Semaine du goût : comment faire des économies d'énergie en cuisine ?

Semaine du gout
La semaine du goût aura lieu du 12 au 18 octobre. C'est l'opportunité pour les ménages d'apprendre à cuisiner tout en faisant des économies d'énergies.

La semaine du goût aura lieu du 12 au 18 octobre. C’est l’opportunité de découvrir le patrimoine culinaire français en faisant émoustiller ses papilles. Mais cette année, avec l’épidémie de Covid-19 et les restrictions sanitaires mondiales, il n’est pas recommandé de se rendre au restaurant. Qu’à cela ne tienne, c’est l’occasion de privilégier le fait-maison en s’initiant à une cuisine en accord avec l’air du temps : saine, économique mais aussi écologique. Comment allier cuisine, écologie et économies d'énergie ? En adoptant de petits réflexes quotidiens ! Voici quelques astuces d’éco-cuisine pour diminuer sa facture énergétique tout en se régalant pendant la semaine du goût 2020. 


Privilégier les plats sans cuisson 

facture d'électricité

Etre un cuisinier responsable, c’est avant tout utiliser des produits frais, bio et locaux évidemment, mais pas seulement. On peut aussi faire des économies d’énergie en cuisinant sans faire cuire les aliments. Il existe des plats simples qui évitent le recours à la cuisson sur plaque ou au four. Et, on le sait les kWh non-consommés sont bien évidemment les moins chers.

Manger cru c’est bon pour la facture de gaz ou d’électricité, mais c’est également meilleur pour la santé. Les légumes, les fruits et les céréales, en particulier, sont bien plus riches en vitamines, enzymes et minéraux lorsqu’ils sont crus. La cuisson altère les aliments et leur fait perdre beaucoup de leurs apports nutritifs et de leurs saveurs. Manger sans cuisson, c’est écologique et sain. Mais comment faire en automne ?

Voici quelques idées de recettes de plats et desserts sans cuisson avec des produits de saison : 

  1. Les salades ce n’est pas que pour l’été. Chez le maraîcher en automne, il y a plein d’ingrédients de saison pour composer des salades riches et savoureuses : avec la laitue, la batavia, la chicorée, la mâche ou la roquette. Il est facile d'y ajouter des carottes et des courgettes râpées, quelques poivrons crus ou séchés, des oignons coupés finement, de l’échalote, de l’ail, du thym, du persil. Et on peut agrémenter le tout avec des fruits secs, des noix, noix de cajou, noisettes, amandes grillées, graines germées… 
  2. Les salades se déclinent aussi en version sucrée ou encore sucrée-salée : pommes, poires, raisin, figues, prunes, coing, fraises des bois, dattes, châtaignes, noix, noisettes… Il y en a de toutes les couleurs, textures et saveurs. C'est aussi l'opportunité de redécouvrir le goût des fruits crus, marinés ou juste caramélisés.
  3. Au dessert, on se fait plaisir avec un cheesecake : On prépare dans le moule la base biscuitée en mélangeant du beurre pommade (non pas fondu mais sorti du frigo 2h avant) avec des biscuits émiettés et un peu de cannelle. Ensuite, on mélange du fromage frais, du yaourt, du jus de citron, du miel avec un peu d’agar-agar et de crème pour épaissir, et on laisse la composition au frigo quelques heures avant de déguster !

Ces astuces simples permettent de bénéficier de plats variés sans faire grimper les dépenses énergétiques

Pour les plats chauds : choisir la cuisson sur les plaques

plaques de cuisson

En automne et en hiver, les plats chauds ont la côte, mais il faut savoir que la cuisson (au gaz ou à l’électricité) représente en moyenne 7% de la facture d’énergie. Cela étant, toutes les techniques de cuisson ne se valent pas en termes de consommation d’énergie.  En adoptant les bons réflexes pour cuisiner, on optimise les dépenses énergétiques !

Le four, par exemple, est l’un des appareils électroménagers les plus énergivores de la cuisine. En le remplaçant par les plaques de cuisson le plus souvent possible, ça se ressent clairement sur la facture.

En effet, il faut savoir que selon EDFune heure de four électrique consomme environ 2,5 kWh d'électricité. A titre de comparaison, une plaque à induction à feu moyen utilisera 1,25 kWh d'électricité. Il s'agit des plaques électriques les moins gourmandes en électricité. Les plaques vitrocéramiques sont un peu plus énergivores si l'on en croit l'Ademe.

Les plaques de cuisson par induction permettent une économie d’électricité d’environ 20 % par rapport aux surfaces vitro - céramiques et de 25 % par rapport aux plaques de cuisson classiques, car les aliments commencent à chauffer beaucoup plus vite. Mais plus la cuisson dure, plus cet avantage s’estompe.
Ademe

Et pour, préserver sa santé, on préfère les poêles anti-adhésives pour éviter d’ajouter trop de matière grasse. On favorise la cuisson vapeur ou en cocotte-minute pour préserver les nutriments et les saveurs des aliments, en réduisant considérablement les dépenses énergétiques. En effet, les pommes de terre mettront entre 10 et 15 minutes à cuire dans une cocotte minutes contre 30 à 45 minutes dans l'eau d'une casserole.

Cuisson au gaz ou à l'électricité ? Au moment de refaire une cuisine, la question peut se poser. Comparé à l’électricité, le gaz apparait comme plus avantageux. Il permet une cuisson plus flexible et reste bien moins cher. Le prix du kWh de gaz est deux à trois fois inférieur à celui de l'électricité. Pour les consommateurs n'étant pas raccordés au gaz, il vaudra mieux opter pour des plaques à induction ou bien une bouteille de gaz butane.

Lancer la pyrolyse du four après la cuisson 

Le four, on l’a déjà dit, est l’un des appareils les plus énergivores, mais on ne peut pas s’en passer totalement. En revanche, on peut s’en servir intelligemment en utilisant astucieusement l’énergie consommée. 

Un geste efficace pour ne pas gaspiller de gaz ou d’électricité : se servir de la chaleur déjà présente dans le four au sortir des plats, pour lancer immédiatement la pyrolyse. On réutilise l’énergie et on évite ainsi d’avoir à faire chauffer l’appareil deux fois. D’une pierre deux coups !

Bien conserver les restesIl ne faut pas placer au frigidaire des plats chauds, il vaut mieux attendre. Une source de chaleur dans le réfrigérateur entraîne une surconsommation de l’appareil.

Couvrir les casseroles pendant la cuisson 

Pendant cette semaine du goût, il convient de prendre de bonnes habitudes. Et certains gestes très simples changent tout, comme le fait de couvrir les poêles et casseroles pendant la cuisson des aliments.

Un simple couvercle, qui conserve naturellement la chaleur des plats en cuisson, permet à lui seul d’utiliser 4 fois moins d’énergie. Rien de plus efficace pour l’écologie et le porte-monnaie. 

Couvrir les casseroles pendant la cuisson = 4 fois moins d'électricité ou de gaz consommés.
Ministère de la Transition Ecologique

Dégivrer son frigidaire régulièrement

réfrigérateur

Pour continuer les économies d'énergie en cuisine, on s'attaque au réfrigérateur. Le dégivrage du frigidaire et du congélateur est indispensable dès que la couche de givre atteint 2 ou 3 mm. Quand la couche est trop épaisse, la consommation d’énergie de l’appareil augmente considérablement.

En dégivrant le frigidaire et le réfrigérateur régulièrement on peut lui faire économiser 30% d’électricité. Au total, ce sont 10 à 30 euros de gagnés par an sur les factures énergétiques. Plus on dégivre souvent, moins la couche de givre s’accumule donc on gagne du temps et de l’énergie !

Sortir les aliments en amont pour les décongeler

Et pour économiser de l’énergie mais aussi pour préserver les nutriments, mieux vaut sortir les aliments à décongeler en avance plutôt que d’utiliser le micro-ondes. Cela permet de gagner quelques euros sur les factures d'électricité.

Question santé, il faut simplement s'assurer que l'on va bien consommer les denrées sorties. En effet, il ne faut jamais recongeler un produit sorti du congélateur, la chaîne du froid ayant été rompue.

Programmer le lave-vaisselle en cycle éco

Contrairement aux idées reçues, la vaisselle à la main est bien plus chère que le recours au lave-vaisselle. En effet, un lave-vaisselle utilise entre 7 et 15 litres d'eau par cycle alors qu'un robinet classique débite 12 litres d'eau par minute.

Les nouveaux lave-vaisselle consomment moins de 10 litres d'eau pour laver 12 couverts, alors que si l'on laisse couler le robinet une minute, on dépense déjà 12 litres d'eau.
Marilyne Vialles, chargée d'information grand public à l'Ademe.

lave-vaisselle

Toutefois, le lave-vaisselle, appareil indispensable aux foyers nombreux, reste très énergivore. Mais en prenant certaines bonnes habitudes d’utilisation, on réduit fortement sa consommation d’énergie et aussi sa consommation d’eau.

Pour utiliser le lave-vaisselle plus responsablement, il faut privilégier le cycle éco. Ainsi, on fait jusqu’à 45% d’économies d’énergie comparé au programme intensif. La majorité du temps, cela suffit au lavage des couverts quotidien et ça se voit sur la facture d'eau et d'électricité.

D'autre part, le mieux reste de le lancer en heures creuses, lorsque le prix du kWh d'électricité est plus bas. En général, il est possible de programmer son lave-vaisselle pour qu'il démarre seul au bon moment.

Chauffer sa cuisine à la bonne température 

La température du chauffage de la cuisine influe également grandement sur les factures d'électricité ou de gaz. A ce titre, l'Ademe conseille de chauffer la cuisine à 19°. Pourquoi ?

  1. Premièrement, pour des raisons d'économies d'énergie. Chauffer trop fort entraine une surconsommation. A titre d'exemple, le seul fait de baisser le chauffage de 20° à 19° fait baisser jusqu'à 7% la facture de chauffage ;
  2. Deuxièmement, parce que plus la température de la cuisine est élevée, plus le frigo consomme. L’appareil consomme 38% d’énergie en plus dans une cuisine chauffée à 23° plutôt que 18°. Baisser la température de la cuisine fait faire deux fois des économies d’énergie : sur le chauffage de la cuisine et sur le réfrigérateur.

Bon à savoir Et pour réduire encore plus ses factures d’énergie, changer de fournisseur d’électricité ou de gaz peut s’avérer une solution efficace et rentable. Pour trouver l’offre la moins chère et la plus adaptée à son logement, le consommateur peut utiliser le comparateur de Selectra. Afin de disposer d'un accompagnement téléphonique, il est possible d'appeler au 09 73 72 73 00 ou .

Mis à jour le