Achat groupé mutuelle santé Selectra Familles de France

Achat groupé Assurance Santé

Pré-inscrivez-vous gratuitement et sans engagement à l'achat groupé santé de Familles de France et Selectra pour réduire vos frais de santé.

Assurance : un Français sur dix avoue avoir déjà fraudé

Malgré les lourdes sanctions qu’ils encourent, les Français semblent être de plus en plus à l’aise à l’idée de frauder en assurance. Une récente étude publiée sur LeLynx.fr met en lumière ces pratiques illégales et les raisons poussant les assurés à songer à la fraude ou à sauter le pas. Omission de déclaration d’un sinistre, utilisation de l’assurance d’un proche… Comment s’illustre cette tendance ?


Assurances : les prix augmentent, et la fraude aussi

Selon lecomparateurassurance.com 97 % des Français disposent au minimum d’un contrat d’assurance. Mais ce n’est pas vraiment un secret, les augmentations tarifaires annuelles de l’assurance poussent parfois à la fraude. Et en 2019, les tarifs étaient une nouvelle fois à la hausse. Cette augmentation des primes semble aller de pair avec une augmentation des pratiques illégales par les particuliers. Une étude de YouGov et de lecomparateurassurance.com publiée en août cette année mettait en évidence certaines des raisons amenant les Français à frauder :

  • Pour la prise en charge du sinistre (39%) ;
  • Afin de payer moins cher son assurance (36%) ;
  • Dans le but d’obtenir une indemnité plus importante (35%) ;
  • Et enfin, pour ne pas avoir à résilier le contrat suite à une erreur et/ou un oubli (18%).

En ce mois de novembre, c’est au tour du comparateur d’assurance LeLynx.fr de se pencher sur la question. Cette étude quantitative a été menée en ligne par CSA en septembre 2019, et à partir d’un échantillon de 1 001 répondants, âgés de 18 ans ou plus.

Les résultats apportent quelques éclairages complémentaires à l’étude citée précédemment, et révèlent des informations intéressantes sur des pratiques qui ne sont pas sans conséquence. Comme l’explique Amina Walter, directrice générale déléguée, « aujourd’hui la fraude à l’assurance est lourdement punie : en cas de fausse déclaration, l’assuré risque la non-prise en charge de son sinistre mais aussi l’obligation de rembourser tous les sinistres indemnisés depuis 2 ans. »

Les Français communiquent peu avec leurs assureursSi les Français manifestent une certaine confiance envers leurs assureurs de manière générale, les contacts sont assez rares. Par exemple, pour l’assurance multirisque habitation, 58% des sondés déclarent ne le faire que très rarement tandis que 21% disent ne jamais contacter leur assureur.

Fraude à l’assurance : qui fraude le plus et pourquoi ?

D’après le sondage, un Français sur dix aurait déjà fraudé à l’assurance, et 50 % de ceux-ci disent que cela était dans le but d’éviter un malus, et donc échapper à l’augmentation de leur prime d’assurance. Mais de quelle manière fraude-t-on en France, concrètement ? Principalement par l’omission de déclaration de sinistre. En exemple, les résolutions à l’amiable dans le cadre d’un accrochage en voiture, ce qui est courant mais parfaitement illégal. Tout sinistre, aussi minime soit-il, doit être déclaré à la compagnie d’assurance automobile.

Les fraudes revenant le plus parmi les sondés ayant déjà sauté le pas, ou étant hésitant à le faire, sont :

  • Utiliser un sinistre pour déclarer d’autres sinistres plus conséquents qui n’ont pas eu lieu (19%) ;
  • Faire marcher l’assurance d’un proche (15%) ;
  • Faire porter la responsabilité d’un sinistre à un tiers (14%).
Chaque année, l’assurance pèse lourd dans la bourse des Français.

Démographiquement, il est assez intéressant de voir quelles populations parmi les 11 % de Français déclarant avoir déjà triché avec l’assurance, sont plus sujettes à la fraude que les autres :

  • 16 % des 18-34 ans ;
  • 14 % des 35-49 ans ;
  • 8 % des 50-64 ans ;
  • 7 % des 65 ans et plus.

De plus, 30 % des interrogés disent être prêts à le faire si l’occasion se présentait. Cela revient à un Français sur quatre qui aurait déjà hésité à frauder, tout particulièrement les jeunes de 25-34 ans.

Une chose ressort donc clairement de ces chiffres : les jeunes sont plus enclins à frauder ou à y songer, et cela peut s’expliquer par une raison concrète. En effet, « les jeunes sont les moins bien lotis en matière de prime d’assurance. Considérés comme profils “à risque” par les assureurs, ils déboursent en moyenne 993€/an pour leur prime d’assurance auto (vs 615€ en moyenne pour les conducteurs plus aguerris) », détaille l’étude.

L’assurance : un gouffre financier pour les Français ?Le budget représenté par l’assurance dans la bourse des Français est loin d’être négligeable. Et chaque année, celle-ci coûte de plus en plus cher. Selon les chiffres de l'étude, la mutuelle santé revient en moyenne à 892 euros par an, l’assurance automobile à 615 euros par an et l’assurance habitation à 178 euros par an.

Mis à jour le