Prix du gaz : nouvelle baisse prévue en mai 2016

Les prix du gaz n’en finissent pas de baisser sur fond de chute des cours du pétrole. Un nouveau repli de 0,6% devrait être enregistré pour le mois de mai prochain. Si ce recul est moins important qu’en avril, il confirme cependant une tendance nettement baissière sur le long terme. De quoi réjouir les ménages français !


Tarifs réglementés du gaz : 20% de baisse en moyenne depuis janvier 2015

couple salon

7 millions de ménages sont potentiellement concernés par la chute des prix du gaz.

Bon marché, économique, compétitif... Le gaz naturel donne le sourire aux Français. Et pour cause, depuis huit mois, les tarifs réglementés de vente (TRV) du gaz naturel n’ont cessé de chuter, ce qui porterait le repli à près de 20% depuis janvier 2015 ! Si elle est confirmée, la baisse de 0,6% en mai serait toutefois moins importante que le recul enregistré ce mois-ci : en avril 2016, les tarifs réglementés de vente ont en effet connu une chute de 3,72% en moyenne.

Alors que le gaz naturel connaît un succès grandissant auprès des Français, près de 7 millions de foyers seraient concernés par ce mouvement tarifaire. Les Français ayant quitté les tarifs réglementés pour une offre dite "indexée" (par exemple, l'offre Directe gaz de Direct Energie) sont aussi concernés par cette baisse des tarifs. Par contre, les ménages bénéficiant d'une offre de gaz à prix fixes ne sont pas concernés. Il est toutefois possible de changer de fournisseur sans pénalité, la réglementation interdisant aux fournisseurs de facturer des frais de résiliation aux particuliers.

Une tendance baissière sur fond de chute de l’or noir

cours du pétrole

L'or noir entraîne dans sa chute la baisse des prix du gaz naturel.

La chute des cours du pétrole, sur lequel sont indexés les prix du gaz naturel, n’est pas pour rien dans cette tendance baissière : en un an et demi, le baril de l’or noir a perdu plus des deux tiers de sa valeur ! Or, selon un rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) publié en février dernier, ce recul n’est pas prêt de s’arrêter en 2016. Par effet domino, les indices mensuels du prix à terme du gaz sur le marché de gros des Pays-Bas et sur celui du marché français Point d’Échange de Gaz Nord, qui servent de principaux indices de la formule tarifaire des tarifs réglementés de vente, enregistrent eux-aussi un repli.

Un environnement tarifaire qui a des implications sur les contrats de livraison de gaz entre les grands fournisseurs : Engie et l’énergéticien russe Gazprom ont annoncé la semaine dernière avoir conclu un accord pour adapter le prix de leurs contrats d’approvisionnement de gaz naturel à long terme. Le but ? Acheter du gaz naturel à meilleur prix et ainsi relativiser les pertes de gains potentielles engendrées par la chute des cours du pétrole depuis plus d’un an. Car si le repli des tarifs réglementés du gaz naturel est une bonne nouvelle pour les ménages, elle l’est moins pour le fournisseur historique Engie. Ce dernier a vu son chiffre d’affaires reculer de -8,8% en données organiques entre 2014 et 2015… Comme quoi, la chute des prix du gaz ne profite pas à tout le monde.

Les consommateurs souhaitant réaliser des économies sur le long terme ont tout intérêt à opter pour une offre de marché à prix indexés sur les tarifs réglementés de vente du gaz naturel. De fait, les offres des fournisseurs alternatifs sont souvent bien plus économiques que les tarifs réglementés de vente. Utiliser un comparateur permet de trouver en quelques clics l’offre la moins chère et la mieux adaptée à son profil de consommation.

Mis à jour le