Energies renouvelables en France : quel bilan pour 2021 ?

énergies renouvelables bilan 2021
2021 a été une année record pour les énergies renouvelables. Qu'attendre de 2022 ?

Fin 2021, RTE (le Réseau de Transport d’Électricité), le SER (le Syndicat des Énergies Renouvelables), Enedis (le distributeur national d'électricité) et l’agence ORE (Opérateurs de Réseaux d’Energie, une association de service public qui regroupe tous les acteurs de la distribution d’électricité et de gaz en France) établissent le Panorama de l’électricité renouvelable. Ce bilan consiste à montrer combien de mégawatts représentent les énergies renouvelables en France, combien d’installations de ces énergies ont vu le jour et quelles sont les avancées de l'Hexagone en matière de transition énergétique. Que retenir de ce bilan ?


Une année record pour les énergies vertes

L'année 2021 est marquée par un record de production d'électricité verte. Au 30 septembre 2021, la puissance totale des énergies renouvelables s’élève à 58 759 MW (mégawatts). Ce chiffre du troisième trimestre est en hausse :

bilan énergies renouvelables 2021 france
  • De 2 876 MW sur les trois premiers trimestres de l’année 2021 ;
  • De 3 543 MW sur les douze derniers mois ;
  • Par rapport au record annuel du T3 de 2017 qui s’élevait à 2 757 MW (en trois mois de moins).

On compte ainsi 887 MW de nouvelles installations raccordées aux réseaux d’électricité. La production des énergies renouvelables représente 26,6 % de la consommation d’électricité de la France métropolitaine. Pour rappel, la France s'est fixé pour objectif d'atteindre 40% d'énergies renouvelables dans son mix énergétique à horizon 2030.

Les énergies renouvelables ont participé à hauteur de 26,6 % à la couverture de la consommation d’électricité de France métropolitaine au cours du troisième trimestre 2021 (et 26 % sur les douze derniers mois) en produisant 25,7 TWh d’électricité renouvelable, chiffre en hausse de 9,4 % par rapport au même trimestre de l’année dernière. Communiqué de presse du SER

Energies renouvelables : quelle répartition en France ?

Une énergie renouvelable est une énergie qui provient de sources que la nature renouvelle en permanence. Le bilan du SER analyse les 4 types d'énergies suivantes :

Source : rapport du SER, 2021. Part en pourcentage.

Le parc hydraulique représente 43,8% de la capacité installée renouvelable française, le parc éolien 31,5 % et le parc solaire 21 % de cette capacité. SER, rapport de 2021

1. Le parc hydroélectrique

L'hydroélectricité est la première source de production d’électricité à partir des énergies renouvelables en France : on parle d’énergie hydraulique.

Chiffres clés de l'hydraulique en France (3ème trimestre 2021)

bilan énergies vertes france 2021

Sa puissance représente 25 498 MW en France métropolitaine hors Corse, et 25 721 MW avec la Corse, avec au troisième trimestre 2021 :

  • 12,7 TWh d’électricité renouvelable, en hausse de 16 % par rapport au troisième trimestre 2020 ;
  • Un taux de couverture de la consommation électrique de 13,1 % pour ce trimestre (13,2 % sur les douze derniers mois).

Quelles perspectives pour l'hydroélectricité ?

Malgré un bond de production cette année, l'énergie hydraulique n'est pas amenée à croître de manière exponentielle. En effet, un désaccord entre Bruxelles et EDF sur l'avenir de l'énergéticien (le projet Hercule) freine le développement de nouvelles centrales hydrauliques.

Nous nous heurtons à des règles européennes qui empêchent la France d’exploiter complètement son potentiel hydroélectrique. Jean-Bernard Levy, Président d'EDF dans un entretien à Paris Match - Octobre 2020

D'autre part, la création d'un barrage hydraulique prend plusieurs années et représente un investissement beaucoup plus important qu'un parc éolien ou solaire.

Quel objectif pour 2023 ? La Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE) vise un parc (en France métropolitaine en dehors de la Corse) de 25 700 MW, qui est actuellement un objectif atteint à 99,2 % à horizon 2023.

2. Le parc éolien

L’énergie éolienne prend en compte les parcs éoliens reliés au réseau électrique mais également les éoliennes domestiques utilisées par les particuliers.

Chiffres clés de l'éolien en France (3ème trimestre 2021)

  • Une puissance de 18 487 MW dont 279 MW raccordés au cours du dernier trimestre ;
  • Une production électrique d’origine éolienne de 6,2 TWh, en baisse de 2 % par rapport au troisième trimestre de l’année 2020 ;
  • Un taux de couverture de la consommation électrique de 6,4 % (8,2 % sur les douze derniers mois).

Quel avenir pour l'éolien ?

bilan énergies renouvelables 2021 france

Difficile à dire car les éoliennes font souvent l'objet de polémiques. En effet, cette énergie verte compte de nombreux opposants qui refusent la création de parc terrestre ou offshore. On l'accuse de détruire les paysages, de porter atteinte à la biodiversité et de générer des nuisances sonores.

Depuis juin 2021, les élus locaux ont le pouvoir de s'opposer à la création d'un parc éolien sur leur territoire par un droit de véto. On peut donc penser que le développement de l'éolien sera rendu plus compliqué dans les années à venir.

Quel objectif pour 2023 ? Pour fin 2023, la PPE se fixe pour objectif un parc éolien terrestre de 24 100 MW. A l'heure actuelle, on estime la réalisation cet objectif à hauteur de 76,6 %.

3. Le parc solaire

L’énergie solaire comporte les centrales photovoltaïques, les parcs solaires, mais aussi les panneaux solaires photovoltaïques utilisés par les particuliers en autoconsommation.

Chiffres clés du solaire en France (3ème trimestre 2021)

bilan énergies renouvelables 2021 france
  • 12 329 MW de puissance ;
  • 621 MW raccordés au cours du troisième trimestre 2021, parmi les 2 162 MW raccordés sur les douze derniers mois ;
  • Une production électrique d’origine photovoltaïque de 4,8 TWh, en hausse de 9 % par rapport au même trimestre en 2020 ;
  • Un taux de couverture de la consommation électrique de 5 % (2,9 % sur les douze derniers mois).

Quelle place pour le solaire dans l'avenir ?

Le solaire est amené à se développer encore davantage dans les années à venir. Le gouvernement souhaite continuer à accélérer le développement du solaire. Présenté en novembre 2021, le Plan Solaire envisage de multiplier par 7 la capacité solaire installée en France.

Quel objectif pour 2023 ? Pour fin 2023, la PPE vise un parc solaire de 20 100 MW. Cet objectif n’est pour l'instant rempli qu’à hauteur de 60,6 %.

La part grandissante de l'autoconsommation solaire

bilan énergies renouvelables 2021 france

L'autoconsommation photovoltaïque connait un boom dans l'hexagone. En 2021, Enedis comptait 100 000 clients en autoconsommation contre seulement 3000 en 2015. De plus en plus de ménages souhaitent devenir autonomes en électricité et installent des panneaux solaires sur leurs toits.

Cela leur permet de s'engager dans la transition énergétique et de réduire leur facture d'électricité. Selon Enedis, des panneaux photovoltaïques couvre en moyenne 20% à 50% des besoins d'un ménage.

D'autre part, l'installation de panneaux solaires permet de générer des revenus passifs. On peut revendre le surplus d'électricité verte en obligation d'achat (OA Solaire). Le contrat est fixé à un tarif de rachat proposé par l'Etat sur 20 ans.

panneaux solaires

☀️ Et si vous produisiez vous-même votre électricité ?

Appelez un conseiller Selectra pour une étude gratuite sur l'installation de panneaux solaires !

01 82 88 99 59 OU
Passez à l'énergie solaire !

Faites une simulation en ligne gratuitement !

Simuler mes économies

Un essor mondial

L'essor du photovoltaïque ne se produit pas qu'en France. Un rapport de 2019 de l'Agence Internationale de l'Energie (AIE) estime que le solaire photovoltaïque pourrait représenter plus de 60 % des capacités renouvelables supplémentaires installées d’ici 2024 dans le monde.

4. La filière des bioénergies électriques

Cette filière comprend quatre catégories : les déchets ménagers, les déchets de papèterie, le biogaz et le bois-énergie. Elle va produire une électricité qu’on qualifie d’énergie biomasse.

Chiffres clés des bioénergies en France (3ème trimestre 2021)

  • 2 222 MW;
  • 3 MW raccordés durant le trimestre écoulé (et 77 MW sur les douze derniers mois) ;
  • Une production pour le troisième trimestre 2021 de 2 TWh, en hausse de 10 % par rapport au troisième trimestre 2020 ;
  • Un taux de couverture de la consommation électrique de 2,1 % au cours du trimestre écoulé (et 1,7 % sur les douze derniers mois).

Vers plus de bioénergies dans le mix énergétique ?

Probablement ! En effet, la France a décidé de sortir du charbon à la fin 2022 pour limiter l'usage des énergies fossiles. Les centrales à charbon restantes pourraient être converties en centrales biomasse et permettre ainsi le développement de la filière bois. Ainsi, la centrale à charbon de Gardanne, exploitée par GazelEnergies, devrait remplacer le charbon par le bois.

Le bois, une production de chaleur renouvelableLe bois est aussi l'énergie de chauffage la moins chère selon l'Ademe. Les ménages peuvent réduire leur facture de chauffage en optant pour un appareil de chauffage au bois comme la chaudière biomasse ou le poêle à bois. Ces équipements sont éligibles aux aides à la rénovation thermique comme MaPrimeRénov' ou encore les Certificats d'Economies d'Energie (CEE). Les travaux peuvent ainsi être pris en charge en grande partie.

Des résultats critiqués et loin des objectifs de neutralité carbone

Pas assez d'efforts concernant les énergies renouvelables, selon la CRE

Mi décembre 2021 à l'occasion du colloque annuel de l'Union française de l'électricité (UFE), le président de la CRE (Commission de Régulation de l'Energie) a vivement critiqué le retard pris par la France en matière d'énergies renouvelables.

"Sur les énergies renouvelables, je pense qu'on ne dit pas assez (...) qu'on est très en retard, on est très très en retard. Si on avait suivi la feuille de route des énergies renouvelables telle qu'elle était prévue il y a deux ans, on n'aurait pas de crise. Je pense qu'on n'aurait pas de crise si on avait 3 gigawatts de plus." Jean-François Carenco, président de la CRE

En effet, la France s'est fixée des objectifs ambitieux en matière d'énergie verte, qui semblent difficiles à atteindre : entre 2017 et 2028, la PPE prévoit de doubler la capacité installée des énergies renouvelables pour l'électricité. Le président de la CRE a critiqué l'opposition faite à ces projets (opposition des habitants, d'association pour la défense du patrimoine ou de la biodiversité, etc.) et leurs poids dans les décisions.

Vers un risque de black out cet hiver ?

La CRE place le réseau électrique français sous "vigilance particulière" pour les mois de janvier et février, période de plus grand froid qui risquerait de mettre le réseau sous tension. Une coupure généralisée (black out) n'est pas attendue mais la CRE reste prudente. 

Elle indique également que le niveau de consommation d'électricité a retrouvé son niveau d'avant la crise sanitaire, se situant autour des chiffres de la même période en 2019.

Développer davantage l'éolien en mer

Le SER et France énergie renouvelable (FEE) ont quant à eux alerté sur l'éolien en mer : si la France veut espérer atteindre la neutralité carbone d'ici 2050, elle doit développer davantage l'éolien offshore. Un objectif de 50 GW en 2050 semble "réaliste" et pour ce faire, il faudrait doubler les projections de capacité de production actuelles, par an.

A noter que le premier parc d'éoliennes en mer devrait voir le jour en 2022, au large de Saint-Nazaire. Il assurera une capacité de production de 3,5 GW.

Des projets d'éoliennes en mer contestés D'autres projets en cours de réalisation se confrontent à de fortes contestations, notamment du côté des ONG : l'ONG Sea Shepherd a notamment lancé l'opération "Vents de la Colère" pour protester contre la construction de 62 éoliennes en mer, gérées par Iberdrola, dans la baie de Saint-Brieuc. Ils accusent le projet de menacer la biodiversité de la zone (située à proximité d'un site Natura 2000).

Quel bilan au niveau mondial ?

L'agence internationale de l'énergie (AIE) fait part d'une augmentation des capacité de production d'énergies vertes au niveau planétaire. Néanmoins, leur croissance est jugée insuffisante pour espérer atteindre la neutralité carbone dans un avenir proche.

bilan énergies renouvelables mondial

Selon cette dernière, 4 800 GW d'installations produisant de l'énergie verte devraient être disponibles d'ici 2026. Cela équivaut à une hausse de 60 % par rapport à 2020, poussée de moitié par l'énergie solaire. Les capacités liées aux parcs éoliens en mer connaissent quant à elles une hausse de 300 %.

Si ces tendances à la hausse sont globales, elles restent néanmoins poussées par deux pays :

  • la Chine, qui prévoit 1 200 GW de capacités solaire et éolienne d'ici 2026 ;
  • l'Inde, dont la croissance du secteur des énergies vertes devrait doubler d'ici 2026, comparé à la période 2015-2020.

Des énergies à la traîne Plusieurs énergies vertes sont laissées de côté, faute de soutien de politiques publiques : l'hydraulique, la géothermie et les bioénergies ne devraient représenter que 11 % de la croissance des énergies renouvelables d'ici 2026.

Mis à jour le