Projet Hercule EDF : quelles perspectives pour le fournisseur ?

EDF Hercule
Les activités nucléaires seront gérées par EDF Bleu suite à la mise en oeuvre du projet Hercule.

Le projet Hercule d'EDF est en cours d'élaboration. Jean-Bernard Levy, PDG d'EDF a été auditionné par le Sénat et l'Assemblée nationale le 10 février 2021 au sujet du plan de restructuration de son groupe. Qu'est-ce que le projet Hercule ? Quelles en sont les grandes lignes ? Quand sera-t-il mis en place ? Selectra fait le point.


Projet Hercule : une réorganisation profonde d'EDF

Fortement endetté, le groupe EDF doit faire face à une réorganisation. En effet, l’endettement net de l’entreprise atteignait 41 milliards d’euros fin 2019. C'est pour mieux maitriser la dette qu'a émergée l'idée du plan Hercule.

EDF Hercule

Cette restructuration passera par une séparation des activités d'EDF en :

  • Un EDF bleu totalement public. Il gèrera les activités nucléaires et le transport d’électricité sur les lignes à haute tension ; 
  • Un EDF vert, privatisé en partie, dédié aux questions sur les énergies renouvelables et le développement de l'éolien et du solaire ;
  • Un EDF azur centré sur les centrales hydroélectriques. A priori, cette activité devrait rester publique mais, elle pourrait un jour ouvrir son capital à des acteurs privés.

“Hercule” est nécessaire parce que notre développement, notre croissance, nos investissements sont gravement entravés par le niveau de la dette que nous avons accumulée depuis des années. Jean-Bernard Levy, PDG d'EDF

Un projet qui suscite la polémique

Hercule n'est pas bien accueilli par les syndicats d'EDF. En effet, selon eux, il met en danger la trésorerie du groupe. Aujourd'hui, les activités les plus prometteuses sont celles liées aux énergies renouvelables. Or, ces activités risquent d'être privatisées. On assiste à la « la socialisation des pertes et la privatisation des profits » raillent les syndicats.

Les syndicats ne sont pas les seuls à rester sceptiques. La possible privatisation des barrages hydroélectriques pose question. Ils apparaissent comme une activité rentable pour EDF et clé pour la souveraineté énergétique française.

Les barrages hydroélectriques ont été financés par les contribuables français. Ce n’est pas au moment où ils sont rentables qu’il faut les vendre ou ouvrir à la concurrence pour le secteur privé. Il s’agit d’un patrimoine naturel et d’infrastructures qui sont stratégiques dans le cadre de la souveraineté énergétique française. Raphael Boroumand, économiste spécialisé dans l’énergie et professeur à l'EHESS-Paris

Hercule : des négociations houleuses

A l'heure actuelle, le plan Hercule est au centre de discussion à Bruxelles. L'Etat français, l'Union européenne et EDF continuent les négociations. Et pour l'instant, ils ne semblent pas trouver un terrain d'entente.

C'est surtout le sujet de l'Accès Régulé à l’Énergie Nucléaire Historique (ARENH) qui divise. En effet, dans ce cadre EDF est obligé de vendre chaque année, environ 25% de sa production d'énergie nucléaire aux fournisseurs alternatifs, ses concurrents. Aujourd'hui, le montant de l'ARENH est porté à 42€ le MWh. Mais, EDF espère qu'en échange de la restructuration, le montant de l'ARENH pourra être relevé. 

La Commission européenne, de son côté, tique. Elle refuse que la révision de l'ARENH servent à financer des activités plus rentables pour EDF et que cela nuise au bon développement de la concurrence.

À ce jour, nous n'avons pas même la certitude de parvenir à un accord. Barbara Pompili, Ministre de la Transition Ecologique

Bon à savoirOn l'a dit, EDF n'est pas le seul fournisseur sur le marché français. La libéralisation du marché de l'énergie en 2007 a permis l'émergence de nouveaux fournisseurs. Ceux-ci proposent des tarifs parfois moins chers que ceux d'EDF. Mais, pas toujours facile de s'y retrouver dans la multitude des offres. Pour trouver le meilleur fournisseur, les consommateurs peuvent utiliser un comparateur d'énergie. Cet outil est gratuit et sans engagement.

Mis à jour le