Marché de l’assurance français : quelles tendances en 2020 ?

Le marché mondial de l’assurance se porte bien, et celui de la France aussi. Gras Savoye Willis Towers Watson a récemment partagé son analyse sur l’évolution des marchés de l’assurance en prévision de 2020, dans laquelle elle détaille et considère avec soin les changements de ces dernières années pour tenter d’y voir plus clair à l’avenir.

Marché de l’assurance : la rationalité à l’ère des transformations sociétales

L’entreprise internationale de conseil et de courtage Gras Savoye Willis Towers Watson a récemment publié son analyse de l’évolution du marché de l’assurance français 2020 et ses notes de conjoncture. L’évolution devrait être positive, avec, de manière générale, une bonne dynamique. Cette analyse a par ailleurs été présentée durant la conférence annuelle des marchés de Paris, laquelle réunie les acteurs de la profession.

« Le marché français s’inscrit dans cette dynamique [généralisée de croissance] : le chiffre d’affaires atteint les 220 milliards d’euros, soit une progression de 4 % des primes. Dans un contexte pré-Brexit, la France se place ainsi à la seconde place des marchés européens, derrière le Royaume-Uni et devant l’Allemagne et l’Italie. », explique le document.

Mais, malgré un bilan présenté comme positif, il semblerait qu’il soit nécessaire d’être vigilant pour rester au-devant des transformations du secteur, et ne pas les subir.

En effet, selon Gilles Bénéplanc, directeur général de Gras Savoye Willis Towers Watson France, le contexte est complexe : « Dire que la gestion des risques et leur assurance s’appuient sur une approche rationnelle et scientifique est une évidence. Droit des contrats, actuariat, sciences de l’ingénieur ont structuré le monde dans lequel évoluent les professionnels du risque. Aujourd’hui, cette recherche de rationalité est menacée. Les discours d’experts reconnus sont mis en cause, fruit d’un scepticisme général par rapport aux faits. » Il semble crucial, au vu de cette situation, de rappeler « la nécessité de défendre à tout prix les fondements rationnels [des] métiers [de l’assurance]. »

Notre époque subit de grands bouleversements, et le milieu de l’assurance n’y échappe donc pas. C’est son modèle lui-même qui est en train de changer, au même rythme que l’innovation technologique. Les métiers assurantiels comme les offres se réinventent, cela semble inévitable.

Le cœur du secteur assurantiel reste toujours le même : l’évaluation des risques.

Dynamique du marché de l’assurance français en 2020

D’après l’analyse, l’assurance IARD – pour Incendie, Accidents et Risques Divers – affiche une hausse de 2,9 % de ses primes tant pour le marché des professionnels que des particuliers en 2018, contre 2,3 % en 2017. Gras Savoye contextualise ces chiffres, en mettant en perspective la concentration des acteurs de l’assurance. La société relève les premiers signes de durcissement sur l’IARD, et ceux-ci devraient augmenter en 2020. Selon l’étude, « ces évolutions laissent présager une redistribution des volumes entre les acteurs (assurance directe et réassurance) et interrogent sur les capacités qui pourront être engagées face à une demande en hausse. » L’augmentation des taux est ainsi perçue comme une « tendance générale », que l’analyse prévoit entre 0 % et + 10 %.


Chaque année, Gras Savoye Willis Towers Watson publie sa note de conjoncture des marchés de l’assurance pour l’année à venir.

L’assurance de personnes, elle, est en progression de 4,4 % en 2018, contre 1,1 % en 2017. Elle serait ainsi la branche la plus dynamique du marché. Selon le courtier, l’année 2020 sera caractérisée par des changements de réglementations importants, comme le reste à charge zéro dans la santé – au mois de juillet 2019, Harmonie Mutuelle était la première à le mettre à disposition de ses adhérents. En 2020, les prix des offres pourraient ainsi être significativement impactés, avec des variations sur les cotisations de - 6 % à + 6 %.

Enfin, tout porte à croire, dans une telle conjoncture, que les marchés français de l’assurance automobile et de l’assurance multirisque habitation devraient maintenir leur niveau de développement, même si Gras Savoye précise que l’assurance habitation « se durcit et [que] les grands risques sont de plus en plus difficiles à placer, notamment à cause de sinistres importants liés aux catastrophes naturelles, qui se chiffrent à plusieurs centaines de milliers d’euros. »

Métamorphose de l’assurance : anticiper la réforme des retraitesL’actualité de l’assurance est riche depuis plusieurs mois. La raison ? Des réformes du secteur, avec notamment la loi Pacte. Celle-ci devrait entre autres venir métamorphoser les offres d’épargnes retraites, lesquelles vont être elles-mêmes sujettes à de nombreux bouleversements législatifs ces prochains mois.

Créé le