Téléphone au volant : "fléau" de la sécurité routière selon Axa Prévention

À l’occasion de la sortie du 15e Baromètre Axa Prévention publié en juin 2019, le constat est sans appel : si la vitesse et l’alcool au volant sont en très net recul, l’usage du téléphone au volant progresse. L’omniprésence des smartphones est telle qu’elle a fait de cet objet du quotidien un véritable fléau sur les routes.

Les conducteurs de plus en plus connectés au volant

En 2002, la Sécurité routière avait été désignée Grande Cause Nationale. En cause : les grands excès de vitesse et la forte alcoolémie au volant, à l’origine de la plupart des accidents mortels sur la route. Aujourd’hui, ces comportements sont en net recul, grâce aux différentes campagnes de prévention et au durcissement de la législation. Par exemple, 19 % des Français avouaient en 2004 prendre le volant après plus de 4 verres d’alcool. En 2019, ils ne sont plus que 6 %.

Conjugué aux avancées technologiques améliorant le confort des conducteurs (régulateurs de vitesse, alerte en cas de franchissement des lignes de signalisation…), les Français se sentent de plus en plus en sécurité sur la route.

Et pourtant, il est un comportement dangereux qui gagne du terrain : l’usage du smartphone au volant ! Si en 2004, seulement 22 % des Français admettaient utiliser leur téléphone en conduisant, ils sont aujourd’hui 70 % ! Chez les jeunes de 18-24 ans, ce constat est encore plus flagrant : ils sont 83 % à passer des appels ou écrire des SMS en conduisant.

telephone-volant-accident
L'usage du téléphone au volant constitue un danger mortel

Pour Éric Lemaire, Président d’Axa Prévention, « l’hyper connexion est un mal qui tue » et place donc l’usage du smartphone au volant comme une des principales causes d’accident mortel. Appels, SMS, applications GPS et parfois même visionnage de films ou séries : l'usage du téléphone au volant s'accroît inexorablement

La dangerosité de l’usage du téléphone au volant n’est plus à prouver : la Sécurité routière estime qu’il serait impliqué dans au moins 1 accident sur 10 ! Pour rappel, tenir une conversation téléphonique au volant multiplierait par 3 le risque d’accident, et écrire un SMS le multiplie par 23. La distraction est souvent à l’origine d’un accrochage ou d’une sortie de route, et pourtant la moitié des conducteurs avouent encore regarder le GPS de leur smartphone en conduisant.

Une nouvelle des plus inquiétante lorsque l’on sait qu’aujourd’hui 94 % de la population possède un smartphone et que 70 % l’utilisent au volant…

Téléphone au volant : attention aux exclusions de garantie !

Il est évident que l’usage du smartphone est prohibé en conduisant, du fait de sa dangerosité. L'Etat ainsi que les compagnies d'assurance auto mettent régulièrement en garde face au risque que représente l'usage du téléphone au volant. Mais saviez-vous qu’utiliser son téléphone en conduisant constitue une exclusion de garantie de votre assurance auto ? En cas d’accident responsable, s’il est prouvé que vous utilisiez votre smartphone, votre assurance ne couvrira ni votre responsabilité civile ni les dommages matériels ou physiques infligés à un tiers ou à vous-même. C’est même un motif légitime de résiliation de votre contrat à l’initiative de l’assureur !

Cela signifie que les frais de justice, d’hospitalisation ou de réparation d’un véhicule seront entièrement à votre charge. En cas d’accident grave, les frais s’élèvent à plusieurs dizaines de milliers d’euros.

Sans en arriver jusqu’à la résiliation, l’usage du téléphone au volant reste tout de même lourdement sanctionné par les assureurs :

La prudence est donc de mise à chaque instant sur la route, pour votre propre sécurité et celle des autres !

*Étude réalisée pour Axa Prévention par Kantar TNS du 25 janvier au 14 février 2019 auprès d’un échantillon de 1 996 personnes représentatif de la population résidente en France métropolitaine âgée de 18 à 75 ans.

Mise à jour le