Achat groupé mutuelle santé Selectra Familles de France

Achat groupé Assurance Santé

Pré-inscrivez-vous gratuitement et sans engagement à l'achat groupé santé de Familles de France et Selectra pour réduire vos frais de santé.

Location : pourquoi les propriétaires sont-ils si méfiants ?

Location : pourquoi les propriétaires sont-ils si méfiants ?

Avec son sondage Opinion Way « Location : pourquoi est-ce si difficile de convaincre un propriétaire ? », Youse tente d’établir les raisons freinant les locataires dans leurs démarches pour trouver un logement. En 2018, une personne qui n’est pas en CDI et ne dispose pas d’un salaire équivalent à trois fois le montant de son loyer aura généralement du mal à signer un bail de location.


La recherche d’une location : un parcours du combattant

Est-il obligatoire d’assurer son habitation ? Pour la très grande majorité des locataires, oui. Cependant, avant d’assurer un logement, faut-il déjà être en mesure de le trouver et de convaincre le propriétaire de vous le louer. Une récente étude Opinion Way, publié au début du mois d’octobre 2018 analyse ce phénomène. Celle-ci a été réalisée aux côtés de Youse, la filiale de CNP Assurances lancée en 2018 qui propose une solution de garantie locative. Son but ? Se porter garant pour les locataires quel que soit leur statut professionnel qui rencontre des difficultés à se loger à cause de leur dossier. La création de cette filiale a été influencée par la réalité du marché actuel, mais aussi par les nouveaux usages.

Parmi les constats de cette étude, l’un d’entre eux est révélateur : 68 % des locataires interrogés estiment que rechercher un appartement est une démarche difficile. Et, d’après les résultats, les attentes qui pèsent sur leurs épaules sont nombreuses.

  • La règle des 33 % : le locataire doit avoir un salaire trois fois plus élevé que le loyer du logement.
  • Le garant : il est impossible d’obtenir une location sans et 71 % des propriétaires ont déclaré ces revenus comme un critère de choix important pour leur location.
  • Le contrat : si le futur locataire n’est pas en CDI, les propriétaires se montrent réticents.

Si en en 2017, d’après l’INSEE, 84,5 % des actifs étaient en contrat à durée indéterminée – CDI – ou fonctionnaires, les choses changent. Elles évoluent. En parallèle, les contrats à durée déterminée – CDD – ont subi une forte hausse (17,9 %), y compris les missions ponctuelles. De plus, il est intéressant de relever qu’en 2015, 87 % des nouvelles embauches se faisaient en CDD, avec un taux de conversion du CDD en CDI faible, comme le rapportait le Figaro. Le marché du travail change, et avec lui, le profil des potentiels locataires.

Location : la quête du GarantSelon l’étude Opinion Way, « la recherche de garant est la deuxième étape la plus difficile pour le locataire après la recherche d’un logement à un loyer abordable ». Il s’agit donc là d’un élément clé. Pourtant, seuls 15 % des interrogés déclarent avoir fait appel à un organisme se portant caution. En 2018, un décalage perdure entre les nouvelles réalités économiques de l’emploi et les exigences des propriétaires.

Location : les exigences des propriétaires sont-elles encore réalistes ?

Comment redonner confiance aux propriétaires ?

Il semble donc exister un véritable problème, alimenté par un secteur professionnel en pleine métamorphose et des critères d’accès à la location de plus en plus intenables pour un grand nombre de personnes. Avec cette enquête, Youse tente donc de déterminer les raisons pour lesquelles les propriétaires sont majoritairement si frileux quant à la location de leur logement. La filiale de CNP Assurances identifie trois craintes principales :

  • Les loyers impayés : 79 % ;
  • Les dégradations du bien loué : 77 % ;
  • Les retards de paiement : 71 %.

Les trois raisons centrales sont donc évidemment liées aux finances. Mais celles-ci se confrontent à la réalité, car 29 % des locataires interrogés par Opinion Way déclarent qu’on leur a refusé l’accès à un logement. 86 % d’entre eux estiment qu’ils pouvaient payer le loyer, et 81 % que cette décision était injuste.

La principale divergence d’appréciation entre locataire et propriétaire sur la solvabilité, c’est la manière de l’évaluer. Bien sûr les locataires doivent prendre en compte la crainte majeure des propriétaires de perdre de l’argent, mais ils trouvent injuste que les propriétaires continuent d’appliquer des critères de sélections qui sont dépassés à leurs yeux et qui ne correspondent plus à l’évolution de la société. […] Seuls 25% de propriétaires se déclarent être d’accord pour adapter leurs exigences de solvabilité comparées alors que 53% des locataires le réclament, a expliqué Olivier Bazin, cofondateur et Directeur général adjoint chez Youse, dans une interview à Atlantico du 10 octobre 2018.

En 2018, l’accès à la location est souvent compliqué. Et pour cause, malgré des changements identifiés dans le secteur de l’emploi, d’après le sondage, en 2018, trois propriétaires sur quatre ne louent uniquement à des personnes en CDI. Pour autant, il existe quelques solutions comme le recours à un organisme externe se portant garant et permettant de rassurer les propriétaires. Il y a des structures privées telles que Youse, ou bien des dispositifs publics comme la garantie Visale, laquelle permet la sécurisation des revenus locatifs du propriétaire pour une durée de 3 ans.

Location : le statut professionnel est-il encore un critère de solvabilité adapté ?Selon Youse, les critères visant à déterminer la solvabilité des locataires avancés par les propriétaires sont aujourd’hui obsolètes. Pour le Directeur général adjoint, qui s’est exprimé dans Atlantico, avec les évolutions du marché du travail, le statut professionnel ne peut plus être la seule référence. La solution serait de changer l’approche que l’on s’en fait, et de prendre en compte d’autres facteurs, comme l’épargne et les revenus. Olivier Bazin estime que « rien ne démontre qu’un CDI paye mieux ses loyers qu’un entrepreneur ».
Mis à jour le