Tarif réglementé du gaz : une hausse de 4,7% au 1er octobre 2020

Gaz
Une hausse des tarifs réglementés du gaz de 4,7% en moyenne interviendra au 1er octobre 2020.

Suite à une délibération de la Commission de Régulation de l'Energie (CRE), le tarif réglementé de vente (TRV) du gaz naturel d'Engie grimpera de 4,7% au 1er octobre 2020. Cette forte hausse n'est pas la bienvenue. D'autant plus que les TRV ont déjà augmenté de 1,3% en août et de 0,6% en septembre 2020. Ces hausses consécutives vont se traduire par une majoration de la facture de gaz des consommateurs. Selectra fait le point.


Une évolution qui varie selon l'usage du gaz

C'est une hausse importante. En moyenne, les tarifs réglementés du gaz augmenteront de 4,7%. Cette décision de la CRE risque de faire grimper les factures de Français alors même que revient la période de chauffe. 

Au 1er octobre 2020, les tarifs réglementés hors taxes d’ENGIE augmentent de 4,7 % par rapport au barème en vigueur applicable depuis le 1er septembre 2020.
CRE - Délibération du 28 septembre 2020

Cette hausse ne se traduira pas de la même manière pour tous les clients du TRV d'Engie. En fonction de l'usage du gaz (cuisson, eau chaude, chauffage, etc.), cette majoration sera plus ou moins lourde :

  • D'après la CRE, la hausse du 1er octobre 2020 s'appliquera de la manière suivante :
  • De +1,2% pour les ménages utilisant le gaz comme mode la cuisson (tarif base) ;
  • De +2,6% pour les foyers présentant un usage cuisson et eau chaude (tarif B0) ;
  • De +4,9% pour les consommateurs avec un système de chauffage au gaz dans un logement individuel (tarif B1) ; 
  • Et de +5,9% pour les occupants de petites copropriétés se chauffant au gaz (Tarif B2i). 

Pourquoi une hausse des tarifs réglementés du gaz ? 

L'évolution du tarif réglementé d'Engie s'explique pour deux raisons. Tout d'abord, l'augmentation des coûts d'approvisionnement du fournisseur a joué sur les prix. Pour rappel, les coûts d'approvisionnement incluent "le transport, le stockage, la distribution et la gestion de la clientèle". Ils ont grimpé de 0,310 c€/kWh.

Cette hausse a été minimisée par l'introduction d'un terme de lissage entre juillet 2020 et février 2021. Ce terme de lissage vise à prémunir les Français de hausses trop importantes en automne et en hiver. En effet, du fait de l'épidémie de coronavirus, la consommation de gaz des entreprises et industries avait baissé, entrainant une diminution des cours du gaz. Mais avec le retour du froid, les autorités publiques craignaient une forte hausse des prix. Pour que l'augmentation reste progressive, elles ont décidé de lisser les évolutions du tarif réglementé.

En octobre selon la CRE, "Ce dispositif impacte à la baisse les tarifs réglementés de vente de gaz naturel d’Engie de 0,090 c€/kWh au 1er octobre 2020, correspondant à la diminution du terme de lissage entre le 1er septembre et le 1er octobre 2020".

Sans le dispositif de lissage, la hausse au 1er octobre aurait été de 7,0% au lieu de 4,7%.
CRE

Augmentation des TRV du gaz : comment protéger son pouvoir d'achat ?

Cette hausse génère mécaniquement une augmentation du montant de la facture, notamment pour les ménages se chauffant au gaz. Toutefois, il est possible de s'en prémunir. Voici quelques petites astuces :

  1. Opter pour une offre à prix fixe : certains fournisseurs proposent de bloquer le prix HT du kWh pendant une ou plusieurs années. Toutefois, il arrive que le prix de base soit plus élevé que celui du tarif réglementé à la souscription. Pour allier prix fixe et prix bas, il faut se tourner vers Eni, Wekiwi ou Vattenfall ;
  2. Souscrire une offre moins chère : de nombreux fournisseurs garantissent une réduction sur le prix du kWh HT par rapport à celui du tarif réglementé d'Engie. Ainsi, même si le tarif peut évoluer à la hausse, il restera toujours inférieur du pourcentage de la remise. Ce type d'offre est proposé par des fournisseurs comme Total Direct Energie, Vattenfall ou Happ'e ;
  3. Choisir une offre non indexée sur le TRV : tous les fournisseurs ne fixent pas leurs prix en fonction du tarif réglementé du gaz. Certains comme Wekiwi, Bulb ou encore Mega Energie se basent sur d'autres marchés pour évaluer le prix du gaz. Ainsi, les évolutions du TRV (au niveau du prix du kWh) n'impactent pas la facture du client. Ce type d'offre s'adresse toutefois à des clients aguéris qui iront s'informer précisément sur les conditions du marché. D'autre part, sans remise garantie, on n'est pas toujours certain de payer moins cher que le TRV.

Pour bien comparer et trouver l'offre qui convient, les consommateurs peuvent faire appel à Selectra par internet ou par téléphone au 09 73 72 73 00 (appel non-surtaxé) ou .

En outre, les kWh les moins chers restent ceux qu'on ne dépense pas. Et, pour cela, il faut réaliser des économies d'énergie. Il existe des éco-gestes très simples à mettre en place. Par exemple, baisser les radiateurs d'un degré permet de faire diminuer sa facture de chauffage jusqu'à 7%.

De la même manière, le pilotage du chauffage à distance peut être une solution. En installant un thermostat connecté, les ménages peuvent réaliser jusqu'à 15% d'économies d'énergie. Pour les engager à s'équiper, le gouvernement propose la prime "coup de pouce thermostat avec régulation performante". Il s'agit d'une aide de 150 €. Tous les consommateurs y sont éligibles sans condition de revenus.

Mis à jour le