Achat groupé mutuelle santé Selectra Familles de France

Achat Groupé Mutuelle Santé

Obtenez -10% à vie sur votre prime d'assurance santé. Jusqu'à -28% pour les profils retraités !

États-Unis : Google se lance dans l’assurance santé aux côtés de Swiss Re

États-Unis : Google se lance dans l’assurance santé aux côtés de Swiss Re

Quoi de nouveau dans le secteur de l’assurance santé ? Ce dernier compte désormais un nouvel acteur, et celui-ci n’est autre que Google. Via sa filiale Verily Life Sciences, le géant du Web se lance dans l’assurance santé à destination des entreprises étasuniennes. Une annonce qui vient avec son lot de réactions, et de questions. Décryptage.


  • En bref : L’assurance santé selon Google, bienvenue dans le futur
  • Via sa filiale Verily Life Sciences, lancée en 2012, Alphabet (maison mère de Google) se lance dans l’assurance santé aux États-Unis ;
  • Annoncé officiellement dans un communiqué de presse fin août 2020, le déploiement de l’offre se fera via la création d’une nouvelle filiale, Coefficient Insurance, qui travaillera auprès du leader mondial de l’assurance et de la réassurance Swiss Re ;
  • Assez spécifique aux réalités du marché étasunien, cette offre d’assurance santé se destine aux entreprises, afin de compléter la prise en charge financière des dépenses santé, dont une partie est réservée aux employeurs ;
  • Verily, qui commercialise des objets connectés en lien avec la santé, pourra ainsi croiser ses expertises, voire exploiter les données récoltées grâce à ses produits domotiques afin d’adapter les couvertures santé proposées ;
  • Si le big data, l’IA et l’innovation jouent un rôle indéniable dans l’assurance aujourd’hui, le recours à de tels procéder pour couvrir les assurés pose quantité de questions, notamment éthiques.

Verily Life Sciences : la filiale santé d’Alphabet arrive sur le marché de l’assurance

L’intérêt d’Alphabet pour l’assurance n’est pas nouveau, et le temps passant, celui-ci ne fait que se confirmer. Ainsi, via sa filiale Verily Life Sciences, la maison mère de Google s’insère petit à petit dans le domaine de la santé. À la fin du mois d’août 2020, nous avons donc appris que Verily – qui se dit spécialisée dans les « sciences de la vie » – a décidé de se lancer dans l’assurance, via la création future d’une nouvelle filiale nommée Coefficient Insurance.

En partenariat avec Swiss Re, société leader d’assurance et de réassurance à travers le monde, Coefficient souhaite proposer des produits d’assurance santé aux entreprises, et donc à leurs employés. Le type de protection assurantielle qui sera déployée permettra aux salariés de bénéficier d’une assurance santé plus complète. Pour faire court : une partie des frais de santé seront pris en charge par l’employeur, sous la forme d’un forfait, et en cas de dépassement, l’assurance permet de compléter en prenant le reste des dépenses à sa charge. Dans le communiqué de presse officiel, Andy Conrad, PDG de Verily, explique ainsi : « [Aux États-Unis,] depuis des années, les employeurs font face à des coûts croissants et de plus en plus imprévisibles dans le domaine de la santé. Coefficient vise à limiter les inconnues dans ce domaine et fournir de meilleurs outils pour contrôler les coûts pour les employés autofinancés [...] ». Pour accompagner les employeurs afin de limiter leurs pertes, Coefficient mettra à leur disposition un « moteur de tarification fondé sur l’analyse ».

Google assurance santé
Les géants du Web s’invitent peu à peu sur le marché de l’assurance, et en particulier celui de la santé. L’arrivée de Google confirme une nouvelle fois leurs ambitions.

Selon les experts, cette décision constitue une suite logique pour Verily Life Sciences, créée en 2012. À l’origine, l’entreprise semblait vouloir se concentrer sur la recherche et le développement, en s’associant notamment avec des laboratoires pharmaceutiques et en proposant des offres et services liant technologie et santé, avec par exemple la commercialisation d’une montre connectée dédiée au suivi santé. Comme le rappelle The Verge, Verily Life Sciences n’a pas vraiment publié ses chiffres, il est donc difficile d’estimer son succès. En revanches, ceux de la catégorie « Other Bets » d’Alphabet sont disponibles. Au dernier trimestre, celle-ci a perdu 1,1 milliard de dollars. En faisant le pari de l’assurance santé, la filiale a donc de meilleures chances de générer des revenus réguliers et ainsi de limiter les pertes.

Pour qui s’intéresse aux mondes de la finance et des assurances, un tel partenariat n’est pas surprenant. L’arrivée des géants du Web dans ces secteurs assurantiels est un sujet depuis longtemps discuté, souvent avec inquiétude de la part des acteurs assurantiels.

Assurance santé : des offres rendues possibles grâce aux objets connectés ?

Les géants du Web sont sur tous les fronts. Il est aujourd’hui plus aisé de lister les secteurs sur lesquels ils n’interviennent pas, que ceux sur lesquels ils interviennent. Fin 2019, Amazon se lançait sur le marché des assurances, faisant trembler ce dernier d’appréhension. L’entreprise avait ainsi annoncé son partenariat avec la société d’investissement Berkshire Hathaway ainsi que la société d’investissement JPMorgan Chase. Le but ? Proposer une assurance maladie aux salariés des trois entreprises partenaires. Le lancement de cette offre marquait en quelque sorte les prémices de l’investissement du secteur assurantiel par les GAFAM. Pour autant, ce n’était pas une première pour le géant du e-commerce, puisqu’en octobre 2018, la filiale française d’Aviva et Amazon s’associaient également, donnant la possibilité aux consommateurs de souscrire aux offres d’assurance proposées par Aviva, et ce via leur compte Amazon.

Pour les entreprises de la tech, le secteur de l’assurance santé ressemble à un nouveau terrain de jeu où tous coups sont permis, et où les bénéfices à la clé pourraient être considérables. Aux États-Unis, l’on voit ainsi se multiplier les offres proposées par des assurtechs, c’est-à-dire des entreprises qui mettent la technologie au service de l’assurance. Grâce à l’innovation, elles peuvent élaborer des offres plus pointues, personnalisables, connectées et efficaces.

Google assurance santé
Le recours à la technologie dans l’assurance santé se démocratise. Avec lui vient un questionnement : quelle utilisation sera faite de nos données personnelles ?

Grâce au big data, à l’intelligence artificielle – ou IA – et, plus largement, grâce à la technologie, ces entreprises souhaitent optimiser les coûts tout en augmentant leurs bénéfices, surtout sur le marché étasunien où la couverture santé est excessivement chère. C’est exactement ce qu’ambitionne de faire la filiale santé d’Alphabet avec ce nouveau produit assurantiel. Dans le futur, les données collectées par Google pourront être exploitées afin de calculer efficacement le montant des primes d’assurance santé. « Avec le temps, nous avons hâte d’intégrer Coefficient aux solutions de santé Verily à destination des employeurs, y compris les appareils mobiles de santé et les programmes innovants de gestion des soins, afin d’adapter les modèles de paiement à de meilleurs résultats en matière de santé », poursuit Andy Conrad dans le communiqué de presse.

Autant dire que la précision de l’analyse des profils des assurés, ainsi que leur couverture, sera déterminée par des procédés rendus possibles grâce à des dispositifs intrusifs pour qui tient à la protection de ses données personnelles. Il ne s’agit plus simplement d’analyser les données fournies par les assurés, mais bel et bien d’exploiter les données récoltées par des objets connectés afin de réévaluer les risques. Plus précis et rentable pour les assureurs, cela semble indéniable. Reste à savoir si cela se fera aux dépens des consommateurs.

Si pour l’instant l’intérêt de Google se concentre sur le marché américain, lequel a ses spécificités, tout laisse à penser que le géant ne tardera pas à s’inviter sur d’autres territoires.

Google : la santé au prix de nos données personnelles ?En suivant un peu la trajectoire de Google ces dernières années, il est possible de relier les points. Par exemple, un des rachats notables de l’entreprise est celui de Fitbit l’an dernier pour quelque 2,1 milliards de dollars. Fitbit, c’est a priori 28 millions d’utilisateurs actifs, soit une quantité de données santé incalculable, lesquelles représentent une aubaine pour Google dans ses ambitions assurantielles.

Mis à jour le