Prix de l'électricité : possible baisse du tarif bleu réglementé de 0,5 % au 1er août

La CRE préconise une baisse de 0,5% du tarif bleu de l'électricité proposé par EDF.

Après la très forte augmentation des tarifs réglementés du gaz au mois de juillet, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) s'est prononcé en faveur d'une baisse de 0,5% du tarif bleu de l'électricité à destination des particuliers au 1er août 2018. Les petits professionnels, eux, subiraient au contraire une hausse de 1,1%. 

Un recul de 0,5% du tarif réglementé envisagé par la CRE

La CRE a communiqué aux différents opérateurs une proposition visant à un recul des tarifs réglementés de l'électricité de 0,5 % hors taxes pour les foyers français. La dernière baisse en date remonte à 2016 où ils avaient déjà perdu 0,5%.

Cette baisse de 0,5% pour les clients particuliers est notamment le résultat d’un effet technique, la fin du rattrapage des écarts constatés entre coûts et tarifs au titre de l’année 2012. - Commission de Régulation de l'Energie.

Une bonne nouvelle pour les 26,3 millions de clients qui souscrivent encore au tarif bleu ? Pas sûr, puisqu'elle ne sera pas très conséquente et pénalisera même certains usagers. En effet, ce chiffre de 0,5% demeure une moyenne. Les clients bénéficiant du tarif "heures pleines-heures creuses" obtiendraient une baisse de 0,8% quand ceux abonnés au tarif de "base" seraient sanctionnés avec un tarif hors taxe augmentant de 0,1%. 

Si la proposition est validée par les professionnels du secteur, ce sera au tour du gouvernement de l'approuver afin qu'elle entre en application le 1er août prochain. 

Une baisse non-significative pour les ménages et les petits professionnels

Tout d'abord, cette diminution du tarif réglementé interviendrait à la suite de deux hausses consécutives intervenues en août 2017 (+1,7%) et en février dernier (+0,8%).

D'autre part, les petits professionnels (artisans, professions libérales...) ne seraient pas concernés par cette mesure. Au contraire, leur facture devrait se traduire par une augmentation de 1,1 %. Une nouvelle augmentation qui fait suite à celle d'1,6 % au début de l'année 2018.

Enfin, bien que les variations de prix des deux énergies ne puissent être mises en corrélation, cette baisse ne fera pas diminuer la facture des consommateurs utilisant le gaz naturel qui ont vu le tarif réglementé augmenter de 7,45% au 1er juillet.

Les tarifs réglementés de l'électricité vont-ils disparaître ?

Comme cela l'a été pour le gaz, une réforme des tarifs réglementés à destination des particuliers a été envisagée. Mais si le Conseil d'Etat s'est prononcé en faveur d'une exctinction du tarif réglementé du gaz comme contraire au droit européen, la juridiction administrative a demandé le maintien du tarif bleu, iconsidérant l'électricité comme un bien de première nécessité, non substituable.

L'entrave que constitue la réglementation des prix de vente de l’électricité est justifiée, dans un contexte de forte volatilité et s’agissant d’une énergie non substituable constituant un bien de première nécessité, par la poursuite de l’objectif de garantir aux consommateurs un prix de l’électricité plus stable que les prix de marché. - Décision du Conseil d'Etat - 18 mai 2018

Mise à jour le