Les prix de gros de l'électricité et du gaz naturel en baisse au 2e trimestre 2015

La Commission de régulation de l'énergie (CRE) a publié son observatoire des marchés de gros pour le 2e trimestre 2015. Les trois mois passés s'inscrivent dans la tendance actuelle de prix bas.


Electricité : la baisse de la consommation entraîne une baisse des prix

Ce trimestre a vu des températures plutôt douces, avec un écart moyen de 1°C par rapport aux normales saisonnières. Les températures pouvaient atteindre des écarts de 6°C par rapport aux normales certains jours de mai et de juin. Dans ce contexte, le niveau de consommation d'électricité au cours de ce trimestre a été faible, atteignant même des niveaux historiquement bas à partir du mois de mai.

Cette faible consommation a été compensée par une baisse de la production d'électricité nucléaire et des centrales à énergie fossile. En revanche, les volumes échangés sur les marchés de gros (marchés spot de court terme) ont connu une hausse de 6% par rapport au 2e trimestre 2014. Ce trimestre s’inscrit donc dans la tendance de fond par laquelle les fournisseurs d’électricité alternatifs (tels que Direct Energie, Engie et Proxélia) achètent de plus en plus leur électricité sur les marchés de gros plutôt qu'auprès du fournisseur historique EDF au prix de l’Arenh, qui est plus élevé à l’heure actuelle.

Gaz naturel : des prix bas entraînent une hausse de la consommation

La consommation de gaz naturel a connu une hausse de 3% par rapport au 2e trimestre 2014, malgré les températures clémentes qui ont entraîné une baisse de la consommation des ménages et des entreprises, ainsi que des besoins en gaz naturel pour l'alimentation des centrales électriques (en savoir plus sur les usages du gaz naturel). Cela est dû à la hausse (un doublement par rapport au 2e trimestre 2014) de la consommation de certains sites industriels gazo-intensifs, dans le cadre d'un maintien des prix du gaz à un niveau durablement bas sur les marchés de gros.

Les prix bas pour le gaz naturel découlent d'un contexte de croissance lente à l'échelle mondiale, ainsi que de l'introduction sur les marchés des gaz et pétrole de schiste depuis 2010. Au 2e trimestre 2015, ils étaient entretenus, en Europe, par la stabilité des importations de GNL ainsi que par une diminution des risques liés aux importations russes via l'Ukraine grâce à la signature d'un accord entre les deux pays.

Mis à jour le