Les tarifs d'EDF augmentent de 2,5% en novembre 2014

Les tarifs réglementés de l’électricité augmentent de 2,5% au 1er novembre, après une période de gel de plusieurs mois. La hausse a été contenue par une nouvelle méthode de calcul mise en place par le gouvernement.


Après une hausse de 5% des tarifs réglementés de l'électricité au 1er août 2013, les clients d’électricité devaient s’attendre à une nouvelle hausse de 5% au 1er août 2014, qui a cependant été annulée sur décret de la ministre en charge de l’Energie, Ségolène Royal. La hausse de 2,5% du 1er novembre, arrêtée par les ministres en charge de l'énergie et de l'économie après avis de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), rappelle cependant aux consommateurs que l’augmentation du prix de l’électricité est inéluctable dans les années à venir pour couvrir l’augmentation des frais de production de l’électricité nucléaire. Cette hausse concerne principalement les 28 millions de foyers abonnés aux tarifs « bleus » d’EDF, ainsi que les foyers abonnés aux offres à prix de marché indexées sur les tarifs réglementés.

Un nouveau mode de calcul pour mieux concilier réalité économique et portefeuille des consommateurs

Pour mitiger l’ampleur de cette hausse, le gouvernement a mis au point une nouvelle méthode de calcul, dictée par un décret publié mercredi 29 dans le Journal Officiel. Cette nouvelle méthode de calcul, dite « par empilement », ne se fondera plus comme jusqu’à présent sur les coûts déclarés par EDF, mais sur un ensemble de composants :

  • le coût de production de l’électricité nucléaire, qui correspond à l’ARENH ;
  • le complément à la fourniture d’électricité ;
  • les coûts commerciaux d’EDF ;
  • une rémunération pour EDF ;
  • les coûts d’acheminement (TURPE) déterminés par la CRE.

Le passage à une nouvelle méthode de calcul était programmé par la loi NOME de 2010, et devait être effectif à échéance fin 2015. Le gouvernement a cependant choisi de l’instituer dès ce mois-ci, dans l’optique de contenir la hausse.

Selon Philippe de Ladoucette, président de la CRE, la nouvelle méthode de calcul devrait permettre « d’être représentatif des coûts que supporte un fournisseur alternatif pour construire ses offres de marché, compte tenu des sources d’approvisionnement dont il dispose. C’est à cette condition seulement qu’une concurrence efficace pourra se développer dans ce secteur. »

Pour économiser sur votre facture d'électricité, pensez au changement de fournisseur ! Contactez la plateforme multifournisseurs Webenergie au 09 73 72 73 00 (lundi-vendredi 8h-21h, samedi 8h30-18h30 et dimanche 9h-17h) ou déposez une demande de rappel gratuit et immédiat auprès de nos conseillers spécialisés. Pour réaliser des économies supplémentaires, le Club Selectra propose aujourd'hui un achat groupé pour l'électricité et le gaz. Envie d'en savoir plus ? Rendez-vous sur club.selectra.info.

Une hausse de 2,5% pour rattraper un manque à gagner d’EDF

Suivant cette méthode de calcul, la CRE avait annoncé précédemment que la hausse devrait être d’au moins 1,6%. Selon une information dévoilée par Enerpresse et confirmée par les Echos, le gouvernement a soumis un projet d’arrêté au Conseil Supérieur de l’Energie (CSE) ainsi qu’à la CRE, dont les avis ne sont cependant que consultatifs, pour une hausse de 2,5% au 1er novembre. Le 31 octobre, les ministres en charge de l'énergie et de l'économie ont signé un arrêté fixant les nouveaux tarifs d'EDF à partir du 01/11/2014. Selon le rapport du CSE associé au projet d’arrêté, cet écart entre 1,6% et 2,5% a vocation à couvrir « une partie du rattrapage » sur les déficits encourus par EDF en raison du décalage entre la hausse des tarifs, relativement faible jusqu’à présent, et l'augmentation des coûts supportés par le fournisseur historique. Selon le régulateur de l’énergie, le manque à gagner s’élève à 1,1 milliard d’euros sur les deux dernières années.

Par ailleurs, cette hausse ne contient pas l’augmentation rétroactive des prix de l’électricité pour la période 2012-2013, qui s’échelonnera sur 18 mois. Imposée par le Conseil d’Etat pour permettre de couvrir les frais d’EDF sur cette période, elle représentera entre 20 et 40 euros pour le ménage moyen.

La nouvelle grille d'EDF à compter du 1er novembre 2014

  OPTION BASE OPTION HEURES CREUSES
Puissance Abonnement (€TTC/an) Prix du kWh (€TTC) Abonnement (€TTC/an) Prix du kWh HP (€TTC) Prix du kWh HC (€TTC)
3 kVA 53,27 0,1403 - - -
6 kVA 86,48 92,53 0,1535 0,1060
9 kVA 114,63 123,95
12 kVA 176,28 200,68
15 kVA 202,23 232,54
18 kVA 232,62 261,62
24 kVA 495,20 549,38
30 kVA 612,00 649,22
36 kVA 708,79 746,90

Critiques des fournisseurs alternatifs

L’Association nationale des opérateurs détaillants en énergie (ANODE), représentante de plusieurs fournisseurs alternatifs (Direct Energie, Planète Oui, eni, Lampiris…), a critiqué le projet de décret par le biais de son président, Fabien Choné. Selon lui, le nouveau mode de calcul n’est pas satisfaisant car il « maintient le flou » sur la question de la prise en compte des coûts d’EDF. Fabien Choné a souligné qu’il n’était pas indiqué que le mode de calcul devrait « couvrir les coûts » d’EDF, ce qui laisserait une part d’interprétation alors que l’objectif est notamment de surveiller ces coûts pour inciter le fournisseur historique aux économies. Il a formulé le souhait, mercredi dernier devant la commission d’enquête parlementaire, que la couverture de ces coûts devrait être vérifiée « par test régulier ».

Le président de Lampiris France, Julien Tchernia, a déploré la volonté du gouvernement de réduire la hausse sur le court terme, qui présenterait « un risque de recours et de hausse rétroactive par la suite ». Le vrai problème selon lui réside dans les réticences du gouvernement à assumer « des augmentations tarifaires qui sont malheureusement nécessaires mais forcément très impopulaires ».

En parallèle, hausse du prix du gaz

Au 1er novembre, les consommateurs d’énergie supporteront aussi une hausse des tarifs réglementés du gaz à hauteur de 2,31%, comme nous l'indiquions vendredi dernier dans nos colonnes. Cette hausse fait suite à une première augmentation de de 3,9% qui a eu lieu au 1er octobre. Contrairement au prix de l’électricité, qui devrait suivre une hausse régulière sur les années à venir, l’évolution du prix du gaz est cependant plus incertaine sur les mois et les années à venir.

Mis à jour le