Pourquoi Français et Britanniques choisissent de payer leur énergie plus cher ?

big ben

Alors que Français et Britanniques peuvent réaliser plusieurs centaines d'euros d'économies par an en comparant les prix de l'électricité et du gaz, beaucoup conservent des offres plus chères. Dans notre premier article comparant les marchés français et britanniques de l'énergie, nous examinons les processus d'ouverture des marchés à la concurrence et leurs résultats et essayons de comprendre ce paradoxe.


  • L'essentiel
  • Depuis 1999, le marché britannique de l'énergie pour les particuliers est ouvert à la concurrence. En France, c'est également le cas depuis 2007.
  • Les Britanniques savent qu'ils peuvent choisir leur(s) fournisseur(s) d'électricité et de gaz (84% en 2013) mais le font peu (12% ont changé de fournisseur d'électricité et 10,6% ont changé de fournisseur de gaz en 2013). Les Français encore moins : à peine la moitié savent qu'il est possible de choisir son fournisseur. Seuls 0,6% ont changé de fournisseur d'électricité et 1,5% de gaz en 2013.
  • Des économies sont pourtant possibles : selon la Commission européenne, les Français pourraient réaliser une centaine d'euros d'économies par an sur leurs factures d'énergie en faisant jouer la concurrence.
  • Pour aider les consommateurs à tirer le meilleur parti de la concurrence, des comparateurs de fournisseurs et des sites d'informations se sont créés. En jeu : aider les ménages français comme britanniques à y voir plus clair.

Ouverture à la concurrence des marchés de l'énergie : Tirez les premiers, messieurs les Anglais !

En France, l'ouverture des marchés de l'énergie à la concurrence a suivi les directives de l'Union européenne. Après les professionnels en 2004, les particuliers ont pu choisir leur fournisseur dès 2007. Le Royaume-Uni n'a pas attendu les instructions de Bruxelles, avec un marché concurrentiel pour les professionnels arrivé en 1998 et en 1999 pour les particuliers. L'Irlande du Nord fait figure d'exception dans ce paysage libéralisé : la concurrence s'instaure progressivement depuis 2007. Elle ne devrait pleinement aboutir qu'en 2015.

Pourtant, la situation française semblait plus simple à de nombreux égards. La privatisation du géant du gaz (British Gas) et la séparation des activités de production, transport, distribution et fourniture de gaz naturel en Grande-Bretagne s'est faite sans heurts. En revanche, L'Angleterre et le Pays de Galles comptaient 12 entreprises de distribution et de fourniture d'électricité ; l'Ecosse se divisait en deux zones, nord et sud, chacune avec son monopole de production, transmission, distribution et fourniture d'électricité. En France, si on compte également une multitude de petites entreprises locales de distribution, il "suffisait" dans une large mesure de séparer les activités de production, de transport, de distribution et de fourniture des deux grands, EDF et GDF, devenues en 2004 des sociétés anonymes.

Un cadre commun : la création d'un marché européen de l'énergie

En imposant la concurrence entre fournisseurs d'électricité et de gaz au sein des marchés nationaux, l'UE cherche à faire baisser les prix de l'énergie payés par les consommateurs et augmenter le choix de fournisseurs dans chaque Etat membre, tout en protégeant les consommateurs les plus vulnérables.

De ce point de vue, la France et le Royaume-Uni sont soumis aux mêmes directives :

  • La directive du 19 décembre 1996 sur la libéralisation du marché intérieur de l'énergie accepte que les activités de transport et de distribution de l'électricité demeurent des monopoles mais impose un régime concurrentiel aux activités de production et de fourniture d'énergie. Certaines entreprise ayant des intérêt dans la production et la fourniture d'énergie (intégration verticale), la directive a également imposé une séparation comptable des différents éléments du cycle énergétique (production, acheminement, fourniture).
  • La directive du 22 juin 1998 concernant les règles communes pour le marché intérieur du gaz naturel lance l'ouverture du marché du gaz naturel tout en conservant la possibilité d'adapter le système européen aux spécificités nationales (ex : obligations de service public).
  • Les directives du 26 juin 2003 concernant les règles communes pour le marché intérieur de l'électricité et du gaz naturel lancent réellement le marché intérieur de l'électricité et du gaz naturel en promouvant la concurrence entre fournisseurs tout en assurant des prix abordables pour les consommateurs vulnérables et en protégeant l'environnement. Les consommateurs non-résidentiels peuvent choisir leurs fournisseurs dès 2004, et les consommateurs résidentiels bénéficient de cette liberté à partir de 2007. 
  • Le troisième paquet pour un marché intérieur du gaz et de l'électricité, entré en vigueur en 2011, renforce les droits des consommateurs (ex : changement de fournisseur dans un délai de trois semaines, sans frais), introduit de nouvelles mesures de développement durable (ex : équiper 80% de la population de compteurs intelligents d'ici 2020), renforce la concurrence (meilleure séparation des activités de production, de transport, de distribution et de fourniture), et accorde davantage de pouvoirs aux autorités de régulation (fixation et approbation des tarifs réglementés de transport ou de distribution, par exemple).

En savoir plus sur l'ouverture du marché de l'énergie.

France, Royaume-Uni : deux tempos différents

France : une ouverture du marché de l'énergie très progressive

Jusqu'en 2000, les principales activités de production, transport, distribution et fourniture d'énergie appartenaient à EDF (électricité) et GDF (gaz), deux établissements publics à caractère industriel et commercial.

Etapes de l'ouverture des marchés de l'électricité et du gaz à la concurrence en France
Etape Activité concernée Réforme
1 Transport d'électricité et de gaz Le Service du Transport d'EDF devient Réseau de Transport d'Electricité (RTE), filiale autonome d'EDF, en 2000.
Cinq ans plus tard (2005), deux entreprises de transport de gaz sont créées : Transport Infrastructures Gaz France (TIGF, sud-ouest de la France) et GRTgaz (reste du territoire).
2 Ouverture du marché de l'énergie pour professionnels L'ouverture à la concurrence du marché de l'électricité pour professionnels se fait progressivement de 1999 à 2004.
L'ouverture à la concurrence du marché du gaz pour professionnels se fait graduellement de 2000 à 2004.
3 Privatisation de EDF et GDF Les anciens EPIC EDF et GDF deviennent des sociétés anonymes en 2004. L'Etat reste actionnaire des deux sociétés et détient plus de 70% du capital d'EDF et plus de 30% du capital de GDF Suez.
4 Ouverture du marché de l'énergie pour particuliers A partir du 1er juillet 2007, les particuliers peuvent également choisir leur(s) fournisseur(s) d'électricité et de gaz. Les marchés de l'électricité et du gaz sont désormais ouverts à la concurrence pour tous les consommateurs.
5 Distribution d'électricité et de gaz EDF Gaz de France Distribution, la filiale commune de EDF-GDF pour la distribution d'énergie, est scindée en deux sociétés indépendantes, Electricité Réseau Distribution France (ERDF) et Gaz réseau Distribution France (GRDF) début 2008.

Les Entreprises Locales de Distribution
Alors qu'ERDF (électricité) et GRDF (gaz naturel) gèrent 95% des réseaux de distribution, les 5% restants sont gérés par des entreprises locales de distribution. Il en existe 150 pour l'électricité (ex : Sorégies dans la Vienne) et 15 pour le gaz naturel (ex : Gaz de Bordeaux). Les ELD sont chargées d'assurer la distribution d'énergie dans leur zone de desserte. Elles y commercialisent les tarifs réglementés. Les ELD qui desservent plus de 100 000 clients sont obligées de séparer leurs activités de distribution de leurs activités de fourniture d'énergie (ex : a Strasbourg, ÉS Réseaux se charge de la distribution, et ÉS Strasbourg de la fourniture, d'électricité).

Alors que la France a attendu la nécessaire transposition des directives européennes pour ouvrir son marché de l'énergie à la concurrence, le Royaume-Uni avait beaucoup d'avance.

Royaume-Uni : l'appétence pour des marchés libéralisés

Les privatisations de Margaret Thatcher

Dès 1986, le gouvernement conservateur de Margaret Thatcher vote le Gas Act et lance la privatisation de la British Gas Corporation, qui devient British Gas plc. A l'époque, l'objectif n'était pas encore de rendre le marché du gaz naturel concurrentiel mais d'imposer une plus grande efficacité à l'entreprise. British Gas demeure l'un des plus importants fournisseurs d'énergie en Grande-Bretagne.

L'Electricity Act de 1989 lance la privatisation des entreprises publiques de production, transport, distribution et fourniture d'électricité.

  • En Angleterre et au Pays de Galles, le Central Electricity Generating Board se transforme en quatre entreprises privées : la production est répartie entre PowerGen (E.ON UK aujourd'hui), National Power (RWE npower aujourd'hui) et Nuclear Electric (EDF Energy aujourd'hui) ; la National Grid Company se charge du transport (c'est toujours le cas). 
  • Les 12 entreprises publiques régionales de distribution et de fourniture d'électricité en Angleterre sont ensuite privatisées en 1990 :
Nom de l'entreprise publique avant la privatisation Nom de l'entreprise après la privatisation
East Midlands Electricity Board East Midlands Electricity
Eastern Electricity Board Eastern Electricity
London Electricity Board London Electricity
Merseyside and North Wales Electricity Board MANWEB
Midlands Electricity Board Midlands Electricity
North Eastern Electricity Board Northern Electric
North Western Electricity Board NORWEB
South Eastern Electricity Board SEEBOARD
South Wales Electricity Board South Wales Electricity (SWALEC)
South Western Electricity Board South Western Electricity
Southern Electricity Board Southern Electric
Yorkshire Electricity Board Yorkshire Electricity
  • En Ecosse, l'Electricity Act a privatisé le North of Scotland Electricity Board et le South of Scotland Electricity Board, qui sont devenus North of Scotland Electricity plc (désormais SSE) et Scottish Power. A l'inverse de l'Angleterre et du Pays de Galles, les activités de production, de transport, de distribution et de fourniture de l'électricité sont restées intégrées.
L'introduction de la concurrence au marché de l'énergie en Grande-Bretagne

Après cette vague de privatisations, le marché britannique de l'énergie est ouvert à la concurrence de 1990 à 1999.

Production Fourniture
Dès 1990, l'Etat britannique commence à privatiser les centrales de production d'électricité et les moyens de production de gaz naturel au Royaume-Uni. Nous reviendrons sur la production d'énergie dans l'article suivant.
  • Les consommateurs industriels et commerciaux peuvent choisir leur fournisseur de gaz naturel plus tôt, dès 1992, après six ans d'introduction progressive de la concurrence. Le marché de gaz naturel pour les particuliers, lui, devient concurrentiel en deux ans, entre avril 1996 et mai 1998, date à laquelle l'ensemble des consommateurs peuvent choisir librement leur fournisseur de gaz.
  • Le marché de l'électricité pour les consommateurs industriels et commerciaux devient entièrement concurrentiel en juin 1999, à la fin d'une ouverture progressive qui dure neuf ans. Le processus est beaucoup plus court en ce qui concerne les particuliers : la concurrence est introduite en septembre 1998 et effective dès mai 1999.
La séparation des activités de production, de transport, de distribution et de fourniture d'énergie en Grande-Bretagne

La fin des années 1990 voient également une séparation supplémentaire des activités de production, de transport, de distribution et de fourniture de l'énergie. Même une entreprise investie dans chacune des composantes de cette chaîne se voit imposer leur séparation comptable.

Démantèlement des activités des fournisseurs historiques
Entreprise Production Transport Distribution Fourniture
British Gas (gaz naturel) Centrica Transco* Transco* British Gas
SSE (électricité) SSE plc SSE Power Transmission SSE Power Distribution SSE
Scottish Power (électricité) SP Energy Wholesale SP Energy Networks (SP Transmission Ltd) SP Energy Networks (SP Distribution Ltd) Scottish Power

*Transco fusionne avec la National Grid Company en 2002.

The National Grid
La National Grid Company, l'entreprise de transport d'électricité en Angleterre et au Pays de Galles, fusionne avec Transco, chargée de la transmission du gaz en Grande Bretagne en 2002. Cinq ans plus tard, après avoir distinguer ses activités de transport d'électricité (National Grid Electricity Transmission plc) et ses activités de transport et de distribution de gaz naturel (National Grid Gas plc), la National Grid vend quatre réseaux de distribution de gaz naturel. Sont alors créées Scotland Gas Networks et Southern Gas Networks (dont SSE est actionnaire à 50%), Northern Gas Networks, et Wales & West Utilities.

Par ailleurs, pour séparer la distribution de la fourniture d'électricité, les 12 entreprises régionales de distribution et de fourniture d'électricité créées en 1990 sont également démantelées.

Nom de l'entreprise avant séparation de la distribution et la fourniture Nom de l'entreprise de distribution Nom de l'entreprise de fourniture
Scottish Power SP Energy Networks Scottish Power
Scottish Hydro-Electric SSE Power Distribution SSE
East Midlands Electricity Western Power Distribution e.on
Eastern Electricity UK Power Networks EDF Energy
London Electricity UK Power Networks EDF Energy
MANWEB Scottish Power Scottish Power
Midlands Electricity Western Power Distribution e.on
Northern Electric Northern Powergrid npower
NORWEB Electricity Northwest e.on
SEEBOARD UK Power Networks EDF Energy
South Wales Electricity SSE Power Distribution SWALEC (SSE)
South Western Electricity Western Power Distribution EDF Energy
Southern Electric SSE Power Distribution Southern Electric (SSE)
Yorkshire Electricity Northern Powergrid npower

L'Irlande du Nord exclue ?
En dépit d'une privatisation de l'industrie de l'électricité entre 1992 et 1993, le marché de l'électricité en Irlande du Nord reste concentré. Northern Ireland Electricity se charge du transport et de la distribution. Le marché est concurrentiel depuis 2011 mais il n'existe que sept fournisseurs, dont Airtricity, une filiale de SSE. Le gaz naturel n'existe que depuis 1996 en Irlande du Nord et le marché ne compte que 180 000 clients. Northern Ireland Electricity se charge également du transport du gaz, mais il y a deux réseaux de distribution : Phoénix Natural Gas pour Belfast et sa Banlieue, et Firmus Energy. Le marché du gaz naturel à Belfast et ses environs est concurrentiel depuis 2007 pour les particuliers et les professionnels ; dans le reste de l'Irlande du Nord, les professionnels peuvent choisir leur fournisseur de gaz depuis 2012 mais les particuliers doivent attendre 2015 pour profiter de la concurrence.

Beaucoup de fournisseurs et des économies possibles : le succès de la concurrence en France et en Grande-Bretagne

En 2014, 15 ans après l'introduction de la concurrence sur le marché britannique de l'énergie, 28 fournisseurs proposent des contrats d'électricité et de gaz. En France, le consommateur peut choisir entre 14 fournisseurs, sept ans après la libéralisation du marché.

Pourtant, nombreux sont les Français qui pensent toujours "mettre l'EDF à leur nom" en emménageant dans un nouveau logement. Certes, les fournisseurs historiques (EDF, GDF et les entreprises locales de distributions) sont les seuls autorisés à vendre des offres aux tarifs réglementés. Mais ces offres aux tarifs fixés par les pouvoirs publics sont loin d'être les plus avantageuses : le marché français de l'énergie propose aux ménages une panoplie de fournisseurs lui permettant de faire des économies sur ses factures ou de contribuer au développement durable. Cette situation favorise l'émergence de comparateurs, comme celui de Sélectra, qui s'efforcent de comparer et de clarifier les possibilités des Français en matière d'électricité et de gaz.

Outre-Manche, l'esprit libéral britannique pourrait laisser imaginer un consommateur naturellement enclin à comparer les offres d'électricité et de gaz. Il n'en est rien : six géants, dont trois fournisseurs historiques (British Gas, Scottish Power et SSE) se partagent la très grande majorité des contrats d'énergie. Un marché concurrentiel voudrait que ces "Big Six" se fassent concurrence. Au contraire, ils sont régulièrement soupçonnés par les pouvoirs publics de se coordonner tacitement, au détriment du consommateur. Et des petits fournisseurs, qui n'ont d'autre choix que de positionner leurs offres autour de celles proposées par les géants énergétiques britanniques. Les économies réalisables sont plus importantes qu'en France, mais le consommateur demeure confus et ne profite que très peu d'un marché concurrentiel très imparfait.

De (trop ?) nombreux fournisseurs à l'assaut des marchés français et britanniques de l'énergie

Les marchés de l'énergie en France et en Grande-Bretagne suscitent l'intérêt de nombreux fournisseurs, quoiqu'ils demeurent concentrés :

  • En France, EDF occupe 91,7% du marché résidentiel de l'électricité et GDF occupe 85,3% du marché résidentiel du gaz. Les 12 fournisseurs alternatifs (si l'on inclut les offres de gaz d'EDF et les offres d'électricité de GDF) occupent 8,3% du marché de l'électricité et 14,7% du marché du gaz.
  • En Grande-Bretagne, les six fournisseurs les plus importants - British Gas, EDF Energy, npower, Scottish Power et SSE - occupent 95% des marchés équivalents (électricité et gaz). Les 5% restants se répartissent entre 21 petits fournisseurs.

Parts de marché des fournisseurs historiques en France et des Big Six en Grande-Bretagne

 
 

Les marchés français et britannique de l'énergie se ressemblent.

  • En dépit d'une libéralisation anticipée du marché de l'énergie en Grande-Bretagne par rapport à la France, les marchés de l'énergie se ressemblent. Certes, les six plus grands fournisseurs britanniques ne sont pas tous des fournisseurs historiques comme le sont EDF pour l'électricité et GDF pour le gaz. Nonobstant, les marchés français et britanniques voient tous les deux une certaine concentration des marchés de l'électricité et du gaz pour les particuliers entre un nombre limité de gros fournisseurs (EDF/GDF en France, les Big Six en Grande-Bretagne), les fournisseurs alternatifs (France) et les petits fournisseurs (Grande-Bretagne) luttant pour acquérir des parts de marchés importantes.
  • Du reste, en dépit d'un plus grand nombre de petits fournisseurs en Grande-Bretagne qu'en France, la typologie des fournisseurs est sensiblement la même : certains fournisseurs se spécialisent dans des prix réduits, d'autres mettent en avant des offres à prix fixes, d'autres encore soulignent la qualité de leur service client, et les derniers promeuvent l'énergie verte et la contribution au développement durable (avec une coopérative sur chacun des deux marchés).
  • Toutefois, on notera un plus grand appétit de la part des grands groupes commerciaux britanniques, à l'image de M&S et Sainsbury's, et de groupes de télécom (Utility Warehouse) pour se lancer dans le marché de l'énergie. L'équivalent n'existe pas encore en France, alors même que certains groupes se sont lancés sur les marchés de la téléphonie mobile (ex : M6).

The Utility Warehouse
Fondée en 1996, la Utility Warehouse propose aujourd'hui des contrats de fourniture d'énergie, de téléphonie (fixe et mobile) et de fourniture d'accès à Internet à plus de 500 000 clients. La Utility Warehouse part du principe que de nombreux ménages ont besoin de l'ensemble de ces services et qu'il leur est plus simple de les regrouper chez un fournisseur. En contrepartie, l'entreprise propose des réductions annuelles en fonction de nombre de contrats souscrits : un foyer souscrivant à des offres énergie, Internet, téléphonie fixe et mobile bénéficiera de réductions plus importantes qu'un foyer se limitant à la combinaison de téléphonie fixe et mobile. Les prix de la Utility Warehouse sont attractifs mais moins avantageux que de choisir séparément ses fournisseurs d'énergie, de téléphonies fixe et mobile, et de fourniture d'accès à Internet en sélectionnant les moins chers.

France : 14 fournisseurs pour les particuliers

La lente érosion des tarifs réglementés des fournisseurs historiques
Au 30/06/2014, 3 millions de consommateurs d'électricité et 2 millions de consommateurs de gaz avaient quitté les tarifs réglementés d’EDF et de GDF Suez. En savoir plus.

Voici une typologie des fournisseurs d'électricité et de gaz en France. De ce tableau, il ressort qu'il y a quatre groupes de fournisseurs d'énergie :

  • les fournisseurs historiques, EDF pour l'électricité et GDF pour le gaz naturel, ainsi que les entreprises locales de distribution (ELD) ;
  • les fournisseurs alternatifs, dont :
    • les fournisseurs issus d'entreprises locales de distribution (ex : Sélia) ;
    • les fournisseurs issus d'un autre marché européen (ex : eni) ;
    • les nouveaux fournisseurs (ex : Direct Energie).

Lire notre étude des parts de marché des fournisseurs de gaz et d'électricité en France.

Fournisseurs d'énergie en France sur le marché des particuliers
Fournisseur Electricité Gaz Caractéristiques En savoir plus
Logo Alterna Oui Oui Petit fournisseur alternatif issu du regroupement d'une trentaine de fournisseurs locaux autour de Sorégies. Contacter Alterna
Logo Antargaz Non Oui Connu en tant que fournisseur de propane et de butane, ne propose pas d'offre aux petits consommateurs. Contacter Antargaz
Logo Direct Energie Oui Oui Premier fournisseur alternatif de France connu pour ses faibles prix indexés sur les tarifs réglementés et la qualité de son service client. 09 74 59 44 87
Logo EDF Oui Oui Fournisseur historique d'électricité proposant également des offres de gaz naturel. Contacter EDF
Logo Enalp Oui Non Petit fournisseur alternatif spécialiste de la région Rhône-Alpes fondé par un regroupement d'entreprises locales de distribution adossées à GDF Suez. Contacter Enalp
Logo Enercoop Oui Non Fournisseur alternatif proche de la mouvance écologiste de Greenpeace où les consommateurs peuvent participer à la gouvernance. Contacter Enercoop
Logo Energem Oui Non Fournisseur alternatif filiale de l'entreprise locale de distribution Metz UEM. Se concentre sur la qualité du service client. -
Logo eni Non Oui Fournisseur alternatif géant mondial du gaz naturel, le seul à proposer une offre fixe inférieure aux tarifs réglementés au moment de la souscription, mais révisable à la baisse en cas de baisse des tarifs réglementés. 09 74 59 12 86
Me faire rappeler
Logo GDF Oui Oui Fournisseur historique de gaz naturel proposant également des offres d'électricité. Contacter GDF
Logo Lucia Energie Oui Non Fournisseur alternatif filiale de la Coopérative d'électricité Saint-Martin de Londres. Contacter Lucia Energie
Logo Planète Oui Oui Non Fournisseur alternarif spécialisé dans les petites consommations proposant de l'électricité verte et une réduction sur le prix de l'abonnement. 09 87 67 55 21
Me faire rappeler
Logo Proxelia Oui Oui Petit fournisseur alternatif regroupant des entreprises locales de distribution de Picardie adossées à GDF Suez. Contacter Proxelia
Logo Sélia Oui Non Petit fournisseur alternatif filiale de Séolis, une entreprise locale de distribution des Deux-Sèvres. Contacter Sélia

Royaume-Uni : 28 fournisseurs pour les particuliers

La typologie des fournisseurs d'énergie en Grande-Bretagne laisse apparaître un paysage plus diversifié qu'en France :

  • Les "Big Six", les six plus importants fournisseurs du marché britannique, font office de fournisseurs historiques ;
  • plusieurs grands fournisseurs alternatifs aux Big Six (ex : First:Utility) renforcent la concurrence ;
  • certains petits fournisseurs alternatifs (ex : Better Energy) proposent les prix les plus faibles du marché ;
  • les petits fournisseurs d'énergie verte ne proposent pas nécessairement des offres plus chères que les autres fournisseurs (ex : Ovo Energy) ;
  • certains fournisseurs se concentrent sur les offres à prix fixes (ex : First:Utility) alors que d'autres ne proposent que des offres à prix variables (ex : Spark Energy).

COMPAREZ !
Visitez TheSwitch pour un tour d'horizon détaillé des fournisseurs britanniques et de leurs offres

Fournisseurs d'énergie en Grande-Bretagne sur le marché des particuliers
Fournisseur Electricité Gaz Caractéristiques Part de marché
Better Energy logo Oui Oui Petit fournisseur spécialisé dans les prix bas et la gestion de compte en ligne. Inconnue
British Gas Logo Oui Oui Le fournisseur historique de gaz de Grande-Bretagne, membre des six plus importants ("Big Six"). 27,37%
Co-Operative Energy logo Oui Oui Fournisseur organisé en coopérative faisant la promotion de l'énergie renouvelable. 0,32%
Daligas logo Non Oui Petit fournisseur ne vendant que du gaz à des prix parmi les plus faibles du marché. Inconnue
Ebico logo Oui Oui Petit fournisseur équitable organisé en association sans but lucratif, souvent le plus cher. 0,11%
Ecotricity logo Oui Oui Petit fournisseur d'électricité verte relativement cher. 0,21%
EDF Energy Logo Oui Oui Filiale d'EDF en Grande Bretagne, souvent le moins cher des Big Six. 11,58%
e.on logo Oui Oui Fournisseur d'origine allemande faisant partie des Big Six. 10,53%
Extra Energy logo Oui Oui Petit fournisseur parmi les plus récents et les moins chers de la Grande-Bretagne. Inconnue
First Utility logo Oui Oui Un des plus grands "petits" fournisseurs relativement bon marché. 0,42%
Flow Energy logo Oui Oui Petit fournisseur à offre unique à prix fixes également l'un des moins chers. Inconnue
GnERGY logo Oui Oui Petit fournisseur visant la communauté népalaise en Grande-Bretagne. Inconnue
Good Energy logo Oui Oui Petit fournisseur d'énergie renouvelable relativement cher. 0,21%
Green Energy logo Oui Non Petit fournisseur d'électricité verte ayant la particularité de n'offrir aucun prix fixe. 0,02%
Green Star Energy logo Oui Oui Petit fournisseur récent d'énergie renouvelable relativement compétitif. 0,04%
iSupply Energy logo Oui Non Petit fournisseur d'électricité compétitif imposant une gestion de compte en ligne. 0,06%
LoCO2 Energy logo Oui Non Petit fournisseur d'électricité propre ne vendant pas de gaz. 0,02%
M&S Energy logo Oui Oui Fournisseur filiale du géant commercial M&S proposant des bons de réduction en magazin pour toute souscription. Inconnue
npower logo Oui Oui Fournisseur membre des Big Six filiale de l'entreprise allemande RWE proposant des tarifs assez élevés. 13,68%
Ovo Energy logo Oui Oui Fournisseur bon marché privilégiant les énergies vertes. 0,58%
Sainsbury's Energy logo Oui Oui Fournisseur filiale du géant commercial Sainsbury's proposant des points de fidélité à utiliser dans une large gamme de magasins. Inconnue
Scottish Power logo Oui Oui Fournisseur historique d'Ecosse, l'un des Big Six. 11,79%
Spark Energy logo Oui Oui Petit fournisseur relativement compétitif. 0,2%
SSE logo Oui Oui Le plus grand fournisseur de Grande-Bretagne. 20,21%
Utilita logo Oui Oui Petit fournisseur spécialisé dans les contrats pré-payés. 0,21%
Utility Warehouse logo Oui Oui Fournisseur proposant des réductions pour toute souscription énergie + Internet + mobile. 0,96%
Woodland Trust Energy logo Oui Oui Petit fournisseur reversant une partie de ses revenus au Woodland Trust. Inconnue
Zog Energy logo Non Oui Petit fournisseur de gaz parmi les plus compétitif ne proposant pas d'électricité. Inconnue
  • Des comparateurs pour plus de lisibilité
  • Les marché français et britanniques de l'énergie demeurent relativement flous pour les consommateurs, qui peinent à trier les fournisseurs autrement que par leurs prix, à l'exception des fournisseurs d'énergie verte (ex : Planète Oui en France ou Good Energy en Grande-Bretagne).
  • Pour aider les ménages à profiter pleinement de l'ouverture des marchés de l'électricité et du gaz, des comparateurs comme Sélectra en France ou TheSwitch au Royaume-Uni permettent aux consommateurs d'avoir un aperçu plus précis des économies réalisables en changeant de fournisseur et des démarches nécessaires.

Des économies possibles : le symbole d'un marché concurrentiel

En France comme en Grande-Bretagne, l'ouverture des marchés de l'électricité et du gaz à la concurrence permet au consommateur de faire des économies non-négligeables sur ses factures d'énergie. Les économies dépendent avant tout du profil de consommation du foyer. Elles sont plus importantes en Grande-Bretagne (de £204 à £383 en moyenne par an) qu'en France : 116 euros si l'on s'en tient à la conclusion de la Commission européenne qu'un ménage peut économiser une mensualité par an en changeant de fournisseur (pour une facture moyenne d'énergie de 1 400 euros selon l'ADEME). Nous reviendrons sur les prix du gaz et de l'électricité dans le prochain article.

Français et Britanniques : des consommateurs timorés et encore peu informés

La possibilité introduite par la concurrence entre fournisseurs d'électricité et de gaz de faire des économies sur leurs factures d'énergie en temps de crise économique devrait inciter les consommateurs français comme britannique à changer de fournisseur. Les résultats sont décevants : avec sept ans d'avance sur la France, davantage de Britanniques que de Français savent qu'ils peuvent changer de fournisseur mais peu profitent de cette opportunité. Plus alarmant encore : en France comme en Grande-Bretagne, les ménages les moins aisés sont les moins informés des avantages des marchés concurrentiels de l'énergie.

Conséquence : le marché français de l'énergie demeure dominé par les fournisseurs historiques (principalement EDF pour l'électricité et GDF Suez pour le gaz naturel) tandis que le marché britannique s'organise en oligopole de facto : six grands fournisseurs, les "Big Six", se répartissent 95% des consommateurs et se coordonneraient entre eux.

Les factures d'énergie, une priorité pour les ménages français et britanniques

Selon le septième baromètre annuel Energie-Info sur l'ouverture des marchés de l'énergie (Médiateur de l'énergie et Commission de régulation de l'énergie - CRE), 79% des Français considèrent que leurs factures d'énergie représentent un sujet prioritaire. Outre-Manche, le Nielsen Global Survey of Consumer Confidence and Spending Intentions établit que pour 31% des Britanniques, les factures d'énergie sont la priorité n°1.

Le Switch, un réflexe britannique ?

Cette préoccupation face aux coûts de l'énergie se traduit différemment dans la conscience des consommateurs. En France, un peu plus de la moitié des consommateurs savent qu'il est possible de changer de fournisseur d'électricité (53%) et de gaz (55%). En Grande-Bretagne, ce chiffre atteint 84% (électricité et gaz). Malgré cette prise de conscience en Grande-Bretagne, seuls 12% consommateurs de gaz et 10% des consommateurs d'électricité ont changé de fournisseur en 2013. Cela reste largement supérieur à la France, où 0,6% des consommateurs d'électricité et 1,5% des consommateurs de gaz ont changé de fournisseur la même année.

 
 

Faire des économies, motivation principale des ménages français et britanniques pour changer de fournisseur

Toutefois, la France et la Grande-Bretagne se rejoignent sur la raison principale de changer de fournisseur : la recherche de meilleurs tarifs, motivation de 70% des Français et de 75% des Britanniques, suivie de la qualité du service client, d'un déménagement, d'un démarchage par un fournisseur alternatif, d'un litige avec son fournisseur actuel, de considérations environnementales ou de la volonté de regrouper électricité et gaz chez un même fournisseur d'énergie.

L'ouverture précoce du marché britannique de l'énergie à la concurrence et les économies réalisables favorisent une meilleure conscience du consommateur quant à son choix de fournisseurs d'électricité et de gaz ; elle mène à un taux de changement de fournisseur annuel beaucoup plus élevé qu'en France.

En France et en Grande-Bretagne, des consommateurs confus

Les enquêtes françaises et britanniques sur l'ouverture des marchés de l'énergie à la concurrence illustrent également l'état d'esprit des consommateurs face aux questions de tarifications et de complexité des marchés :

  • Le baromètre annuel d'Energie-Info s'intéresse à la compréhension par le consommateur français de la distinction entre fournisseurs historiques (EDF, GDF, ELD) et fournisseurs alternatifs. Il s'inquiète également du peu de compréhension des Français quant à la distinction entre offres aux tarifs réglementés (proposés uniquement par les fournisseurs historiques) et offres de marché (que peuvent proposer tous les fournisseurs).
  • L'analyse annuelle du marché britannique de l'énergie relève l'incompréhension du consommateur britannique face à la multitude de tarifs proposés par l'ensemble des fournisseurs, s'intéresse à la confiance accordée à leur fournisseur par les consommateurs, aux plaintes adressées aux fournisseurs (comptabilisées par ces derniers) et aux économies attendues d'un changement de fournisseur par rapport aux économies réelles.
Mis à jour le