PEA ou Assurance vie : que choisir ?

Le Plan d’Epargne en Actions (PEA) et le contrat d’assurance vie sont deux produits d’épargnes moyen ou long terme très semblables, dont le fonctionnement et la fiscalité ont été modifiés en 2019 par la loi Macron. Quelles sont aujourd’hui leurs différences, et quelle option choisir ?

Le PEA en bref

Le Plan d’Epargne en Actions (PEA) ainsi que son équivalent réservés aux petites et moyennes entreprises créé en 2014, le PEA-PME, sont des comptes au travers duquel il est possible d’investir dans des valeurs boursières. Il permet ainsi à son utilisateur de se constituer un portefeuille de titres et/ou de fonds européens (comme les Sicav, FCP, trackers...) tout en bénéficiant d’une fiscalité avantageuse.

Le PEA est donc un moyen d’investir son épargne en Bourse. Au vu de la volatilité des actifs financiers, ce mode d’investissement présente donc un risque de perte de capital non négligeable. On comprendra donc que ce produit d’épargne s’adresse principalement aux épargnants connaissant le domaine et actifs en bourse.

  • Ce qui a changé pour le PEA depuis 2019
  • La possibilité d’effectuer des retraits avant 8 ans
    Il était autrefois impossible aux détenteurs d’un PEA d’effectuer des retraits partiels avant 8 ans d’ancienneté du PEA. Depuis l’entrée en vigueur de la loi Pacte en mai 2019, il est possible d’effectuer des retraits et versements librement sur son PEA de plus de 5 ans.
  • Le taux d’imposition pour les retraits avant 5 ans
    Depuis 2019, les revenus perçus sur le PEA en cas de retrait anticipé avant 5 ans sont imposés selon le Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU), au taux fixe de 30 % (12,8% d’impôt sur le revenu + 17,2% de cotisations sociales).
    Le PFU est le nouveau mode de prélèvement créé par la réforme fiscale de Macron de 2018 pour simplifier la fiscalité des placements (PEA, assurance vie…).

L’assurance vie en bref

assurance
L'assurance vie permet d'épargner en prévision de projets futurs.

Plus connue du grand public que le PEA, le contrat d’assurance vie est, avec plus de 13 millions de contrats aujourd’hui en France, le moyen d’épargne moyen à long terme préféré des français.

Il s’agit d’un contrat établi entre un assureur et un assuré (la plupart du temps un particulier) par lequel l’assureur s’engage, en échange de versements d’argent (réguliers, unique…) de l’assuré, à verser un capital ou une rente au “bénéficiaire” en cas soit de décès de l’assuré, soit à partir d’une date déterminée.

L’assuré peut choisir d’investir l’épargne accumulée sur son contrat d’assurance vie comme il le souhaite. La plupart des assureurs donnent ainsi accès à des fonds en euros et des unités de compte. Ces deux types de support d’investissement présentent des caractéristiques très différentes :

  • Le fonds en euros est garanti en capital, permet une disponibilité de l’épargne à tout moment et une sécurisation annuelle des intérêts générés
  • Les unités de compte n’ont elles pas de garantie en capital mais un potentiel de performance supérieur au fonds en euros

Les unités de compte permettent ainsi d’atteindre un meilleur rendement que les fonds en euros mais exposent à un risque de perte de capital. Il est donc dans l’intérêt de l’assuré de chercher en général à diversifier son portefeuille d’investissement, en sécurisant notamment son épargne grâce aux fonds en euros.

Qu’est-ce-que le “bénéficiaire” d’une assurance vie ? Au moment de la signature de son contrat d’assurance vie, l’assuré désigne une ou plusieurs personnes (il est également possibles de désigner certaines associations d’intérêt général) comme les bénéficiaires de son contrat d’assurance vie.
Au moment du décès de l’assuré, le capital accumulé au fil des années sur le contrat d’assurance vie, grâce aux versements de l’assuré et aux intérêts et gains perçus, est distribué aux bénéficiaires selon le mode (versement unique ou rente viagère), les proportions et l’ordre décidé par l’assuré.

L’assurance vie a également la particularité d’être soumise à un régime fiscal très avantageux, notamment au moment de la transmission du capital après le décès de l’assuré : les sommes versées ne sont en effet pas soumises aux droits de succession. L’assurance vie est donc un moyen privilégié d’anticiper la transmission de son patrimoine à ses héritiers.

PEA ou Assurance Vie : Où bénéficier de l’épargne la plus souple ?

Au niveau des retraits partiels anticipés

business

Depuis la réforme de 2019, le PEA a gagné en souplesse, notamment au niveau des versements et retraits. Ainsi, s’il fallait auparavant attendre 8 ans d’ancienneté du PEA pour pouvoir effectuer un retrait anticipé de son épargne sans perdre ses avantages fiscaux, ce délai est désormais abaissé à 5 ans. Avant cette durée, il reste cependant impossible de récupérer son épargne sans perdre ses avantages.

De son côté, l’assurance-vie permet d’effectuer des versements et retraits partiels de son épargne à tout moment sans s’infliger de pénalisations fiscales, quel que soit l’âge du contrat. Ainsi, si le PEA et l’assurance vie ont une liquidité relativement similaire après 5 ans, l’assurance vie l’emporte au niveau de la flexibilité pour les premières années du contrat.

Au niveau des plafonds de versements

Si le contrat d’assurance vie ne présente pas de plafonds de versements, le compte PEA est quand à lui limité à 150 000 € (225 000 € pour un PEA-PME et 300 000 € dans le cas d’un compte-joint). L’assurance vie permet en effet de transmettre tout un patrimoine à ses bénéficiaires, tandis que le PEA a vocation à faire fructifier un capital sur le plus court terme.

PEA ou Assurance Vie : Qui choisir pour bénéficier de la meilleure fiscalité ?

Comme expliqué plus haut, depuis la réforme fiscale de 2019, les intérêts perçus sur le contrat d’assurance vie ou le PEA lors d’un retrait partiel anticipé sont soumis au PFU (Prélèvement Forfaitaire Unique) qui comprend un taux d’imposition sur le revenu de 12,8% ainsi que des cotisations sociales à 17,2%. Il s’agit d’une amélioration par rapport au taux forfaitaire précédemment appliqué, qui était plus élevé.

Le prélèvement des impôts ne s’effectue cependant pas de la même manière pour ces deux produits en fonction de l’âge du contrat.

Mode d’imposition des intérêts perçus lors d’un retrait partiel sur un PEA ou une assurance vie
Type de contrat Contrat d’assurance vie PEA
Seuil de durée de détention 8 ans 5 ans
Pour un retrait avant le seuil de détention Imposition au taux du PFU soit une imposition sur le revenu de 12,8%
Pour un retrait après le seuil de détention Abattement de 4 600 € (pour une personne seule) + taux d’imposition de 7,5% Pas d’impôt sur le revenu

Attention, les versements effectués sur l’assurance vie avant la mise en application de la réforme du 27 septembre 2017 restent en revanche soumis aux anciens taux forfaitaires. Par ailleurs, les cotisations sociales s’appliquent quant à elles aux deux produits au taux unique de 17,2 %, quel que soit l’âge du contrat.

PEA ou Assurance Vie : Qui offre le plus grand choix de supports d’investissements ?

business
L'assurance vie permet d'investir dans à peu près tout ce que l'on veut.

Le PEA est avant tout consacré à l’investissement en bourse, direct ou indirect. Il n’est par ailleurs possible d’investir que dans des actions de sociétés dont le siège est situé au sein d’un pays membre de l’Union Européenne ou dans des fonds d’investissements (Organismes de Placements Collectifs en Valeurs Mobilières ou OPCVM) composés à 75% d’actions européennes.

De son côté, l’assurance vie donne elle accès à pratiquement tout type de support, du plus sécurisé au plus risqué, avec des rendements variables. L’épargne de l’assurance vie peut ainsi être investie dans le fonds en euros (qui sécurise complètement le capital), mais aussi dans des fonds immobiliers (SCPI, OPCI…), des trackers (qui sont des fonds d’investissements répliquant un indice du marché) et autres supports en unités de compte plus risqués (fonds d’investissements, OPCVM, produits structurés, etc.).

Attention en revanche, selon le type de contrat d’assurance vie et son fournisseur, l’accès peut n’être donné qu’à certains de ces supports.

Attention aux frais de l’assurance vie Si l’assurance vie donne accès à son détenteur à un grand nombre de supports d’investissement, l’accès à cette diversité d’opportunité d’investissements s’accompagne parfois de frais élevés. Frais de versements, frais de gestion ou encore frais spécifiques à certains supports en unités de compte s’additionnent ainsi pour faire grimper l’addition !

Chez Yomoni, que choisir entre l’assurance vie et le PEA ?

Yomoni est le premier “robo-advisor” français. C’est-à-dire qu’il s’agit d’un gestionnaire d’épargne qui combine algorithmes de gestion de portefeuille et expertise humaine pour optimiser le rendement de ses clients tout en minimisant les frais.

Yomoni facture ainsi près de 2 fois moins de frais que ses concurrents, avec des tarifs qui varient en fonction du profil d’investissement choisi pour l’assurance vie (de 0,6 % pour le profil le moins risqué à 1,6 % pour un portefeuille entièrement composé d’actions) ou de 1,6 % pour le PEA.

L’offre d’assurance vie de Yomoni présente l’avantage supplémentaire de proposer 10 profils d’investissement différents (avec des frais de comptes variant selon le niveau de risque) :

Répartition de l'épargne et tarif selon le profil d'investisseur
Profil d'investisseur P1 P2 P3 P4 P5 P6 P7 P8 P9 P10
Fonds Euro 100% 80% 60% 40% 20% 0% 0% 0% 0% 0%
Obligations 0% 10% 20% 30% 40% 50% 40% 30% 20% 0%
Actions 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 100%
Frais du profil 0,6% 0,8% 1% 1,2% 1,4% 1,6% 1,6% 1,6% 1,6% 1,6%

Yomoni est donc une option intéressante pour la gestion de son épargne, qu’il s’agisse de son assurance vie ou d’un PEA. Son grands nombre de profils d’investissement permet au client d’adapter la gestion de son portefeuille à son projet.

Yomoni offre ainsi des rendements compétitifs sur le PEA et l’assurance vie, avec un rendement de 21,1 % sur le PEA depuis son lancement en 2016, et des rendements sur l’assurance vie qui varient selon le profil d’investissement choisi :

performance
Performance de l’assurance vie Yomoni depuis sa création en 2016

Yomoni présente donc une offre très performante et aux tarifs attractifs sur les deux produits, qu’il s’agisse de l’assurance vie ou du PEA.

Le choix entre ces deux produits d’épargne se fera donc plutôt en fonction du projet spécifique à l’investisseur, selon le produit dont la fiscalité est la plus avantageuse vis à vis de l’horizon et le but de son investissement.

Bilan

Le PEA et le contrat d’assurance vie sont ainsi des moyens d’épargner en bénéficiant d’une fiscalité avantageuse qui permettent de satisfaire des objectifs différents et sont donc très complémentaires. 

Le principal atout de l’assurance-vie est ainsi sa fiscalité avantageuse au niveau de la transmission du patrimoine. C’est donc un excellent moyen d’investir en toute sécurité son épargne long terme, et de diversifier ses investissements hors Union Européenne

De son côté, le PEA permet de gérer un portefeuille d’actions européennes en temps réel et d’investir éventuellement dans des supports plus risqués aux rendements plus élevés. Il est possible de récupérer son épargne défiscalisée après 8 ans en rente viagère ou pour la réinvestir dans son contrat d’assurance vie. 

Mise à jour le