Un conseiller spécialisé pour vos démarches au

09 73 72 73 00 Rappel gratuit

Chaudière Gaz : prix, modèles, consommation et entretien

Contrat d'entretien de chaudière avec Engie
Nos conseillers vous aident à souscrire un contrat d'entretien et une offre de gaz naturel adaptée.

Chaudiere Gaz

La rénovation ou la construction d'un logement nécessite de choisir le mode de chauffage qui sera utilisé. À cet effet, plusieurs possibilités s'offrent aux consommateurs quant à l'énergie à choisir. Lorsque la ville est raccordée au gaz naturel, on préconise de se tourner vers cette énergie qui est moins coûteuse, mais aussi plus respectueuse de l'environnement. L'investissement dans une chaudière gaz est alors nécessaire, c'est pourquoi nous avons rédigé cet article qui recense les types de chaudières fonctionnant au gaz naturel, leur prix, leur installation et l'entretien nécessaire.

Comparatif des prix des différentes chaudières gaz

Prix chaudières gaz selon le modèle en France en 2019
Types de chaudières Technologie Prix le plus bas Prix le plus élevé
Chaudière à emploi unique
 - chauffage
Chaudière standard 1 500€ 3 365€
Chaudière à condensation instantanée 1 190€ 4 305€
Chaudières standard
double emploi - ECS et chauffage
Chaudière standard instantanée 1 105€ 2 159€
Chaudière standard accumulée 1 390€ 4 175€
Chaudières à condensation
double emploi - ECS et chauffage
Chaudière à condensation instantanée 1 290€ 4 890€
Chaudière à condensation accumulée 1 300€ 5 130€
Chaudière à condensation micro-accumulée
avec ballon de réserve
1 490€ 3 645€

ECS : eau chaude sanitaire.

Prix en date de mai 2019, issus de divers sites de bricolage et de vente de chaudières.

En règle générale, la pose de la chaudière n'est pas comprise dans le prix initial de la chaudière. Il faut compter en moyenne entre 500€ et 2 000€ (hors coût de raccordement pour une première mise en place) pour l'installation de la chaudière au gaz.

En parallèle, il faut réserver un budget pour les systèmes d'évacuation des fumées (cheminée) ou des résidus liquéfiés (tuyaux PVC).

Consommation et rendement des chaudières à gaz

Depuis la directive européenne ErP (Energy related Products) votée en 2007, tous les fabricants ont pour obligation d'informer les consommateurs de la performance énergétique de chaque appareil électronique et électrique. Le but est de favoriser l'achat d'appareils moins énergivores, et de diminuer l'impact environnemental de chaque foyer. Cette directive a évolué en novembre 2018 et vise maintenant à interdire la vente de chaudière avec un rendement trop bas. Suite à cette modulation, voici les chaudières à gaz toujours en vente sur le marché.

Le rendement d'une chaudière, qu'est-ce que c'est ? Le rendement d'une chaudière permet de déterminer sa performance énergétique. Il s'agit de la variable entre, la quantité d'énergie que peut produire la chaudière, et la quantité d'énergie qu'elle a elle-même utilisé pour cette production. Le rendement est apprécié en pourcentage : plus il est élevé, plus la chaudière est performante. Aujourd'hui, suite aux directives appliquées, seules les chaudières avec un taux de rendement supérieur à 86% sont autorisées à la vente.

chaudiere a condensation

La chaudière à condensation

En terme de rendement, c'est la plus prisée par les consommateurs. Outre son prix élevé à l'achat (entre 1 500 et 5 000€ en moyenne), elle permet un gain énergétique d'environ 20% par rapport à une chaudière standard, pour une raison est très simple.

Plutôt que de rejeter les combustions par les tuyaux d'aération, la chaudière à condensation récupère la chaleur contenue dans les produits de combustion et la réintègre dans son circuit de production. La vapeur d'eau restante est liquéfiée puis évacuée par les eaux usées. Ce cycle continu permet à la chaudière à condensation d'atteindre un rendement avoisinant les 105%, alors que celui d'une chaudière classique se situe autour des 90%. Grâce à ses émissions de fumées moins importantes, la chaudière à condensation a également le mérite d'être plus respectueuse de l'environnement.

La chaudière basse température Bas NOx (faible taux de rejet d'oxyde d'azote)

Elle fonctionne de la même façon qu'une chaudière classique. Les fumées générées par la combustion du gaz naturel passent dans le circuit emprunté par l'eau qui dessert les chauffages et l'eau chaude du logement. La seule différence est que la température de la flamme lors de combustion du gaz est moins élevée. En somme, le taux d'oxydes d'azote rejeté est réduit, tandis que les performances énergétiques sont identiques, voire supérieures.

Le taux de rendement des chaudières basse température Bas NOx est plutôt satisfaisant car il avoisine les 90%.

La chaudière à gaz hybride

Elle est l'association entre une chaudière à condensation gaz et une pompe à chaleur. Les besoins en eau chaude et en chauffage sont majoritairement couverts par la partie électrique de la PAC. L'option gaz est un complément car elle ne s'active que lorsque la puissance de tirage demandée en électricité est trop forte. Ce type de chaudière est recommandé dans les régions ensoleillées ou les températures sont assez douces. Le prix de la chaudière hybride gaz varie entre 5 000€ et 10 000€.

La chaudière à gaz pulsatoires

fonctionnement chaudiere classique

C'est la seule chaudière qui fonctionne sans brûleur. On parle de 109% de taux de rendement, et on estime entre 25% et 40% les économies d'énergie par rapport à une chaudière standard. Pas besoin de sortie de cheminée ou de VMC gaz pour cette chaudière, un tube en PVC suffit pour laisser d'échapper les fumées. Il faut compter entre 3 000€ et 5 000€ pour l'achat de ce type de chaudière.

La chaudière à cogénération

La chaudière à cogénération permet à la fois de fournir le logement en gaz, et de produire de l'électricité. La production d'électricité inutilisée peut ensuite être revendue. Initialement ce type de chaudière a été conçu pour fournir en énergie les grands bâtiments, mais il est maintenant commercialisé pour les logements domestiques. Le prix d'achat est nettement plus élevé que celui des chaudières précédentes car il faut prévoir une fourchette de prix entre 10 000€ et 20 000€.

Changer le système de chauffage : quelle chaudière au gaz choisir ?

Le choix de la chaudière est un moment crucial dans la rénovation ou la construction d'un logement car il détermine les économies futures, ainsi que la performance du système de chauffage, et de la production d'eau chaude (ECS). Cependant il ne faut pas se tromper, il est important de se renseigner pour acheter la bonne chaudière pour le bon logement.

Comment choisir la chaudière au gaz pour mon logement ?

Le choix de la nouvelle chaudière nécessite de prendre en compte certains indices qui vont influer sur le bon fonctionnement de la machine, ainsi que sur les économies à envisager.

La disposition du logement (y a t-il un évacuateur de fumée type cheminée, ventouse, VMC ? quel est l'espace disponible pour installer la chaudière ?)

flamme chaudiere

Pour une chaudière à condensation il faudra anticiper un conduit d'évacuation pour l'eau issue des vapeurs d'eau. Le conduit est généralement en PVC pour éviter la corrosion car les eaux qui découlent de la chaudière sont acides. Pas besoin de ventilation dans le logement car l'air nécessaire au fonctionnement de la chaudière vient de l'extérieur. Pour l'installation d'une chaudière à condensation il est recommandé d'être doté d'un dispositif de chauffage central (circuit d'eau chaude destiné à alimenter tous les appareils du logement).

L'installation d'une chaudière basse température Bas NOx nécessite d'avoir un conduit d'aération (type cheminée), ou une évacuation VMC Gaz.

Pour que l'installation du logement ne perde pas en espace, il est possible d'opter dans les deux cas pour une chaudière murale ou au sol. Les chaudières murales sont généralement moins puissantes que les chaudières au sol, et dépendamment de l'utilisation faite de l'appareil, il faut parfois privilégier une chaudière au sol pour optimiser son confort.

Les options et la fréquence d'utilisation de l'appareil

gaz chauffage

Dans le cas ou le logement est fourni en gaz naturel pour le chauffage seul, le choix de la chaudière s'oriente principalement sur la performance énergétique recherchée.

Lorsque le logement est fourni en gaz pour le chauffage et l'eau chaude sanitaire, plusieurs options s'imposent :

  • la chaudière instantanée va produire de l'eau chaude uniquement en cas de demande (temps d'attente de plusieurs secondes) ;
  • la micro-accumulation maintient son échangeur à plaque à température élevée en continu ;
  • la mini-accumulation dispose d'un ballon intégré qui permet d'avoir de l'eau chaude en permanence.

Outre le prix, il faut aussi se baser sur la quantité d'eau chaude que la chaudière peut fournir au moment ou on en a besoin. Pour éviter les incommodités, on conseille de s'orienter vers une mini-accumulation qui permettra de ne pas attendre avant l'arrivée d'eau chaude, celle-ci étant contenue dans le ballon intégré.

La puissance de l'appareil

L'un des point de vigilance reste encore sur la puissance souscrite du nouvel appareil. C'est cette variante qui détermine la capacité de la chaudière à fournir une quantité d'énergie demandée à un instant T. Si la puissance est trop élevée, pas d'inquiétude, aucun dégât à prévoir, simplement un investissement trop honéreux non nécessaire. Dans le cas inverse, si la puissance est trop faible, l'appareil se trouve en situation de surrégime. Cela influe sur le montant de la facture de gaz, sur la longévité de la chaudière ou encore sur le débit de l'eau chaude.

Exemple de la puissance à choisir selon la typologie du logement.
Le logement à fournir Puissance à appliquer pour le chauffage seul Puissance à appliquer pour le chauffage et ECS
Appartement < 100m2 12 à 20 kw 23 à 28 kw
Appartement > 100m2 18 à 25 kw 25 à 35 kw
Maison > 100m2 > 20 kw 25 à 35 kw

Quelle chaudière gaz pour quel budget ?

La fourchette de prix pour l'achat d'une chaudière est très large, il faut compter en moyenne entre 1 200€ et 5 000€. Il est dépendant de la marque, l'utilisation, la puissance ou encore du type de chaudière.

À titre d'exemple, voici les résultats obtenus avec des recherches filtrées sur le site web esc-grossiste.fr :

  • emplacement : chaudière murale ;
  • utilisation : chauffage seul ;
  • type : à condensation.
Exemple nº1 : détails et prix des chaudières
  Modèle de la chaudière Prix TTC Puissance utile Rendement Système d'évacuation
Chaudière la moins chère Ferroli BLUEHELIX TECH 25A 1 290€ mini 5,7kw - maxi 26,5 kw 108,8% Ventouse ou cheminée
Chaudière la plus chère Unical AlKon 70R 4 969,49€ 47,2 kw 101,6% Ventouse
  • emplacement : chaudière murale ;
  • utilisation : chauffage et eau chaude sanitaire ;
  • type : à condensation ;
  • production d'eau chaude : micro-accumulée
Exemple nº2 : détails et montant des chaudières
  Modèle de la chaudière Prix TTC Puissance utile Rendement Système d'évacuation
Chaudière la moins chère Riello START CONDENS 25 MKIS 1 090€ mini 6,48 - maxi 21,12 Kw 109,3% Ventouse ou cheminée
Chaudière la plus chère Frisquet Hydromotrix Condensation Visio 32 4 969,49€ 25 à 35 kw jusqu'à 109% Ventouse
  • emplacement : chaudière au sol ;
  • utilisation : chauffage et eau chaude sanitaire ;
  • type : à condensation ;
  • production d'eau chaude : mini-accumulée
Exemple nº3 : caractéristiques et tarif des chaudières
  Modèle de la chaudière Prix TTC Puissance utile Rendement Système d'évacuation
Chaudière la moins chère Bosch Condens 3500F FBGC 25C R N  2 855,05€ 25,2 kw 109,3% Ventouse ou cheminée
Chaudière la plus chère FRISQUET prestige mixte à semi-accumulation 25 kW 3 537,76€ 20 à 25 kw jusqu'à 109% Ventouse

Les types de chaudières gaz naturel qui respectent le plus l'environnement

etiquette energie

On distingue la consommation énergétique de l'appareil grâce à son l'étiquette énergétique qui mentionne une notation entre A et G (A étant la moins énergivore). Selon le modèle choisi, les économies d'énergie varient entre 10% et 25%.

Grâce à son système de récupération d'énergie, la chaudière à condensation est incontestablement le dispositif le plus économe en énergie. Cet appareil est à privilégier pour des maisons dont le besoin en énergie est à usage familial et quotidien.

Par ailleurs, il est possible de souscrire à une offre de gaz dont les émissions de carbone sont compensées ou chez un fournisseur se fournissant en biométhane, parfois à des prix bien plus compétitifs que les offres standard du marché.

Quel emplacement pour la pose de la chaudière ?

Plusieurs possibilités s'offrent aux particuliers pour l'emplacement de la chaudière, mais certaines règles relatives à l'arrêté du 5 octobre 2005 sont à suivre - texte original.

  • Depuis le 1er janvier 2006, l'installation d'un appareil de chauffage ou de production d'eau chaude à circuit de combustion non étanche est interdite dans les salles de douche ou les salles de bain ;
  • Le remplacement d'un appareil raccordé existant par un appareil raccordé neuf demeure autorisé si ce remplacement est réalisé dans les conditions d'installation fixées par l'article 25 1° bis du présent arrêté.
    Conformément aux dispositions de cet article, seul le remplacement à l'identique des chaudières nécessite l'établissement d'un certificat de conformité "modèle 4" ;
  • En ce qui concerne les conditions d'aération et d'évacuation des produits de combustion :
    - le remplacement d'un appareil raccordé existant en salle de bains ou de douches par un appareil à circuit de combustion étanche ;
    - l'installation d'un appareil à circuit étanche en salle de bains ou de douches est soumise aux seules dispositions des articles 15-I et 18-IV du présent arrêté. ».

Actuellement en France 40% des chaudières sont installées au sol contre 60% au mur, et ce choix est souvent orienté par l'envie d'un gain de place. Cependant, pour l'installation de la chaudière il y a certaines règles à respecter qui dépendent, de l'appareil, mais aussi du logement.

  • la pièce doit respecter une hauteur minimale ;
  • la surface de la pièce fait au moins 8m3 (variable selon la taille de la chaudière) ;
  • il n'y a pas de poussières abondantes et la pièce doit être bien ventilée ;
  • ne pas installer la chaudière sur une cloison fragile ou trop étroite, sous risque que celle-ci ne cède ;
  • vérifier que le raccordement au système d'evacuation des fumées est possible .

Pour ne pas subir de perte de confort, il est préférable d'installer la chaudière non trop loin des pièces alimentées en eau chaude (salle de douche ou cuisine par ex).

Chaudière murale ou au sol ?La chaudière murale permet de libérer de la place au sol, elle est plus compacte et moins coûteuse. En revanche elle est souvent moins robuste que sa cousine. La chaudière au sol, elle, est souvent plus adaptée pour les grandes maisons. Malgré le fait qu'elle soit plus onéreuse, elle a une durée de vie généralement plus longue et elle est globalement plus performante que la chaudière murale. La longévité d'une chaudière est de 10 à 20 ans, et dépend de plusieurs facteurs comme, la fréquence à laquelle on la sollicite, le modèle de l'appareil et la régularité de son entretien.

Bricolage : les étapes pour poser soi-même la nouvelle chaudière

En France à ce jour, aucune réglementation n'impose de faire poser l'appareil par un spécialiste, cependant l'octroi de la quasi totalité des subventions (abordées ci-dessous) est soumis au fait que l'installation soit faite par un technicien agréé. Pour les plus téméraires, voici les 5 étapes pour réussir soi - même l'installation d'une nouvelle chaudière à gaz naturel.

  1. Le choix de l'emplacement : la première étape consiste à choisir l'emplacement du nouvel appareil. Généralement située dans une cave, un garage, une salle de bain (selon le modèle choisi) ou encore un placard, pour disposer de tout le confort de la chaudière, il faut veiller à ce qu'elle ne soit pas trop éloignée des points d'arrivée d'eau. Penser au différents raccords à faire avant de se lancer dans la fixation des supports.
  2. La fixation du support : avec une perceuse, faire des trous sur le mur porteur de la chaudière en respectant les dimensions de cette dernière, puis, insérer dans les tous des chevilles adaptées aux vis utilisées pour la fixation du support. Visser solidement les supports de façon à sécuriser la tenue de la chaudière. Ammener la chaudière sur son support mural.
  3. Les raccords : avant toute chose, il est bien essentiel de couper tous les circuits d'arrivée d'eau et de gaz pour éviter toute fuite, et ce, depuis les compteurs généraux et pendant toute la durée des travaux.
  4. Les raccords au gaz et à l'eau : réaliser les raccords à l'arrivée de gaz et d'eau avec une tuyauterie en cuivre adaptée. Visser fermement tous les raccords et veiller à ce qu'ils soient totalement étanches car toute fuite pourrait être extrêmement dangereuse.
  5. Le raccordement à la sortie d'évacuation : la chaudière est équipée d'un conduit d'aération, à raccorder à la cheminée. Pour laisser s'échapper les gaz brûlés et éviter tout débordement, il est nécessaire d'utiliser un conduit d'acheminement propre, neuf, et parfaitement étanche. Il est extrêmement important de vérifier tous les raccords effectués avant de pouvoir profiter du confort de la chaudière. 

Les aides et subventions pour changer sa chaudière

calcul argent

La transition énergétique est depuis quelques années au coeur des préoccupations du Gouvernement, qui souhaite diminuer l'empreinte carbone des foyers et autres acteurs. Plusieurs dispositifs ont été mis en place pour que les ménages puissent investir dans des appareils moins énergivores et plus respectueux de l'environnement. Qu'ils soient alloués par les collectivités locales, l'état ou encore les fournisseurs d'énergie, ces financements pour changer sa chaudière permettent de réduire le coût d'achat d'appareils plus productifs et moins polluants.

Les subventions publiques pour installer une nouvelle chaudière

Les aides publiques pour la nouvelle chaudière
Les subventions publiques Montants plafonnés des subventions  L'essentiel de la subvention
Crédit d'impôt pour la transition énergétique - CITE

Selon la situation fiscale du demandeur :

  • 8 000€ pour une personne seule ;
  • 16 000€ pour un couple ;
  • majoration de 400€ pour chaque personne fiscalement à charge.
Améliorer son système de production d'énergie tout en bénéficiant de déductions d'impôts.
L'éco prêt à taux zéro  30 000€ remboursable sur 10 à 15ans. Emprunter auprés d'une banque sans payer de taux d'intérêt sur le capital, dans le but de diminuer ses émissions de gaz à effet de serre.
La TVA réduite à 5,5% Dépendant du prix d'achat de la chaudière. Bénéficier d'un taux de TVA réduit pour l'achat d'une chaudière dont la performance énergétique est au moins supérieure à 90%.
L'éxonération de la taxe foncière Abattement entre 50% et 100% de la taxe foncière du propriétaire. Permettre aux propriétaires, bailleurs ou non, d'aménager leur logement et de réduire leurs consommations de gaz.

Quelles aides locales pour changer la chaudière au gaz

Changer de chauffage : détail des aides locales
Les aides locales Montants plafonnés des subventions L'essentiel de la subvention
Aides de l'agence de l'habitat ANAH La prime "Habiter mieux Agilité" Jusqu'à 10 000€ pris en charge en fonction des ressources financière du demandeur. Subvention allouée pour les propriétaires ou locataires qui souhaitent optimiser les performances énergétiques du logement (diagnostic de performance énergétique gaz à réaliser).
La prime "Habiter mieux Sérénité" Jusqu'à 10 000€ pris en charge en fonction des ressources financière du demandeur. L'ANAH assure le suivi du dossier de financement et accorde l'aide d'un accompagnement pour le montage du dossier, le choix des matériaux, etc.

Les primes des fournisseurs d’énergie

Les fournisseurs de gaz naturel viennent également en aide aux ménages.

Les aides de la part des fournisseurs d'énergie
Les subventions publiques Montants plafonnés des subventions  L'essentiel de la subvention
Certificat d'économie d'énergie - CEE

Défini par les organismes.

Versement d'une prime au client en contrepartie de l'achat de certificats d'énergie.
Prime Coup de pouce énergie Jusqu'à 4 000€, dépendant du type de chaudière et des revenus du ménage. Favoriser les économies d'énergie.

Toutes ces subventions sont bien entendu soumises à des critères d'éligibilité.

Une chaudière à gaz, comment ça s’entretient ?

Depuis le décret du n° 2009-649 du 9 juin 2009, toute les chaudières - gaz, fioul, bois, etc. - d'une puissance de 4kw à 400kw sont soumises à un entretien annuel obligatoire par un professionnel agréé. Pour tout remplacement de chaudière, l'entretien annuel est à effectuer à compter de l'issue de la première année suivant son installation.

En France la chaudière de gaz naturel est donc soumise à un contrôle de vérification annuel obligatoire. Qu'ils soient propriétaires ou locataires, les particuliers doivent se conformer à cette règle et reçoivent après chaque contrôle une attestation d'entretien. Pour les plus bricoleurs avertis, il est possible d'effectuer des entretiens périodiques pour éviter les pannes de chaudière, mais quoi qu'il en soit, c'est à un professionnel agréé, et formé à la tâche, d'effectuer le contrôle annuel de la chaudière de gaz naturel.

L’entretien annuel obligatoire de la chaudière au gaz, prix et prestataires

technicien entretien chaudiere

Tous les ans, les détenteurs de chaudières gaz demandent l'intervention d'un professionnel pour une visite de contrôle. Si cela s'avère nécessaire, le technicien ajuste et paramètre l'appareil qui peut perdre en performance à cause, de son ancienneté, d'une sur-consommation, ou encore d'un entretien irrégulier. Cette inspection comprend plusieurs points de vérification :

  1. l'entretien du corps de chauffe ;
  2. le nettoyage du brûleur et de la veilleuse ;
  3. la vérification du bon fonctionnement de la pompe ;
  4. le contrôle des parties de régulation internes à la chaudière, des organes de sécurité et du débit de gaz (ajustement si nécessaire) ;
  5. la vérification de l'étanchéité de la tuyauterie ;
  6. la vérification de la température de l'eau chaude selon le débit ;
  7. le contrôle du taux de monoxyde de carbone .

Côté tarifs, il faut compter en moyenne entre 60€ et 180€ annuellement pour un contrat d'entretien avec un prestataire, prix qui varie en fonction des options choisies (ramonnage de la chaudière, par ex). Les principaux prestataires qui proposent ce service sont Engie Home Service, entretien Total Direct Energie, CHAM (EDF) et Proxiserve.

Nouvelle chaudière, formule simple ou complète ?Dans le cadre de l'installation d'une nouvelle chaudière, il n'est pas essentiel d'opter pour une formule complète qui prendra en charge le changement des pièces abîmées, par exemple. La durée de vie d'une chaudière est d'au minimum 10 ans, il est possible de profiter des premières années pour amortir son coût.

Nettoyage périodique de la chaudière : comment le faire soi-même ?

entretenir soi meme la chaudiere

Il existe des petits gestes du quotidien pour allonger la durée de vie de son équipement et éviter les dépenses additionnelles pour le remplacement du matériel. Selon l'ADEME, c'est 8% à 12% d'économies d'énergies en plus pour une chaudière bien entretenue, sans compter l'impact environnemental due à la diminution de rejet de CO2.

  • lors de longues périodes d'absence, ne pas oublier de passer la chaudière en mode "hors gel" ;
  • purger les radiateurs de façon régulière ;
  • ne pas "sur-chauffer".

Avantages et inconvénients de la chaudière gaz : faut-il opter pour un autre type de chaudière ?

Comparaison chaudière gaz par rapport aux autres énergies

Ci-dessous un comparatif d'autres familles de chaudières avec leurs caractéristiques. Des simulations ont été faites pour une maison fournie en gaz pour le chauffage et l'eau chaude sanitaire. Seules les chaudières électriques au sol peuvent contenir un ballon d'eau chaude, pour tous les autres exemples il faut penser à compléter l'achat d'un préparateur d'eau chaude (ballon d'eau chaude). Compter 500€ environ pour un ballon de 200L. 

Pour cette simulation, les caractéristiques de la maison sont les suivantes :

Surface : 100 m2
Hauteur sous plafond : 2m10 (possibilité d'installer une chaudière électrique murale) ;
1 salle de bain à fournir ;
Logement pour 4 habitants.

Comparaison des prix, consommations, rendements et entretien selon le type de chaudière
  Chaudière électrique chaudière fioul chaudière à granulés chaudière à bois
Prix moyen env. 2 600€ 1 690€ < 4 200€ 6 170€ < 18 500€ mini 1582€ < 10 000€ 
Puissance mini 20kw - maxi 25kw mini 25kw - maxi 35kw mini 15kw - maxi 20kw mini 15kw - maxi 22kw
Rendement env 100% mini 92% - maxi 97,3% supérieur à 95% env 85%
Entretien
  • entretien annuel obligatoire par un professionnel certifié
  • entretien annuel obligatoire par un professionnel certifié
  • entretien annuel obligatoire par un professionnel certifié
  • vider le cendrier 3 à 5 fois par an
  • ramonner le conduit d'évacuation des fumées 2 fois par an
  • entretien annuel obligatoire par un professionnel certifié
  • vider le cendrier 3 à 5 fois par an
  • ramonner le conduit d'évacuation des fumées 2 fois par an
Écologique        
Stockage aucun stockage à prévoir nécessite de l'espace pour le stockage de la cuve de fioul prévoir un emplacement d'au moins 1m3 pour le stockage du granulé. prévoir un espace de stockage assez grand, aéré et surtout sec pour les bûches de bois.

Frais d'abonnement non compris.

Le gaz naturel, un bon choix pour les factures

Quand on compare les prix des énergies on se rend compte que le gaz naturel est parmi celle les plus économiques. Toute personne étant dans une ville raccordée au gaz a plutôt intérêt sur le long terme à choisir le gaz.

comparatif types chaudieres

Le raccordement au réseau de gaz

Pour l'installation d'une chaudière au gaz, il convient d'abord de raccorder son logement au réseau de gaz au réseau de gaz public auprès de GRDF, dont voici le tableau des prix.

Prix raccordement gaz GRDF
Type de raccordement Usage en gaz naturel Tarif du raccordement
Perpendiculaire au réseau gaz utilise pour l'eau chaudegaz utilise pour l'eau chaude  € TTC
gaz utilise pour chauffage  € TTC
Extension du réseau gaz utilise pour l'eau chaudegaz utilise pour l'eau chaudegaz utilise pour chauffage Coût du raccordement + coût réel de l'extension du réseau (sur devis)

Tarifs  .

Mise à jour le