Consommation : comment anticiper les augmentations tarifaires de votre assurance ?

Chaque année, cela revient tel un refrain. Les tarifs des primes d’assurances automobile et habitation augmentent. Pour de nombreuses personnes, impossible d’échapper à ses hausses, puisque l’assurance est indispensable. Pour autant, il existe désormais quelques moyens de limiter l’impact de l’augmentation annuelle.

Assurances : 2019, une année encore à la hausse


L'assurance auto en France, combien ça coûte ?

Chaque année, les tarifs de l’assurance augmentent. Cela semble inévitable. En 10 ans, le coût de l’assurance multirisque habitation a subi une hausse de 34 %. En 2019 encore, la tendance va s’empirer.

Selon les chiffres du cabinet Actuaris de 2018 et ses prévisions pour 2019, on compte entre 1,5 % et 2 % pour l’assurance auto, et entre 2,5 % et 3 % pour l’assurance habitation. Dans ce dernier cas, Facts and Figures est plus pessimiste et estime que pour l’habitation « des politiques de hausse quasiment sur-mesure en fonction de la situation de chaque risque », ce qui aurait pour conséquence des hausses « comprises entre 0 et 5 % ».

Qu’il s’agisse de l’assurance habitation ou de l’assurance auto, ces deux couvertures sont essentielles dans la vie des Français. Pour eux, il s’agit donc de calculer la part que prend l’assurance dans leur budget annuel, et celui-ci est évidemment significatif. Existe-t-il donc des moyens pour limiter le contre-coût de ces hausses tarifaires sur la vie de tous les jours ?

Assurances : pourquoi de telles augmentations ?Les causes des augmentations tarifaires dans le monde de l’assurance auto et de l’assurance habitation sont multiples. Désormais, parmi d’autres facteurs, le réchauffement climatique a un rôle important, puisque la situation environnementale s’élèverait à 3 milliards d’euros par ans pour les assureurs. Évidemment, des choses comme l’inflation ou les taxes gouvernementales jouent aussi.

Assurances auto et habitation : que faire pour réduire les dépenses ?

Alors, pour les particuliers, quels recours sont donc à leur portée pour tenter de prévenir ces augmentations ? En 2018, nous faisions un point sur Selectra au sujet des avantages et des inconvénients de rester fidèle à son assureur. Le constat était sans appel : la fidélité ne paye – littéralement – pas. Au vu des bouleversements législatifs qui sont intervenus dans le monde de l’assurance ses dernières années, un assuré a tout à gagner à changer régulièrement de couverture et d’assureur, en profitant de la revitalisation de la concurrence au sein du secteur.


Les assurés français ont désormais la possibilité d’anticiper les hausses tarifaires de l’assurance auto et habitation en changeant régulièrement d’assureur.

Cette liberté de choix est principalement due à la loi Hamon, votée en 2015, qui a marqué un tournant. Celle-ci permet aux assurés de plus facilement résilier leur contrat d’assurance, et donc d’aller voir ailleurs si les tarifs ne leur conviennent plus. Cette liberté demande une certaine rigueur de la part des particuliers, qui doivent ainsi prendre le temps de se renseigner et de bien comparer les offres, afin de souscrire à celle qui sera la plus avantageuse pour eux.

Autre astuce pour réduire l’impact des augmentations tarifaires de l’assurance auto et de l’assurance habitation : bien lire son contrat et évaluer le besoin réel des différentes garanties qui y sont proposées. Là encore, cela exige une certaine attention de la part du consommateur, qui doit estimer quelles sont ses attentes en matière d’assurance. Mais, à terme, cela lui permet de ne pas être facturé pour des garanties inutiles.

Assurances : pour les compagnies, s’adapter aux changements est cléEn 2019, le monde de l’assurance continue de se métamorphoser. La compétition est plus féroce que jamais. Le succès des bancassurances et l’arrivée des offres 100 % digitales viennent pimenter le secteur, forçant les compagnies d’assurance classiques à se mettre au pas. Pour Facts and Figures, c’est clair : « un assuré sait bien que dans la plupart des compagnies il a désormais intérêt à resouscrire un contrat plutôt qu’à endosser les hausses tarifaires année après année ».

Créé le