Electricité : RTE annonce une "vigilance" jusqu'en 2024

RTE vigilance 2024
La France va-t-elle manquer d'électricité sur la période 2021-2024 ?

Dans son bilan prévisionnel 2021-2030, RTE, le gestionnaire de transport d'électricité en France, a annoncé que la période 2021-2024 serait soumise à une forte "vigilance". Cela signifie des risques de black-out plus importants. Pour quelles raisons ? Quelles sont les perspectives après 2024 ? Selectra fait le point.


Electricité : une période de vigilance jusqu'en 2024

L'électricité ne peut pas se stocker à grande échelle. Il faut donc faire coïncider production et consommation. Sinon, on risque un déséquilibre du réseau. Celui-ci peut se traduire par un black-out, une panne généralisée.

La crise de la Covid-19 a bouleversé le système électrique français. En effet, elle a retardé la maintenance de nombreuses centrales nucléaires. Cela a évidemment des conséquences sur la production d'électricité en France. L'énergie nucléaire est la principale source de production d'électricité. Elle constitue environ 70% du mix énergétique de l'Hexagone. En plus de ce retard de maintenance, RTE fait savoir que d'autres phénomènes jouent sur la production électrique entre 2021 et 2024.

Les marges sont faibles en raison d’une disponibilité dégradée du parc nucléaire (conséquence de la crise sanitaire et des décalages de travaux de maintenance), du retard de l’EPR de Flamanville et des retards accumulés sur les nouveaux moyens de production renouvelables, principalement les parcs offshore et la trajectoire solaire, l’éolien terrestre dans une moindre mesure. RTE

Pour autant, cela ne veut pas forcément dire que les ménages manqueront d'électricité au sein de leur logement. Face à une diminution de la production électrique, quelles sont les solutions de RTE pour assurer l'alimentation en électricité des Français ? Il dispose de deux leviers principaux :

  • Importer de l'électricité depuis l'étranger. Cette solution reste coûteuse et souvent polluante. En général, il s'agit d'importation d'électricité produite à base d'énergies fossiles via des centrales à gaz ou à charbon ;
  • L'effacement de consommation. Il s'agit d'engager les industries à ralentir leur activité ou à passer sur des groupes électrogènes. Ainsi, on soulage le réseau.

Lorsque ces deux solutions sont épuisées, RTE peut alors procéder à des délestages ponctuels.

Bon à savoirL'effacement existe aussi pour les particuliers. Certains fournisseurs proposent des solutions d'effacement pour les ménages. C'est par exemple le cas d'ekWateur avec Narco. Il s'agit d'un boitier qui coupe les radiateurs électriques et le chauffe-eau pendant quelques minutes lors de pointes sur le réseau électrique. A la clé ? Environ 10% d'économies d’énergie sans perte de confort.

Et après 2024 ?

L'après 2024 devrait être plus calme. Comme l'annonce RTE "Le système électrique retrouve des marges d’exploitation acceptables, sans toutefois être confortables". En effet, selon le gestionnaire de transport, la mise en service de l'EPR de Flamanville et d'infrastructures renouvelables permettront de garantir plus de souplesse au réseau électrique français.

En parallèle, l'amélioration de l'efficacité énergétique des bâtiments devraient aussi minimiser les pertes d'énergie. Cela passera par la mise en place de la RE 2020 mais aussi par la rénovation énergétique du parc existant (isolation, changement de chaudière, etc.).

Toutefois, la consommation d'électricité devrait augmenter du fait de la fin des chaudières à fioul et des chaudières à gaz, des énergies fossiles. A horizon 2030, RTE évalue la hausse à 5% de plus que par rapport à la consommation de 2019.

Le recul des énergies fossiles permettra également de faire baisser l'empreinte carbone de la France. En s'engageant dans le développement des énergies renouvelables et la rénovation des bâtiments, l'Hexagone pourra accélérer sa transition énergétique.

Mis à jour le