Le gouvernement se serait prononcé en faveur de la cession de l'activité réacteurs d'Areva à EDF

François Hollande réunissait ce matin à l'Elysée plusieurs membres du gouvernement dont Manuel Valls, Emmanuel Macron et Ségolène Royal afin de se prononcer sur l'avenir du groupe nucléaire. C'est chose faite, selon une source du Figaro.fr.


L'activité réacteurs d'Areva serait bientôt cédée à EDF

Selon le journal Le Figaro.fr, la question serait donc enfin tranchée : l'équipe gouvernementale envisagerait bien une cession partielle de l'activité réacteurs du groupe au géant EDF. L'énergéticien deviendrait ainsi l'actionnaire majoritaire d'Areva NP, actuellement détenu à 54,4% par le Commissariat à l'énergie Atomique. Son capital pourrait rester ouvert afin accueillir d'éventuels futurs partenaires.

Concrètement, EDF pourrait devenir actionnaire majoritaire d'Areva NP, dont Areva resterait actionnaire et dont le capital pourrait être ouvert à d'autres partenaires industriels. EDF et Areva NP pourraient ensuite ensemble créer une société commune regroupant leurs activités d'ingénierie et de conception des réacteurs. Le Figaro - 03/06/2015

La proposition d'EDF validée pour réorganiser la filière nucléaire française

Selon le journal source, c'est donc l'offre d'EDF qui aurait été retenue par le gouvernement dans le but de refonder la filière nucléaire française actuellement sur la sellette. On ignore encore si l'offre de 2 milliards faite à Areva pour le rachat de ses réacteurs nucléaires sera revue à la hausse par EDF.

Pour rappel, le plan de sauvetage mis en place fait suite au bilan d'Areva qui affichait une perte nette de 5 milliards d'euros à la fin de l'année 2014.

Les foyers français payeront-ils les pots cassés ?

Si c'est belle et bien la solution retenue par le gouvernement, les ménages français auraient de quoi s’inquiéter pour leur facture d'électricité. En tant qu'actionnaire d'EDF, l'Etat pourrait en effet décider corrélativement une augmentation des tarifs réglementés de l'électricité du fournisseur historique pour contrebalancer son investissement, comme le révelait une source proche du dossier dans le JDD de dimanche.

Mis à jour le