Quelle évolution pour le marché de l'énergie 10 ans après son ouverture ?

Un peu moins de dix ans après la libéralisation du marché de l’énergie, c’est déjà l’heure du bilan. La facture d’énergie des ménages a-t-elle baissé ? Comment permettre aux Français de mieux maîtriser leurs dépenses ? Qui sont les acteurs du marché de l’énergie ? Alors que les consommateurs restent encore assez peu informés sur leurs droits, des observateurs s’interrogent et appellent à un renouveau du marché de l’énergie.


État des lieux : une situation de quasi-monopole ?

Des fournisseurs alternatifs d'énergie

Quelques fournisseurs alternatifs d'énergie.

L'ouverture du marché de l’énergie, kézako ? Sous l’effet de plusieurs directives européennes, le marché de l’énergie s’est ouvert progressivement à la concurrence dans l’Hexagone à partir des années 2000. Une libéralisation qui a trouvé son apogée le 1er juillet 2007, avec l’ouverture du marché pour 27 millions de clients domestiques. Désormais, particuliers et professionnels peuvent choisir entre les offres d’électricité et de gaz naturel des fournisseurs historiques EDF et Engie (ex-GDF Suez) ou celles des fournisseurs alternatifs (Direct Energie, Lampiris, Planète Oui, etc.).

Oui mais voilà, 40% des Français ignorent toujours qu’ils ont la possibilité de changer de fournisseur, selon le baromètre 2015 de l’énergie. Pourquoi une telle méconnaissance ? Selon Julien Tchernia, auteur d’une tribune publiée dans Les Échos et président d’ekWateur, un nouveau fournisseur alternatif : "[le marché] est ultra dominé par les acteurs historiques, qui ne sont plus des services publics et dont le business model appartient au passé."

Une rétrospective qui invite par ailleurs à une comparaison avec l’ouverture à la concurrence du marché des télécoms. En 1998, France Télécom perd son monopole ; les consommateurs français découvrent alors un marché en pleine ébullition qui, en 2008 soit dix ans après son ouverture à la concurrence, a changé totalement de visage : baisse des prix, augmentation des débits, forfaits illimités, etc. De nouvelles règles et des avantages plébiscités par les Français. Un modèle qu’est en revanche loin de connaître le marché de l’énergie dix ans après sa libéralisation... En cause ? Une situation de quasi-monopole toujours exercée par les fournisseurs historiques EDF et Engie (ex-GDF Suez).

Consultez notre guide sur le prix du kWh d'électricité en 2016.

Des opportunités pour les consommateurs

Pour Julien Tchernia, il est nécessaire de changer le prisme par lequel les Français voient actuellement la consommation d’énergie. 40% de consommateurs qui ignorent leur droit à changer de fournisseur, c’est autant de ménages qui n’arrivent pas à faire baisser leur facture d’énergie. Car, dans une situation de quasi-monopole, certains ménages restent encore attirés par les tarifs réglementés de vente appliqués par les fournisseurs historiques mais qui se révèlent souvent plus chers que les offres des fournisseurs alternatifs. Julien Tchernia observe ainsi "une double impasse pour la facture du consommateur final : d’abord, les prix [appliqués par EDF et Engie] sont basés sur des coûts que rien n’incite à faire baisser à part la volonté politique d’un État qui est également actionnaire. Ensuite, le business model productiviste d’un fournisseur historique l’empêche d’aider ses clients à réduire massivement leur consommation."

Réaliser des économies

Les consommateurs français peuvent réaliser des économies sur leur facture en optant pour un fournisseur alternatif.

Une impasse d’autant plus grande que, selon le président d’ekWateur et ancien directeur du développement chez Lampiris, les fournisseurs historiques n’aident pas les Français à réduire leur facture d’énergie dans la mesure où leur rentabilité est, sur le segment des particuliers, essentiellement basée sur la vente au kilowattheure aux tarifs réglementés de vente. D’après Julien Tchernia, "la chasse au gaspillage, les énergies renouvelables et l’autoproduction" devraient permettre de mettre fin à un modèle économique "obsolète". Autre solution : les consommateurs français peuvent opter pour un fournisseur alternatif d’électricité ou de gaz naturel dont les offres à prix fixes ou à prix indexés sur les tarifs réglementés sont souvent plus avantageuses ! De quoi faire baisser durablement sa facture d’énergie !

Il existe d'autres moyens de profiter de l'ouverture du marché grâce au système de la consommation collaborative. Après l'achat groupé d'énergie regroupant plus de 65 000 inscrits et permettant à 20 000 consommateurs de réduire leur facture énergétique l'été dernier, le club selectra propose, en partenariat avec l'association Aurore, un nouvel achat groupé pour jouer sur la force du nombre et permettre aux Français de réduire leur facture Jusqu'au 5 juin 2016, les particuliers et les petits professionnels peuvent donc gratuitement se pré-inscrire à l'achat groupé Aurore Selectra. Plus les inscrits seront nombreux, plus les réductions auront de chances d'être grandes.

Mis à jour le