'ailleurs salué sur Twitter l'engagement de son prédécesseur sans la contester: "son action depuis 15 mois au sein du gouvernement pour enclencher des transformations écologiques profondes".  

Pascal Durand ancien secrétaire national d'EELV affirme également que le nouveau ministre témoigne "de vraies convictions écolos". Son nom était d'ailleurs apparu dans les médias comme un potentiel successeur. Pourtant sur RTL, il avait assuré n'être "candidat à rien"

Un choix contesté

Malgré sa nomination, la majorité parlementaire se montre méfiante :  "Rugy, c'est le recroquevillement de la politique écologique, une énorme erreur mais en même temps un signal très clair", explique un député de la majorité. 

Un choix qui ne devrait pas ravir non plus l'opposition puisqu'il avait fait l'objet de critiques de la part de la France Insoumise, le jugeant trop "autoritaire". Leur chef de file LFI Jean-Luc Mélenchon le tacle d'ailleurs de "ministre des apparences écologiques". 

Plus positive, l'ancienne ministre de l'Environnement Corinne Lepage a fait savoir que "François de Rugy est un écologiste légitime, tout à fait macroniste et il a un avantage majeur, c'est qu'il peut s'appuyer sur l'Assemblée nationale, ce que Nicolas Hulot n'a pas réussi à faire".

Les transports : son thème de prédilection

Proche de Jean-Marc Ayrault et ancien adjoint aux transports à la mairie de Nantes, il s'était surtout fait connaitre en proposant l'interdiction des voitures non-électriques ou non-hybrides. Il avait également exprimé son opposition à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, l'un des sujets épineux sur lequel avait tranché Nicolas Hulot

Mise à jour le