Un conseiller spécialisé pour vos démarches au

09 73 72 73 00 Rappel gratuit

Grenelle de l’environnement en France : enjeux, mesures et bilan 2019

Compensation carbone

Quiz : combien de tonnes de CO2 émettez-vous chaque année ?
Découvrez votre impact et votre devis compensation carbone en moins de 5".

En savoir plus
Le Grenelle de l'environnement a marqué la prise de conscience de l'Etat pour la transition énergétique.

Le Grenelle Environnement est une série de rencontres politiques qui a eu lieu en France fin 2007. Les objectifs étaient de fixer la position de la France en matière environnemental, notamment le problème du réchauffement climatique. A la suite de ces rencontres, diverses lois ont vu de le jour : loi Grenelle 1 et 2, loi sur la transition énergétique pour la croissance verte porteuses de propositions de chantiers pour le développement durable.

Qu’est-ce que le Grenelle de l’environnement ?

La prise de position du Gouvernement français à l’automne 2007 sur les questions environnementales a donné lieu à une série de rencontres visant à mettre en place une politique de cohésion en faveur du développement durable et de la réduction de l'empreinte carbone des Français.

Estimer et réduire le bilan carbone de son entreprise ! Selectra dresse votre comptabilité carbone et peut également compensez vos émissions. Contactez notre pôle professionnels et grands comptes au 09 74 59 19 51 (être rappelé gratuitement) ou envoyez-nous un email à l'adresse deborah.leroy@selectra.info. La ligne téléphonique est ouverte entre 8h et 21h du lundi au vendredi, entre 8h30 et 18h30 le samedi et entre 9h et 17h le dimanche. Découvrez également l'offre Entreprise Engagée pour le Climat pour participer à un monde plus vert.

Les enjeux environnementaux et implication du gouvernement

En 2006, nous sommes en pleine campagne présidentielle en France, la Fondation Nicolas Hulot mène aussi sa propre campagne au service de la planète. Ainsi est créé le Pacte Ecologique, signé par la majorité des candidats à l’élection présidentielle, dont le futur président Nicolas Sarkozy.

C’est grâce à ce pacte qu’est initié le Grenelle de l’Environnement en automne 2007, en prenant la forme d’une série de rencontres politiques ayant pour objectifs des actions concrètes et sur le long terme en faveur :

fondation nicolas hulot

  • de la préservation de la biodiversité ;
  • d’une cohérence des mesures politiques avec les problématiques environnementales ;
  • d’une amélioration de l’efficacité énergétique ;
  • d’une lutte contre le réchauffement climatique en réduisant les gaz à effet de serre.

Le protocole de Kyoto avait déjà entériné la prise de conscience mondiale sur l’impact des activités humaines dans le réchauffement climatique dont les émissions de co2 anthropiques ; le Grenelle de l’Environnement était une sorte de réponse concrète à ces problèmes environnementaux et sociétaux.

Déroulement des rencontres

Pendant près de quatre mois, cette série de rencontres a réuni des acteurs de tous bords – représentants politiques, ONG écologiques, collectivités locales, représentants de syndicats patronaux et salariés… autour d’une même table pour ce qui va donner lieu à une grande séance de consultation et de débats sur l’écologie et le développement durable. Pour la première fois, des personnes ayant des idées politiques ou environnementales souvent opposées, ont pris le temps de se poser les bonnes questions pour avancer.

Ces acteurs du Grenelle furent divisés en plusieurs groupes de travail pour travailler de concert sur des thématiques précises autour de :

  • la préservation de la santé et de l’environnement ;
  • la lutte contre le changement climatique et la maîtrise de la demande d’énergie ;
  • la préservation de la biodiversité ;
  • la construction d’une démocratie écologique ;
  • la mise en place de modes de production et de consommation durables ;
  • la promotion des modes de développement écologique favorables à l’emploi et à la compétitivité.

Les sujets liés à la question des OGM et la gestion des déchets furent l’objet également de réunions de travail transverses entre les groupes.

Après cette phase de réflexion, a suivi une phase de consultation et de débats auprès du grand public. Via des forums sur internet et des réunions régionales, chacun a pu ainsi être sensibiliser aux problèmes écologiques prioritaires et donner son avis sur les thématiques évoquées plus haut.

La remise d’un rapport avec l’annonce de différentes mesures phares et chantiers opérationnels vient clore ces rencontres en octobre 2007. De ce rapport aux 268 engagements, on notera les projets ambitieux pour un développement durable pérenne et efficient en France, une « révolution verte » comme on l’a évoqué à l’époque. Car là est tout l’enjeu des consultations : offrir un cadre législatif à ces propositions et établir une véritable feuille de route pour une vraie politique écologique en France.

C’est là qu’interviennent les Lois Grenelle 1 et 2.

Pourquoi le Grenelle de l’environnement ? L’adoption du terme « Grenelle » fait référence aux accords de Grenelle de mai 68. Lors de ces négociations collectives, se sont réunis des représentants de syndicats de salariés et organisations patronales.

Les lois Grenelle pour l'environnement

Promulguées entre 2008 et 2010, les lois dites Grenelle 1 et Grenelle 2 posent les engagements centraux du gouvernement et amorcent le pas vers une transition écologique… mais surtout une transition énergétique inévitable.

france co2

En effet, l’urgence écologique et la lutte contre le réchauffement climatique vont fixer les grandes orientations de la loi Grenelle 1 ; Le gouvernement s’engage aux travers des 268 engagements pris, à notamment :

  • diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050 ;
  • étudier la mise en place d’une taxe carbone, dite contribution climat-énergie ;
  • mettre en place une politique des territoires favorable à la biodiversité et à la préservation des milieux naturels ;
  • prévenir les risques pour l’environnement et la santé.

La loi Grenelle 2 dite « loi portant engagement national pour l’environnement » précise de manière concrète les mesures du Grenelle 1, en mettant l’accent sur 6 chantiers majeurs : le bâtiment, les transports, les consommations énergétiques, la biodiversité, la gestion des déchets et la gouvernance.

Les engagements pris pour la transition énergétique et contre le réchauffement climatique

Comme on vient de l’aborder, à partir de 2007 à travers le Grenelle Environnement, la France a fait de la réduction des gaz à effet de serre une priorité. Les émissions de co2 étant les principales causes de réchauffement climatique, et de manière collatérale la dépendance aux énergies fossiles ; il est intéressant de voir que 3 des chantiers du Grenelle portent sur les problématiques de l’Energie.

Bâtiments

Le secteur de bâtiment est particulièrement concerné par les mesures du Grenelle tout comme celui du transport. Un vaste plan de construction et de rénovation thermiques des bâtiments est annoncé avec des objectifs clairs :

  • Développer la construction de logements au norme BBC (Bâtiment Basse Consommation).
  • Atteindre une réduction de 38% des consommations énergétiques dans le parc immobilier ancien.

Plusieurs idées émergent pour atteindre cette efficacité énergétique des bâtiments publics et privés comme :

  • l’instauration de nouvelles formations sur les techniques de rénovation énergétique à destination des professionnels ;
  • le conseil au particulier et la mise en place de dispositif financier d’aide aux travaux ;
  • le traitement de la précarité énergétique qui concerne un grand nombre de foyers à revenus modestes ;
  • l’adaptation des bâtiments aux changements climatiques ;
  • etc.

On peut dire que le CITE et le chèque énergie sont des dispositifs mis en place grâce à la réflexion lancée par le Grenelle.

Transport

co2 avion

Le secteur du transport représente près de 30% des émissions de gaz à effet de serre en France dont 17% rien que pour les voitures particulières. L’impact environnemental est énorme et il est donc plus qu’urgent de faire évoluer les comportements. Le projet de loi Grenelle prévoit de développer les infrastructures et le parc des transports en communs. La construction de nouvelles voies ferroviaires et l’ouverture de nouvelles voies maritimes sont aussi au cœur des propositions. Tout comme la mise en place d’une taxe sur les véhicules les plus pollueurs.

Energie

Pour le secteur de l’énergie, une série de mesures vise à promouvoir et développer les énergies renouvelables afin de limiter la dépendance aux énergies fossiles. Même si la production d’énergie et notamment l’électricité est en majorité issue du nucléaire (sujet à controverse), une énergie décarbonée ; il reste que la place des énergies polluantes issues du pétrole, charbon, gaz naturel est encore prépondérante.

L’objectif est d’atteindre 23% pour la part des énergies renouvelables dans la consommation énergétique française en 2020.

Ecologie et biodiversité

La préservation de la biodiversité est un axe important du Grenelle avec l’objectif de faire coexister faune et flore avec les projets d’aménagements du territoire. Ainsi est créé la Trame Verte et Bleue dont le rôle d’être un pont reliant les espaces naturels et permettre ainsi à la faune et la flore de circuler librement.

Cette idée de connexion entre les grands espaces verts se traduit par :

  • la création de corridors écologiques ;
  • la création de zones tampons ;
  • la restauration des espaces verts en ville.

Agriculture

planete entre les mains

L’agriculture au niveau mondial ainsi qu’en France est un secteur d’activité responsable de près d’un quart des émissions de co2. Au cours des consultations du Grenelle, les différentes rencontres ont abouti à une série de propositions en cohésion avec le développement durable :

  • En 2007, l’agriculture bio représente près de 2% des surfaces cultivées. Le Grenelle fixe l’objectif à 20% des surfaces cultivées en 2020.
  • La limitation voire l’interdiction de certains pesticides dans la cultivation des légumes, fruits et céréales.
  • Adopter un cadre législatif pour l’utilisation des OGM.

Bilan du grenelle de l’environnement, 10 ans après

Passée l’enthousiasme de 2007 et la promesse d’une politique écologique au sein du Gouvernement, que reste-t-il des propositions du Grenelle de l’environnement plus de 10 ans après ?

Les réalisations en faveur du développement durable

Avec le recul des années, le Grenelle de l’Environnement a eu le mérite de focaliser l’attention de tous – des représentants politiques au simple citoyen – aux enjeux environnementaux dans notre pays. Tout n’est pas parfait et les critiques sont nombreuses sur ces accords, néanmoins on peut noter quelques réalisations majeures par secteur d’activité :

  • Transport : La construction de nouvelles voies ferroviaires avec 2000 kilomètres de LGV supplémentaires permettant de relier des axes stratégiques (ex : les lignes Paris – Bordeaux et Paris – Rennes). L’instauration de la taxe bonus-malus pour les véhicules neufs les plus pollueurs. L’étiquetage énergétique sur les véhicules…
  • Energie : Développement des énergies renouvelables (solaire, éolien, hydraulique), étiquetage énergie sur les biens de consommation pour détecter les appareils les plus énergivores.
  • Bâtiments : Ouverture de formations sur les techniques de rénovation énergétiques à destination des professionnels du bâtiment, mise en place du crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE)…
  • Santé et risques : Plan national Santé-Environnement avec notamment l’évaluation des risques sanitaires et environnementaux de l’utilisation des pesticides, mise en place du Plan Déchets, création du Haut Conseil des biotechnologies…
  • Biodiversité : Création de la Trame Verte et Bleue.

Les critiques, oublis et manquements

Bien que le Grenelle Environnement a marqué un tournant dans la politique française, il reste que nombreux sujets « brûlants » ont été mis de côté voire écarté de la table des négociations. On peut ainsi citer :

  • le nucléaire qui occupe une place importante dans la production d’énergie ;
  • la question des OGM qui reste encore à ce jour non réglée ;
  • le transport avec une politique orientée vers le développement du trafic routier – notamment pour les poids-lourds, et l’abandon du projet de l’écotaxe censée financer des alternatives de transport plus propres pour les professionnels…

On pourra aussi noter les critiques envers l’aspect « fourre-tout administratif » que représentent les 268 engagements, 267 articles de loi et les 140 décrets créés à l’issue du Grenelle. Les principaux détracteurs du Grenelle lui reprochant le manque de réelles prises de décisions concrètes.

Des objectifs de réduction des GES encore à atteindre

Face aux différents constats énoncés, on peut voir le verre à moitié plein ou à moitié vide… On peut citer l’agriculture bio dont les objectifs de 20% des terres cultivés atteignent difficilement aujourd’hui les 6%. Il y a encore du chemin à faire et ne serait-ce pas l’occasion également de mettre en pratique des gestes écocitoyens comme la lutte contre le gaspillage alimentaire, ou la pratique plus censée de la permaculture ?

Le secteur de l’Energie a vu naître le développement des énergies renouvelables, et même si les objectifs de 23% dans la part des consommations énergétiques est encore loin d’être atteints (16% en 2018), il faut en noter la belle progression depuis 10 ans (9% en 2006 à 16% en 2018).

Il est vrai qu’il y a encore des progrès pour enrayer les émissions de GES dans ce secteur, progrès que l’on peut faire grâce à l’information du public sur des offres d’électricité verte et de gaz vert et les bonnes pratiques en matière d’économies d’énergie.

Mise à jour le