Un conseiller spécialisé pour vos démarches au

09 73 72 73 00 Rappel gratuit

Factures de gaz et d'électricité : hausse des interventions pour impayés en 2018

En 2018, 477.349 coupures ou réductions de puissance d'électricité ont eu lieu, auxquelles s'ajoutent 95.091 interventions sur le gaz naturel.

Alors qu'il avait baissé en 2017, le nombre de coupures pour impayés a grimpé en 2018 si l'on en croit le médiateur national de l'énergie. Alors que la trêve hivernale va prendre fin le 31 mars, il s'agit d'une information marquante qui tend à dire que de plus en plus de ménages se trouvent en situation de précarité énergétique.

+4,2% d'interventions entre 2017 et 2018

2017 avait vu le nombre d'interventions concernant les factures d'énergie impayées baisser de 10%. Mais la tendance ne semble pas se poursuivre dans ce sens. En effet, en 2018, les fournisseurs d'énergie ont indiqué avoir eu recours à 572.440 coupures ou limitations de puissance. C'est surtout sur l'électricité qu'ont porté la majorité des cas avec 477.349 interventions. Le gaz naturel, quant à lui, compte 95.091 interventions. Cette augmentation sans doute s'explique par la hausse des tarifs de l'énergie. C'est ce que fait savoir en tout cas Jean Gaubert, médiateur national de l'énergie, indiquant que "le prix de l'énergie augmente inéluctablement compte tenu du contexte économique", qui souhaite que l'Etat aille plus loin que les aides déjà existantes pour les foyers faisant face à des difficultés de règlement.

Vers plus de mesures pour lutter contre la précarité énergétique ?

Aujourd'hui, il existe plusieurs dispositifs étatiques pour lutter contre le phénomène de précarité énergétique. L'un de ces dispositifs, est par exemple, inclus dans le principe de "trêve hivernale", période pendant laquelle les fournisseurs de gaz et d'électricité ne peuvent procéder à une coupure dans une résidence principale à cause d'une facture impayée. Toutefois, ils sont en droit de réduire la puissance du compteur, sauf si le ménage dispose du chèque énergie. Il s'agit d'une autre aide, cette fois financière, visant à lutter contre la précarité énergétique en France. D'un montant moyen de 200 euros en 2019, il permet de s'acquitter du paiement d'une des factures d'énergie.

Toutefois, au regard de la réalité, ces mesures sont loin d'être suffisantes. En effet, plus d'un français sur 5 se trouvait en situation de précarité énergétique en 2016. C'est pourquoi, le médiateur de l'énergie appelle le gouvernement à davantage agir en la matière. "Le combat contre la précarité énergétique ne doit pas faiblir" déclare ce dernier. Pour ce faire, il invite l'Etat à se pencher sur la création d'un "fournisseur de dernier recours" pour les foyers qui ne peuvent malheureusement plus "souscrire de contrat avec un fournisseur d'énergie en raison de leurs difficultés financières". De plus, il souhaite aller plus loin afin de retirer "les passoires énergétiques" du marché de la location immobilière. Ainsi, il veut obliger les propriétaires à louer des maisons ou appartements avec un "niveau de performance énergétique minimal".

Comment faire baisser ses factures de gaz et d'électricité ?

En attendant que des mesures officielles soient prises, il est possible de réduire ses factures d'énergie. En effet, en changeant pour un fournisseur de gaz ou d'électricité plus adapté aux besoins de votre foyer, vous pouvez faire de réelles économies. Si vous ne savez pas vers quel opérateur vous tourner, il peut être intéressant de regarder les offres d'achats groupés. Il s'agit de regroupements de consommateurs qui négocient des tarifs avantageux auprès des fournisseurs. La préinscription est gratuite et ne vous engage en rien.

Enfin, si votre foyer consomme beaucoup, c'est peut être que vous faites face à des problèmes d'isolation. Dès lors, pour éviter les déperditions d'énergie, mais aussi pour gagner en confort thermique ou acoustique, et réduire vos dépenses en énergie sur le long terme, vous pouvez envisager de faire des travaux de rénovation. Si le prix du chantier est un frein, sachez qu'il existe de nombreuses aides comme le crédit d'impôt sur la transition énergétique (CITE) ou encore des subventions proposées par l'Agence Nationale de l'Habitat (Anah) qui vous apporteront un soutien financier.

Mise à jour le