Fin des tarifs réglementés pour les pros : le président de la CRE inquiet

Le président de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), Philippe de Ladoucette, a exprimé ses inquiétudes à propos de la fin des tarifs réglementés du gaz et de l’électricité pour certains professionnels en janvier prochain.


Le risque d'embouteillage, notamment au niveau de l'électricité, est réel. Philippe de Ladoucette, président de la CRE, au mensuel Chef d'entreprise.

Il craint un “embouteillage” et déplore que les entreprises ne voient pas leur intérêt dans l’affaire. Dans une interview au magazine mensuel “Chef d’entreprise”, le président de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), Philippe de Ladoucette fait part de sa préoccupation. Les tarifs réglementés de vente (TRV) de l’électricité et du gaz prennent fin le 1er janvier prochain pour certains professionnels. 

Plus de 400 000 pros concernés

D’ici deux mois et demi, les pros consommant par an plus de 30 MWh de gaz et/ou abonnés au tarif jaune ou au tarif vert pour l’électricité (soit une puissance souscrite supérieure à 36 kVA) devront choisir une offre de marché pour leur fourniture énergétique. Au 1er janvier, les tarifs réglementés du gaz et de l’électricité pour ces pros disparaîtront, comme ils l’ont fait pour ceux consommant annuellement plus de 200 MWh de gaz le 1er janvier 2015.

Selon le président de la CRE, les économies réalisables varient entre 10% et 15% pour le gaz et 5% et 10% pour l’électricité. 385 000 pros sont concernés par la fin des TRV de l’électricité et 41 000 par ceux du gaz.

“Choisir rapidement une offre de marché”

A la date fatidique, les professionnels concernés qui n’auront pas choisi d’offre de marché basculeront vers les offres transitoires des fournisseurs historiques pour une durée de six mois. Le président de la CRE précise que ces tarifs sont plus chers que les TRV. Il regrette que les entreprises “ne se soient pas vraiment intéressées à la question, principalement car elles n'y ont pas vu leur intérêt”. Il les invite à “s’informer et à opter rapidement pour une offre de marché, d’autant que les formalités sont relativement simples et qu’il n’y a aucun préavis à respecter”.

Un nombre important de professionnels (dont l'Élysée !) concernés par la fin des tarifs réglementés de janvier 2015 n'avaient déjà pas respecté les délais. La CRE avait en conséquence accordé un délai supplémentaire aux entreprises concernés, jusqu'au 1er octobre.

Mis à jour le