Energies renouvelables : le Ministère de la Transition Energétique publie les chiffres clés

Eolienne
La filière éolienne est l'une des plus porteuses des énergies renouvelables à l'heure actuelle.

Les énergies renouvelables font partie intégrante de l'économie française. Production, consommation, emploi, quelles sont les grandes données représentatives de ce secteur ? Le Ministère de la Transition Ecologique fait le point dans son édition 2020 des "Chiffres clés des énergies renouvelables". Selectra synthétise ce rapport.


La production d'énergies renouvelables en croissance

En 2019, la production primaire d’énergies renouvelables (ENR) se chiffre à 320 TWh sur l'année. Elle regroupe trois grands secteurs :

  • Les biocarburants ;
  • La production de chaleur (géothermie, bois, etc.) ;
  • L'électricité verte.

A l'heure actuelle, c'est le bois-énergie, servant notamment au chauffage qui reste la filière la plus importante en France. Elle a contribué à la production de 114 TWh d'énergie en 2019, soit 35,8% de la production totale.

Mais, ce n'est pas forcément la branche qui tend le plus à croitre. D'autres filières, comme l'éolien ou les pompes à chaleur (PAC), ont fortement contribué à la croissance des ENR. C'est ce qu'explique le Ministère.

"La croissance importante de la production primaire d’énergies renouvelables depuis 2005 (+ 72%) est principalement due à l’essor des biocarburants, des pompes à chaleur et de la filière éolienne."
Ministère de la Transition Energétique

Electricité verte, quelles sources d'énergie ?

électricité verte

La production d'électricité verte a représenté 113 TWh d'énergie. Dans cela, on distingue plusieurs sources d'énergies vertes :

Les 5% restants sont produits par la géothermie, le biogaz, l'énergie marémotrice et les déchets renouvelables.

Bon à savoir :Chaque fournisseur d'électricité verte présente un mix énergétique qui lui est propre. D'autant plus que, l'électricité verte est certifiée par un mécanisme européen, les garanties d'origine. Il n'est pas dit que les opérateurs achètent uniquement de l'électricité renouvelable sur le sol français. Ils peuvent très bien se tourner vers des producteurs d'autres pays membres de l'Union européenne. 

L'essor du biogaz

gaz vert

Encore peu connu en France, le biogaz est un gaz vert produit par la décomposition de matière organique et notamment de déchets agricoles. Il intervient aujourd'hui en majorité dans la production d'électricité verte. Mais, de plus en plus plébiscité, il peut aussi être injecté sur le réseau de GRDF pour servir à des fins de chauffage, cuisson ou de production d'eau chaude. En cela, il remplace en partie le gaz naturel.

Le biogaz se développe constamment. Les fournisseurs investissent d'ailleurs de plus en plus dans cette énergie. ilek, fournisseur d'énergie verte, par exemple, a annoncé qu'il commercialiserait quinze offres de biométhane d'ici la fin de l'année contre trois début 2020.

Entre 2018 et 2019, l’ensemble de la production d’énergie à partir de biogaz a augmenté de 13%.

Production et consommation d'énergies vertes : des disparités régionales

Toutes les régions de France produisent et consomment de l'énergie renouvelable. Mais, sur l'ensemble du territoire, tout cela est loin d'être homogénéisé.

Dans les grandes lignes, la moitié Nord de la France dispose d'un parc éolien plus important que le sud de la France. Ainsi, la Picardie témoigne par exemple de 1 655 MW de puissance installée contre moins de 165 MW dans les Landes.

A l'inverse, pour des raisons évidentes d'ensoleillement, le solaire photovoltaïque est plus développé dans le sud de la France, en Nouvelle-Aquitaine, en Occitanie et en Région Provence-Alpes-Côte-d'Azur.

Enfin, l'énergie hydraulique est, quant à elle, plus présente dans l'est de la France, en Alsace et dans les Alpes.

En terme de consommation, la moitié sud de la France apparaît plus "verte". En effet, la Région Occitanie, Rhône-Alpes et la Corse témoignent de plus de 40% d'énergies vertes dans la consommation intérieure brute d’électricité.

Transition énergétique : la France en retard sur ses objectifs ?

Comme le rappelle le rapport, la France s'est engagée devant l'Union européenne à porter à 23% la part de "l’énergie produite à partir de sources renouvelables dans la consommation finale brute d’énergie à l’horizon 2020". En 2019, les énergies vertes représentaient 17,2% de la consommation totale du pays.

A vu de ces chiffres, il parait peu probable que la France atteignent ses objectifs de 2020. D'autant plus qu'avec la Covid-19, le financement de la transition énergétique a été impacté. Certains appels à projet d'énergies vertes ont été décalés de quelques mois. Il parait compliqué de rattraper ces mois de retard.

Energies renouvelables et emploi

Le rapport du Ministère révèle que la transition énergétique et les énergies renouvelables sont une formidable source de développement économique. En 2017, elles représentaient 60 000 emplois en équivalents temps plein (ETP).

Ces emplois concernent avant tout :

  • L’hydroélectricité (20 %) ; 
  • La filière du bois- énergie (19 %) ; 
  • Les pompes à chaleur (18 %) ;
  • Le secteur de l’éolien (15 %).

Ces quatre domaines cumulent presque les trois quart des emplois des énergies renouvelables. Mais l'intérêt des consommateurs pour l'autoconsommation solaire pourrait faire bouger les lignes. En effet, la filière photovoltaïque connait une croissance exponentielle.

En 2017, l’emploi dans les énergies renouvelables s’accroît nettement (+ 9 %) : il rebondit dans le photovoltaïque (+ 56 %), en lien avec une hausse des raccordements, et poursuit sa hausse dans les pompes à chaleur (+ 13 %) et l’éolien (+ 7 %).

Mis à jour le