Achat groupé mutuelle santé Selectra Familles de France

Achat groupé Assurance Santé

Pré-inscrivez-vous gratuitement et sans engagement à l'achat groupé santé de Familles de France et Selectra pour réduire vos frais de santé.

Scandale de la Japan Post : quelles conséquences pour le marché de l'assurance ?

Japan Post : une affaire de contrats d’assurance abusifs dévoilée au grand public

Un scandale au sein du groupe japonais Japan Post, dont l’état japonais est l’actionnaire majoritaire, a conduit à la démission de plusieurs de ses dirigeants. En cause ? La vente abusive de contrats d’assurance, en grande partie à des personnes âgées. Le groupe japonais a avoué sa faute, conduisant à la suspension de l’activité de vente de contrats d’assurance durant trois mois.


  • En bref : Scandale des contrats d’assurance Japan Post
  • Près de 13 000 contrats d’assurance seraient concernés par l’affaire ;
  • L’état japonais est l’actionnaire majoritaire du groupe Japan Post, dont il détient 57 % du capital ;
  • Le scandale, largement relayé dans la presse japonaise, a conduit à la démission de plusieurs de ses dirigeants.

Japan Post : un scandale d’ampleur au cœur de l’assurance japonaise

Le secteur de l’assurance est un marché international au sein duquel un nombre d’acteurs important entrent en jeu. Fin décembre 2019, le groupe japonais Japan Post était au cœur de l’actualité et de la polémique, en raison d’un scandale de contrats d’assurance abusif.

Retour sur les faits : mi-décembre, un audit est publié par la poste japonaise. Celui-ci dévoile alors l’irrégularité de milliers de contrats d’assurance – c’est-à-dire conclu dans conditions irrégulières et/ou à la couverture insuffisantes par rapport aux besoins réels des assurés. Plus des deux tiers des souscripteurs de ces contrats étaient des seniors, soit des personnes ayant 60 ans et plus. Au total, 12 836 contrats sont concernés.

Le sujet a fait couler de l’encre dans la presse spécialisée et japonaise, et pour cause, l’état japonais est l’actionnaire majoritaire du groupe, puisqu’il détient encore à ce jour 57 % de son capital. L’affaire a pris de l’ampleur, et les autorités japonaises ont rapidement pris les choses en main.

La Financial Services Agency – ou FSA – a donc suspendu pour trois mois les autorisations à la vente de contrats d’assurance de Japan Post Co et Japan Post Insurance. Ce temps est destiné à la mise en conformité des pratiques commerciales des entreprises.

La pression a grandi, jusqu’à provoquer la démission de plusieurs dirigeants. Ces derniers ont reconnu la vente abusive de près de 13 000 contrats d’assurance à des seniors. Parmi eux, selon un communiqué officiel du groupe, le directeur général de Japan Post Holdings, Masatsugu Nagato, a été remplacé par un ancien ministre des Affaires intérieures et des communications, Hiroya Masuda. Les successeurs des patrons de Japan Post Co et Japan Insurance ont également été rapidement désignés en interne, précisait alors l’Agence France Presse – ou AFP.

Selon les informations dévoilées par la presse japonaise en fin d’année, quelque 200 000 contrats pourraient être concernés par ce scandale.

Japan Post : des enjeux forts dans un contexte économique complexe

Un long travail commence pour Japan Post, afin de regagner la confiance de ses clients.

Le groupe Japan Post, dont l’activité se concentrait auparavant dans le courrier, a été obligé de revoir son organisation. En 2015, trois entités du groupe – Japan Post Holdings, Japan Post Bank et Japan Post Insurance – sont entrées à la Bourse de Tokyo. Les deux dernières, filiales financières de banques et assurances, représentent leur plus grosse source de revenus. Depuis l’entrée en bourse du groupe, l’état a progressivement réduit sa participation au capital, et la vente d’une troisième tranche d’actions devait se faire une nouvelle fois au premier trimestre de cette année. Cependant, en raison du scandale des contrats abusifs, cela aurait été reporté, expliquent plusieurs journaux.

Malgré cela, la rentabilité du groupe Japan Post reste faible, dans le contexte de taux d’intérêt extrêmement bas au Japon, précise l’AFP. La culture d’entreprise toxique au sein du groupe postal a aussi fait l’objet de commentaires, puisque les agents travaillaient contraints par de fortes pressions hiérarchiques pour que les objectifs de vente soient atteints.

Début janvier 2020, au moment de sa prise de fonction officielle, le nouveau président de la Japan Post Holdings, Hiroya Masuda, a promis d’enquêter sur le scandale et de faire le nécessaire. « Nous redoublerons d’efforts pour dévoiler [tous les détails] du scandale des ventes d’assurance le plus tôt possible, et éliminer les inconvénients infligés aux clients », a-t-il donc déclaré dans des propos relayés par le Japan Times.

Japan Post et La Poste : un besoin vital de restructurationEn France, La Poste suit la même logique de restructuration avec le rapprochement de CNP Assurances à La Banque Postale, lancé à l’été 2018. L’opération s’est déroulée dans le cadre de la loi Pacte. Fin juin 2019, la dérogation nécessaire à l’aboutissement du projet a été obtenue, et le mariage entre CNP Assurances et La Poste a été confirmé pour 2020.

Mis à jour le