Energie verte en Europe : les petits fournisseurs français sur le podium

Eoliennes
Le classement Greenpeace met la France à l'honneur

Greenpeace a publié le mois dernier un guide sur l'électricité verte en France. Il met en lumière les fournisseurs vraiment verts et pointe du doigt les pratiques peu écologiques d'autres opérateurs. A la lecture de ce classement, on constate que les fournisseurs les mieux notés sont des petits fournisseurs français. A l'inverse, les moins bien notés restent des géants européens de l'énergie. Selectra vous explique les raisons de cette dichotomie. 


Les petits fournisseurs verts sur le podium 

Considérés "vraiment verts", les premiers du classement sont Planète Oui, Enercoop, Ilek, Urban Solar Energy et Plüm Energie. Petites structures, elles cherchent à révolutionner le modèle énergétique français, très centralisé autour des réacteurs nucléaires pour proposer un modèle plus basé sur les petites productions d'énergie verte et l'autoconsommation solaire.

Et ce sont bien les investissements réalisés dans les énergies renouvelables qui en font des fournisseurs "vraiment verts". De fait, Planète Oui a annoncé vouloir continuer sur cette lancée. Le fournisseur affirme d'ailleurs vouloir aller encore plus loin : "pour développer [ses] propres actifs de production renouvelable", et continuer d’investir. "Ces actifs viendront compléter notre approvisionnement direct auprès de nos producteurs partenaires" affirme le fournisseur.

Les géants du marché, considérés "vraiment mauvais"

A l'inverse, "les gros producteurs restent empêtrés dans des énergies du passé et des investissements toxiques" s'il on en croit Greenpeace. En fin de classement, on trouve les goliaths européens de l'électricité.

Selon l'ONG, ces derniers continuent d'investir trop largement dans les énergies fossiles et le nucléaire. Une stratégie de développement que critique Greenpeace. "En investissant encore beaucoup trop dans les énergies non-renouvelables, ces acteurs continuent de freiner la transition énergétique en Europe" regrette l'association. Cependant, la plupart de ces fournisseurs produisent tout de même de l'électricité verte. Pour exemple, si Iberdrola, géant espagnol, continue à s'approvisionner en électricité nucléaire, elle a grandement investi dans l'éolien et le solaire, rendant plus respectueux de l'environnement les deux tiers de sa production.

Mis à jour le